Modifié

L'Allemagne n'exclut pas un confinement général - Le suivi de la pandémie dans le monde

Alors que l'Autriche a annoncé vendredi qu'elle allait confiner toute sa population dès lundi, le ministre allemand de la Santé Jens Spahn a estimé qu'une telle mesure n'était "pas exclue" désormais en Allemagne, où la situation sanitaire se détériore.

ALLEMAGNE - Confinement généralisé "pas exclu"

Conséquence de la gravité de la situation sanitaire en Allemagne, un confinement ne peut pas être exclu, y compris pour les personnes vaccinées, a déclaré vendredi le ministre de la Santé, Jens Spahn. "Nous sommes désormais dans une situation (...) où nous ne pouvons rien exclure", a-t-il dit.

Comme un symbole de cette situation compliquée, l'hôpital bavarois de Freising a dû prendre la semaine dernière une décision inédite en Allemagne: transférer un patient atteint du Covid-19 dans un établissement du nord de l'Italie, faute de places disponibles aux soins intensifs. En 18 mois de pandémie, les hôpitaux allemands ont régulièrement été sollicités pour prendre en charge des malades de pays européens débordés. Mais la nouvelle vague de Covid-19 qui déferle depuis octobre semble avoir changé la donne.

Lors d'une conférence de presse, la chancelière Angela Merkel a déclaré que les restrictions pour les personnes non vaccinées étaient rendues nécessaires pour répondre à une quatrième vague épidémique "très inquiétante". "Nombre de ces mesures ne seraient pas nécessaires si davantage de personnes étaient vaccinées. Et il n'est pas trop tard pour se faire vacciner", a-t-elle ajouté.

Dans les endroits où le taux d'hospitalisation dû au Covid dépasse un certain seuil d'alerte, l'accès aux lieux publics, aux restaurants, aux événements culturels et sportifs sera limité aux personnes vaccinées ou immunisées après avoir contracté la maladie.

Le chef du gouvernement de Bavière Markus Söder a par ailleurs annoncé vendredi l'annulation de tous les marchés de Noël dans sa région, l'une des plus affectées en Allemagne par la nouvelle vague de Covid-19.

>> Le reportage du 19h30 sur les nouvelles mesures mises en place en Allemagne et en Autriche:

Covid-19: La situation épidémique en Allemagne est dramatique selon Angela Merkel. En Autriche, les non-vaccinés sont confinés pour éviter la surcharge des hôpitaux [RTS]
Covid-19: La situation épidémique en Allemagne est dramatique selon Angela Merkel. En Autriche, les non-vaccinés sont confinés pour éviter la surcharge des hôpitaux / 19h30 / 1 min. / le 18 novembre 2021

PAYS-BAS - Environ sept blessés pendant une manifestation contre les restrictions sanitaires

Des tirs de la police ont fait vendredi plusieurs blessés à Rotterdam, aux Pays-Bas, où une manifestation contre un confinement partiel pour lutter contre le Covid-19 a tourné à l'émeute. La police a procédé à plusieurs dizaines d'arrestations.

La manif anti-restrictions sanitaires à Rotterdam a viré à l'émeute. [RTS]
La manif anti-restrictions sanitaires à Rotterdam a viré à l'émeute. / L'actu en vidéo / 50 sec. / le 20 novembre 2021

Les incidents ont éclaté lors d'une manifestation contre les restrictions sanitaires et les plans du gouvernement de restreindre l'accès des personnes non vaccinées à certains sites. Au moins sept personnes ont été blessées, dont des policiers, lors d'un déchaînement de violence nocturne dans l'une des principales rues commerçantes de Rotterdam.

Les Pays-Bas ont été les premiers en Europe occidentale à réintroduire la semaine dernière un confinement partiel avec une série de restrictions sanitaires, touchant notamment le secteur de la restauration, pour faire face à une flambée de cas de Covid-19.

"Des dizaines d'interpellations ont désormais été effectuées. Il est prévu que d'autres interpellations suivront. Environ sept personnes ont été blessées, y compris du côté des forces de l'ordre", indique un communiqué de la police.

AUTRICHE - Confinement général dès lundi, vaccination obligatoire dès février

L'Autriche va confiner dès lundi l'ensemble de sa population, a annoncé le chancelier conservateur Alexander Schallenberg vendredi lors d'une conférence de presse. Il a également annoncé que la vaccination serait obligatoire dès le 1er février 2022.

Une semaine après avoir sévi contre les non vaccinés, le chancelier conservateur Alexander Schallenberg a annoncé un confinement des 8,9 millions d'habitants jusqu'au 13 décembre, une décision qui n'a "pas été facile à prendre". Il a dit être conscient qu'on demandait "énormément" aux vaccinés "parce que trop de gens n'ont pas fait preuve de solidarité".

Il a également décidé de rendre la vaccination obligatoire à partir du 1er février 2022. L'Autriche deviendra ainsi le premier pays de l'UE à prendre de telles mesures face à la résurgence des cas de Covid.

>> Les explications du 19h30:

Covid-19: Face à la vague toujours plus haute des contaminations, l’Autriche impose un nouveau confinement général et déclare la vaccination obligatoire dès février 2022 [RTS]
Covid-19: Face à la vague toujours plus haute des contaminations, l’Autriche impose un nouveau confinement général et déclare la vaccination obligatoire dès février 2022 / 19h30 / 2 min. / le 19 novembre 2021

FRANCE - Pic de classes scolaires en quarantaine

Le nombre de classes fermées à cause de l'épidémie de Covid-19 est remonté cette semaine au plus haut depuis la rentrée de septembre pour s'établir à plus de 4000, soit 0,8% des classes du pays, a annoncé vendredi le ministère de l'Éducation nationale.

C'est plus que trois fois supérieur au précédent chiffre datant du 22 octobre, avant les vacances de la Toussaint, qui était de 1246 classes fermées. Ce nombre avait atteint 3300 classes le 16 septembre, avant de baisser progressivement.

Dans une interview mardi au Parisien, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer avait évoqué le chiffre de 1057 classes fermées, tout en soulignant qu'il allait "forcément augmenter comme à chaque fois dans les périodes qui suivent les vacances".

Près de 11'000 cas de Covid-19 ont été confirmés chez des élèves français sur les sept derniers jours, sur un total de 12,2 millions d'élèves.

Le gouvernement français a par ailleurs décidé vendredi l'envoi de 200 policiers et gendarmes en renfort en Guadeloupe (Antilles françaises), après quatre jours de blocages de routes, parfois émaillés de violences, par des manifestants opposés au pass sanitaire et à la vaccination obligatoire des soignants contre le Covid-19.

Ils seront sur place "dans les prochains jours", ont annoncé dans un communiqué commun les ministres des Outre-mer Sébastien Lecornu et de l'Intérieur Gérald Darmanin, en condamnant "avec la plus grande fermeté les violences".

La mobilisation, lancée par un collectif d'organisations syndicales et citoyennes, a été assortie de violences au cours des dernières heures.

ISRAEL - Vaccination des enfants de 5 à 11 ans

La vaccination en Israël des enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19 avec des doses Pfizer/BioNtech va débuter mardi, a annoncé vendredi le premier ministre Naftali Bennett. Le Canada a fait part de la même décision.

"A partir de mardi, les enfants aussi pourront se faire vacciner", a écrit M. Bennett sur sa page Facebook, promettant une "transparence totale" sur le sujet. Selon les essais cliniques menés par Pfizer sur des milliers d'enfants, le vaccin a démontré une efficacité de 90,7% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Environ 5,7 millions des quelque neuf millions d'Israéliens, dont plus de 80% des adultes, ont reçu deux doses de vaccin et les autorités ont lancé à l'été une nouvelle campagne pour l'administration d'une dose de rappel.

BELGIQUE - Retour du masque et du télétravail obligatoire

La Belgique va généraliser le port du masque et rendre le télétravail obligatoire pour les emplois qui le permettent. L'enjeu est d'enrayer le fort rebond de l'épidémie dans le pays, a annoncé le Premier ministre Alexander De Croo.

A partir de lundi, les employés qui le peuvent devront télétravailler au moins quatre jours par semaine, une obligation ramenée à trois jours à partir du 13 décembre.

"Cela s'applique aux emplois où le télétravail est possible, au secteur privé comme à l'administration publique. C'est un effort qu'on doit faire ensemble", a souligné devant la presse le dirigeant.

Le masque est désormais rendu obligatoire dès l'âge de 10 ans, contre 12 ans précédemment, et devra être impérativement porté dans les transports en commun, les bars et restaurants, les théâtres et cinémas, et dans le cadre d'évènements publics, y compris en extérieur.

Avec près de 10'300 nouvelles infections par jour en moyenne sur la semaine écoulée, la Belgique retrouve un rythme de propagation du virus qui n'avait plus été atteint depuis un an.

UKRAINE - Les enfants touchés par la nouvelle vague

La nouvelle vague débutée cet automne en Ukraine due au variant Delta est, selon les médecins, plus dangereuse pour les enfants. Elle a causé les premiers décès du Covid-19 parmi les patients d'un hôpital pédiatrique: deux bébés et un garçon handicapé de huit ans. "Le traitement n'a pas marché", note la cheffe de l'unité de réanimation.

Sur 3,3 millions de contaminations enregistrés en Ukraine depuis le printemps 2020, presque 180'000 cas, dont 288 mortels, ont concerné des mineurs.

La vaccination, à la traîne dans ce pays au système de santé défaillant, est aussi pointée du doigt. Les pouvoirs publics fondent leurs espoirs dans une accélération de la vaccination pour enrayer l'épidémie.

BULGARIE - Le faible taux de vaccination, un risque pour l'UE

Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, a mis en garde vendredi la Bulgarie, le pays le moins vacciné de l'UE, estimant que cette situation posait "un gros risque" pour l'ensemble du continent.

Avec seulement 24,2% de sa population de 6,9 millions complètement vaccinée, la Bulgarie est à la traîne comparée à une moyenne européenne de 68%, selon un décompte de l'AFP basé sur des sources officielles.

La Bulgarie "n'est pas une île, elle fait partie de l'Europe", a souligné Thierry Breton à l'occasion de sa visite. Or avec un taux de vaccination aussi faible, "elle peut devenir un foyer de la pandémie", a-t-il prévenu. "C'est un gros risque, bien sûr pour la Bulgarie mais aussi pour tous les autres", "pour tout notre continent".

SUEDE - Instauration d'un pass vaccinal

Dès le 1er décembre, la Suède va mettre en place un pass vaccinal pour les événements de plus de 100 personnes en intérieur. Le pays nordique, qui avait décidé à compter du 1er novembre de ne plus tester les personnes totalement vaccinées contre le Covid-19, même en cas de symptômes, va aussi revenir sur cette décision.

Même si la Suède enregistre actuellement peu de cas contrairement à de nombreux pays européens, le pays "n'est pas isolé du reste du monde", a souligné la ministre de la Santé Lena Hallengren lors d'une conférence de presse.

La présentation d'un certificat de vaccination, qui avait été recommandée un peu plus tôt par l'autorité de santé publique, exclut les plus jeunes - le gouvernement doit encore choisir entre un seuil de 16 ou 18 ans.

Les évènements appliquant la mesure seront exempts d'autres restrictions.

ETATS-UNIS - Troisième dose de vaccin autorisée pour tous les adultes

Les autorités sanitaires américaines ont annoncé vendredi avoir donné leur feu vert à une troisième dose de vaccin anti-Covid pour tous les adultes entièrement vaccinés il y a au moins six mois.

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a indiqué que cette autorisation d'utilisation d'urgence accordée à Pfizer et Moderna contribuait "à fournir une protection continue contre le Covid-19, y compris contre les conséquences graves qui peuvent survenir, comme l'hospitalisation ou la mort".

Cette annonce intervient dans un contexte de reprise épidémique aux Etats-Unis, avec en moyenne 85'000 nouveaux cas de Covid-19 quotidiennement (contre environ 70'000 fin octobre), et environ 1000 décès par jour.

CANADA - Le vaccin de Pfizer/BioNTech autorisé pour les 5-11 ans

Les autorités sanitaires canadiennes ont annoncé vendredi qu'elles autorisaient l'utilisation du vaccin anti-Covid Pfizer/BioNTech pour les enfants de 5 à 11 ans.

"Après un examen scientifique indépendant complet, le ministère (de la Santé, ndlr) a déterminé que les avantages de ce vaccin pour les enfants de 5 à 11 ans l'emportent sur les risques", ont indiqué les autorités dans un communiqué.

Le dosage du vaccin pour les 5 à 11 ans a été abaissé à 10 microgrammes par injection, soit trois fois moins que la dose standard. Les injections devront se faire "à trois semaines d'intervalle", a précisé Santé Canada, qui ne dévoile pas pour l'instant la date de début de la campagne vaccinale.

PHILIPPINES - Vers une réouverture des frontières

Les Philippines vont prochainement accueillir à nouveau les touristes étrangers vaccinés contre le Covid-19, a annoncé vendredi le gouvernement.

Un groupe de travail chargé de la lutte contre le Covid-19 a "approuvé sur le principe" la demande du ministère du Tourisme d'autoriser l'entrée sur le territoire aux voyageurs vaccinés en provenance de pays où le taux de contamination est faible, a déclaré la ministre du Tourisme, Berna Puyat.

Cette mesure doit apporter une bouffée d'oxygène au secteur du tourisme des Philippines, dévasté par vingt mois de fermeture des frontières et une restriction de déplacements à l'intérieur du pays afin de lutter contre la pandémie de coronavirus. Sur place, environ un tiers des 110 millions d'habitants du pays sont entièrement vaccinés.

RTSinfo

Publié Modifié

Le bilan de la pandémie dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 5'130'000 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles vendredi à la mi-journée. Plus de 255'488'000 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 768'697 décès pour 47'531'381 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuite le Brésil avec 612'144 morts et 21'989'962 cas, l'Inde avec 465'082 morts (34'489'623 cas), le Mexique avec 291'929 morts (3'854'994 cas), et la Russie avec 261'589 morts (9'257'068 cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes

Origine du SARS-CoV-2: piste de la contamination animale relancée

Le premier cas de Covid-19 identifié dans la ville chinoise de Wuhan, présenté comme tel par un rapport de l'OMS, datait en réalité de quelques jours plus tard, selon l'article d'un éminent scientifique publié jeudi dans Science. Cette information relance le débat sur l'origine du virus.

Au lieu d'être un homme ne s'étant jamais rendu au marché d'animaux de Wuhan, le statut de premier cas connu de Covid-19 revient à une vendeuse ayant travaillé dans ce marché, selon le virologue Michael Worobey. Pour lui, cette donnée, ainsi que l'analyse des tout premiers cas de Covid-19 dans la ville, font clairement pencher la balance vers une origine animale du virus.

Le débat fait rage depuis le début de la pandémie entre les experts, qui cherchent encore deux ans après à élucider le mystère de l'origine du virus, en l'absence de preuves définitives.

Michael Worobey appartenait lui-même à la quinzaine d'experts ayant publié à la mi-mai une tribune dans la revue Science appelant à considérer sérieusement l'hypothèse d'une fuite d'un laboratoire de Wuhan. Il écrit aujourd'hui que ses recherches "livrent des preuves solides en faveur d'une origine de la pandémie via un animal vivant" de ce marché.

Contourner les biais

L'une des critiques de cette théorie reposait sur l'argument suivant: puisque les autorités sanitaires ont alerté de cas d'une maladie suspecte liés au marché dès le 30 décembre 2019, un biais aurait été introduit, ayant conduit à l'identification de davantage de cas à cet endroit qu'ailleurs, l'attention étant portée sur lui.

Pour contourner ce biais, Michael Worobey a analysé les cas rapportés par deux hôpitaux avant que l'alerte ne soit donnée. Or, ces cas sont également largement liés au marché et ceux qui ne le sont pas sont malgré tout géographiquement concentrés autour de lui.

Une autre critique s'appuyait sur le fait que le premier cas identifié n'ait pas de lien avec le marché. Mais alors que le rapport de l'OMS affirmait qu'il avait été malade à partir du 8 décembre, il ne l'a en réalité été que le 16 décembre, selon le chercheur. Une déduction faite à partir d'une interview vidéo retrouvée, d'un cas décrit dans un article scientifique et d'un dossier médical d'hôpital qui coïncident avec cet homme de 41 ans.

Pfizer demande à son tour que son vaccin soit autorisé pour les enfants

L'entreprise pharmaceutique Pfizer souhaite que son vaccin contre le Covid-19 développé en collaboration avec Biontech soit également autorisé en Suisse pour les enfants de cinq à douze ans. Elle a déposé une demande en ce sens auprès de l'Institut des produits thérapeutiques Swissmedic.

La demande s'appuie notamment sur une étude menée sur plus de 4600 enfants du groupe d'âge concerné, a indiqué Swissmedic vendredi. Les sujets ont reçu une dose réduite par rapport à la vaccination des adultes.

Mercredi, le fabricant de vaccins Moderna avait déjà déposé une demande d'extension de l'autorisation de mise sur le marché de son vaccin pour que celui-ci puisse être aussi administré à l'avenir aux enfants de six à douze ans. Les vaccins de Pfizer/Biontech et de Moderna sont déjà autorisés en Suisse pour les enfants et les adolescents à partir de douze ans.