Le suivi des élections fédérales 2019 pour la Suisse.

Réactions et analyses après les élections fédérales

Publié le 21 octobre 2019 à 04:37 - Modifié le 22 octobre 2019 à 10:28

Les partis commencent à dévoiler leurs stratégies pour les seconds tours

>> Les chiffres définitifs ont confirmé le bond historique des Verts au Conseil national: ils progressent de 6,1 points par rapport à 2015 pour se tailler désormais 13,3% de la part du gâteau électoral. Reste à savoir si les écologistes viseront ouvertement un siège au Conseil fédéral. Et en plus de cette poussée écologiste, il apparaît que le recentrage du Parlement va bouleverser le processus décisionnel sous la Coupole.

>> Les stratégies s'affinent également en vue des 2es tours organisés pour le Conseil des Etats. En Valais, le PLR renonce et c'est une lutte entre le PDC et le PS qui s'annonce pour l'un des deux fauteuils.

>> Ce scrutin est aussi celui des femmes. Avec 84 élues, elles occupent désormais 42% des sièges de la Chambre du peuple, soit 20 sièges de plus qu'en 2015, un record. Certains cantons vont aussi envoyer une femme pour la première fois à Berne.

>> Les électeurs suisses ont par ailleurs élu le plus jeune Conseil national de l'histoire. L'âge moyen des parlementaires pour la législature 2019-2023 est de 49 ans contre 50,3 ans lors de la précédente. Le plus jeune a 25 ans (Andri Silberschmidt, PLR/ZH) et le plus vieux a 72 ans (Jean-Pierre Grin, UDC/VD).

>> Le taux de participation s'est élevé à 45,1%, en baisse de 3,4% par rapport aux dernières élections fédérales de 2015 (48,5%).

Suivi assuré par Frédéric Boillat et Eric Butticaz

Événements clés
Afficher
Masquer

  • 23h00

    L'UDC vaudoise soutiendra Olivier Français

    L'UDC Vaud a décidé lundi soir de soutenir le PLR Olivier Français pour le 2e tour aux Etats. Objectif: faire barrage à la gauche. Mais elle "en a marre" d'être le "marchepied régulier" qui permet aux candidats PLR de gagner des élections dans le canton.

    >> Lire: Aux Etats, l'UDC vaudoise soutiendra Olivier Français à contre-coeur

  • 22h40

    Les tickets vert-rose et PLR-PDC, ainsi que l'UDC repartent à Genève

    A Genève, le duo vert-rose composé de Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga part avec les avantages de la cote à l'élection au Conseil des Etats. L'Entente PLR-PDC devra en effet se passer du soutien de l'UDC. A gauche, on paraît plus uni.

    Lundi soir, le PLR a décidé de maintenir dans la course à la Chambre des cantons Hugues Hiltpold. Le PDC en a fait de même avec sa candidate Béatrice Hirsch. Au soir du premier tour, dimanche, ces deux personnalités accusaient un retard d'environ 15'000 voix sur Lisa Mazzone et Carlo Sommaruga.

    Il faudrait donc que le duo de droite ratisse des voix bien au-delà de son électorat pour pouvoir espérer un résultat positif le mois prochain. Or, l'UDC a décidé de maintenir au deuxième tour la candidature de la conseillère nationale Céline Amaudruz, qui est arrivée juste derrière le ticket PLR-PDC dimanche.

    Le MCG, de son côté, a retiré la candidature de François Bärtschi, tout en appelant à soutenir Céline Amaudruz au deuxième tour. Les Vert'libéraux, qui se sont fait une place sur l'échiquier politique genevois dimanche, en envoyant l'un des leurs au Conseil national, étaient également attendus au tournant.

  • 21h15

    Le PLR renonce au 2e tour en Valais

    Cinq candidats se sont annoncés pour briguer les deux sièges valaisans au Conseil des Etats, le dimanche 3 novembre. Bien qu'il soit contesté, le duo PDC se dresse en favori. Mathias Reynard (PS) est en outsider. Philippe Nantermod, lui, se retire.

    L’assemblée générale extraordinaire du PLR a décidé lundi soir à Martigny-Croix de ne pas présenter de candidat pour le second tour, estimant les chances de son poulain trop faibles. Arrivé cinquième dimanche, à quelque 14'000 voix de la deuxième classée, la PDC Marianne Maret, Philippe Nantermod se retire donc de la course et continuera de siéger à Berne comme conseiller national.

    >> Revoir l'intervention de Philippe Nantermod dans le 19h30, juste avant le vote:

    Philippe Nantermod : "Un siège pour les Verts est précipité, il n'y a même pas de candidat sur la table."
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    A contrario, le PS, les Verts et l'UDC ont tous choisi de défier les deux candidats du PDC (Beat Rieder, Marianne Maret) au second tour. Le socialiste Mathias Reynard et la Verte Brigitte Wolf ont été adoubés par leur parti lundi soir.

    L'UDC avait choisi de représenter Cyrille Fauchère dès dimanche. Le dépôt des listes est fixé à mardi 17h00.

    Seul sortant, le Haut-Valaisan Beat Rieder (PDC) n'est contesté par aucun parti. Sa réélection pour un deuxième mandat ne donne lieu à aucun suspense. Pour la succession de l'autre sénateur PDC Jean-René Fournier, qui ne s'est pas représenté, il y aura duel entre Marianne Maret (autre PDC) et Mathias Reynard (PS).

    Durant l'assemblée du PLR, l'ancien conseiller fédéral Pascal Couchepin a créé la surprise en appelant à soutenir le socialiste Mathias Reynard.

  • 20h30

    Micheline Calmy-Rey: "Ouf, enfin!"

    "Ouf, enfin!", l'ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey ne cache pas sa satisfaction lundi dans le 19h30 en assistant à la hausse de la représentation féminine au Parlement. "C'est génial, ajoute-t-elle, estimant que l'on sentait un mouvement dans ce sens depuis la grève du 14 juin et que cela correspond à la volonté de mettre fin aux discriminations salariales et à une politique familiale trop prudente.

    Après des décennies de combat, la Genevoise se félicite de voir des jeunes femmes décomplexées sortir dans la rue, prendre place sur des listes et être élues.

    >> L'interview de Micheline Calmy-Rey dans le 19h30:

    Micheline Calmy-Rey "J'ai dit ouf, enfin ! Déjà le 14 juin on sentait qu'on avait le soutien des jeunes et des femmes."
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    A l'issue de ce scrutin, il n'y aura jamais eu autant de femmes au Conseil national. Avec 84 élues, elles occupent désormais 42% des sièges de la Chambre du peuple, soit 20 sièges de plus qu'en 2015.

    >> Le sujet du 19h30 sur la vague violette:

    Jamais encore autant de femmes ne siégeront à Berne. Au Conseil national, leur proportion atteint 42%.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    >> En lire plus: Percée historique des femmes au Conseil national 

  • 20h20

    Jacques Nicolet remet la présidence de l'UDC Vaud

    Le président de l'UDC Vaud Jacques Nicolet a annoncé lors du congrès de son parti dans la Broye qu'il allait remettre son mandat à la fin de l'année. Son successeur sera élu le 28 novembre.

  • 19h50

    Les Vert'libéraux romands sur un nuage

    "Ce deuxième siège était totalement inattendu puisqu'au départ on partait pour sauver le mien. (...) Franchement, moi ma liste pour le père Noël, elle est vide": au lendemain du scrutin, Isabelle Chevalley est toujours sur son nuage.

    La Vaudoise était seule jusqu'ici, mais durant la prochaine législature, ce sont trois Vert'libéraux romands qui siégeront à Berne, avec l'élection d'un autre Vaudois, François Pointet, et du Genevois Michel Matter. Au niveau fédéral, les Vert'libéraux gagnent neuf sièges pour un total de seize.

    Déjà très présents dans certaines régions alémaniques, les Vert'libéraux vont-ils désormais percer de ce côté-ci de la Sarine? Le politologue Pascal Sciarini émet des doutes: "Ils ont réussi grâce à cette poussée verte à obtenir des sièges. Il reste encore à prouver qu'ils arrivent à faire leur place et occuper une position sur l'échiquier politique qui n’est pas défendue par d'autres."

    >> Le reportage du 19h30 chez les Vert'libéraux:

    Les Vert'Libéraux romands ont désormais trois conseillers nationaux.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 19h30

    Les conséquences sur les grands dossiers

    Avec les nouveaux élus de dimanche, les rapports de force vont changer à Berne et cela aura des conséquences sur les décisions prises durant la prochaine législature concernant les grands dossiers en discussion au Parlement.

    >> Les précisions de Loïs Siggen Lopez dans le 19h30:

    Loïs Siggen Lopez décrypte les nouveaux rapports de force au Conseil national sur trois gros dossiers.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    >> Voir aussi le décryptage de Linda Bourget:

    Linda Bourget explique que ce choc politique aura une influence, même si l'écologie est minoritaire à Berne.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 19h20

    Les Verts viseront-ils le Conseil fédéral?

    Un jour après leur victoire historique, qui les a vu passer devant le PDC au National, Les Verts affûtent leur stratégie pour entrer au Conseil fédéral. Alors que le nouveau Parlement doit réélire le gouvernement pour la prochaine législature en décembre, la question d'une éventuelle candidature écologiste à ce moment-là n'est pas tranchée. Le parti comme ses alliés potentiels refusent d'en dire plus pour le moment.

    Reste que la composition du Conseil fédéral ne reflète plus complètement celle des Chambres fédérales, a souligné dimanche la présidente des Verts Regula Rytz. Selon elle, il serait légitime d'intégrer maintenant un écologiste au gouvernement. Interrogé lundi dans Forum, l'ancien sénateur écologiste vaudois Luc Recordon affirme qu'un Vert au Conseil fédéral serait logique.

    Dans le 19h30, la nouvelle élue verte vaudoise Léonore Porchet estime elle qu'il y a certes une légitimité à entrer au gouvernement, mais que la priorité est d'obtenir des majorités au Parlement "pour éviter de foncer contre un iceberg".

    >> L'interview de Léonore Porchet dans le 19h30:

    Léonore Porchet "La priorité c'est d'avoir des majorités au parlement. C'est là qu'on doit d'abord assumer nos choix."
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    Les Verts vont ainsi affiner leur stratégie ces prochains jours, déclare de son côté leur vice-présidente Lisa Mazzone (GE). Le groupe parlementaire écologiste tranchera fin novembre et des discussions seront menées avec les autres partis. Comme le PLR est en recul, le siège d'Ignazio Cassis pourrait être visé, car il semble difficile d'attaquer celui de la PDC récemment élue Viola Amherd.

    La vague verte aurait toutefois plus de chance de se concrétiser en cas de vacance au Conseil fédéral, mais le prochain conseiller fédéral susceptible de se retirer est Ueli Maurer. Or, la légitimité du deuxième siège UDC ne semble pas contestée.

    Un siège pour les Verts au Conseil fédéral?
    L'actu en vidéo - Publié le 22 octobre 2019

    Pour Christian Lüscher (PLR/GE), également dans Forum lundi, il faut respecter les institutions et la formule magique en place fonctionne toujours. A ses yeux, en tant que troisième parti du pays, le PLR a droit à deux sièges et celui d'Ignazio Cassis n'a pas à être remis en cause.

    Il faut également attendre les résultats définitifs au Conseil des Etats pour connaître le réel visage du Parlement et les équilibres en présence.

    >> Le débat de Forum entre Christian Lüscher (PLR/GE) et Luc Recordon (Verts/VD):

    Christian Lüscher et Luc Recordon.
    RTS
    Forum - Publié le 21 octobre 2019

    >> La formule magique une nouvelle fois remise en question:

    Parmi les conséquences de l'élection, les Verts espèrent gagner une place au Conseil fédéral.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 19h10

    Christian Levrat est-il contesté à la tête du PS?

    Comme les socio-démocrates dans presque toute l'Europe, le PS est aussi en recul en Suisse. Il a perdu quatre sièges ce dimanche pour en totaliser 39.

    Dès lors, une question commence à émerger: le président du parti Christian Levrat est-il contesté? A la tête du parti depuis 2008 et en course pour conserver son siège de sénateur, le Fribourgeois n'a pas répondu aux questions de la RTS lundi. Personne au PS ne conteste ouvertement le président, mais certains, notamment les jeunes, critiquent de plus en plus la ligne du parti.

    Le Parti socialiste reste lui laconique et indique dans une prise de position écrite transmise à l'ats: "Dans les jours et semaines à venir, nous analyserons en détail les résultats socialistes au sortir de ces élections et nous nous interrogerons naturellement de manière autocritique. Nous discuterons en interne de nos positions, de notre campagne et bien sûr des questions d’ordre plus personnel."

    >> Réécouter la réaction de Christian Levrat dimanche:

    Christian Levrat (PS): "Je ne suis pas très content des résultats du Parti socialiste".
    19h30 - Publié le 20 octobre 2019

    Le parti indique tout au plus qu'il prendra son temps sans précipiter les choses. Les délégués auront une première occasion de thématiser le leadership du parti lors de l'Assemblée des délégués du 30 novembre. Mais les décisions pour les quatre prochaines années seront prises lors du Congrès du PS Suisse, qui se tiendra en avril 2020.

    Malgré tout, certains noms circulent déjà pour succéder à Christian Levrat, comme la Bernoise Flavia Wasserfallen, la Zurichoise Priska Seiler-Graf ou l'Argovien Cédric Wermuth.

    >> Les explications de Forum:

    Sentiments ambivalents de Christian Levrat
    RTS
    Forum - Publié le 21 octobre 2019

  • 18h50

    Pas de nouvelle tête dans l'UDC romande

    Exit Jean-François Rime, Manfred Bühler et Yvan Perrin, certaines figures de l'UDC sont passées à la trappe dimanche. Avec quatre sièges perdus sur onze en Suisse romande, la défaite est cinglante, d'autant plus que si les ténors n'ont pas été réélus, aucune nouvelle tête n'a émergé.

    On parle déjà d'un manque de relève et d'un problème de vieillissement de l'électorat de l'UDC. Mais le parti assure qu'il y a de la relève et promet de la montrer lors des prochaines échéances.

    Ancien chef de campagne de l'UDC pour la Suisse romande, Kevin Grangier juge dans Forum que le départ de certains ténors est aussi une "opportunité pour des nouvelles personnalités d'émerger". Et pour lui, même s'il est un peu brutal, ce processus est normal.

    Kevin Grangier estime que l'UDC doit rester fidèle à ses engagements et que cela paie toujours. Et qu'il faut ancrer le parti en Suisse romande en passant par l'échelon communal, car c'est là que les nouvelles têtes doivent émerger avant d'être portées aux échelons supérieurs.

    >> L'interview de Kevin Grangier dans Forum:

    Kevin Grangier.
    Jean-Christophe Bott - Keystone
    Forum - Publié le 21 octobre 2019

  • 18h30

    Un jeune sur cinq a voté pour Les Verts

    Un jeune (18-25 ans) sur cinq a voté pour les Verts, selon un sondage Sotomo réalisé pour la SSR. C'est plus que pour tout autre parti. A titre de comparaison, l'UDC, premier parti du pays, a récolté 17% des voix de cette classe d'âge. Et le PS seulement 13%. Si l'on ajoute ceux qui ont voté pour les Vert'libéraux, c'est plus d''un jeune sur trois qui a voté pour un parti dont le programme est axé sur l'écologie.

    >> Lire aussi: Jeunes et engagés, ces électeurs qui ont porté la vague écologiste

  • 18h10

    Les Verts se maintiennent à Zurich, pas les Vert'libéraux

    La Verte Marionna Schlatter a décidé de se présenter au 2e tour de l'élection au Conseil des Etats à Zurich après avoir récolté 95'142 voix dimanche et terminé en 4e position.

    Distancée, la Vert'libérale Tiana Angelina Moser a de son côté fait savoir qu'elle jetait l'éponge. Cela n'a pas de sens que deux femmes avec un profil écologiste se présentent au 2e tour, a-t-elle déclaré.

    Dimanche, seul le sortant socialiste Daniel Jositsch a été élu au premier tour. Ruedi Noser (PLR), sortant, est arrivé en deuxième position devant le conseiller national UDC Roger Köppel.

  • 18h00

    Verts et Vert'libéraux ont puisé dans l'électorat PS et PLR

    Le recul du PS et la progression des Verts semblaient indiquer dimanche un glissement des votants de l'un à l'autre. Publié lundi, le sondage à la sortie des urnes réalisé par Sotomo pour le compte de la SSR confirme cette hypothèse. Par rapport à 2015, les socialistes ont perdu 6% de leur électorat au profit du parti écologiste suisse. Ces convertis constituent 8% du vote vert.

    Un mouvement similaire s'est opéré chez les électeurs de droite. Les transferts de voix entre libéraux-radicaux et Vert'libéraux (PVL) ont coûté 4% de leur voix au PLR.

    Plus marginalement, les Verts ont conquis quelques électeurs de droite, principalement à l'UDC et au PVL, alors que ce dernier a pris des voix au PS. Enfin, le PBD a perdu des votants au profit de tous les grands partis.

    >> Pour en savoir plus: Les Verts et les Vert'libéraux ont puisé dans l'électorat socialiste et PLR

  • 17h50

    Les Suisses de l'étranger ont moins voté

    Les Suisses de l'étranger ont été moins nombreux à faire entendre leur voix lors de l'élection du Parlement. Aussi bien à Genève qu'à Lucerne, la participation a chuté d'un tiers par rapport à 2015, indique l'Organisation des Suisses de l'étranger. A Bâle-Ville, la baisse avoisine un quart.

    Pour l'OSE, il s'agit d'une conséquence directe de l'abandon du vote électronique. Les trois cantons avaient proposé cette option à leurs électeurs résidants à l'étranger en 2015, avant de l'abandonner en 2019. L'OSE appelle donc à mettre en place un canal de vote électronique fiable, digne de confiance et financièrement sûr pour contrer la faible participation des Suisses de l'étranger.

    Les Verts en tête

    Plus d'un Suisse de l'étranger sur trois a voté pour un parti écologiste. Avec plus de 100'000 voix, Les Verts ravissent même la première place aux socialistes auprès de la Cinquième Suisse.

    Ils ont séduit 23,8% des votants, selon des chiffres rassemblés par l'ats. Les Vert'libéraux ont aussi progressé, quoique plus modestement, et totalisent 11,5% des voix. Ils occupent désormais la cinquième place.

    La poussée écologique s'est principalement faite au détriment des partis gouvernementaux. Le PS, qui perd environ six points, passe de la première à la troisième position. Le PLR chute de trois points et doit se contenter d'une quatrième place. Quant à l'UDC et au PDC, ils affichent des pertes de trois et deux points.

  • 17h40

    Commune par commune, la nouvelle carte politique de la Suisse

    Le village jurassien des Enfers, qui compte 121 électeurs, est la commune de Suisse romande où le vote pour les Verts a été le plus élevé avec 36,5% des suffrages. Il pointe au troisième rang au niveau national derrière Oltingen (BL, 38,4%) et Onsernone (TI, 36,9%).

    Pour ce qui est des grandes villes romandes, Les Verts ont recueilli 27,3% des voix à Lausanne, 26,2% à Neuchâtel, 26% à Genève, 25,1% à Yverdon-les-Bains, 24,1% à Bienne, 21,4% à La Chaux-de-Fonds, 20,9% à Fribourg ou 18,5% à Sion. A titre de comparaison, ils ont récolté 25,2% des suffrages à Berne, 20,4% à Zurich et 19,4% à Bâle.

    Comment a-t-on voté près de chez vous? Où la vague verte a-t-elle été la plus forte? Tous les résultats des élections fédérales dans le détail.

    Comment a-t-on voté près de chez vous? Où la vague verte a-t-elle été la plus forte? Tous les résultats des élections fédérales dans le détail.
    Comment a-t-on voté près de chez vous? Où la vague verte a-t-elle été la plus forte? Tous les résultats des élections fédérales dans le détail. [RTS]

    >> Explorez en détail la carte de la Suisse: Poussée verte, recul de la droite: la nouvelle carte politique de la Suisse 

  • 17h20

    Après la joie, la pression pour la surprise verte à Glaris

    Il a été l'un des premiers marqueurs de la vague verte en Suisse dimanche. En début d'après-midi, le Vert glaronnais Mathias Zopfi créait la sensation en éjectant le sénateur UDC sortant Werner Hösli du Conseil des Etats. A 35 ans, le vice-maire de Glaris-Sud représente la jeunesse et la pragmatisme et son travail consensuel a même séduit au sein du PLR, du PDC et de l'UDC.

    Le député écologiste au Grand Conseil a été élu avec 250 voix d'avance sur Werner Hösli, permettant à son parti d'accéder pour la première fois à la Chambre haute.

    Le nouveau sénateur Mathias Zopfi (Verts-GL).
    Le nouveau sénateur Mathias Zopfi (Verts-GL). [ - Keystone]

    "Je dois encore réaliser ce qui s'est passé", a confié Mathias Zopfi à l'ats lundi. "C'est une grande joie et un honneur. Mais il y a aussi de la pression, car je souhaite représenter le canton de Glaris à Berne avec honneur."

    Evoquant la vague verte, le nouvel élu souligne: "Nous nous sommes consciemment adressés aux jeunes dans leur ensemble, pas seulement à ceux qui étaient déjà sensibilisés au thème du climat."

    >> Les précisions de Jean-Marc Heuberger dans le 12h45:

    Elections fédérales en Suisse alémanique: décryptage Jean-Marc Heuberger
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019

  • 16h50

    Les nouvelles têtes sous la Coupole

    Le National va accueillir 25 nouvelles têtes en provenance des cantons romands et de Berne. Dans le Jura et à Neuchâtel, où les conseillers aux Etats sont déjà élus, 3 sur 4 sont nouveaux sous la Coupole. Et d'autres pourraient suivre à l'issue des deuxièmes tours pour la Chambre haute.

    Sans surprise, le Parti écologiste compte le plus de novices sous la Coupole. Parmi les 28 nouveaux élus romands et bernois, dix viennent des rangs verts. Dans tous les cantons sauf le Jura, le parti écologiste a gagné un voire deux sièges, entraînant un renouvellement des effectifs.

    >> Voir aussi le sujet du 19h30:

    Les Verts gagnent 17 sièges. Galerie des nouveaux visages.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

    >> Lire aussi: Qui sont les nouveaux élus romands à Berne?

  • 16h30

    Le lobby paysan conserve toute sa puissance

    Le lobby paysan restera puissant sous la Coupole ces quatre prochaines années. Ses représentants sont quasiment aussi nombreux que dans la précédente législature, indique lundi l'Union suisse des paysans dans un communiqué.

    L'agriculture pourra compter sur 26 conseillers nationaux et trois sénateurs, contre 30 jusqu'à présent. Dans les cantons où un second tour a lieu, d'autres pourraient encore accéder aux Etats ou National, en tant que viennent-ensuite.

    Parmi les personnalités du monde agricole élues figurent Jacques Bourgeois (PLR/FR), directeur de l'USP, ou Markus Ritter (PDC/SG), président de la faîtière paysanne. Mais la liste des élus qui seront prochainement invités à la Conférence des parlementaires paysans compte aussi Maya Graf (Verts/BL), présidente de Hochstamm Suisse, ou Simone de Montmollin (PLR/GE), présidente de l'Union suisse des oenologues.

    Le programme de la législature à venir comprend plusieurs enjeux capitaux pour la politique agricole, en premier lieu la conception et le financement de la Politique agricole 2022+, les deux initiatives populaires "pour une Suisse sans pesticides de synthèse" et "pour une eau potable propre et une alimentation saine".

    Jacques Bourgeois, directeur de l'Union suisse des paysans.
    Jacques Bourgeois, directeur de l'Union suisse des paysans. [Alexandra Wey - Keystone]

  • 16h20

    Madame Toni Brunner sort de l'ombre

    Après son mari Toni Brunner, président de l'UDC suisse entre 2008 et 2016, c'est sa compagne Esther Friedli qui sort de l'ombre en étant élue au Conseil national sur une liste UDC dans le canton de St-Gall.

    Bernoise d'origine, Esther Friedli, 42 ans, a notamment été secrétaire générale du Département de l'éducation du canton. En 2015, elle s'est occupée de la campagne victorieuse de l'UDC zurichois Roger Köppel au National. Puis elle a échoué à se faire élire au gouvernement st-gallois.

    Esther Friedli et Toni Brunner forment un couple de premier plan dans le canton. Tous deux ont ainsi repris un restaurant il y a deux ans à Ebnat-Kappel (SG) et leur liaison n'est certainement pas étrangère à cette élection. "Toni Brunner et Esther Friedli sont une marque connue en Suisse", selon Walter Gartmann, président de l'UDC saint-galloise.

    Esther Friedli félicitée pour son élection dimanche soir.
    Esther Friedli félicitée pour son élection dimanche soir. [Eddy Risch - Keystone]

  • 16h00

    Claude Béglé et le PDC vaudois quittent la Coupole

    Quand le destin d'un homme se reporte sur toute une section cantonale. Avec le revers de Claude Béglé, qui n'a pas réussi à conserver son fauteuil au National, le PDC Vaud doit quitter Berne.

    "Nous sommes déçus du résultat, qui doit nous conduire à une remise en question pour revenir plus forts dans 4 ans", a tweeté le parti lundi, sans mentionner le nom de Claude Béglé, qui a récolté 5449 voix, contre 12'367 en 2015.

    Selon les observateurs, l'ancien président de La Poste, entre 2008 et 2010, a certainement payé le prix de ses propos controversés sur la Corée du Nord. Au micro de la RTS, le politicien de 69 ans dit ne rien regretter: "Je tiens à rester moi-même jusqu'au bout. Ma carrière est derrière moi, mais j'ai plein de projets sur lesquels je travaille déjà."

    >> Le sujet du 12h45 consacré à la défaite de Claude Béglé:

    Claude Béglé, PDC ancien président de la Poste, n'a pas réussi à conserver son siège au Conseil national.
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019

  • 15h40

    Forte audience sur la RTS

    Les Romands ont largement suivi dimanche les résultats des élections fédérales sur RTS Un ainsi que sur le site internet et sur l'application RTS Info. Le pic d'audience a été atteint à 19h48 avec 364'000 téléspectateurs, soit une part de marché de 69,5%.

    Au total, près de 462'000 téléspectateurs ont regardé au moins 15 minutes consécutives de l'émission spéciale diffusée de midi à 22h45 sur RTS1, indique lundi la RTS.

    Le site et l'application ont comptabilisé près de 379'000 visites, soit 2,5 fois plus qu'un dimanche normal. Le suivi minute-par-minute a cumulé à lui seul 142'000 visites. Les audiences radio n'étaient pas encore disponibles lundi

  • 15h20

    Pertes financières pour les perdants

    En cédant des sièges au Conseil national, les groupes parlementaires UDC, PS, PLR, PDC et PBD vont perdre des fonds de la Confédération. A l'inverse, les Verts et les Vert'libéraux obtiendront une enveloppe plus généreuse.

    Chaque groupe reçoit de la Confédération une contribution annuelle destinée à couvrir les frais des secrétariats. Une somme fixe de 144'500 francs leur est allouée à laquelle s'ajoute une enveloppe de 26'800 francs par député.

    L'UDC obtiendra 312'600 francs de moins que pour la législature précédente. Son enveloppe totale s'élèvera encore à plus de 1,56 million de francs. Le PS et le PLR perdront tous deux 107'200 francs et le PDC 80'400.

    Les Verts touchent à l'inverse le jackpot avec 455'600 francs de plus pour une enveloppe totale de 894'900 francs. Ils n'en ont pas encore tiré les conséquences. Pour la vice-présidente Lisa Mazzone, il est clair que le parti embauchera, reste à en définir les modalités.

    Les Vert'libéraux toucheront un total de 573'300 francs, soit 241'200 francs de plus qu'aujourd'hui. Le parti, qui dispose actuellement de quatre postes à temps plein, engagera aussi du personnel.

  • 15h00

    L'analyse du politologue Pascal Sciarini

    "Une telle progression en une seule fois est très rare dans la politique suisse", analyse Pascal Sciarini, docteur en science politique et professeur à l'Université de Genève, dans le 12h45.

    A ses yeux, ce résultat va bouleverser les rapports de force. "Il y aura un glissement vers la gauche, mais il faudra trouver des ponts, des majorités larges pour gagner."

    >> L'interview de Pascal Sciarini dans le 12h45:

    Pascal Sciarini, docteur en science politique et professeur à l'Université de Genève, analyse le résultat fulgurant des Verts
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019

  • 14h40

    Le PBD cherche président et groupe parlementaire

    L'un des revers marquants de dimanche est celui du Parti bourgeois démocratique. Fondé en 2007 après l'éviction du Conseil fédéral de Christoph Blocher et son remplacement par Eveline Widmer-Schlumpf, le PBD est en recul constant depuis plusieurs années.

    Et il n'est parvenu à sauver que trois de ses sept fauteuils au National. N'y siégeront plus que les Bernois Beatrice Simon et Lorenz Hess, ainsi que le Glaronnais Martin Landolt. Le PBD n'a ainsi plus la force électorale nécessaire pour former un groupe parlementaire.

    Le parti décidera dans les jours à venir avec quelle formation il souhaite s'allier et n'a rien déclaré à ce sujet jusqu'ici. Une alliance serait possible avec les trois membres du Parti évangélique, qui figurait jusqu'ici dans le groupe du PDC. Un rattachement avec le PDC ou les Vert'libéraux est aussi possible.

    Un problème n'allant jamais seul, le PBD devra aussi se choisir un nouveau président. Comme déjà annoncé avant le scrutin, Martin Landolt a confirmé lundi son intention de se retirer l'an prochain. Et les potentiels successeurs ne se bousculent pas.

    Martin Landolt, président du PBD.
    Martin Landolt, président du PBD. [Martial Trezzini - Keystone]

  • 14h20

    Un camouflet qui fait parler dans le Jura bernois

    "Surprise de taille", "Déception pour la région", "Camouflet pour Manfred Bühler, "Les Romands tombent de haut", "Pain bénit pour les autonomistes": à la lecture de la presse régionale du jour, la défaite de l'UDC Manfred Bühler fait beaucoup parler et va laisser des traces dans le Jura bernois.

    Seul élu de la partie francophone du canton de Berne durant la dernière législature, Manfred Bühler a fait les frais du recul de l'UDC, qui a perdu deux sièges au National. Arrivé 9e alors que sept agrariens étaient élus, le maire de Cortébert doit quitter la Coupole après une seule législature.

    >> Lire aussi: Seul élu du Jura bernois, l'UDC Manfred Bühler est éjecté du Conseil national

    S'il est arrivé largement en tête dans le Jura bernois, il a en revanche a été distancé dans les arrondissements germanophones. L'électorat du Jura bernois porte aussi une part de responsabilité en s'étant peu mobilisé, puisque la participation n'y a atteint que 36,8%, dix points de moins que la moyenne cantonale.

    Dans Forum dimanche, Manfred Bühler a fait part de sa déception, tout en estimant que son bilan à Berne n'était pas mauvais. Reste que pour le Jura bernois, région de 50'000 habitants, le fait de ne plus être représenté au Parlement est un gros désaveu au moment de devoir régler le délicat dossier de Moutier.

    Et certains dans le camp autonomiste n'ont pu s'empêcher d'avoir le sourire dimanche soir, puisque Manfred Bühler a toujours clamé haut et fort que Moutier devait rester bernoise. La page Facebook Moutier Ville Jurassienne a ainsi publié une coupe de champagne une fois les résultats connus. Dans son commentaire sur RFJ, François Comte juge de son côté que ce résultat prouve que "la partie germanophone du canton de Berne se moque comme d'une guigne de la Question jurassienne, des débats sur l'appartenance cantonale de Moutier et même du Jura bernois en tant qu'entité francophone".

    >> Les réactions dans le Jura bernois dans le 19h30:

    Les francophones bernois ne seront plus représentés sous la coupole fédérale.
    19h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 14h00

    Retour sur la fête dans les stamms écologistes

    Le champagne a coulé dans les stamms écologistes de Suisse romande durant une partie de la nuit, alors que les cantons romands totalisent 7 nouveaux sièges verts.

    De Genève à Neuchâtel, on a longuement fêté des résultats inespérés. "Je m'attendais à une vague verte, mais pas à un triplement du groupe au Conseil national", a notamment réagi l'ancien sénateur vert vaudois Luc Recordon dans le 12h45.

    >> Reportage dans les stamms verts dans le 12h45:

    Les Verts ont célébré leur poussée au parlement fédéral.
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019

    >> Voir aussi l'interview de Céline Vara dans le 12h45:

    La Neuchâteloise Céline Vara se hisse directement au Conseil des Etats
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019
     

  • 13h40

    Jean-François Rime renonce à l'USAM

    Au lendemain de son éviction du Parlement, l'UDC Jean-François Rime annonce qu'il ne se représentera pas à la présidence de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), la faîtière des PME.

    "Je ne peux pas me représenter et ne me représenterai pas" , a indiqué lundi le conseiller national sortant. Dans La Liberté, il précise que sa présidence s'achèvera en mai 2020.

    Jusqu'ici, il se murmurait qu'il visait une réélection à l'âge de 69 ans et alors que les statuts de la faîtière stipulent que ce n'est plus possible à partir de 68 ans. Il aurait alors dû demander une dérogation.

    La succession de l'entrepreneur gruérien à la tête de l'USAM sera évoquée ce mercredi à l'interne.

    Et Jean-François Rime n'est pas le seul dirigeant de l'USAM à avoir reçu une claque dimanche. Son directeur, le PLR zurichois Hans-Ulrich Bigler, n'a également pas été réélu. Il n'a rien communiqué sur son avenir.

    >> Ecouter aussi l'analyse de Muriel Ballaman:

    Hans-Ulrich Bigler (d.), directeur de l'USAM, et Jean-François Rime, président de l'USAM.
    Peter Klaunzer - Keystone
    Le Journal horaire - Publié le 21 octobre 2019

  • 13h10

    Comment réagissent les jeunes?

    Le nouveau Parlement est plus jeune, plus vert et plus féminin. Et si l’on ne connaît pas encore le taux de participation des 18-25 ans, ceux-ci ont certainement aussi joué un rôle important dans ces résultats.

    Ce sentiment se confirmait lundi matin sur le campus de l’Université de Lausanne, où plusieurs étudiants engagés étaient satisfaits de ces élections.

    >> Le sujet du 12h30 à l'Université de Lausanne:

    Le coup de pouce financier de la FER est essentiel et complémentaire à celui déjà versé par l'université.
    Laurent Gilliéron - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 21 octobre 2019

    >> Interview de Térence Chevroulet, étudiant à l'Université de Lausanne:

    Des activistes pour le climat manifestent devant le Palais fédéral le 5 mars 2019.
    Alessandro della Valle - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 12h40

    Le recentrage du Parlement ouvre la porte à de nouvelles alliances

    Ce Parlement plus jeune, plus féminin et plus vert aura un impact sur les dossiers en cours.

    Premièrement, la politique environnementale du Parlement devrait se verdir. Il faudra ensuite voir si la population confirme ensuite dans les urnes les décisions des élus, notamment sur la question des taxes sur l'essence et le mazout.

    Au sujet de l'Europe ensuite, même s'il est difficile d'interpréter ce que le peuple a voté à ce propos, force est de constater que le camp favorable aux bilatérales est désormais plus musclé, les eurosceptiques perdant 12 mandats. On devrait donc assister à un grand rabibochage sur l'Europe entre la gauche et le centre-droit.

    Un retour de la politique du consensus

    Sur les thèmes sociaux tels que les retraites et les primes maladies, le recentrage du Parlement pourrait vraiment avoir un effet. La droite libérale ne pourra plus imposer ses vues au National. Les majorités seront volatiles et les Vert'libéraux joueront un rôle important, eux qui ont une ligne assez compatible avec le PLR et l'UDC sur ces sujets.

    De manière générale, le jeu devient plus ouvert sous la Coupole. En fonction des dossiers, le centre recomposé PDC-Vert'libéraux penchera soit à gauche soit à droite, chacun des deux partis ayant des affinités dans les deux bords de l'échiquier.

    C'est peut-être la principale conséquence de ces élections: il faudra construire de nouvelles unions, deux partis seuls ne pourront plus dicter la loi et les alliances seront parfois inattendues. Cela devrait augurer un retour de la politique du consensus.

    >> Voir l'analyse de Thibaut Schaller dans La Matinale:

    L’avenir des dossiers avec le nouveau Parlement suisse (vidéo)
    L'éclairage d'actualité - Publié le 21 octobre 2019

  • 12h10

    La Suisse remonte au classement des Parlements féminins

    Avec 42% de femmes élues au Conseil national pour l'instant (ce résultat pourrait changer selon les élections au Conseil des Etats), la Suisse devrait passer de la 38e à la 15e place du classement des Parlements féminins et atteindre le niveau de la Belgique ou du Sénégal.

    Ce classement ne prend en considération que la Chambre basse, car beaucoup pays n'ont pas de Chambre haute.

    Le Rwanda en tête

    Premier de tous, le Rwanda, avec plus de 60% de femmes! Dans le top 10, on trouve deux pays africains, quatre d’Amérique latine et des Caraïbes et quatre pays européens.

    Après le génocide, le Rwanda a adopté une série de lois instaurant la parité, c'est le cas aussi dans certains pays d'Amérique latine, même s'il y a des discrimination envers les femmes à d’autres niveaux…

    Parmi les mauvais élèves au niveau européen, figurent la Grèce ou la Slovaquie, avec à peine 20% de femmes au Parlement, et la Hongrie (12,5%). Les Etats-Unis font également pâle figure, avec 23 femmes à la Chambre des représentants.

    >> Les précisions du 12h30:

    Le Parlement rwandais est constitué de plus de 60% de femmes.
    Cyril Ndegeya - AFP
    Le 12h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 11h45

    Un jour pas ordinaire avec deux candidats

    En toute subjectivité, La Matinale a suivi deux des 4600 candidats au élections fédérales durant la journée de dimanche. Il s'agit de deux Genevois, le MCG Roger Golay et la PDC Sophie Buchs, qui n'ont pas été élus sous la Coupole.

    Ici la Suisse.
    DR
    Ici la Suisse - Publié le 21 octobre 2019

  • 11h25

    La lutte pour des seconds tours pour le Conseil des Etats commence

    Avec des seconds tours annoncés dans 14 cantons, la course au Conseil des Etats est loin d'être terminée. Les tractations entre partis ont débuté et les premières décisions sont imminentes, notamment à Genève, Vaud, Valais et Berne.

    Le premier duel au second tour est agendé pour le 3 novembre, en Valais. Vaud, Genèveet Fribourg suivront le 10 novembre. Les premières listes de candidats doivent être déposées d'ici mardi dans six cantons: Genève, Vaud, Valais, Zoug, Berne et Soleure.

    Un ou deux sièges pour le PDC en Valais?

    En Valais, le sortant PDC Beat Rieder ne devrait pas être inquiété lors du second tour. Le parti démocrate-chrétien n'est toutefois pas assuré de conserver son second siège.

    Marianne Maret est arrivée en deuxième position, mais le socialiste Mathias Reynard la talonne. La question tourne surtout autour du maintien ou non de la candidature du PLR Philippe Nantermod, arrivé quatrième. L'UDC Cyrille Fauchère a lui déjà annoncé son intention de rester en course.

    >> Le sujet du 12h30 sur le PDC valaisan:

    Les candidats du PDC valaisan pour le Conseil national.
    Jean-Christophe Bott - Keystone
    Le 12h30 - Publié le 21 octobre 2019

    Les tickets rose-vert y arriveront-ils à Genève et Vaud?

    Dans les cantons de Vaud et Genève, le ticket rose-vert est arrivé en tête. Les partis se réunissent en assemblée lundi soir. A Genève, l'Entente bourgeoise a été distancée, le PLR Hugues Hiltpold arrivant troisième. Sa co-listière PDC Béatrice Hirsch, quatrième, a indiqué dimanche vouloir se maintenir dans la course. L'UDC Céline Amaudruz se maintient et aura le soutien du MCG.

    En terres vaudoises, le candidat PLR sortant Olivier Français, distancé au premier tour par la Verte Adèle Thorens et la socialiste Ada Marra, va chercher à s'assurer le soutien de l'UDC. Les assemblées de parti de lundi soir seront décisives.

    Suspense à Berne

    L'incertitude règne aussi à Berne. Le sortant socialiste Hans Stöckli et la présidente des Verts Regula Rytz sont arrivés en tête, mais l'UDC Werner Salzmann les talonne de très près.

    Le sort de la ministre des Finances Beatrice Simon, arrivée quatrième mais loin derrière et qui tente de sauver le seul siège PBD aux Etats, est incertain. Elle pourrait jeter l'éponge. Les partis devraient annoncer leurs stratégies mardi dans la matinée.

    Qui affrontera Christian Levrat et Beat Vonlanthen à Fribourg?

    A Fribourg, où les candidats doivent annoncer un éventuel retrait d'ici mercredi, la question d'un deuxième tour reste ouverte. Les sortants Christian Levrat (PS) et Beat Vonlanthen (PDC) n'ont pas atteint la majorité absolue et pourraient devoir affronter la PLR Johanna Gapany arrivée troisième, voire l'UDC Pierre-André Page.

    Des seconds tours aussi en Suisse alémanique

    D'autres cantons verront les partis annoncer leurs candidats au deuxième tour durant la semaine: Schwyz, Lucerne, St-Gall et Argovie. A Zurich, l'UDC annoncera jeudi si elle maintient le tribun Roger Köppel, arrivé troisième, dans la course face au PLR Ruedi Noser.

    >> Le sujet du 12h30 sur le possible retrait de Roger Köppel:

    Roger Köppel, conseiller national (UDC-ZH)
    Keystone
    Le 12h30 - Publié le 21 octobre 2019

  • 10h30

    Une formule magique appelée à évoluer

    Interrogés sur l'évolution de la formule magique, la clé de répartition tacite des mandats au Conseil fédéral entre les différents partis, les invités de La Matinale partagent le constat qu'elle sera amenée à évoluer.

    "Je ne suis pas pour une politique de brutalité en disant 'celui-ci est le maillon faible, hop on le retire, on le remplace par le meilleur ou la meilleure des Verts", explique Elisabeth Baume-Schneider (PS/JU). "Par contre, je suis persuadée que la formule magique est maintenant questionnée, et elle deviendra peut-être nettement moins convaincante dans les mois ou les années qui viennent", souligne la nouvelle conseillère aux Etats.

    Une représentativité à prendre en compte globalement

    Sydney Kamerzin (PDC/VS) estime que la force politique des Verts dans le futur - à savoir si la poussée des Verts va se confirmer lors des prochaines élections dans les cantons et les communes - sera déterminante.

    "La représentativité au Conseil fédéral, ce n'est pas seulement la répartition des sièges au Conseil national, c'est aussi la répartition au Conseil des Etats, l'implémentation dans les cantons, dans les villes, ce qui ne se modifie d'un seul coup", souligne le démocrate-chrétien valaisan.

    La formule magique pourrait être remise en question
    L'actu en vidéo - Publié le 21 octobre 2019

  • 09h35

    La question des investissements doit se poser

    Dans La Matinale de la RTS, le nouveau conseiller national PLR neuchâtelois Damien Cottier s'étonne du manque d'investissements de la Confédération: "On est dans des périodes où la Confédération emprunte à des taux pratiquement nuls, voire négatifs; et dans cette période-là, j'ai de la peine à comprendre pourquoi les autorités fédérales n'investissent pas plus, notamment massivement dans les technologies vertes".

    Et de rappeler son expérience bernoise, alors qu'il était le conseiller personnel du conseiller fédéral Didier Burkhalter: "J'avais l'impression d'une certaine hystérie en matière financière, c'est-à-dire qu'on ne veut tellement pas faire de déficit ou on veut tellement mettre de l'argent de côté qu'on ne réfléchit pas assez loin. Et la nécessité d'investir lorsqu'on des taux d'emprunt qui sont aussi bas me semble évidente."

    >> Voir Damien Cottier dans La Matinale:

    Damien Cottier (NE) estime que la Confédération doit investir davantage
    L'actu en vidéo - Publié le 21 octobre 2019

  • 09h25

    La structure des Verts appelée à se professionnaliser

    Au micro de La Matinale, la nouvelle conseillère nationale Sophie Michaud Gigon (Verts/VD) souligne qu'à la suite de la vague verte, le parti devra renforcer ses structures, en particulier au niveau du secrétariat.

    "C'est peut-être parce que je dirige une association (...), mais je me suis dit qu'il faut absolument avoir des ressources pour un secrétariat, forcément qu'il va devoir y avoir besoin davantage de ressources et de gens." Et de conclure: "Il y a pas mal à faire, oui."

    >> Voir Sophie Michaud Gigon dans La Matinale:

    Les Verts doivent renforcer leur secrétariat, selon Sophie Michaud Gigon
    L'actu en vidéo - Publié le 21 octobre 2019

  • 09h00

    Les échos à l'étranger

    La presse allemande souligne la "vague verte qui a aussi atteint la Suisse" dans ses titres et souligne le "salaire mérité" des Verts helvétiques dans l'édito de la Tageszeitung.

    Le journal conservateur Die Welt explique pourquoi l'UDC a reculé: "En 2015, c'est le thème de l'immigration qui occupait le débat", dit le journal, "cette fois, la campagne a été dominée par le thème de l'environnement: la fonte des glaciers en Suisse en a mobilisé plus d'un pour aller voter".

    Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la poussée verte ne signifie pas pour autant que le parti doit accéder au Conseil fédéral. "Les Verts doivent d'abord montrer que leur progression s'inscrit dans la durée avant de pouvoir sérieusement espérer se faire une place au gouvernement". Et de souligner que des milliards de francs devront être investis en Suisse pour faire face au réchauffement climatique.

    Un tremblement de terre dans un pays connu pour sa stabilité

    La presse française, elle, s'est relativement peu intéressée aux enjeux des élections en Suisse, plusieurs médias avaient tout de même thématisé en amont la poussée verte annoncée.

    "A l'échelle de la Suisse, connue pour la stabilité de son paysage politique, c'est un tremblement de terre", avance toutefois Le Monde.

    D'une manière générale, expliquait à la RTS un correspondant français traitant l'actualité suisse, ce sont les grands sujets de société qui font que la Suisse est évoquée dans les médias français. Comme si notre pays était un miroir grossissant, un laboratoire de ce ce qui peut arriver en France à l'avenir.

    Lever les yeux pour voir les glaciers

    Pour la BBC, le succès des Verts s'explique assez facilement. "Les Suisses n'ont qu'à lever les yeux pour voir les effets du changement climatique: les glaciers fondent et les éboulements menacent les populations dans les zones montagneuses".

    >> Ecouter Blandine Milcent depuis Berlin et Alexandre Habay depuis Paris dans l'émission Tout Un Monde:

    Dimanche 20 octobre: les citoyens suisses élisent leur nouveau Parlement fédéral.
    Ennio Leanza - Keystone
    Tout un monde - Publié le 21 octobre 2019

  • 08h30

    Les commentaires

    >> Le commentaire de Laurent Caspary, rédacteur en chef radio:

    Signature de Laurent Caspary (vidéo) - Après la vague verte, la pression est sur les partis gouvernementaux
    Signature - Publié le 21 octobre 2019

    >> Le commentaire de Bernard Rappaz, rédacteur en chef TV:

    Le commentaire de Bernard Rappaz, rédacteur en chef de l'actualité TV à la RTS: "la rue a mis sous pression les politiques".
    19h30 - Publié le 20 octobre 2019
     

  • 06h55

    Jamais le Conseil national n'a été si jeune

    Les électeurs suisses ont élu le plus jeune Conseil national de l'histoire. L'âge moyen des parlementaires pour la législature 2019-2023 est de 49 ans contre 50,3 ans lors de la précédente. Le plus jeune a 25 ans (Andri Silberschmidt, PLR/ZH) et le plus vieux a 72 ans (Jean-Pierre Grin, UDC/VD).

    La Chambre du peuple n'est donc pas seulement devenue plus verte et plus féminine mais aussi plus jeune, selon une analyse sur la base des chiffres de l'Office fédéral de la statistique. La nouvelle moyenne d'âge au Conseil national est de 49 ans exactement. Il y a quatre ans, l'âge moyen des 200 membres de la Chambre basse était de 50,3 ans. En 2011, il était de 50,2 ans et en 2007 de 51,4 ans. L'âge moyen était déjà descendu en dessous des 50 ans: en 1991 (49,7 ans) et en 1987 (49,8 ans).

    Camp rose-vert le plus jeune

    Si l'âge moyen des conseillers nationaux et conseillères nationales a peu varié ces 50 dernières années, son rajeunissement actuel doit beaucoup aux succès des Verts et des Vert'libéraux: les premiers ont en effet la moyenne d'âge la plus basse du National, avec 44,8 ans, et les deuxième ont un âge moyen de 48 ans.

    Les socialistes sont aussi en dessous de la moyenne avec 47,1 ans. Pareil pour la Lega (45 ans) et l'UDF (48 ans), mais avec chacun un seul représentant à la chambre du peuple.

    Les membres de l'UDC (49,6 ans), du PLR (50,6 ans) et du PDC (51,8 ans) relèvent en revanche cette moyenne d'âge. Le PEV (51 ans) et le PBD (56 ans) contribuent aussi à augmenter cet âge moyen, mais avec seulement trois représentants chacun.

    Les moins de 30 ans ont doublé

    Le nombre de parlementaires de moins de 30 ans a presque doublé depuis 2015. Il est passé de 4 à 7 membres. Celui de parlementaires de 60 à 69 ans a, lui, baissé de 8 membres entre 2015 (39) et 2019 (31).

    Les moins de 30 ans (7) et les plus de 70 ans (1) restent sous-représentés par rapport aux mêmes catégories d'âge dans la population suisse. Les 50 à 59 ans sont, eux, les plus nombreux (74), suivi par les 40 à 49 ans (51) et les 30 à 39 ans (36).

  • 06h50

    Une Argovienne doyenne de fonction

    Personne ne siège depuis plus longtemps que la conseillère nationale Ruth Humbel (PDC/AG). La sexagénaire, qui siège depuis 2003, entamera sa cinquième législature sous la Coupole.

    L'Argovienne totalise une durée inférieure à Daniel Brélaz (Verts/VD). L'ancien syndic de Lausanne n'a toutefois pas siégé de manière interrompue à Berne. Avec ses passages entre 1979 et 1989, 2007 et 2011, ainsi que depuis 2015, il totalise 17,9 ans au Conseil national, soit près de deux années de plus que Mme Humbel.

    Tous deux pourraient toutefois rapidement perdre leur titre d'élu le plus expérimenté. La conseillère aux Etats Maya Graf (Verts/BL), qui siégeait depuis 2001 au Conseil national, est en ballottage pour l'unique mandat de son canton aux Etats.

  • 06h35

    Huit sièges, aucune femme pour la délégation valaisanne au National

    La vague verte a touché le Valais, mais pas la vague violette. Les huit sièges valaisans à la Chambre du peuple ont été attribués à huit hommes. Les Valaisannes étaient pourtant 38% à briguer un siège au Conseil national. Le meilleur score revient à Carole Furrer, PDC, plus de 16'700 voix, mais pourtant, ce nombre ne suffit pas à briser ce plafond de verre.

    Pour l'élu Vert Christophe Clivaz, c’est le point noir de cette élection. Selon lui, les partis doivent mener une vraie réflexion pour que les femmes ne soient pas que des porteuses d’eau.

    >> Ecouter l'analyse de Julie Rausis:

    Valère et Tourbillon surplombent Sion.
    Olivier Maire - Keystone
    La Matinale 5h - 6h30 - Publié le 21 octobre 2019

    Faire évoluer les moeurs de l'électorat

    Porteuse d'eau, un qualificatif qui rebute Sylvie Lüginbuhl, candidate PLR dont le parti présentait une liste paritaire. Pour elle, il s'agit de faire changer les habitudes de l'électorat et faire évoluer ses moeurs afin que cela n'arrive plus.

    Cette absence pourrait toutefois servir au moins une personne au deuxième tour: la candidate PDC aux Etats Marianne Maret, dernier espoir des Valaisans d'avoir une représentante à Berne.

    >> Voir aussi la réaction de la candidate Verte Magali di Marco:

    La délégation neuchâteloise au National sera elle aussi entièrement masculine, avec quatre élus. Dans ce dernier canton, la Verte Céline Vara, élue au Conseil des Etats, sera donc la seule représentante.

    Dans le Jura, la délégation à la Chambre du peuple est aussi faite de deux hommes alors que la socialiste Elisabeth Baume-Schneider représentera le canton aux Etats.

  • 05h35

    La presse romande unanime sur la vague verte

    "Vague verte", "raz-de-marée écologiste", "score historique", "vent nouveau, vert et féminin": les titres et éditoriaux de la presse romande prenaient lundi, eux aussi, la vague déclenchée dimanche par les Verts, grands vainqueurs des élections fédérales.

    Si les médias s'attendaient à cette progression des partis écologistes, la plupart admettent qu'ils ne l'imaginaient pas si "forte", "puissante", "impressionnante" et "décoiffante". Les attentes ont été dépassées, résument Le Temps et La Liberté. "Les Verts rient", écrit le Journal du Jura.

    Si peu de journaux vont jusqu'à utiliser le terme de tsunami, plusieurs n'hésitent pas en revanche à parler de séisme dans le landerneau politique. Les quatre partis principaux de l'establishment helvétique ont en effet été bien secoués, relèvent certains éditorialistes.

    Un dessin résume bien ce dimanche électoral, signé Chappatte en Une du Temps: une éolienne verte qui souffle le drapeau suisse avec lequel jongle un UDC en habits traditionnels.

    >> Les précisions du 12h45:

    Le tour de la presse de ce jour, analysé par la journaliste Chloé Steulet
    12h45 - Publié le 21 octobre 2019

    >> En lire plus: Une vague verte historique pour la presse romande

  • 04h29

    Un bond historique des Verts confirmé par l'OFS

    Les chiffres définitifs de l'Office fédéral de la statistique confirment le bond historique des Verts au Conseil national: ils progressent de 6,1 points par rapport à 2015 pour se tailler désormais 13,3% de la part du gâteau électoral.

    C'est aujourd'hui la quatrième force politique à la Chambre du peuple. Il s'agit de la plus forte poussée d'un parti, en pourcentage, depuis les élections fédérales de 1999: l'UDC avait fait un bond encore plus important, passant de 14,9% à 22,5% (+7,6 points).

    L'autre formation gagnante des élections fédérales de dimanche est celle des Vert'libéraux. Avec une progression de 3,2 points, ils grimpent à 7,8% des voix au Conseil national, enregistrant ainsi, eux aussi, le meilleur score de leur histoire. C'est la sixième force politique au National.

    "Establishment" perdant

    Le seul autre parti qui progresse, bien que très légèrement, est le Parti évangélique (PEV): de 0,2 point pour atteindre 2,1% des voix.

    Sinon, tous les autres partis, dont les quatre formations gouvernementales, ont perdu une part plus ou moins importante des électeurs. Si l'UDC reste largement le premier parti de Suisse, il perd néanmoins 3,4 points pour réunir 25,6% des votants. Le PS conserve sa deuxième position au Conseil national, mais perd 2 points pour obtenir 16,8% des voix.

    La troisième place revient toujours au PLR avec 15,1% (-1,3 point). Le PDC cède lui définitivement sa quatrième place aux Verts à la chambre du peuple, perdant 0,2 point pour s'établir à 11,4% des votants. Enfin, le PBD est en septième position avec 2,4% des voix (-1,7 point), juste devant le PEV et ses 2,1%.

  • 04h28

    Un taux de participation en recul de 3,4 points

    Le taux de participation pour les élections fédérales de 2019 s'est élevé à 45,1%, selon les chiffres définitifs publiés par l'Office fédéral de la statistique. Il est en baisse de 3,4% par rapport aux dernières législatives de 2015 (48,5%).

    Selon l'OFS, les électeurs ont été moins nombreux à se rendre aux urnes dans tous les cantons du pays par rapport à il y a quatre ans, à l'exception d'Appenzell Rhodes-Intérieures (+12%).

    Très forte baisse dans le Jura

    Du côté des cantons romands, la plus forte baisse se situe dans le Jura: 42,6% contre 54,3% en 2015. Les électeurs jurassiens avaient cependant désigné leur Parlement, leur gouvernement et leurs élus fédéraux le même jour en 2015.

    Suivent le Valais avec 54% contre 59,8% il y a quatre ans, Genève avec 38,2% contre 42,9% et Fribourg avec 43% contre 47,2%. Le recul est plus modeste dans les cantons de Neuchâtel (40,2% contre 41,8%) et Vaud (41,4% contre 42,9%).

  • 04h26

    La part des femmes au Conseil national n'a jamais été si haute

    Il n'y a jamais eu autant de femmes au Conseil national. Avec 84 élues, elles occupent désormais 42% des sièges de la Chambre du peuple, soit 20 sièges de plus qu'en 2015.

    >> En lire plus: Percée historique des femmes au Conseil national 

  • 04h25

    Retour sur la journée de dimanche

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau national:

    Les Verts gagnent 17 sièges au National et devancent le PDC, l'UDC perd 12 mandats 

  • 04h22

    L'ensemble des résultats du Parlement fédéral

  • 04h21

    Le suivi de la journée dans le canton de Berne

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton de Berne:

    Seul élu du Jura bernois, l'UDC Manfred Bühler est éjecté du Conseil national 

  • 04h20

    Le suivi de la journée dans le Jura

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton du Jura:

    Dans le Jura, le PS et le PDC se partagent les sièges au National et aux Etats 

  • 04h19

    Le suivi de la journée à Neuchâtel

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton de Neuchâtel:

    La Verte Céline Vara élue aux Etats et la gauche progresse au National 

  • 04h18

    Le suivi de la journée à Fribourg

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton de Fribourg:

    L'UDC Jean-François Rime éjecté du Conseil national par la montée des Verts 

  • 04h17

    Le suivi de la journée en Valais

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau en Valais:

    Les Verts valaisans arrachent un siège du National au PDC, qui s'accroche aux Etats 

  • 04h16

    Le suivi de la journée à Genève

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton de Genève:

    La vague verte se confirme à Genève, deux sièges en plus pour les écologistes 

  • 04h15

    Le suivi de la journée dans le canton de Vaud

    Retrouvez le déroulement de la journée de dimanche au niveau dans le canton de Vaud:

    Les Verts siégeront en quatuor au National, l'UDC perd un siège, le PDC disparaît