Modifié

Les hôpitaux, solidaires, "créent" des lits pour soigner coûte que coûte

L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. [RTS]
L'Hôpital du Valais est en alerte maximale. La solidarité avec les autres hôpitaux s'organise. / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020
La situation est si tendue sur le front du Covid-19 dans le Valais romand que des patients pourront être envoyés dans d'autres établissements. Les autres cantons romands aussi développent des stratégies pour accueillir les patients, à l'instar des HUG qui créent 150 lits supplémentaires cette semaine.

Le Centre hospitalier du Valais Romand (CHVR), qui n'arrive donc plus à faire face à l'arrivée de nouveaux patients Covid, est passé lundi en état d'alerte maximal, de 4 sur 4, un niveau d'urgence maximale jamais atteint, même au printemps. Le CHVR devra demander de l'aide aux hôpitaux voisins, d'abord dans le Haut-Valais et auprès de cliniques privées, puis auprès des autres cantons romands.

Mais la situation est préoccupante également dans les autres cantons romands, avec un nombre d'hospitalisations multiplié par deux cette dernière semaine en Suisse.

A Genève, il y a actuellement 331 patients Covid hospitalisés. A Fribourg, il ne restait lundi soir que 4 lits aux soins intensifs. Dans le Jura, il n'y en aura plus à la fin de la semaine. Et 150 hospitalisations en Valais, c'était le niveau atteint lors de la première vague alors que tout le pays était semi-confiné depuis une semaine.

"Même situation que le 23 mars"

"Nous sommes dans la même situation que le 23 mars. Mais les mesures cantonales, et non pas nationales, ont été prises il y a 4 jours seulement, c'est cela qui nous préoccupe. Tout nous laisse croire que nous allons vers une augmentation des cas plus importante qu'au mois de mars", indique Eric Bonvin, directeur du CHVR.

A Genève, des mesures sont prises pour libérer des lits, en diminuant voire arrêtant la chirurgie élective et en créant des réseaux avec des cliniques privées, "afin qu'un maximum de patients puissent être pris en charge, qu'ils soient Covid ou non", explique Bertrand Levrat, directeur des HUG, lundi dans le 19h30.

Distance et hygiène

Les Hôpitaux genevois veulent ainsi créer quelque 150 lits dans le courant de la semaine, "une tâche titanesque", selon le responsable.

Quant à la surprise créée par cette deuxième vague de contaminations, qui surprend par son ampleur, Bertrand Levrat souligne que le virus "est le même qu'au printemps", et en appelle à la responsabilité individuelle et collective pour endiguer sa propogation.

Parmi les mesures qui devraient être annoncées mercredi par le Conseil fédéral, le responsable appelle de ses voeux une forme de leadership - au lieu de la cacophonie des mesures cantonales - pour faire respecter absolument ce qui fonctionne: la distance sociale et l'hygiène des mains, avant tout.

>> L'interview de Bertrand Levrat dans le 19h30:

Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." [RTS]
Bertrand Levrat:"Personne ne comprend pourquoi la deuxième vague est aussi forte et aussi haute, car le virus est le même." / 19h30 / 2 min. / le 26 octobre 2020

dg/kkub

Publié Modifié