Modifié

Deux députés fribourgeois veulent miser sur le solaire pour sortir des crispations de l'éolien

KEYSTONE [Jean-Christophe Bott - Keystone]
Deux députés fribourgeois veulent miser sur le solaire pour sortir des crispations de l'éolien / La Matinale / 1 min. / le 2 mai 2022
Deux députés fribourgeois ont déposé mi-avril une motion au Grand Conseil appelant à miser davantage sur l'énergie photovoltaïque pour favoriser le tournant énergétique dans le canton. Ils demandent l'adaptation du cadre légal et appellent à une obligation d'installer des panneaux solaires sur les nouveaux bâtiments.

"Le tournant énergétique fribourgeois est fortement ralenti par le choix de miser considérablement sur l’éolien", écrivent les députés socialistes Grégoire Kubski et Simon Zurich en préambule du texte. En cause, les nombreux blocages et écueils administratifs qui frappent les projets misant sur l'énergie éolienne, qui n'a pas bonne presse en Suisse.

Rares sont les projets qui ne rencontrent pas d’oppositions. En Suisse romande, une quinzaine d’entre eux ont été mis à l’étude ces dernières années, et tous ont suscité des polémiques. "La stratégie fribourgeoise est très axée sur l'éolien, ce qui crée beaucoup de crispations", a commenté Simon Zurich lundi dans La Matinale de la RTS.

>> Sur ce sujet: A Fribourg, deux communes réclament une enquête sur le dossier éolien

Pour les deux auteurs de la motion, ces débats, partisans et passionnés, font perdre un temps précieux aux Fribourgeois, alors que le temps commence à manquer pour agir en matière climatique. Pourtant, "l'énergie photovoltaïque est celle revêtant le plus grand potentiel dans le canton de Fribourg", écrivent-ils, et le canton "possède les ressources pour prendre en main son destin énergétique en se montrant véritablement ambitieux" dans le développement de cette énergie.

Aides financières et planification

La motion rappelle enfin que le photovoltaïque permet aussi une production d'énergie décentralisée, et que des récentes décisions au niveau du Parlement fédéral devraient permettre de mieux rétribuer l'énergie qui n’est pas consommée par le producteur, au moyen d'une rétribution unique allant jusqu'à 60% pour les installations qui réinjectent toute l’électricité produite. Ils appellent à ne pas laisser la seule initiative de l’installation d’infrastructures solaires aux acteurs privés.

À cette fin, ils appellent à la mise sur pied d’un fonds destiné à subventionner la création d’infrastructures photovoltaïques, notamment sur des bâtiments publics ou encore le long des routes cantonales et des lignes ferroviaires. Le texte veut également faciliter l'investissement par des privés dans ce type d'installations.

>> Voir aussi: Delémont construit des centrales solaires grâce aux prêts citoyens

Le texte demande également une planification globale cantonale pour concilier la préservation du patrimoine culturel avec la production d’énergie renouvelable, ainsi qu'une aide financière aux communes qui souhaiteraient investir dans le photovoltaïque.

>> Sur le même sujet, lire également: Les pratiques évoluent pour concilier installations solaires et patrimoine

Obligation pour tous les bâtiments

Enfin, les motionnaires demandent l'introduction d'une obligation d'installer des panneaux solaires sur les nouveaux bâtiments, lorsque les conditions d'ensoleillement et la protection des sites construits le permettent. "Compte tenu des modifications récentes du droit fédéral, il devient intéressant de prévoir des installations axées sur la redistribution dans le réseau, et non plus sur la seule autoconsommation", écrivent-ils.

La plupart des législations cantonales basent en effet l'obligation d'installer des infrastructures renouvelables sur la consommation des bâtiments, et non du réseau en général. C'est le cas de Neuchâtel, où la législation impose d'équiper les nouveaux bâtiments d'infrastructures solaires couvrant plus de la moitié des besoins annuels d’eau chaude sanitaire, ou prestation équivalente. Dans le canton de Vaud, les nouvelles constructions doivent couvrir au moins 30 % de leurs besoins en eau chaude sanitaire et 20% de leurs besoins en électricité par une énergie renouvelable.

En Suisse, seul Bâle-Ville a décidé - fin 2021 - d'imposer l'installation de cellules photovoltaïques à tous les propriétaires. La motion a été adoptée par une large majorité du Parlement. Le gouvernement doit maintenant proposer la meilleure façon de mettre en oeuvre cette contrainte.

>> Plus de détails sur la décision bâloise: Mesure inédite à Bâle-Ville qui rend obligatoires les panneaux solaires sur les toits

jop/fg

Publié Modifié

Une aide fédérale pour la planification des communes

Dans le cadre du programme SuisseEnergie, la Confédération va soutenir jusqu'à fin 2023 les communes souhaitant mettre en place des installations photovoltaïques ou développer la mobilité électrique, en participant au financement des études de faisabilité ou de planification.

De nombreuses questions se posent aux communes désireuses de promouvoir la production d'électricité renouvelable ou l'électromobilité sur leur territoire, relève lundi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). La Confédération souhaite leur apporter son soutien en assumant 40% des coûts d'une étude de faisabilité ou de planification. L'aide est plafonnée à 30'000 francs.

Budget de 8 millions

Toutes les communes suisses peuvent déposer une demande de soutien. Un budget de 8 millions de francs est prévu pour financer ces contributions, divisé à parts égales pour les installations photovoltaïques et la mobilité électrique.

Seules les études qui seront achevées au 31 octobre 2023 au plus tard entreront en ligne de compte pour un éventuel soutien. Les demandes seront traitées selon le principe du "premier arrivé, premier servi", précise l'OFEN.