Banner du 19 août. [Keystone]
Publié Modifié

Le Tessin impose le port du masque à l'extérieur

- Alors que de nouvelles mesures devraient être annoncées mercredi par le Conseil fédéral, le ministre de la Santé Alain Berset s'est rendu au CHUV lundi pour assister au travail, jugé "impressionnant" du personnel soignant.

- En attendant, les hôpitaux romands réorganisent leurs services afin d'accueillir le maximum de patients Covid. Des mesures sont prises pour libérer des lits, en diminuant voire arrêtant la chirurgie élective

- Le Tessin a annoncé que le port du masque serait désormais obligatoire à l'extérieur dans le canton si les mesures de distance ne peuvent être respectées. Cette mesure figure également parmi les différents scénarios que Confédération a soumis aux cantons, en vue de l'annonce de nouvelles mesures mercredi.

- Des actions de protestation ont lieu cette semaine dans toute la Suisse pour dénoncer les conditions de travail précaires des personnels de santé face au coronavirus. Syndicats et associations réclament notamment une prime Covid-19.

- La Suisse compte lundi 17'440 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon l'Office fédéral de la santé publique. Un total de 37 décès supplémentaires sont à déplorer et 259 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité se monte à 21,26%, contre 26,47% vendredi.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

21h25

Suisse allemande: centre commercial épinglé après une fête géante

Près de Zurich, une fête organisée samedi en l'honneur des cinquante ans d'un centre commercial fait polémique.

La manifestation a réuni des milliers de participants, au mépris des mesures sanitaires. Certains veulent y voir une différence de sensibilité dans cette région qui n'a pas connu de la même manière les affres de la première vague de la pandémie.

>> Le reportage du 19h30:

Suisse romande et Suisse alémanique, deux réalités face au Covid-19. [RTS]
Suisse romande et Suisse alémanique, deux réalités face au Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

20h30

Les hôpitaux, solidaires, "créent" des lits pour soigner coûte que coûte

Le Centre hospitalier du Valais Romand (CHVR), qui n'arrive donc plus à faire face à l'arrivée de nouveaux patients Covid, est passé lundi en état d'alerte maximal, de 4 sur 4, un niveau d'urgence maximale jamais atteint, même au printemps. Le CHVR devra demander de l'aide aux hôpitaux voisins, d'abord dans le Haut-Valais et auprès de cliniques privées, puis auprès des autres cantons romands.

>> Les précisions dans le 19h30:

L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. [RTS]
L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

Mais la situation est préoccupante également dans les autres cantons romands, avec un nombre d'hospitalisations multiplié par deux cette dernière semaine en Suisse.

A Genève, il y a actuellement 331 patients Covid hospitalisés. A Fribourg, il ne restait lundi soir que 4 lits aux soins intensifs. Dans le Jura, il n'y en aura plus à la fin de la semaine. Et 150 hospitalisations en Valais, c'était le niveau atteint lors de la première vague alors que tout le pays était semi-confiné depuis une semaine.

"Même situation que le 23 mars"

"Nous sommes dans la même situation que le 23 mars. Mais les mesures cantonales, et non pas nationales, ont été prises il y a 4 jours seulement, c'est cela qui nous préoccupe. Tout nous laisse croire que nous allons vers une augmentation des cas plus importante qu'au mois de mars", indique Eric Bonvin, directeur du CHVR.

A Genève, des mesures sont prises pour libérer des lits, en diminuant voire arrêtant la chirurgie élective et en créant des réseaux avec des cliniques privées, "afin qu'un maximum de patients puissent être pris en charge, qu'ils soient Covid ou non", explique Bertrand Levrat, directeur des HUG.

>> Les précisions de Bertrand Levrat dans le 19h30:

Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." [RTS]
Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

>> Lire: Les hôpitaux, solidaires, "créent" des lits pour soigner coûte que coûte

20h00

Semaine de mobilisation du personnel soignant, à bout de souffle

Le personnel soignant, déjà très sollicité pendant la première vague de Covid-19 et durant tout l’été pour rattraper les opérations qui n’avaient pas pu être effectuées durant le confinement, a laissé entendre son ras-le-bol lundi à Neuchâtel et en Valais.

Par une semaine d’actions, les syndicats entendent dénoncer "l’inaction des autorités". Le conseiller fédéral Alain Berset s’est justement exprimé lundi au sujet de la reconnaissance du personnel soignant lors d’une visite au CHUV. "Il faut être très clair, les efforts faits aujourd’hui sur le plan fédéral ne porteront leurs fruits qu’après le Covid. La question se pose aujourd’hui essentiellement sur les institutions elles-mêmes", a-t-il fait savoir.

>> Le reportage du 19h30 en Valais et à Neuchâtel:

Neuchâtel: coup d'envoi d'une semaine de mobilisation du personnel soignant. [RTS]
Neuchâtel: coup d'envoi d'une semaine de mobilisation du personnel soignant. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

Sauf restriction sanitaire, cette semaine de mobilisation devrait se clore samedi avec une manifestation sur la place fédérale à Berne.

Le directeur de HUG Bertrand Levrat, invité du 19h30, a rendu hommage "à tout le personnel soignant, qui fait un travail extraordinaire. Coup de chapeau à eux tous".

Le reconnaissance passant aussi par une valorisation salariale, le responsable annonce avoir été entendu par le Conseil d'Etat genevois pour revalorisation des assistants en soins communautaires, une petite victoire, "sectorielle", mais une victoire quand même.

>> L'interview de Bertrand Levrat dans le 19h30:

Bertrand Levrat:"Je veux rendre hommage à tout le personnel. La reconnaissance passe aussi par une revalorisation salariale." [RTS]
Bertrand Levrat:"Je veux rendre hommage à tout le personnel. La reconnaissance passe aussi par une revalorisation salariale." / 19h30 / 1 min. / le 26 octobre 2020

18h30

Le port du masque en extérieur bientôt imposé?

Le Conseil fédéral doit se prononcer mercredi sur de nouvelles mesures face à la reprise en force de la pandémie de Covid-19. Parmi les pistes étudiées, on trouve l'extension du masque obligatoire, y compris à l'extérieur, une mesure qui vient justement d'être décrétée par le canton du Tessin.

Cette mesure figure dans un projet comprenant une liste de variantes que la Confédération a fait circuler ce week-end auprès des cantons. La mesure du masque obligatoire viserait les "zones peuplées", à l’intérieur comme à l’extérieur - arrêts de bus, marchés, files d'attentes. Le masque pourrait aussi devenir la règle dans les entreprises.

>> Les précisions dans Forum:

Le port du masque obligatoire pourrait être étendu à l’extérieur [RTS]
Le port du masque obligatoire pourrait être étendu à l’extérieur / Forum / 2 min. / le 26 octobre 2020

"La Task force a toujours exprimé l'opinion scientifique que si l’on n’arrive pas à maintenir la distance de base, même en extérieur, le masque est la règle de base", souligne Marcel Tanner, membre du groupe d’experts mandatés par le Conseil fédéral, dans Forum. "Surtout dans des endroits très peuplés, sur les marchés, aux heures de pointe, précise-t-il. Nous l’avons dit depuis le début de la crise."

"Chaque jour compte"

Il s'agit dès lors d'agir très rapidement - "chaque jour compte"- , et de ne pas ajouter mesure sur mesure, préconise l'expert. "Il faut maintenant ajouter un paquet aux mesures de base pour couper la transmission."

Laurent Kurth, ministre neuchâtelois de la Santé et président de la Conférence latine des Affaires sanitaires et sociales, pointe de son côté le degré d’acceptabilité des mesures envisagées. "On a besoin de porter le masque quand il y a beaucoup de monde. Or, qui peut dire quand il y a beaucoup de monde? La règle qui dit 'espace public' est peut-être un peu schématique, mais elle a le mérite de la clarté. Et on a vraiment besoin de mesures supplémentaires dans les jours qui viennent."

>> Les interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth dans Forum:

Va-t-on devoir porter le masque dans la rue? Interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth [RTS]
Va-t-on devoir porter le masque dans la rue? Interview de Marcel Tanner et Laurent Kurth / Forum / 7 min. / le 26 octobre 2020

18h00

Masque à l'extérieur au Tessin

Dès mardi, le port du masque sera obligatoire aussi à l'extérieur au Tessin, si la distance minimale ne peut être respectée. Le Conseil d'Etat interdit également les sports amateurs impliquant un contact physique à partir de mercredi.

Des exceptions sont prévues pour les entraînements des enfants et pour les leçons de sport dans les écoles. Avec ces mesures, le gouvernement tessinois entend agir encore avant une décision des autorités fédérales, a indiqué son président Norman Gobbi devant les médias.

Par ailleurs, il est toujours obligatoire de consommer assis dans les restaurants. Les tables peuvent accueillir au maximum quatre personnes, sauf s'il s'agit de familles, a précisé Norman Gobbi.

17h30

Masque pour les élèves des cycles d'orientation du Valais

Après Berne, les élèves des cycles d'orientation du Valais devront eux aussi porter un masque après les vacances d'automne. La mesure entre en vigueur dès mercredi pour les Haut-Valaisans, et lundi prochain pour les Romands.

Dans les espaces extérieurs (transport public ou scolaire, cour d'école, etc.) et intérieurs des établissements scolaires, le port du masque est obligatoire pour tous les élèves du cycle d'orientation, précise le département de l’économie et de la formation via la page internet du canton dédiée au coronavirus.

17h20

Poudre suspecte dans une lettre au gouvernement valaisan

Le palais du gouvernement valaisan à Sion a été partiellement évacué après la découverte d'une enveloppe contenant une poudre suspecte. Deux employés ont été acheminés à l'hôpital pour contrôle. Une instruction pénale a été ouverte.

L'alerte a été lancée durant la matinée, lorsqu'un collaborateur de l'administration a ouvert une lettre de réclamations visant les nouvelles mesures de lutte contre la propagation du Covid-19 contenant de la poudre, indique la police cantonale.

La police, les services sanitaires, les pompiers du site chimique CIMO se sont rendus sur les lieux. Le deuxième étage du Palais du gouvernement situé au centre de la ville a été évacué. Les deux employés qui ont été en contact avec la lettre ont été acheminés à l'hôpital de Sion pour contrôle.

La substance suspecte sera analysée par l'unité scientifique de la police cantonale en collaboration avec le centre universitaire de médecine légale de lausanne.

17h00

Aucune interdiction de traiter les cas non urgents

Malgré la pression croissante sur le système hospitalier, il n'existe actuellement aucune interdiction nationale de traiter les cas non urgents. La compétence en revient toujours aux cantons et aux hôpitaux, a indiqué la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS).

Actuellement, la CDS recommande uniquement aux hôpitaux de "réduire rapidement le nombre d'interventions non urgentes afin de pouvoir assurer les capacités nécessaires au nombre croissant de patients atteints de Covid-19".

La situation est particulièrement tendue au Centre hospitalier du Valais romand (CHVR). L'hôpital enregistrait lundi 165 patients hospitalisés du Covid-19, dont 10 en soins intensifs et quatre sous respirateur, a indiqué son directeur Eric Bonvin.

Le CHVR est passé en état d'alerte maximal, pour permettre au canton de gérer les différents établissements, a-t-il expliqué. Pour l'heure, aucun patient n'a été transféré vers d'autres cantons. L'hôpital essaie de repousser au maximum les interventions non urgentes.

16h50

Le versement des crédits aux PME fonctionne bien

L'approvisionnement en crédits et liquidités des petites et moyennes entreprises, fortement malmenées par la pandémie de coronavirus, fonctionne bien, a affirmé le patron de la Banque nationale suisse (BNS) Thomas Jordan.

"La crise du Covid-19 a montré à quel point l'approvisionnement de l'économie en crédits est important", a souligné Thomas Jordan selon le texte de son discours prononcé au Lugano Banking Day.

Le président de la direction générale de l'institut d'émission a rappelé que "de nombreuses entreprises ont rencontré des problèmes de liquidités au printemps, du fait du ralentissement de l'économie".

Pour venir en aide aux PME, la Confédération a mis à leur disposition à partir d'avril des crédits d'urgence, entièrement ou partiellement garantis par les pouvoirs publics.

Selon les données actualisées fin août par le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), un cinquième des PME suisses, soit 136'112 entreprises, ont contracté des crédits Covid-19 pour assurer leurs liquidités. Au total, 16,8 milliards de francs ont été versés et 42% des fonds disponibles ont été utilisés.

16h20

Touché par le Covid, l'OCL annule trois concerts

L'Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL) est contraint d'annuler trois concerts prévus cette semaine à la salle Métropole à Lausanne. Des cas de Covid-19 ont été découverts au sein du personnel de l'orchestre.

Dès l'apparition des premiers soupçons de contagion il y a quelques jours, la direction de l'OCL avait déjà décidé d'annuler en urgence ce week-end le concert des Dominicales, prévu dimanche. Désormais le Grand Concert - avec un programme mêlant Bach, Mozart et Haydn - du 28 et 29 octobre passe à la trappe, comme Entracte du 29 octobre.

Les détenteurs de billets ou d'abonnements pourront demander le remboursement, à partir du 2 novembre, annonce lundi l'OCL. Ceux qui ont pris leurs billets sur le site Internet de l'orchestre seront remboursés d'office. Ceux qui y renoncent par solidarité peuvent obtenir une attestation de don, précise le communiqué.

La suite reste incertaine. La direction de l'OCL attend les annonces du Conseil fédéral prévues mercredi. D'ici-là, la vente de billets est interrompue. Le concert portes ouvertes du 6 décembre est d'ores et déjà annulé, car il repose sur la proximité entre le public et l'orchestre, impossible actuellement, regrette l'OCL.

16h10

Masque obligatoire pour les élève bernois du secondaire I pendant les cours

Le canton de Berne prend de nouvelles mesures pour protéger les élèves et les enseignants de la scolarité obligatoire de la pandémie de coronavirus. Dès mardi et jusqu'à nouvel ordre le port du masque est obligatoire pour les élèves du secondaire I pendant les cours et dans le périmètre de l'école.

Les adultes devront eux porter un masque pendant les cours, sur le site de l'école et dans tous les bâtiments des écoles de tous les niveaux, a indiqué lundi le canton de Berne.

L'Office du médecin cantonal a arrêté ces mesures de concert avec la Direction de l'instruction publique pour lutter contre l'augmentation exponentielle du nombre d'infections au Covid-19.

Les mesures de protection sont aussi étendues dans les écoles professionnelles et moyennes: le port du masque est obligatoire pendant les cours même si les distances peuvent être respectées et cela sur tout le périmètre de l'école. Il est également recommandé aux écoles de renoncer aux sports de contact et aux sports de balle dans l'enseignement du sport.

15h50

L'incidence du Covid-19 en Europe

15h15

Les seniors demandent des tests rapides dans les EMS

Le Conseil suisse des aînés (CSA) demande des tests rapides contre le coronavirus dans les EMS, pour éviter de nouvelles interdictions de visites. Cela permettrait d'évaluer rapidement la situation dans ces établissements et de prendre des mesures "modérées".

La première vague de la pandémie, au printemps, avait montré que l'interdiction des visites n'était "pas efficace", indique le CSA dans un communiqué publié lundi. Le virus avait pu pénétrer dans les EMS, en particulier via le personnel.

Ces mesures avaient en revanche isolé les pensionnaires et provoqué des problèmes psychiques, comme des dépressions. L'interdiction avait en particulier été "fatale" pour les patients souffrant de démence et leur maladie s'était aggravée. Pour cette raison, il ne faut pas utiliser la même "recette", estime le CSA.

Le ministre de la santé Alain Berset a annoncé la semaine passée que les tests rapides pourraient bientôt être utilisés en Suisse. Il n'a toutefois pas été précisé comment et à qui ils allaient être distribués.

15h00

Forte demande pour la vaccination antigrippale

Avec l’arrivée de l’hiver et l’augmentation des cas de coronavirus, les demandes pour le vaccin contre la grippe sont plus nombreuses que les autres années. Des commandes supplémentaires ont été passées et arriveront progressivement chez les médecins et pharmaciens.

>> Plus d'informations dans notre article: Entre arrivée de l'hiver et Covid, vaccination antigrippale très demandée

"Nous avons environ 30% de demandes supplémentaires", constate Catherine A Marca, responsable d’une pharmacie en ville de Fribourg, lundi dans le 12h45. "Cette année, il y a des listes d’attente parce qu’on ne peut pas vacciner tout le monde à la fin octobre."

14h45

"Pas de crise sociale" avec la deuxième vague

Le marché du travail ne devrait pas connaître de crise suite à la deuxième vague de Covid-19 qui sévit actuellement en Suisse. Le taux de chômage a atteint des niveaux qualifiés de normaux dans d'autres pays, a expliqué la directrice d'Adecco Suisse Monica Dell'Anna dans une interview à l'agence AWP.

"Nous n'allons pas entrer dans une situation de crise sociale", a expliqué la nouvelle patronne helvétique du géant de l'intérim, en poste depuis le 1er juin.

Monica Dell'Anna perçoit même des signes de reprise, citant notamment les dernières statistiques en matière de travail temporaire, considéré comme un indicateur avancé pour l'ensemble du marché du travail. "Bien sûr, tout dépend de quelle manière nous allons pouvoir tenir la pandémie sous contrôle", nuance-t-elle.

La dirigeante met en garde contre toute tentation de verrouiller le marché du travail en raison de la crise. La flexibilité reste l'un des atouts de la Suisse en la matière, selon Monica Dell'Anna.

14h00

Alain Berset en visite au CHUV

Le conseiller fédéral Alain Berset s'est rendu lundi sur le site du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne. Le ministre de la Santé a rencontré les dirigeants de l'établissement et la conseillère d'Etat vaudoise Rebecca Ruiz. Il s'est notamment rendu au centre de traçage.

"Impressionné par l'organisation et les solutions trouvées, malgré la pression. Ne rien lâcher!", a écrit Alain Berset sur Twitter.

Lors d'un point presse, Alain Berset n'a pas dévoilé la teneur des prochaines mesures que prendra la Confédération, indiquant toutefois qu'elles seraient "complémentaires" à celles déjà prises ces derniers jours dans les cantons.

Le conseiller fédéral a toutefois reconnu qu'il était urgent d'édicter "un fonds de mesures valables pour tout le pays" au vu d'une situation jugée "critique". Il a rappelé qu'en moins d'un mois, la Suisse était passée d'un Etat relativement épargné à "l'un des endroits les moins enviables sur le continent européen" en matière d'infections au Covid-19.

"La situation est grave et elle empire chaque jour. Il faut une réaction forte", a-t-il déclaré.

>> Lire: En visite au CHUV, Alain Berset prépare le terrain à de nouvelles mesures

Samedi, c'est Simonetta Sommaruga qui s'était rendue à l'Hôpital de l'Ile à Berne.

>> Lire aussi: Simonetta Sommaruga apporte son soutien au personnel d'un hôpital

13h10

L'Hôpital du Valais romand en état d'alerte maximale

La situation est si tendue sur le front du Covid-19 dans le Valais romand que des patients valaisans pourront désormais être envoyés dans d'autres établissements, notamment dans les établissements du Haut-Valais mais aussi les cliniques privées voire des hôpitaux d'autres cantons.

La coordination sera assurée par le canton via l'autorité sanitaire. Une cellule de crise est prévue ce lundi.

>> Ecouter les précisions de Céline Fontannaz dans le 12h30:

Deux infirmières au chevet d'une patiente à l'Hôpital Riviera-Chablais à Rennaz. [Laurent Gilliéron - Keystone]Laurent Gilliéron - Keystone
Face à la crise, des patients valaisans pourront être envoyés dans d'autres établissements / Le 12h30 / 3 min. / le 26 octobre 2020

>> Les explications de Victor Fournier, responsable du Service de la santé publique, dans le 12h45:

L'hôpital du Valais est en état d'alerte maximal. Les explications de Victor Fournier, responsable du Service de la santé publique en Valais. [RTS]
L'hôpital du Valais est en état d'alerte maximal. Les explications de Victor Fournier, responsable du Service de la santé publique en Valais. / 12h45 / 2 min. / le 26 octobre 2020

12h45

Salles de concerts et festivals perdus face aux nouvelles mesures

Les salles de concerts et festivals de musiques actuelles sont plus inquiets que jamais en regard des nouvelles mesures liées à la pandémie de coronavirus. Les restrictions imposées par les autorités doivent être compensées par des aides financières urgentes afin d'éviter la mise en péril de tout un écosystème, clament-ils.

Les mesures annoncées la semaine dernière par les cantons romands "ont fait l'effet d'une douche froide" pour bon nombre de lieux et d'organisateurs d’événements culturels, notent dans un communiqué lundi les membres PETZI. La fédération rassemble une quarantaine de salles de concerts et une soixantaine de festivals en Suisse romande, avec au total plus de 1500 employés et de 9800 bénévoles.

Concrètement, "imposer entre 70 et 100% un découpage en secteurs de 100 personnes avec consommation exclusivement assise" constitue une "mission impossible". La majorité des membres PETZI ne peut pas appliquer ces mesures parce que l'aménagement du lieu ne le permet pas ou par manque de ressources en personnel et matériel. Quant aux autres, ils ne pourraient le faire qu'en devenant déficitaires.

Pour éviter une perte de compétences, une démotivation massive des équipes de permanents déjà à bout de souffle et la disparition de tout un vivier de bénévoles, il faut appliquer de façon cohérente au niveau national les mesures de soutien de l'ordonnance culture Covid-19. Soit en premier lieu poursuivre le versement des indemnités APG pour les indépendants, qui n'ont plus rien reçu depuis le 16 septembre.

>> Lire aussi: Les clubs et festivals de musiques actuelles tirent la sonnette d'alarme

12h00

Plus de 17'000 nouveaux cas en trois jours

La Suisse et le Liechtenstein comptent lundi 17'440 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, soit le double d'il y a une semaine, selon l'OFSP. Trente-sept décès supplémentaires sont à déplorer et 259 malades ont été hospitalisés.

Les chiffres du samedi et du dimanche sont dorénavant transmis le lundi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant les dernières 72 heures, les résultats de 82'026 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 21,26% (contre 26,47% vendredi). Sur les deux dernières semaines, le pays compte 654 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 121'093 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'808'464 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1914 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 6097.

Le pays dénombre par ailleurs 18'497 personnes en isolement et 19'867 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'799 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h45

Quelles garanties avec les applications de traçage?

Suite à l'imposition des applications de traçage dans les restaurants romands, des clients se montrent réticents. Peut-on se voir refuser un service si on n'accepte pas le traçage et quelles garanties de protection des données privées ces applications offrent-elles?

>> Gilles Meystre, député au Grand Conseil vaudois et président de GastroVaud, répond au micro de l'émission On en parle:

Suite à lʹimposition des applications de traçage dans les restaurants romands, des clients se montrent réticents. [tonodiaz - Depositphotos]tonodiaz - Depositphotos
App de traçage dans les restaurants: les établissements peuvent-ils nous obliger à les utiliser? / On en parle / 9 min. / le 26 octobre 2020

11h30

Le vaccin contre la grippe est déjà épuisé au Tessin

Le vaccin contre la grippe saisonnière est déjà épuisé au Tessin. De nouvelles doses sont attendues à la fin novembre. D'ici là, seuls le personnel de santé, les personnes à risque et celles en contact permanent avec elles sont autorisées à se faire vacciner.

Selon la radio-télévision RSI, le vaccin est déjà épuisé depuis deux à trois semaines dans certaines pharmacies et de nombreuses doses attendues pour fin novembre ont déjà été réservées.

La Suisse devrait recevoir quelque 700'000 doses dans un mois. On ignore combien seront livrées au Tessin. Une clé de répartition n'a pas encore été élaborée, selon le pharmacien cantonal Giovan Maria Zanini.

11h15

Les tests de dépistage sont-ils fiables?

La fiabilité des tests de dépistage du coronavirus (tests PCR) est remise en question. Certaines voix estiment qu'ils seraient trop sensibles et enverraient trop de personnes en quarantaine.

Astrid Stuckelberger, docteure en santé publique, et Manuel Schibler, médecin et virologue, se penchent sur la question dans l'émission CQFD.

>> Le sujet de CQFD:

Le Covid-19 est détecté à l'aide d'un frottis nasopharyngé.
diy13@ya.ru
Depositphotos [diy13@ya.ru - Depositphotos]diy13@ya.ru - Depositphotos
De l'efficacité des tests PCR pour le Covid-19 / CQFD / 14 min. / le 26 octobre 2020

10h45

Les syndicats réclament une prime pour les soignants

Des actions de protestation ont lieu cette semaine dans toute la Suisse pour dénoncer les conditions de travail précaires des personnels de santé face au coronavirus. Syndicats et associations réclament notamment une prime Covid-19, soit un salaire mensuel de plus.

"En ce début de période hivernale, maladies et épuisement des personnels sont signalés un peu partout dans les institutions de santé", écrit l'alliance "Ensemble avec les personnels de santé" en marge d'une conférence de presse lundi à Neuchâtel. Il faut donc "que les dispositions légales relatives à la durée du travail maximale et aux temps de repos ne soient pas à nouveau suspendues."

>> Ecouter l'interview de Barbara Pfister, secrétaire syndicale aux Syndicats chrétiens du Valais (SCIV) dans le 12h30:

Du personnel de santé à l'hôpital de La Chaux-de-Fonds. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Le personnel de la santé lance une semaine de mobilisation en Suisse: interview de Barbara Pfister / Le 12h30 / 4 min. / le 26 octobre 2020

Et l'alliance de dénoncer "le manque de reconnaissance" vis-à-vis de ceux qui sont au front contre la pandémie. Autorités politiques et employeurs doivent accorder aujourd'hui une protection maximale aux personnels de santé plutôt que de supprimer leurs droits, comme durant la première vague, alors que ces travailleurs étaient confrontés à une pénurie de matériel de protection.

Trois revendications centrales rythmeront donc cette semaine de protestation: une prime Covid-19 sous la forme d'un salaire mensuel supplémentaire pour les personnels de santé, davantage de droits sur le lieu de travail - droit de participation plus étendu et meilleure protection - ainsi que de meilleures conditions de travail, pour l'application de la loi sur le travail et contre un minutage des soins.

C'est Neuchâtel qui a donné le coup d'envoi de la semaine de protestation, avec une action organisée lundi devant l'Hôpital Pourtalès entre 10h30 et 12h00. Selon un photographe de Keystone-ATS sur place, seules 25 personnes étaient présentes, soit 10 employés et 15 syndicalistes. Le personnel n’a pas eu l'autorisation de sortir pour manifester, ont assuré ces derniers.

D'autres actions auront lieu, "dans le strict respect des mesures de protection", mardi à Genève, Bâle et Lucerne, mercredi à Lausanne, Frauenfeld et Aarau, jeudi à Fribourg, Zurich, St-Gall ainsi qu'en Suisse centrale et samedi à Berne sur la Place fédérale. Parmi ces manifestations, bon nombre de marches et cortèges au centre-ville, passant devant des lieux de pouvoir.

10h30

La nouvelle vague de Covid-19 menace les EMS suisses

Les EMS subissent de plein fouet la seconde vague de coronavirus. En Valais, la flambée des cas a poussé les autorités à prendre des mesures drastiques, comme interdire toute visite dans chacun des établissements du canton. Dans ces conditions, la santé physique et mentale des résidents est un enjeu majeur.

>> Plus d'informations dans notre article: Les EMS sont très menacés par la nouvelle vague de coronavirus

D’autres cantons, comme Genève, agissent au cas par cas, en fonction de la situation de l’établissement ou de la surface dont celui-ci dispose.

L’isolement complet ne fait en tout cas pas l’unanimité.

>> L'interview de Nicolas Walder, conseiller national genevois:

 

Le conseiller national genevois Nicolas Walder. [RTS]
Situation difficile dans les EMS: interview de Nicolas Walder (vidéo) / La Matinale / 7 min. / le 26 octobre 2020

10h10

Christelle Luisier testée positive

Une deuxième conseillère d'Etat vaudoise a été testée positive au Covid-19. Après Béatrice Métraux la semaine dernière, c'est au tour de Christelle Luisier d'être touchée.

La cheffe du Département des institutions et du territoire (DIT) a été testée positive samedi "en présence de symptômes ordinaires", annonce lundi matin l'Etat de Vaud. La ministre PLR s'est placée en isolement à son domicile et va continuer de travailler à distance.

Le test positif de Christelle Luisier n'a entraîné aucune mise en quarantaine dans son entourage professionnel, ni au sein du Conseil d'Etat, précise le communiqué.

Dans les autres cantons romands, plusieurs conseillers d'Etat romands ont aussi été infectés par le coronavirus. C'était notamment le cas en mars du Valaisan Frédéric Favre et de la Genevoise Nathalie Fontanet. Plus récemment, début octobre, le Genevois Antonio Hodgers l'a également annoncé.

09h45

Fin de saison touristique amère pour le Tessin

Après avoir enregistré une fréquentation record depuis l'été, la branche touristique au Tessin connaît une fin de saison automnale en demi-teinte suite à la décision allemande de placer la Suisse au nombre des pays à risque en raison de l'explosion de cas de nouvelles contaminations au Covid-19.

"Nous aurons à la fin du mois d'octobre un recul marqué dans la région de Locarno", zone de villégiature particulièrement prisée des touristes d'outre-Rhin, alors que plusieurs Länder allemands sont encore en vacances, a affirmé au micro de la RSI Max Perucchi, président de la section locale d'Hotelleriesuisse.

Bien que négative pour l'ensemble du secteur, la décision allemande ne devrait cependant pas affecter outre mesure les acteurs du tourisme du canton italophone. "Le flux était déjà en train de diminuer et nous avons eu de la chance cette année au Tessin", reconnaît le responsable régional de la faîtière hôtelière.

Les touristes allemands représentent toujours le marché étranger le plus important pour la région de Locarno, que ce soit en termes de nuitées hôtelières ou de résidences secondaires, rappelle la RSI, précisant que 10% des quelque 16'000 logements de vacances que compte le district de la ville sur les rives du lac Majeur sont en mains allemandes.

09h30

Malgré la crise, les acheteurs de montres préfèrent les magasins à internet

Malgré la crise pandémique et l'intensification de la numérisation qu'elle a provoquée, les acheteurs de montres suisses continueront de préférer les boutiques physiques aux sites internet.

L'expérience en magasin reste "un élément essentiel" à l'achat, selon une étude du cabinet Deloitte.

>> Plus d'informations dans notre article: Les acheteurs de montres suisses privilégient les boutiques à internet

Par ailleurs, une large majorité (85%) des cadres horlogers interrogés sont pessimistes concernant l'avenir du secteur. La chute des exportations mondiales se poursuit depuis le début de l'année et l'apparition du Covid-19 en Chine.

>> Les précisions dans le 19h30:

Olivier Müller, expert en industrie horlogère. [RTS]RTS
Les magasins physiques d’horlogerie sont-ils toujours l’avenir? Interview d’Olivier Müller / Forum / 5 min. / le 26 octobre 2020

09h00

Le Parlement se déchire sur la question des loyers commerciaux

L'Etat doit-il régler la questions des loyers des commerces fermés par la crise du Covid? Le Parlement se déchire autour de cette question. Une réponse est attendue jeudi lors de la session spéciale du Conseil national. Le compromis trouvé pour aider les locataires ne semble plus vraiment d'actualité.

Pour éviter aux commerçants touchés par la crise de se retrouver sur la paille, les partis ont trouvé dans la douleur une solution: le coiffeur ou le cafetier dont l’établissement a été fermé par le Conseil fédéral ne paierait que 40% de son  loyer, pour autant qu'il soit inférieur à 15'000 francs par mois. Un rabais forcé mais nécessaire pour éviter les faillites selon le socialiste neuchâtelois Baptiste Hurni.

"On craint clairement les faillites. Elles ne viendront pas tout de suite car il y a eu de nombreux prêts Covid qui ont servi à payer ces loyers. Mais les prêts, par définition, se remboursent. Beaucoup de ces loyers commerciaux qui sont concernés sont des secteurs qui ont de la peine aujourd'hui, comme par exemple la restauration", explique-t-il.

Voir l'Etat intervenir a posteriori dans des contrats privés donne de l'urticaire à pas mal d'élus. L'élu du PDC genevois Vincent Maitre refusera le compromis: "On ne peut pas imposer une seule et unique solution sur l'ensemble d'un pays qui est rempli de diversité et de situations différentes. Le prix des loyers à Genève ou Zurich n'est par exemple pas du tout le même que dans des régions beaucoup plus reculées. Par ailleurs, tous les commerces n'ont pas subi forcément de dommage pendant le Covid."

>> Les explications dans La Matinale:

Le Conseil fédéral a transmis son projet de loi pour l’aide aux loyers commerciaux. [Anthony Anex - keystone]Anthony Anex - keystone
Le Parlement se déchire sur la question des loyers commerciaux / La Matinale / 1 min. / le 26 octobre 2020

08h30

Un "coup d'assommoir" pour les bars vaudois

De nouvelles restrictions pour lutter contre la propagation du coronavirus sont entrées en force dimanche dans le canton de Vaud.

Avec l'obligation de fermer leurs portes à minuit, les gérants de bars sont parmi les plus impactés par ces mesures

Pour Antoine Piguet, propriétaire de plusieurs établissements publics et vice-président de GastroLausanne, certains ne survivront pas à ce nouveau tour de vis.

"On paye déjà un lourd tribut depuis le début de cette pandémie. Je suis bien conscient des problèmes sanitaires, mais aujourd'hui c'est un peu le coup d'assommoir. On a pris des mesures liberticides, qui empêchent les gens de travailler. Les mesures qui ont été prises n'ont pas démontré une certaine efficacité, et maintenant on a besoin urgemment que les cantons et la Confédération ouvrent le porte-monnaie pour sauver ces entreprises, qui vont faire des faillites si ce n'est pas le cas rapidement", déclare-t-il.

>> La réaction d'Antoine Piguet dans La Matinale:

Pour les restaurants et bars vaudois, le masque est obligatoire dès le 17 septembre pour le personnel en salle et les clients, jusqu'à ce qu'ils s'assoient. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le vice-président de GastroLausanne déplore les nouvelles mesures / La Matinale / 60 sec. / le 26 octobre 2020

07h45

Pression pour accélérer l'aide aux entreprises

La pression monte sur la Confédération et les cantons pour accélérer l'aide aux entreprises, alors que la situation se dégrade à nouveau, et que seule une partie des soutiens financiers de ce printemps fonctionne toujours.

Un nouveau bol d'air est promis pour les entreprises les plus touchées par l'épidémie, le soutien financier pour les "cas de rigueur". Mais ce mécanisme ne sera prêt qu'en février de l'année prochaine.

Chômage partiel et prêts insuffisants

Pour certaines entreprises, le chômage partiel et les prêts ne suffiront pas. C'est pourquoi le Parlement a prévu dans la loi Covid-19 des mesures pour les cas de rigueur, destinées au secteurs directement touchés, en particulier l'événementiel, les forains, ou encore les voyagistes.

La Confédération peut aider à fonds perdus une entreprise dont le chiffre d'affaires chute en-dessous de 60% des années précédentes, à condition que le canton concerné mette la moitié de la somme. Voilà pour le principe. Reste à l'appliquer, à travers une ordonnance du Conseil fédéral, ce qui prend du temps

>> Les précisions d'Etienne Kocher dans La Matinale:

Un magasin en liquidation totale dans les rues de Lausanne. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
Les mesures pour les cas de rigueur prennent du temps / La Matinale / 1 min. / le 26 octobre 2020

07h30

Les HUG cherchent du personnel

Pour faire face à l'augmentation rapide du nombre de patients atteints du Covid-19, les Hôpitaux Universitaires de Genève lancent un appel à leurs anciens collaborateurs. Ils anticipent ainsi un pic d'hospitalisations qui devrait dépasser celui du printemps.

"Il est hautement probable que le pic des 550 patients Covid positifs hospitalisés que nous avions enregistrés lors de la première vague sera largement dépassé dans les jours qui viennent", explique Bertrand Levrat, directeur général des HUG, dans le communiqué. "Nous anticipons que le nombre de lits et de professionnels nécessaires pour soigner les patients Covid et non-Covid sera très supérieur à ce que nous avons connu ce printemps", a-t-il ajouté.

>> Les précisions du 19h30:

Soins intensifs des HUG : retour du dispositif d'urgence pour lutter contre le Covid [RTS]
Soins intensifs des HUG : retour du dispositif d'urgence pour lutter contre le Covid / 19h30 / 2 min. / le 25 octobre 2020

De son côté, le Centre Hospitalier du Valais Romand passe en état d'alerte maximal lundi, a déclaré le directeur de cet établissement Eric Bonvin à Radio Rhône dimanche. Des patients valaisans vont ainsi commencer à être envoyés dans des hôpitaux d'autres cantons.

Ce dimanche, "nous sommes à 124 personnes hospitalisées dans les hôpitaux du Valais romand dans les lits de soins aigus", déclare Eric Bonvin. "Dix personnes sont en soins intensifs. L'augmentation est constante et inquiétante."

>> L'interview d'Eric Bonvin dans le 19h30:

Eric Bonvin, le directeur de l'hôpital du Valais, fait le point sur les problèmes d'effectifs et les hospitalisations [RTS]
Eric Bonvin, le directeur de l'hôpital du Valais, fait le point sur les problèmes d'effectifs et les hospitalisations / 19h30 / 2 min. / le 25 octobre 2020

>> Lire aussi: Les HUG font appel aux volontaires pour faire face au Covid-19

07h15

Forum répond aux questions des auditeurs

Les mesures sanitaires sont-elles trop strictes ou faut-il davantage de restrictions? Forum a donné dimanche soir la parole aux auditeurs.

Deux ministres cantonaux, Christophe Darbellay (VS) et Pierre-Alain Schnegg (BE), ainsi que la médecin Laurence Senn, responsable hygiène-prévention-infection au CHUV, ont répondu aux questions.

>> Réécouter l'opération spéciale de Forum:

Page spéciale Covid-19: on vous donne la parole! [RTS]
Page spéciale Covid-19: on vous donne la parole! / Forum / 44 min. / le 25 octobre 2020

07h00

Des critiques de plus en plus nombreuses

Antoine Hubert, administrateur délégué du groupe de cliniques privées Swiss Medical Network, est l'une des voix critiques face à la gestion de la pandémie en Suisse. Il appelle les autorités à informer la population de manière exhaustive.

Dans une récente interview parue dans L'Illustré, Antoine Hubert dénonçait un climat anxiogène, estimant que les mesures allaient trop loin et qu'il fallait les cibler sur les personnes à risque.

Interrogé dimanche dans Forum, il précise que ce n'est pas tant les mesures qu'il critique, "c'est la manière dont tout ceci est fait et surtout qu'il y ait une grande différence entre la théorie et la pratique".

>> Son interview dans Forum:

Les critiques contre les mesures face au coronavirus se multiplient: interview d’Antoine Hubert [RTS]
Les critiques contre les mesures face au coronavirus se multiplient: interview d’Antoine Hubert / Forum / 7 min. / le 25 octobre 2020

A travers la Suisse, de plus en plus de voix politiques s'élèvent aussi pour critiquer la passivité actuelle du Conseil fédéral face à la pandémie.

Plusieurs conseillers nationaux demandent également que le gouvernement prenne ses responsabilités.

>> Voir le sujet du 19h30:

La passivité du Conseil fédéral est dénoncée alors que la deuxième vague du virus a commencé [RTS]
La passivité du Conseil fédéral est dénoncée alors que la deuxième vague du virus a commencé / 19h30 / 2 min. / le 25 octobre 2020

>> Lire aussi: "Le port du masque pousse les gens à prendre des risques"

06h45

Port du masque à l'extérieur, dans les endroits fréquentés?

La séance de mercredi du Conseil fédéral sera assurément très scrutée, car le collège gouvernemental devrait annoncer de nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19.

Parmi elles pourrait figurer l'obligation de porter le masque à l'extérieur, dans les endroits fréquentés. Le Conseil fédéral envisagerait cette mesure, selon un projet d'ordonnance envoyé vendredi aux cantons pour consultation et dévoilé samedi par le Blick. Certains centres-villes seraient notamment concernés.

>> Pour en savoir plus: Le Conseil fédéral envisage d'imposer le masque dans les rues fréquentées

06h30

Le rappel des mesures cantonales

Après le Valais, la totalité des cantons romands ont annoncé de nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19 vendredi, tout comme certains cantons alémanique.

>> Les principales mesures:

- A Genève, les rassemblements de plus de cinq personnes sur l'espace public sont interdits, tout comme les réunions privées de plus de cinq personnes (enfants de moins de 12 ans non compris). Les établissement publics (restaurants, cafés, bars etc.) seront fermés à 23h.

- Dans le Jura, les bars et restaurants devront fermer à 22h. Les sports d'équipe et de contact sont interdits à l’exception de la pratique à huis-clos à titre professionnel. Les réunions, rassemblements ou manifestations de plus de 15 personnes, enfants compris, sont désormais interdits.

- A Fribourg, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public et privé sont interdits. Les établissements publics comme les bars et restaurants devront fermer à 23h. Les discothèques et cabarets, ainsi que les établissements de loisirs tels que casinos et salles de jeu sont fermés.

- Neuchâtel passe se son côté en alerte rouge, soit l'alerte maximale. Les réunions de plus de 10 personnes sont ainsi interdites dans l'espace privé, alors que les bars et restaurants doivent fermer à 23h.

- Le canton de Vaud se veut moins restrictif: si les rassemblements privés de plus de 10 personnes sont interdits, les bars et restaurants peuvent rester ouverts jusqu'à minuit. Le masque reste obligatoire. Les manifestations de plus de 1000 personnes ne sont plus permises.

- Le canton de Berne interdit les manifestations publiques ou privées réunissant plus de 15 personnes ainsi que les foires et les expositions commerciales, et ferme les bars, clubs, discothèques, musées, cinémas, centres sportifs et fitness. Les restaurants doivent eux fermer à 23h.

- En Valais, tous les lieux de divertissements ont été fermés, des musées aux salles de sport en passant par les cinémas et autres bibliothèques. Les mesures annoncées mercredi sanitaires font grincer des dents. Certains fitness contestent cette décision et vont déposer un recours de droit administratif auprès du tribunal cantonal.

>> Les mesures plus détaillées dans chaque canton: Canton par canton, les mesures désormais en vigueur face au Covid-19

06h15

Retour sur le week-end

Le week-end écoulé a notamment vu la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga se rendre à l'Hôpital de l'Île à Berne pour apporter son soutien aux hôpitaux pris dans la tourmente du coronavirus.

"A l'hôpital, vous pouvez voir à quel point il est important de réduire le nombre de cas", a déclaré la conseillère fédérale. Car s'il n'y a pas assez de lits dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs, le virus devient "dangereux pour nous tous", a-t-elle souligné.

>> Les images de la visite:

Sommaruga dans un hôpital pour apporter son soutien au personnel [RTS]
Sommaruga dans un hôpital pour apporter son soutien au personnel / L'actu en vidéo / 2 min. / le 24 octobre 2020

>> Lire aussi: Simonetta Sommaruga apporte son soutien au personnel d'un hôpital

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus