Banner du 23 octobre 2020 [Keystone]
Publié Modifié

"A ce rythme, les soins intensifs seront saturés entre le 5 et le 18 novembre"

- Si l'épidémie continue à ce rythme, les lits en soins intensifs seront saturés entre le 5 et le 18 novembre, a averti vendredi Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique Covid-19 de la Confédération, lors d'un point presse de l'OFSP.

- Après le Valais, les cantons romands annoncent peu à peu de nouvelles mesures plus strictes pour endiguer la propagation du coronavirus. Le Jura, Fribourg, Neuchâtel, Vaud, Genève et Berne les ont désormais communiquées.

- A Genève, les rassemblements de plus de cinq personnes sur l'espace public sont interdits, tout comme les réunions privées de plus de cinq personnes (enfants de moins de 12 ans non compris). Les établissement publics (restaurants, cafés, bars etc.) seront fermés à 23h.

- Dans le Jura, les bars et restaurants devront fermer à 22h. Les sports d'équipe et de contact sont interdits à l’exception de la pratique à huis-clos à titre professionnel. Les réunions, rassemblements ou manifestations de plus de 15 personnes, enfants compris, sont désormais interdits.

- A Fribourg, les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public et privé sont interdits. Les établissements publics comme les bars et restaurants devront fermer à 23h. Les discothèques et cabarets, ainsi que les établissements de loisirs tels que casinos et salles de jeu sont fermés.

- Neuchâtel passe se son côté en alerte rouge, soit l'alerte maximale. Les réunions de plus de 10 personnes sont ainsi interdites dans l'espace privé, alors que les bars et restaurants doivent fermer à 23h.

- Le canton de Vaud se veut moins restrictif: si les rassemblements privés de plus de 10 personnes sont interdits, les bars et restaurants peuvent rester ouverts jusqu'à minuit. Le masque reste obligatoire. Les manifestations de plus de 1000 personnes ne sont plus permises.

- Le canton de Berne interdit les manifestations publiques ou privées réunissant plus de 15 personnes ainsi que les foires et les expositions commerciales, et ferme les bars, clubs, discothèques, musées, cinémas, centres sportifs et fitness. Les restaurants doivent eux fermer à 23h.

- En Valais, tous les lieux de divertissements ont été fermés, des musées aux salles de sport en passant par les cinémas et autres bibliothèques. Les mesures annoncées mercredi sanitaires font grincer des dents. Certains fitness contestent cette décision et vont déposer un recours de droit administratif auprès du tribunal cantonal.

- L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a fait état vendredi de 6634 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Dix décès sont à déplorer et 117 malades ont été hospitalisés. Le taux de positivité est de 26,47%, contre 19,80% jeudi.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

22h53

Vive inquiétude des exploitants de cinémas

L'Association cinématographique suisse a exprimé vendredi son inquiétude et son incompréhension suite à l'annonce de la fermeture provisoire des lieux culturels en Valais et à Berne. Elle demande aux deux cantons de procéder à une nouvelle analyse de la situation.

Les cinémas ont mis en place un concept de protection "qui a fait ses preuves": depuis la réouverture des salles début juin, "pas un seul cas d'infection n'a été recensé dans un cinéma" ou durant des événements plus importants comme le Zurich Film Festival ou le Festival du film français d'Helvétie à Bienne, souligne l'ACS dans un communiqué.

L'association déplore qu'aucun contact ou échange n'ait eu lieu de manière formelle ou informelle entre les autorités et les associations ou les exploitants concernés.

Bon nombre de cinémas font déjà face à de grandes difficultés financières suite aux mesures restrictives mises en place depuis plusieurs mois, rappelle l'association. Pour eux, une fermeture prolongée aurait "des conséquences dévastatrices".

21h29

Le monde sportif à nouveau pris à la gorge

L'étau se resserre un peu plus autour du sport professionnel suisse, qui pourrait bientôt être contraint de se mettre en pause. Sa pratique doit désormais également se faire à huis clos dans les cantons de Neuchâtel et du Jura, alors que Fribourg, Vaud et Genève adoptent la jauge des 1000 personnes.

Le chaos semble donc de plus en plus proche. Ces restrictions, qui provoqueront de nouvelles pertes financières pour les clubs, viennent s'ajouter à des reports et à des mises en quarantaine s'accumulant dans tous les sports et à tous les échelons et, surtout, à une situation sanitaire qui se dégrade chaque jour.

Football et hockey sur glace

Le Conseil fédéral prendra d'ailleurs certainement d'autres mesures restrictives mercredi prochain, qui pourraient contraindre le sport professionnel à se (re)mettre en pause.

Les mesures annoncées font le désespoir des deux grandes ligues de sport professionnelles en Suisse: le football et le hockey sur glace. Déjà durement touchés par le semi-confinement, les championnats ont à peine repris que les clubs doivent déjà faire face à de nouvelles restrictions.

>> Voir le sujet de Pascal Thurnherr dans le 19h30:

Les nouvelles mesures mettent les ligues professionnelles à rude épreuve [RTS]
Les nouvelles mesures mettent les ligues professionnelles à rude épreuve / 19h30 / 1 min. / le 23 octobre 2020

Autre secteur très touché, celui du sport amateur. Les sports de contact, de combat et collectifs sont désormais interdits. Ce sera le cas notamment, dès lundi, à Genève.

>> Réactions au sein d'un club de football genevois dans le 19h30:

GE: certains sports de contact et collectifs interdits au niveau amateur [RTS]
GE: certains sports de contact et collectifs interdits au niveau amateur / 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2020

20h55

L'annulation des fêtes de mariage, de baptême et d'anniversaire fait mal

La limitation à 15 personnes, voire dix ou même cinq dans certains cantons, des événements privés dans toute la Suisse romande sonne le glas de dizaines de cérémonies de mariages, de baptêmes et autres célébrations, qui doivent être annulées en catastrophe.

Ces restrictions sont parfois difficiles à supporter émotionnellement, par exemple pour les jeunes couples. "Sur le moment, on ressent colère, tristesse et mépris. C'était l'ascenseur émotionnel ces derniers jours en attendant les décisions de la Confédération et du canton", a confié au 19h30 de la RTS un couple marié au civil depuis deux semaines. Il devait se dire oui devant Dieu et une centaine d’invités ce samedi.

Pas de fête non plus pour un Genevois qui avait invité une quinzaine d'amis, ce week-end, pour fêter ses 31 ans. Ni pour la famille Schmidlin, qui comptait se réunir avec ses proches autour d’un événement heureux: le baptême d’Elina, leur petite dernière. "On était prêts, tout était préparé. La déception est quand même bien là".

>> Regarder le reportage du 19h30:

Mariages, baptêmes, anniversaires: de nombreuses fêtes privées annulées partout en Suisse [RTS]
Mariages, baptêmes, anniversaires: de nombreuses fêtes privées annulées partout en Suisse / 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2020

19h41

L'armée suspend les grands exercices de troupes

Compte-tenu de la situation actuelle et d’éventuels engagements sur le front du Covid-19, l’armée suspend les grands exercices de troupes encore prévus pour cette année. Elle examine aussi d’autres mesures, a indiqué vendredi le Département de la défense.

Cette décision prise par le chef de l’armée, le commandant de corps Thomas Süssli, permettra de concentrer la disponibilité opérationnelle sur d’éventuels engagements en faveur des autorités civiles. L’armée examine également l’organisation des cours de répétitions prévus et en cours.

18h52

Appel à un soutien urgent au secteur de l'événementiel

Le secteur de l'événementiel demande à la Confédération une aide financière immédiate pour les entreprises mises sous pression par l'épidémie du coronavirus. Il estime que la clause pour les cas de rigueur dans la loi Covid-19 devrait être mise en oeuvre sans délai.

Cette aide devrait être versée dès cet automne, a indiqué vendredi le secteur dans un communiqué. La mise en oeuvre de la loi prend trop de temps alors que de nombreuses entreprises ont besoin d'un soutien immédiat, car elles sont à court d'argent.

Crainte de faillites

Selon un sondage réalisé en septembre, la moitié de la branche s'attend à devoir mettre la clé sous le paillasson si ces sociétés ne reçoivent pas une aide financière. Elles invoquent des difficultés depuis que certains cantons ont à nouveau interdit les grandes manifestations, alors même que le concept de protection était jugé bon.

L'appel a été notamment lancé par l'association Expo Event Swiss LiveCom, les exploitants de stades, l'Union des théâtres suisses, les représentants des forains, Promotor Suisse, l'association suisse des organisateurs professionnels de concerts, shows et festivals (SMPA) et l'association Suisse des Techniciens de Théâtre et de Spectacle.

18h20

Synthèse des nouvelles mesures en Suisse romande

Après le Valais, les autres cantons romands sont passés vendredi à l'offensive pour lutter contre la deuxième vague de Covid-19. De nouvelles mesures, plus strictes, ont été annoncées pour les prochaines semaines mais avec quelques variations d’une région à l’autre.

Les cantons ont désormais parlé et tiré - chacun à sa manière - la sonnette d'alarme à l'attention du Conseil fédéral. Ce dernier s’exprimera une nouvelle fois, normalement, mercredi prochain.

>> Voir le sujet du 19h30 sur les positions cantonales:

Les cantons romands en alerte rouge face au Covid [RTS]
Les cantons romands en alerte rouge face au Covid / 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2020

Mauro Poggia, conseiller d'Etat genevois en charge de la Santé et de l'Emploi, s'est expliqué sur les mesures de son canton, et notamment la barre des cinq personnes, dans l'émission Forum.

"Le but est clairement de laisser un message", a-t-il souligné. "Les réunions privées, amicales, doivent être exceptionnelles, espacées. Cinq personnes, c'est un chiffre que l'on retrouve dans nos décisions sur plusieurs points, y compris le nombre de personnes à table".

>> Synthèse des décisions cantonales et interview de Mauro Poggia dans Forum:

Canton par canton, les mesures désormais en vigueur face au Covid-19: interview de Mauro Poggia [RTS]
Canton par canton, les mesures désormais en vigueur face au Covid-19: interview de Mauro Poggia / Forum (vidéo) / 10 min. / le 23 octobre 2020

>> Tous les détails des nouvelles décisions ici: Canton par canton, les mesures désormais en vigueur face au Covid-19

17h27

Le canton de Lucerne serre aussi la vis dès samedi

Face à une situation épidémiologique jugée "dramatique", le gouvernement lucernois a notamment décidé vendredi après-midi de rendre le masque obligatoire dans les entreprises, sauf si les personnes se trouvent seules dans un espace clos ou à une distance d'au moins 1,5 mètre d'une autre personne.

L'obligation de porter le masque concerne désormais également les véhicules, pour les personnes ne circulant pas seules à bord.

Dans le domaine de la restauration, bars, clubs et restaurants sont désormais logés à la même enseigne: tous doivent fermer à 23h00. Les services érotiques et sexuels doivent même rester fermés. Enfin, patients d'hôpitaux et personnes âgées dans les EMS ne pourront plus recevoir de visites.

Ces nouvelles mesures entrent en vigueur samedi.

17h07

Nouveau train de mesures dans le canton de Berne

Le gouvernement cantonal bernois a décidé lui aussi vendredi d'un nouvel ensemble de mesures pour tenter de ralentir au maximum la propagation du coronavirus.

Le Conseil-exécutif interdit notamment les manifestations publiques ou privées réunissant plus de 15 personnes ainsi que les foires et les expositions commerciales. Il impose également - une première suisse - le port du masque dans les lieux couverts à l'extérieur comme les arcades.

Il ordonne la fermeture des bars, clubs, discothèques et salles de danse ainsi que des établissements ouverts au public, comme les musées, les cinémas, les centres sportifs et les clubs de fitness.

Les compétitions et les entraînements des ligues sportives inférieures ne sont plus autorisés, de même que l’exercice de sports comportant des contacts physiques étroits.

Les ligues professionnelles pourront continuer à jouer, mais elles devront le faire à huis clos. Au début de semaine, le canton était le premier à avoir imposé le retour de la jauge des 1000 spectateurs.

Les services funèbres rassemblant plus de 15 personnes peuvent être assurés, mais avec l’obligation de porter un masque et d’établir une liste des contacts.

Enfin, des mesures supplémentaires s’appliquent à la restauration, notamment une obligation de fermeture de 23h à 6h du matin.

Les nouvelles mesures - valables en l'état jusqu'au 23 novembre - entrent en vigueur vendredi à minuit. Mais le communiqué du gouvernement bernois précise que les événements dans le cercle familial ou amical pour lesquels des engagements ont déjà été pris peuvent avoir lieu ce week-end, même avec plus de 15 invités.

16h45

Appel urgent à mieux protéger le télétravail dans la loi

L'Union syndicale suisse (USS) demande une modification de la loi en raison de l'importance croissante du télétravail. Elle souhaite que la protection des employés en télétravail soit inscrite "de toute urgence" dans la loi.

Contrairement aux pays voisins, il existe en Suisse des lacunes juridiques à cet égard, a indiqué l'USS vendredi dans un communiqué. Afin de les combler, la faîtière syndicale estime que la loi fédérale sur le travail à domicile - qui ne peut pas être interprétée aujourd'hui comme couvrant le travail de bureau effectué à domicile - pourrait être adaptée.

Il s'agirait de garder ses points de référence, comme les paragraphes sur la protection de la santé ou sur la fourniture de matériel de travail, et de l'adapter.

L'USS considère que le télétravail doit également être réglementé par des CCT stipulant que ce dernier est volontaire, qu'une place de travail est toujours disponible dans l'entreprise et qu'un échange régulier (contacts sociaux) sera maintenu. Doivent aussi être réglementés dans les CCT les heures de travail, la disponibilité et d'autres points tels que le respect de la protection des données.

>> Comment encadrer le télétravail? Débat de Forum entre Marco Taddei, responsable romand de l’union patronale suisse, Catherine Laubscher, secrétaire régionale du syndical Unia (NE), et Marianne Favre-Moreillon, avocate spécialiste du droit du travail:

Le grand débat - Télétravail: comment l'encadrer? [RTS]
Le grand débat - Télétravail: comment l'encadrer? / Forum (vidéo) / 20 min. / le 23 octobre 2020

16h16

Port du masque obligatoire à l'intérieur du Palais fédéral

Les présidents et vice-présidents des Chambres fédérales ont décidé vendredi de rendre obligatoire - avec effet immédiat - le port du masque dans l'enceinte du Palais fédéral.

La session spéciale du National, prévue jeudi et vendredi prochains, est cependant maintenue. Mais le masque devra également être mis lors des déplacements dans les salles de séance et dans les salles des Conseils, précisent les services du Parlement. Seules les personnes qui sont assises à une place protégée par un plexiglas pourront le retirer.

Le Palais fédéral est déjà conforme aux règles d'hygiène depuis la session d'automne. Des parois en plexiglas ont été installées dans les salles du Conseil des Etats et du National pour séparer et protéger les élus.

15h47

Rassemblements publics de plus de cinq personnes interdits à Genève

Le Conseil d'Etat genevois a annoncé à son tour, vendredi après-midi, de nouvelles mesures pour faire face à la situation sanitaire qui se dégrade. Il dit avoir "pris note des préoccupations exposées par la médecin cantonale et les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), qui craignent une saturation du système hospitalier".

Le gouvernement cantonal a ainsi décidé d'interdire les rassemblements de plus de cinq personnes dans l'espace public (places, promenades, parcs, abords des plans d'eau…), une limitation qui ne s'applique cependant pas aux personnes faisant ménage commun.

Les manifestations privées (réunions de famille, mariages, baptêmes, funérailles, anniversaires…) sont également limitées à cinq personnes. Les enfants de moins de douze ans ne sont pas comptabilisés, mais leur nombre ne doit pas dépasser celui des autres participants.

Genève limite également les manifestations regroupant plus de 1000 spectateurs. Les établissement publics (restaurants, cafés, bars etc.) seront fermés à 23h, et les tables y seront limitées à cinq personnes.

Le gouvernement genevois interdit encore la pratique des sports de combat, de contact et collectifs amateurs, et annonce la fermeture des installations de loisirs tels que bowling, salles de jeux, etc. Les chorales amateurs sont également interdites.

Le port du masque est étendu aux foires et marchés, ainsi qu'aux déplacements en voiture pour personnes ne vivant pas ensemble.

L'exécutif cantonal rappelle par ailleurs qu'il est nécessaire de respecter les mesures de prévention dans chaque manifestation.

Pour la présidente du Conseil d'Etat genevois Anne Emery-Torracinta, il s'agit de mesures strictes mais plus que jamais nécessaires.

>> Extrait de son intervention en conférence de presse:

La présidente du Conseil d'Etat genevois Anne Emery-Torracinta. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
Extrait de l'intervention d'Anne Emery-Torracinta / Le Journal horaire / 1 min. / le 23 octobre 2020

15h30

Mieux préparée, l'économie reste sous pression

Economiesuisse estime que les entreprises suisses ont tiré les leçons de la pandémie et sont mieux préparées à une deuxième vague. Nombre d'entre elles demeurent cependant vulnérables au niveau de leurs liquidités et veulent à tout prix éviter toute nouvelle forme de confinement dont les conséquences risquent d'être dramatiques.

Interrogé par l'ATS, son économiste en chef Rudolph Minsch relève que la situation actuelle n'est pas comparable à celle de mars, car les entreprises ont mis en place des concepts de protection fonctionnels et sont donc aguerries pour la deuxième vague.

Limites du télétravail en famille

Le télétravail est désormais rentré dans les mœurs, poursuit le représentant de la faîtière. Mais, souligne-t-il, il faut absolument que les écoles restent ouvertes car télétravail et enseignement en ligne depuis la maison se gênent l'un l'autre et représentent la plupart du temps une difficulté supplémentaire pour les familles.

L'économiste en chef de Raiffeisen Martin Neff, de son côté, met en garde contre les conséquences économiques de la deuxième vague en Europe. "La prestation économique de la Suisse au 4e trimestre devrait à nouveau se contracter. La reprise prend beaucoup plus de temps à se mettre en place que ce que plusieurs experts avaient anticipé", a-t-il dit au quotidien alémanique Blick.

Problèmes de liquidités à long terme

Si lors du premier confinement de nombreuses entreprises ont dû faire face à des problèmes de liquidités à court terme, elles sont désormais confrontées à des difficultés de paiement à plus longue échéance.

Selon la dernière étude du cabinet de conseils et d'études Deloitte, les défauts de paiement ou de crédit font pour la première fois irruption dans le recensement trimestriel des principales préoccupations des responsables financiers (CFO) d'entreprises en Suisse.

La crainte principale demeure la pandémie en tant que telle, suivie par l'érosion de la demande qu'elle induit et les problèmes internes à l'entreprise.

15h00

Le tourisme ne se remettra pas avant 2023

Le secteur touristique a été l'un des premiers touchés par la crise du coronavirus. Selon Erik Jakob, chef de la direction de la promotion économique, il faudra attendre 2023, voire 2024 pour que la branche se remette totalement.

Le tourisme a vécu en 2020 un recul historique des nuitées. Les villes ont été particulièrement affectées par le manque de touristes étrangers. A cause du manque d'activités, certaines cités ont vu leur affluence diminuer de 60% par rapport à 2019.

Toutefois, certaines régions, comme le Valais, le Tessin et les Grisons ont pu compter sur les touristes helvétiques pour faire remonter les chiffres en été.

14h50

"La limite de capacité en soins intensifs sera atteinte entre le 5 et le 18 novembre"

Pour éviter une nouvelle aggravation de la pandémie de coronavirus, il faut réduire les contacts sociaux au minimum, souligne Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique Covid-19 de la Confédération. Il a souligné que les hôpitaux pourraient bientôt atteindre les limites de leurs capacités.

"Nous avons remarqué que les hospitalisations doublent chaque semaine", a déclaré Martin Ackermann lors d'un point de presse. Il en va de même pour le nombre de cas aux soins intensifs et pour les décès.

L'augmentation du nombre de patients admis dans les unités de soins intensifs est particulièrement inquiétante. "Nous estimons que la limite de capacité en soins intensifs dans les hôpitaux sera atteinte entre le 5 et le 18 novembre si rien ne change par rapport à la situation actuelle", a souligné Martin Ackermann.

"Nous n'avons plus le temps d'attendre plus longtemps", insiste-t-il. La stratégie d'endiguement ne fonctionne plus en raison du nombre élevé de cas, explique encore le chef de la Task Force scientifique. Pour que le taux de reproduction redevienne inférieur à 1, il faut éviter la moitié des contacts dans la vie professionnelle et privée.

>> Mesures actuelles insuffisantes, extrait de l'intervention de Martin Ackermann:

Martin Ackermann, chef de la Task Force scientifique Covid-19. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Extrait de l'intervention de Martin Ackermann / Le Journal horaire / 41 sec. / le 23 octobre 2020

14h40

Le traçage atteint ses limites

Le traçage des infections au coronavirus pose des problèmes aux cantons au vu de l'augmentation massive des nouveaux cas. "On atteint clairement les limites", a déclaré vendredi à Berne, le président de l'association des médecins cantonaux, Rudolf Hauri.

On a de plus en plus de mal à trouver et identifier le premier cas. Dix nouveaux cas avec seulement quatre contacts représentent 50 téléphones. Le travail augmente ainsi exponentiellement.

Rudolf Hauri appelle chaque personne à informer d'elle-même son entourage et se mettre d'office en auto-quarantaine. Il enjoint la population à éviter les situations délicates, que ce soit en respectant la distance physique de précaution et en évitant les rencontres à risque comme le sport ou les loisirs.

14h30

L'économie au détriment de la santé?

L'économie est menacée par la deuxième vague et craint un nouveau semi-confinement. Faut-il aujourd'hui choisir entre l'économie et la santé? Emmanuel Borloz, journaliste à 24heure, et Aline Bassin, journaliste au quotidien Le Temps, en discutent dans le 12hh45.

>> Le rendez-vous de la presse du 12h45:

Rendez-vous de la presse: Emmanuel Borloz et Aline Bassin débattent de choisir entre l'économie et la santé. [RTS]
Rendez-vous de la presse: Emmanuel Borloz et Aline Bassin débattent de choisir entre l'économie et la santé. / 12h45 / 8 min. / le 23 octobre 2020

14h15

La Suisse plus touchée que ses voisins

La Suisse enregistre nettement plus de cas d'infection au coronavirus que les pays voisins. Les chiffres sont cinq fois plus élevés qu'en Allemagne, deux fois plus élevés qu'en Autriche et en Italie. "Il faut absolument respecter les règles d'hygiène", a une nouvelle fois lancé vendredi Stefan Kuster, le chef de la division Maladies transmissibles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La Suisse a une incidence de 495 cas pour 100'000 habitants, a-t-il rappelé. Seule la France est plus proche de la Suisse avec une incidence de 450 cas pour 100'000 habitants.

Au cours de la semaine écoulée, le nombre de cas a plus que doublé. Chaque personne positive infecte en moyenne 1,6 personne. Aucune classe d'âge n'est épargnée, ni aucune région de Suisse.

>> Regarder le sujet du 19h30:

La situation de la Suisse est alarmante. Le taux d'infection dépasse celui des pays voisins [RTS]
La situation de la Suisse est alarmante. Le taux d'infection dépasse celui des pays voisins / 19h30 / 2 min. / le 23 octobre 2020

13h30

Fêtes privées de plus de 10 personnes interdites dans le canton de Vaud

Le canton de Vaud prend lui aussi de nouvelles mesures pour faire face à la deuxième vague de coronavirus. Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace privé sont désormais interdits.

Par ailleurs, les manifestations publiques de plus de 1000 personnes sont interdites. Pour les bars, cafés et restaurants, le masque reste obligatoire. Idem pour les théâtres, salle de concerts, musées, bibliothèques et cinémas. Tous ces établissements ferment à minuit au plus tard.

Les discothèques restent fermées. La pratique de sports de contact (football, hockey, danse de salon, basket...) est prohibée au niveau amateur. Les mineurs peuvent poursuivre la pratique du sport, y compris de contact, et d'activités culturelles. Leurs réunions dans ce cadre ne sont pas soumises à la limite prévue de 10 personnes.

Pour les Hautes Ecoles, les cours qui se déroulent avec de grands effectifs d'étudiants se font entièrement à distance dès le 2 novembre.

Les nouvelles mesures entreront en vigueur dimanche à minuit. Le gouvernement estime que des mesures fortes doivent être appliquées au plus vite, écrit-il dans son communiqué. Dans le cas contraire, les impacts sanitaires et économiques seront "plus importants et irrattrapables".

>> L'interview de la conseillère d'Etat Rebecca Ruiz dans le 19h30:

Rebecca Ruiz: "Au niveau des cantons romands nous avons le souci de nous coordonner au maximum" [RTS]
Rebecca Ruiz: "Au niveau des cantons romands nous avons le souci de nous coordonner au maximum" / 19h30 / 3 min. / le 23 octobre 2020

12h30

Pas de restriction sur les grandes manifestations à Zurich

Les manifestations pouvant accueillir plus de 1000 spectateurs restent autorisées dans le canton de Zurich, a décidé vendredi son gouvernement. Les concepts de sécurité et de protection doivent toutefois être réexaminés.

La décision du Conseil d'Etat zurichois peut surprendre, la tendance étant à un net renforcement des mesures. Mais les clubs de football - Zurich (Super League), Grasshoppers et Winterthour (Challenge League) - et de hockey sur glace - Zurich Lions (National League), Kloten, Winterthour et GCK Lions (Swiss League) - peuvent continuer à évoluer devant des gradins remplis aux deux tiers de leur capacité.

12h10

6634 nouveaux cas

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a fait état vendredi de 6634 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Dix décès sont à déplorer et 117 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 25'061 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 26,47%, contre 19,8% jeudi. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 494,9 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 103'653 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'726'438 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1877 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5838.

Le pays dénombre par ailleurs 17'888 personnes en isolement et 19'215 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'380 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

11h15

Neuchâtel en alerte rouge

Le canton de Neuchâtel passe en alerte rouge, l'alerte maximale. Le Conseil d'Etat a présenté des nouvelles mesures pour faire face à l'épidémie, alors que les contaminations doublent toutes les semaines en moyenne. Les admissions à l'hôpital de patients infectés sont passées de 33 mercredi à 55 vendredi.

Les nouvelles mesures s'apparentent, dans les grandes lignes, à celles annoncées par Fribourg, le Jura et le Valais. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont ainsi interdits dans l'espace privé et public, à l'exception des cérémonies religieuses et des funérailles.

Les bars et restaurants doivent fermer leurs portes tous les jours à 23h et le nombre de personnes assises à une même table est limité à quatre, à l'exception des personnes vivant dans le même ménage. Les fitness, centres de bien-être, piscines et autres établissements de loisirs doivent fermer.

Les activités musicales collectives, comme les chorales et les fanfares, sont interdites, tout comme les sports de contact et de combats, à l'exception de la pratique à huis-clos à titre professionnel et de l'entraînement à titre individuel.

Le port du masque est obligatoire dans les marchés et les foires.

Les mesures entrent en vigueur ce samedi à 23h.

>> Les explications dans le 12h30:

La Collégiale de Neuchâtel. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le canton de Neuchâtel passe en rouge dans la lutte contre le coronavirus / Le 12h30 / 1 min. / le 23 octobre 2020

11h00

Fribourg serre aussi la vis

Le canton de Fribourg serre aussi la vis face à l'augmentation des cas de coronavirus. Plusieurs mesures, qui s'alignent en grande partie sur celles du Jura et du Valais, ont été prises. Elles entrent en vigueur ce vendredi et sont valables jusqu'au 30 novembre.

Les rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public et privé sont interdits. Cette interdiction ne s’applique pas aux manifestations telles que les manifestations politiques, culturelles et de la société civile, qui restent régies exclusivement par l’ordonnance fédérale Covid-19.

Les établissements publics comme les bars et restaurants devront fermer à 23h. Ils ne pourront accueillir que des groupes de 4 personnes par table, sauf si les clients vivent dans le même ménage. Les discothèques et cabarets, ainsi que les établissements de loisirs tels que casinos, salles de jeu, de billard, de bowling, sont fermés.

La pratique de sports et activités impliquant des contacts physiques est interdite, à l’exception de l’entraînement à titre individuel. Les compétitions sportives professionnelles peuvent se dérouler devant un maximum de 1000 spectateurs.

Le port du masque est obligatoire lors des marchés et des foires organisées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

>> L'interview de la conseillère d'Etat Anne-Claude Demierre dans le 12h45:

Anne-Claude Demierre, conseillère d'Etat fribourgeoise détaille les mesures des cantons. [RTS]
Anne-Claude Demierre, conseillère d'Etat fribourgeoise détaille les mesures des cantons. / 12h45 / 2 min. / le 23 octobre 2020

10h50

Pas de session des jeunes

La session fédérale des jeunes n'aura finalement pas lieu du 5 au 8 novembre, annonce vendredi le Conseil suisse des activités de jeunesse (CSAJ). Une alternative en ligne sera organisée pour le 7 novembre, en présence notamment de la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga.

Cet évènement, qui devait réunir près de 150 jeunes, présente trop de risques pour la santé des participants, selon l'organisation. "Nous avons élaboré un concept de protection, mais compte tenu du nombre croissant de cas, nous risquerions d'exposer nos participants à un risque non négligeable", souligne dans un communiqué, Giona Rinaldi, responsable du projet de la session des jeunes.

Chaque année depuis 1991, la session fédérale des jeunes invite 200 jeunes suisses à discuter pendant quatre jours avec leurs pairs de questions politiques au sein du Parlement.

10h45

Didier Pittet appelle les cantons à coordonner leurs mesures

Pour l'infectiologue genevois Didier Pittet, invité de La Matinale vendredi, il est urgent que les cantons coordonnent leurs mesures afin d'endiguer efficacement la reprise de l'épidémie.

>> Lire également: "Un canton, ça ne veut rien dire pour un virus. Il faut raisonner en termes de régions"

Selon lui, la notion de canton n'a plus aucune raison d'être dans le cas présent. "Un canton, qu’est ce que ça veut dire pour un virus? A ce stade, on devrait plutôt parler de régions entières et non plus de cantons", avance-t-il. Un système qui fonctionnerait serait, d'après lui, un compromis entre fédéralisme à la suisse et centralisation à la française.

Un mini-confinement de deux semaines serait-il la solution? Non, répond Didier Pittet. D'après lui, il conviendrait plutôt d’imaginer réduire les activités dont on sait qu’elles sont à risque. "Je ne comprends pas pourquoi des discothèques sont encore ouvertes en Suisse. Car on sait que ce sont des lieux problématiques", déplore-t-il, tout en avançant l'exemple de Genève qui, cet été, a contraint, et à juste titre, la fermeture de ses clubs.

>> L'interview de Didier Pittet dans La Matinale:

L'invité de La Matinale (vidéo) - Didier Pittet, médecin-chef du service de prévention des infections aux HUG. [RTS]
L'invité de La Matinale (vidéo) - Didier Pittet, médecin-chef du service de prévention des infections aux HUG. / La Matinale / 12 min. / le 23 octobre 2020

10h15

Les restaurants fermés à 22h dans le Jura

Le canton du Jura annonce qu'il prend de nouvelles mesures pour endiguer la propagation du coronavirus, les contaminations étant en "très forte" augmentation". Dans un communiqué, le gouvernement évoque 51 hospitalisation dans le canton vendredi matin, contre 11 il y a une semaine.

Les réunions, rassemblements ou manifestations de plus de 15 personnes, enfants compris, seront désormais interdites. Les restaurants, cafés et bars doivent fermer dès 22h. Dans ces établissements, seules quatre personnes au maximum peuvent être assises à la même table, à l’exception des personnes vivant dans le même ménage. Les bars de nuit et discothèques doivent rester portes closes.

Les sports d'équipe et de contact sont interdits à l’exception de la pratique à huis-clos à titre professionnel et de l’entraînement à titre individuel. Les centres de fitness doivent rester fermés. Les camps de ski, camps de sport, voyages d’études sont supprimés.

Le port du masque est obligatoire en permanence sur les lieux de travail, notamment dans les bureaux des administrations publiques et des entreprises privées. Il est aussi obligatoire pour les élèves et étudiants dans le périmètre des écoles secondaires et postobligatoires lorsqu’ils ne sont pas assis en classe.

Toutes ces mesurent entrent en vigueur ce vendredi pour une durée de trois semaines. "Le Gouvernement jurassien renforce une nouvelle fois ses mesures tout en essayant de préserver au mieux les libertés individuelles et l’économie", indiquent les autorités alors que six personnes sont décédées dans le canton depuis vendredi dernier, dont cinq en EMS.

>> L'interview de Jacques Gerber, ministre jurassien de la santé et de l'économie, dans le 12h30:

Jacques Gerber, ministre jurassien de l'Economie et de la Santé. [Stefan Meyer - Keystone]Stefan Meyer - Keystone
Jacques Gerber réagit aux nouvelles mesures contre le coronavirus dans le canton du Jura / Le 12h30 / 6 min. / le 23 octobre 2020

10h00

La journée "Futur en tous genres" annulée

La journée "Futur en tous genres", qui devait se tenir le 12 novembre, est annulée en raison de la pandémie. Il est très difficile pour les entreprises de respecter les règles de distanciation sociale et d'hygiène prescrites.

En outre, de nombreuses entreprises ont désormais réinstauré le télétravail et ne pourront donc pas accueillir les élèves dans leurs locaux, indique l'organisation Futur en tous genres. Celle-ci considère de sa responsabilité de préserver la santé de toutes les personnes impliquées en évitant les grands rassemblements et les déplacements des élèves.

La journée "Futur en tous genres" permet à de nombreux enfants d'aller visiter le lieu de travail d'un de leurs parents ou connaissances. Elle a notamment pour but de faire découvrir des métiers atypiques. La prochaine édition se tiendra le 11 novembre 2021.

09h15

Le Lausanne Marathon annulé

Les organisateurs du Lausanne Marathon ont annoncé l'annulation de la manifestation, qui devait se tenir ce dimanche 25 octobre.

"Tout était prêt" pour accueillir les participants, avec un plan sanitaire de rigueur, écrivent les organisateurs sur Facebook: au lieu des 13'000 coureurs habituels, 1000 marathoniens devaient prendre un départ échelonné.

"Mais l’augmentation importante des cas de coronavirus ces derniers jours ne nous laisse aucun autre choix", ajoutent les organisateurs.

Chaque participant a reçu un mail et un sms l'informant de cette annulation. La prochaine édition se tiendra en octobre 2021.

08h15

Sous pression, les hôpitaux cherchent à se renforcer

L'augmentation des hospitalisations de malades du Covid-19 met les hôpitaux sous pression. Certains tirent la sonnette d'alarme, à l'image de l'Hôpital fribourgeois (HFR), qui a mis en avant la problématique des effectifs.

Beaucoup d'hôpitaux ont déjà recruté du personnel récemment, mais certains, comme le HFR, en cherchent encore. Pour faire face à la deuxième vague, l'établissement fribourgeois a notamment sollicité l'appui de la protection civile et lancé une campagne de recrutement de personnel soignant.

Mercredi, les HUG à Genève ont pour leur part évoqué le sérieux de la situation. "Nous avons recruté plus de 300 personnes supplémentaires entre le mois de mai et aujourd'hui. Ce dispositif est déjà complètement mangé par la progression très forte de l'épidémie. On fait déjà appel à ceux qui peuvent augmenter leur taux d'activité, ainsi qu'à un certain nombre de gens qui sont à la retraite qui vont venir nous aider. On réactive tout ce qu'on peut pour avoir assez de bras, assez de force", indique le directeur Bertrand Levrat.

Comme au printemps, les hôpitaux commencent aussi à reporter des opérations non-urgentes, ce qui permet de réaffecter des ressources à la prise en charge des patients Covid. Une mesure que les HUG et le réseau hospitalier neuchâtelois viennent d'annoncer.

>> Les explications dans La Matinale:

L'Hôpital fribourgeois se prépare pour faire face à la deuxième vague. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Sous pression, les hôpitaux cherchent à se renforcer / La Matinale / 2 min. / le 23 octobre 2020

08h00

Les Valaisans s'adaptent difficilement aux nouvelles mesures

En Valais, les rassemblements de plus de 10 personnes sont désormais interdits. Boîtes de nuit, cinémas et musées sont clos alors que les bars et restaurants ferment à 22h00.

La Matinale a pris le pouls de la population dans les établissements publics de Sion. Les restaurateurs doivent notamment se réorganiser: "Ça va être compliqué", déplore l'un d'eux.

>> Le reportage de La Matinale:

En Valais, les restaurants et les bars doivent fermer a 22h00. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les Valaisans vivent avec de nouvelles règles / La Matinale / 2 min. / le 23 octobre 2020

07h40

Des fitness valaisans vont faire recours contre leur fermeture

Des fitness indépendants du Valais romand contestent la décision du Conseil d'Etat de fermer leurs salles et vont déposer un recours de droit administratif auprès du tribunal cantonal. Comme tous les autres lieux de divertissement, culturels ou sportifs, ils ont reçu l'ordre de fermer à partir de ce jeudi.

Plusieurs fitness du canton ont fait appel à l'avocat Jean-Luc Addor pour défendre leurs droits. Ce dernier a prévu de déposer vendredi ce recours et compte aussi demander la restitution de l'effet suspensif, qui a été retiré par le Conseil d'Etat pour des motifs de santé publique.

"Avant de prendre des mesures qui vont aussi loin, qui mettent en péril la survie économique de ces exploitants de fitness, il faudrait qu'on puisse documenter un risque de leur activité pour la santé publique. Il n'y a, à ma connaissance, aucun cas de contamination qu'on aurait pu documenter dans des fitness", indique le conseiller national UDC dans La Matinale.

"D'autre part, le Conseil d'Etat devait se poser la question de savoir s'il n'y aurait pas de mesures moins incisives pour les droits de ces exploitants que la fermeture complète. Peut-être en leur imposant une activité réduite, mais sans les fermer. Il n'y a pas besoin de les faire crever pour sauver la santé des Valaisans", lance Jean-Luc Addor.

>> Les explications dans La Matinale:

Jean-Luc Addor, conseiller national UDC valaisan. [Peter Schneider - Keystone]Peter Schneider - Keystone
Une vingtaine de fitness indépendants vont faire recours contre les mesures valaisannes / La Matinale / 1 min. / le 23 octobre 2020

07h30

Les projets d'année sabbatique de nombreux jeunes sont tombés à l'eau

Plus de la moitié des jeunes suisses entre 18 et 20 ans ont généralement pour projet de partir à l'étranger après leur CFC ou leur maturité. Ils prennent alors une année sabbatique, un rite de passage important. En cette année de pandémie, toutefois, les projets de nombre d'entre eux sont chamboulés.

Tant pis pour les contrées lointaines: les jeunes se rabattent souvent sur les séjours linguistiques en Europe, comme l'a observé Education First, l'un des leaders de la branche. Parmi les destinations prisées figure l'Angleterre et l'Allemagne, "avec, respectivement, 25 et 15% d'augmentation", a détaillé dans le 19h30 de la RTS le patron de la section Suisse romande de l'entreprise, Fred Pralong.

Mais ce changement de destination ne convient pas à tout le monde. Chez Education First, 20% des départs de septembre ont été reportés et 20% annulés. Certains jeunes ont remis leurs projets d'évasion à plus tard et décidé d'entrer directement à l'université ou dans une haute école. Ces institutions enregistrent ainsi une hausse proche de 5% de leurs inscriptions.

>> Regarder le reportage du 19h30:

Partir à l’étranger, c’est un objectif pour 53% des Suisses entre 18 et 20 ans. La pandémie a bousculé leurs plans. [RTS]
Partir à l’étranger, c’est un objectif pour 53% des Suisses entre 18 et 20 ans. La pandémie a bousculé leurs plans. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

07h15

A nouveau interdites dans plusieurs EMS, les visites manquent aux résidents

Les visites sont désormais interdites dans les EMS de plusieurs cantons afin de protéger les pensionnaires d'une contamination au Covid-19. De nombreux résidents le vivent comme une nouvelle "mise sous cloche".

"Je le vis moins bien que la première fois. On avait repris certaines habitudes, on pouvait de nouveau aller passer une journée dans sa famille, et ça c’était vraiment du pain béni. Mais c'est déjà fini", a confié au 19h30 de la RTS l'une des pensionnaires d'un EMS neuchâtelois, pour qui c'est la deuxième fois que les portes de la maison de retraite se ferment. Les appels vidéo sont à nouveau le dernier lien, ténu, avec la famille.

Santé morale et physique en berne

Du côté du personnel soignant, cette seconde suppression des visites inquiète. "On observe une tristesse, un lâcher prise aussi. Un manque d'élan. On a vu des gens qui sont bien descendus dans leur santé. Non seulement leur santé morale, mais aussi physique", témoigne un infirmier du Home des Charmettes à Neuchâtel.

En Valais, la situation est déjà critique, avec 151 résidents positifs en date du 22 octobre. Depuis jeudi, le canton interdit toute visite sauf cas de rigueur, et d’autres cantons s'apprêtent à lui emboîter le pas.

>> Regarder le reportage du 19h30:

En Valais, les visites sont interdites dans les EMS pour protéger les résidents. [RTS]
En Valais, les visites sont interdites dans les EMS pour protéger les résidents. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

07h00

Les mesures anti-Covid ne sont plus forcément bien ciblées

Le Valais a pris mercredi des mesures drastiques pour enrayer la progression du Covid-19: fermeture des musées, des cinémas et des boîtes de nuit, ou encore couvre-feu à 22 heures pour les restaurants. D’autres cantons devraient suivre la même voie.

Mais les lieux ciblés sont-ils vraiment ceux où se transmet le virus? Autrement dit, ces mesures ont-elles du sens d’un point de vue épidémiologique? C'est difficile à dire: en effet, dans plus de 70% des cas, la source des contaminations actuelles n’est pas connue. C’est ce qui ressort des statistiques de l’OFSP pour les deux dernières semaines.

>> Lire aussi: En famille, entre amis, au travail ou en voyage: où attrape-t-on le Covid-19?

Moins d'un tiers des contaminations élucidées

On entend souvent que les contaminations ont majoritairement lieu dans la famille, dans 30% des cas selon ces derniers chiffres. Au travail, c'est 13%. Mais ces pourcentages ne se rapportent, on l'a vu, qu'au petit tiers de cas où l'on est parvenu à identifier la source de la contamination, une base devenue si petite que ces proportions n’ont plus vraiment de sens aujourd’hui. D'autant plus que le médecin cantonal valaisan l'a confié mercredi: quand trois personnes sont positives dans une famille, on coche la case famille, mais sans savoir qui a été contaminé en premier, et où il a attrapé le virus.

Dans ce contexte, les cantons avancent un peu à l’aveugle, car ils ont en partie perdu le contrôle du traçage. Cibler les mesures de manière pertinente devient difficile, et certaines d'entre elles, comme fermer les cinémas, peuvent paraître arbitraires faute de données précises.

>> Ecouter l'analyse d'Alexandra Richard dans Forum jeudi soir:

Les mesures anti-COVID ciblent-elles vraiment les foyers d'infection? [RTS]
Les mesures anti-COVID ciblent-elles vraiment les foyers d'infection? / Forum (vidéo) / 3 min. / le 22 octobre 2020

>> Regarder aussi le 19h30 analyser les statistiques des lieux de contamination:

Où ont lieu les contaminations? "Dès qu'il n'y a plus de protection" répond la Confédération mais la réalité est plus nuancée. [RTS]
Où ont lieu les contaminations? "Dès qu'il n'y a plus de protection" répond la Confédération mais la réalité est plus nuancée. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

06h45

Entreprises et syndicats veulent éviter un nouveau confinement

Le conseiller fédéral en charge de l'économie Guy Parmelin a tenu jeudi une vidéoconférence avec le ministres cantonaux de l'économie et les principaux acteurs économiques du pays: organisations patronales, syndicales et associations faîtières. Il en est ressorti que, bien qu'inquiets de la recrudescence des cas de Covid-19, tous estiment nécessaire d'éviter à tout prix un reconfinement.

Les acteurs économiques appellent aussi à un strict respect des plans de protection et à la mise en place de solutions de dépistage rapide, mais ne veulent pas de mesures restreignant les rassemblements dans l'espace public et privé tant que la situation sanitaire ne l'exige pas absolument.

Préserver les salaires

Le PS a lui appelé dans la matinée à garantir les salaires, les places de travail et le pouvoir d'achat. Toutes les décisions prises pour lutter contre la pandémie doivent s'accompagner de mesures pour préserver les salaires, estime également l'Union syndicale suisse.

Guy Parmelin a pris acte de ces requêtes, tout comme il a pris acte de celles issues des milieux de la santé. Elles seront analysées par le Conseil fédéral d'ici mercredi prochain, journée au cours de laquelle le gouvernement pourrait présenter de nouvelles mesures.

>> Regarder le 19h30 revenir sur la rencontre entre Guy Parmelin et les acteurs économiques:

Guy Parmelin a réuni virtuellement les représentants de l'économie et les syndicats pour parler des conséquences de la pandémie. [RTS]
Guy Parmelin a réuni virtuellement les représentants de l'économie et les syndicats pour parler des conséquences de la pandémie. / 19h30 / 2 min. / le 22 octobre 2020

>> Voir aussi l'interview du président de GastroSuisse dans Forum:

Rencontre entre Guy Parmelin et les entreprises face à la situation sanitaire [RTS]
Rencontre entre Guy Parmelin et les entreprises face à la situation sanitaire / Forum (vidéo) / 4 min. / le 22 octobre 2020

06h30

La Suisse compte 5265 cas supplémentaires

L'Office fédéral de la santé publique a fait état jeudi de 5256 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. Onze décès sont à déplorer et 106 malades ont été hospitalisés.

Le taux de positivité est de 19,80%, contre 19,75% mercredi. Durant les dernières 24 heures, les résultats de 26'537 tests conventionnels ont été transmis, indique l'OFSP. Sur les deux dernières semaines, le pays compte 434,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 97'019 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 1'701'377 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 1867 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 5721.

Le pays dénombre par ailleurs 13'513 personnes en isolement et 17'479 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 15'826 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

06h15

Retour sur la journée de jeudi

Le conseiller fédéral Alain Berset a refait un point sur la situation sanitaire en Suisse après avoir rencontré les ministres cantonaux de la santé. "Nous partageons l'analyse qui dit que la situation est sérieuse. Naturellement, cela appelle l'ensemble des acteurs à se poser des questions et apporter des réponses. Les cantons ont déjà beaucoup fait de choses", a-t-il déclaré.

Le ministre est notamment revenu sur le durcissement des mesures en Valais. "Le Valais, canton le plus touché actuellement, a pris des mesures drastiques. Je crois que c'est le bon chemin, c'est ce qu'il faut faire. Ce sont certes des mesures drastiques, mais qui sont très loin de celles du printemps."

>> Lire aussi: Alain Berset: "Le Valais a pris des mesures drastiques, c'est le bon chemin"

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus