Le banner du 10 mars. [Keystone]
Publié Modifié

La Suisse a acheté trois millions de doses de vaccins supplémentaires

- La Suisse a pu acheter trois millions de doses supplémentaires du vaccin anti-Covid-19 de Pfizer-BioNTech. "Un million sera déjà à disposition des cantons en avril, mai et juin", a annoncé mercredi Alain Berset sur Twitter.

- La Suisse compte mercredi 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 14 décès supplémentaires sont à déplorer et 41 malades ont été hospitalisés.

- Selon l'OFSP, toutes les personnes désirant se faire vacciner en Suisse pourront l'être d'ici à l'été. "A condition que les fabricants livrent les doses comme prévu, que les cantons disposent de suffisamment de capacités et que les vaccins supplémentaires soient autorisés."

- Le canton de Fribourg se lance dans les tests de dépistage du Covid-19 à large échelle sur des personnes qui ne présentent pas de symptômes. Une phase pilote a été lancée et voit participer des écoles, des EMS ou encore les Transports publics fribourgeois (TPF).

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

19h30

La Suisse a acheté trois millions de doses de vaccins supplémentaires

La Suisse a pu acheter trois millions de doses supplémentaires du vaccin anti-Covid-19 de Pfizer-BioNTech. "Un million sera déjà à disposition des cantons en avril, mai et juin", a annoncé mercredi Alain Berset sur Twitter.

"Cela permet à la Suisse de renforcer sa campagne de vaccination", a ajouté le ministre de la santé. Selon le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), la Confédération avait jusqu'ici commandé trois millions de doses à Pfizer.

La Suisse a également commandé 13,5 millions de doses à Moderna, 5,3 millions à AstraZeneca, 5 millions à Curevac et 6 millions à Novavax, selon le site de l'OFSP. Soit un total de 35,8 millions.

La Suisse subit toujours des retards dans l'approvisionnement en vaccins. Au total, 951'804 vaccinations ont été réalisées jusqu'à dimanche. Jusqu'ici, 332'585 personnes, soit 3,8% de la population, ont été vaccinées complètement.

>> Les précisions du 19h30:

La Suisse a commandé plus de 35 millions de vaccins contre le Covid-19, mais la moitié n'est pas encore homologuée [RTS]
La Suisse a commandé plus de 35 millions de vaccins contre le Covid-19, mais la moitié n'est pas encore homologuée / 19h30 / 1 min. / le 10 mars 2021

17h45

L'accord avec la France sur l'imposition des frontaliers prolongé

L'accord conclu entre Berne et Paris le 13 mai, qui suspendait les obstacles au télétravail des frontaliers, reste en vigueur jusqu'au 30 juin 2021. Arrivant initialement à échéance le 31 août 2020, il avait déjà été prolongé deux fois, au 31 décembre puis au 31 mars.

>> Relire: L'essor du télétravail des frontaliers freiné par un règlement européen

L'Administration fédérale des contributions a annoncé mercredi la prolongation de cet accord amiable. En cas de nécessité liée à l’évolution de la situation sanitaire dans les deux Etats, celui-ci pourra être à nouveau prorogé ou un nouvel accord amiable conclu, précise-t-elle.

Quelque 180'000 personnes habitant en France viennent exercer chaque jour une activité lucrative en Suisse en temps normal. Avec la crise du coronavirus, une grande partie d'entre elles n'a pas pu se rendre physiquement sur son lieu de travail.

Une situation qui a suscité des interrogations sur un possible changement du régime d'imposition. Dans ce contexte, Berne et Paris ont conclu au printemps dernier un accord amiable afin que les frontaliers contraints de travailler à la maison continuent de bénéficier des mêmes régimes d'imposition qu'avant la crise.

17h30

La Suisse adapte sa liste des pays présentant un risque

La Suisse a de nouveau adapté sa liste de zones depuis lesquelles l'entrée en Suisse est soumise à une quarantaine. A partir du 22 mars, 19 nouveaux pays ou territoires, dont la Belgique et le Kosovo, seront concernés. L'Espagne et le Portugal ne figurent quant à eux plus sur la liste.

La Bulgarie, la Pologne, la Roumanie, la Hongrie et Chypre y seront également depuis le 22 mars, a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Une région de plus a été ajoutée concernant la France et l'Allemagne, respectivement la Corse et le Land de Thuringe. En Italie, la Basilicate, le Latium et la Vénétie figureront désormais sur la liste; en Autriche le Burgenland, la Haute Autriche et Vienne.

Royaume-Uni et Pays-Bas ajoutés

En Europe, le Royaume-Uni, la Suède, la Lituanie, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Slovénie, la République tchèque, la Croatie, la Serbie, la Slovénie, la Slovaquie, la Macédoine du Nord (nouvelle), le Monténégro, Saint-Marin, Monaco, l'Albanie et Andorre figurent également sur la liste.

En Amérique du Sud, l'Uruguay a été ajouté. La Jordanie, le Qatar et la Palestine figureront également sur la liste dès le 22 mars. Le Brésil, les États-Unis, les Émirats arabes unis et l'Afrique du Sud, entre autres, y sont toujours.

Toute personne entrant en Suisse depuis les pays listés doit se placer en quarantaine pendant dix jours.

15h45

Prolongation de l'aide étatique aux médias fribourgeois

L’aide aux médias annoncée en mai 2020 par le Conseil d’Etat fribourgeois reste valable pour cette année. Elle prévoit la prise en charge de l'équivalent de la moitié des pertes publicitaires causées par la crise du coronavirus par rapport à l'exercice 2019.

Le gouvernement a publié mercredi une ordonnance prolongeant ces contributions à fonds perdu. Il n'est pas prévu de nouveaux montants, mais la poursuite de l'aide au-delà de ce qui figurait dans la loi votée par le Grand Conseil en juin dernier. Un arrêt pourrait survenir en cas d'amélioration de la situation économique.

L'aide doit permettre de faire le pont avec les mesures de la Confédération en faveur du secteur, mesures qui ne sont pas attendues avant l'an prochain. L'idée consiste à maintenir une offre variée, sachant que les médias avaient bénéficié de bonne audience lors de la première vague de Covid-19.

Au printemps 2020, alors que les médias subissaient de plein fouet l'impact négatif de la pandémie, le Conseil d'Etat avait décidé de soutenir la presse écrite du canton pour un montant maximal de 3,7 millions de francs jusqu'à la fin de l'année. Radios et télévisions s'étaient alors vu allouer une somme maximale de 1,6 million.

13h45

1491 cas supplémentaires

La Suisse compte mercredi 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). 14 décès supplémentaires sont à déplorer et 41 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 32'557 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 4,58%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'776. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 170,92 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,09.

Au total, 1'218'200 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 951'804 ont été administrées et 332'585 personnes ont déjà reçu deux doses. Depuis le début de la pandémie, 567'903 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 5'319'389 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9374 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 23'914.

Quant aux variants du coronavirus, 13'887 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à présent, dont 4393 cas ont été attribués au variant britannique (B.1.1.7), 178 au variant sud-africain (B.1.351) et 6 au variant brésilien (P.1). Dans les cas restants, une mutation était présente, mais la lignée n'était pas claire.

Le pays dénombre par ailleurs 10'384 personnes en isolement et 18'218 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S'y ajoutent 4653 autres personnes revenant de voyage d'un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

13h00

Unités de soins intensifs toujours sous pression

Les unités de soins intensifs sont toujours sous pression, même si celle-ci est légèrement réduite, selon la Société suisse de médecine intensive (SSMI). Tout en la remerciant pour son soutien, elle appelle la population suisse à continuer à respecter les mesures sanitaires.

Une pression subsiste encore dans les unités de soins intensifs en raison des patients Covid-19 "long" et parce que les opérations et les traitements reportés doivent maintenant être rattrapés, indique le SSMI mercredi dans un communiqué. Et de noter que les équipes soignantes de ces unités, "extrêmement occupées depuis un an et donc fatiguées", sont donc toujours très sollicitées.

Invitation à rester "prudents" et "responsables"

En adhérant aux mesures "strictes et incisives" de lutte contre le coronavirus, la population suisse a contribué de manière "décisive" à surmonter la situation "extrêmement critique" dans les unités de soins intensifs, souligne le SSMI. Il lui recommande de continuer à respecter les mesures, de se faire tester ainsi que de rester "prudente" et "responsable".

Les effets des assouplissements et l'évolution de la situation épidémiologique sont à surveiller, afin de prévenir une nouvelle augmentation des infections. Le SSMI soutient par ailleurs la recommandation de vaccination.

12h45

Manifeste pour la dignité à Fribourg

La crise sanitaire aggrave fortement la situation des plus démunis à Fribourg. C'est pour cela que 58 associations ont rédigé un manifeste pour la dignité.

Il regroupe sept revendications pour améliorer la situation des plus démunis, comme le droit à l'alimentation.

Ces associations préconisent aussi la suppression de l'exigence du remboursement de l'aide sociale. Cette disposition actuellement en vigueur précipite - selon ces associations -  les plus démunis dans la précarité.

Les membres du collectif Dignité Fribourg insistent en particulier sur le fait de ne plus exiger obligatoirement le remboursement de la dette lorsque - justement - un bénéficiaire touche des prestations de l'aide sociale. Pour les personnes qui y recourent, ce remboursement enferme les ex-bénéficiaires dans une spirale infernale.

>> Les précisions de Maurice Doucas dans le 12h30:

Des sacs de nourriture à Genève en mai 2020. [Martial Trezzini - Keystone]Martial Trezzini - Keystone
58 associations veulent lutter contre la précarité liée à la crise sanitaire dans le canton de Fribourg / Le 12h30 / 2 min. / le 10 mars 2021

>> Voir aussi l'interview d'eAnne-Pascale Collaud, responsable du service accompagnement social de Caritas Fribourg dans le 12h45:

Covid-19 et précarité: Interview d'Anne-Pascale Collaud, Responsable du service accompagnement social, Caritas Fribourg. [RTS]
Covid-19 et précarité: Interview d'Anne-Pascale Collaud, Responsable du service accompagnement social, Caritas Fribourg. / 12h45 / 2 min. / le 10 mars 2021

12h20

Enseignant tessinois renvoyé après une fête illégale à l'école

Un enseignant tessinois a été licencié avec effet immédiat pour avoir participé la semaine passée à une fête illégale dans une école secondaire de Locarno. Des images de l'événement avaient circulé sur les réseaux sociaux.

La fête, au cours de laquelle de l'alcool a été consommé, s'est déroulée dans la nuit de jeudi à vendredi, indique mercredi le Département cantonal de la formation dans un communiqué. L'enseignant avait été suspendu dès vendredi.

L'homme a aidé les autorités à clarifier les circonstances des événements. Pour l'école, il est désormais important de pouvoir tourner la page de cet événement "regrettable", mais "isolé et étranger au monde scolaire", précise le communiqué.

11h25

Le canton du Jura renforce son programme d’aide aux cas de rigueur

Le Gouvernement jurassien renforce le programme cantonal d’aide aux cas de rigueur en lien avec la crise du coronavirus. Il veut augmenter le soutien aux entreprises en difficulté jusqu'à 50 millions de francs, dont plus de 19 millions à charge du canton.

Au travers du message adopté, le Gouvernement propose au Parlement d’adapter le programme jurassien en conséquence, a indiqué mercredi la Chancellerie d'Etat. Les adaptations permettront de répondre au mieux aux importants besoins financiers des acteurs économiques et de poursuivre le programme pour les cas de rigueur engagé en début d’année.

11h20

A Zurich, le Covid entraîne moins d'accidents sur la route mais plus de morts à vélo

La pandémie du coronavirus a pesé sur la statistique des accidents de la route en 2020. Ils ont été moins nombreux que l'année précédente. Dans le canton de Zurich, le nombre de piétons et cyclistes blessés graves ou décédés a augmenté, en revanche.

Au total, 14'911 accidents sont survenus l'an dernier sur les routes zurichoises. C'est 7% de moins qu'en 2019, écrit mercredi la police cantonale. Cette baisse est due à la diminution du trafic pendulaire liée à la pandémie et au semi-confinement.

Revers de cette médaille, le nombre des morts et des blessés graves a augmenté dans le canton le plus peuplé de Suisse. On déplore 591 blessés graves en 2020, soit neuf de plus qu'en 2019. Le nombre de morts est passé de 25 à 30. Or, 85% de ces victimes étaient des cyclistes ou des piétons.

La pandémie et les longues phases de beau temps ont entraîné un trafic de loisirs plus important en 2020 que l'année précédente, explique la police. Ce trafic a été d'autant plus important sur deux roues. Les achats de vélos, vélos électriques et motos ont d'ailleurs progressé l'an dernier.

11h10

Le commerce en ligne a bondi de presque un tiers en 2020

Le commerce en ligne en Suisse a connu en 2020 une forte progression suite à la pandémie de coronavirus.

Les achats ont surtout été réalisés sur des sites locaux et ce sont les secteurs de l'ameublement, du sport et de l'alimentation qui connaissent une croissance supérieure à la moyenne, indique mercredi une étude réalisée conjointement par l'association de commerce.swiss, La Poste et GFK.

Concrètement, les consommateurs et consommatrices ont réalisé des achats de marchandises d'une valeur de 13,1 milliards de francs, soit un bond de 27,2% en comparaison annuelle. La consommation intérieure s'est étoffé de 32% à 11 milliards, tandis que les emplettes faites en ligne à l'étranger n'ont avancé que de 5% à 2,1 milliards, précise le communiqué.

Au niveau des chiffres d'affaires enregistrés en ligne, ce sont les secteurs de l'électronique (3 milliards), l'habillement/chaussures (2,5 milliards) et l'assortiment alimentaire (1,5 milliards) qui se trouvent sur le podium.

>> Ecouter l'interview de Nadine Baeriswyl, directrice adjointe de l'association commerce.swiss:

Les ventes en ligne ont bondi de près de 30% l’année dernière. [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Les ventes en ligne ont bondi de près de 30% l’année dernière / Le 12h30 / 2 min. / le 10 mars 2021

11h05

Le Parlement encore loin de trouver un compromis sur la loi Covid-19

Les sénateurs se sont opposés mercredi à de nombreuses mesures du National, veillant ainsi à ne pas trop ouvrir les cordons de la bourse.

Concrètement, les sénateurs sont d'accord d'élargir le cercle des bénéficiaires de l'aide au cas de rigueur, mais pas autant que les députés. Seules les entreprises fondées avant le 1er octobre 2020 pourront y prétendre. C'est déjà plus généreux que la proposition du gouvernement qui avait mis la barre au 1er mars 2020. Le National veut lui ouvrir le soutien à toutes les nouvelles entreprises.

Un recul de 40% du chiffre d'affaires, et non 25% comme le souhaitent les députés, devrait en outre être suffisant pour être considéré comme un cas de rigueur. La proposition du National constituerait une modification en profondeur du dispositif, a pointé Christian Levrat.

Le Conseil des Etats insiste également pour que les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 250 millions de francs remboursent les contributions à fonds perdu en cas de bénéfices.

Participation fédérale inchangée

Par 35 voix contre 8, les sénateurs s'alignent en revanche sur les députés concernant la répartition des coûts entre Confédération et cantons pour l'aide aux petites et moyennes entreprises. Berne doit prendre en charge 70% des 6 milliards prévus à cette fin, et les cantons se charger du reste.

Pas d'aide pour les loyers

Sénateurs et députés ont également des vues opposées sur les indépendants. Le Conseil des Etats a refusé, par 22 voix contre 20, d'abaisser de 40% à 20% la perte de chiffre d'affaires par rapport au chiffre d'affaires moyen de 2015 à 2019 donnant droit à des allocations pour perte de gain. Une variation de 20% est supportable, a plaidé le rapporteur de commission.

Les commerçants ne devraient pas non plus bénéficier d'un coup de pouce pour payer leur loyer. La Chambre des cantons a refusé de prolonger les délais à 90 jours pour les locataires et à 120 jours pour les fermiers.

Les commerces, partiellement fermés, ne doivent quant à eux pas bénéficier de contributions à fonds perdu.

Fleur aux clubs de sport

Les sénateurs insistent encore pour que les clubs de sport bénéficient d'assouplissements concernant les réductions salariales.

L'enveloppe de 350 millions pour les manifestations, foires, expositions industrielles ou marchés annuels annulés, reportés ou restreints n'a par contre pas passé la rampe. Et la disposition concernant le passeport vaccinal a été précisée. Il s'agit surtout de créer une différence avec le National, où le dossier retourne.

>> Le suivi de la session parlementaire: Le National ne veut pas renvoyer l'accord-cadre à l'Union européenne

11h00

Selon l'OFSP, les personnes désirant se faire vacciner contre le Covid pourront l'être d'ici à l'été

Selon l'OFSP, toutes les personnes désirant se faire vacciner en Suisse pourront l'être d'ici à l'été. "A condition que les fabricants livrent les doses comme prévu, que les cantons disposent de suffisamment de capacités et que les vaccins supplémentaires soient autorisés."

Pour l'heure, Curevac et Novavax n'ont pas encore déposé de demande d'homologation, a indiqué Swissmedic à Keystone-ATS. Le vaccin d'AstraZeneca, lui, est toujours en attente de l'autorisation de l'Institut suisse des produits thérapeutiques. Interrogée dans le Tages-Anzeiger, la directrice de l'OFSP Anne Lévy a exprimé son espoir que ce vaccin reçoive prochainement le feu vert.

Swissmedic a toutefois défendu les retards sur Twitter. Pour les vaccins approuvés jusqu'ici, l'institut a obtenu des résultats significatifs d'essais cliniques de grande envergure. Ce n'est pas le cas pour celui d'AstraZeneca. Sur la base des données disponibles, la sécurité, l'efficacité et la qualité du vaccin n'ont pas pu être évaluées de manière concluante, souligne-t-il.

La Suisse subit toujours des retards dans l'approvisionnement en vaccins. Elle a reçu à ce jour 1,3 million de doses. Au total, 951'804 vaccinations ont été réalisées jusqu'à dimanche. Jusqu'ici, 332'585 personnes, soit 3,8% de la population, ont été vaccinées complètement.

10h50

Crédits pour les cas de rigueur et l'assurance chômage libérés

Les Chambres fédérales ont libéré 14,375 milliards de francs supplémentaires pour aider les entreprises et les chômeurs touchés par la crise du coronavirus. Le montant sera principalement destiné à l'aide aux cas de rigueur et à l'assurance chômage.

Parallèlement à la révision de la loi Covid-19, le Conseil des Etats a accepté mercredi le supplément budgétaire demandé par le Conseil fédéral en éliminant la dernière divergence avec le Conseil national. Elle concernait la répartition des fonds destinés aux cas de rigueur entre la Confédération et les cantons.

Le supplément budgétaire permettra aussi de financer à hauteur de 6 milliards de francs la contribution versée à l'assurance-chômage pour les indemnités de chômage partiel cette année. L'enveloppe contient encore 84,5 millions de francs pour les charges de fonctionnement de l'Office fédéral de la santé publique et 500 millions pour l'acquisition de matériel sanitaire et de vaccins.

10h10

A cause du Covid, tous les objectifs de 2020 du Conseil fédéral n'ont pas pu être réalisés

La pandémie de Covid-19 n'a pas permis au Conseil fédéral de respecter tous ses objectifs l'année dernière. Mais il a pu mettre en oeuvre 70 des 123 mesures fixées pour 2020.

C'est ce qui ressort du rapport de gestion du Conseil fédéral, publié mercredi, qui recense les objectifs réalisés et les projets qui n'ont pas pu être planifiés.

Le Conseil fédéral a ainsi dû retarder son message au Parlement sur l'initiative populaire "contre les exportations d'armes dans des pays en proie à la guerre civile". Celui-ci a toutefois été présenté la semaine passée.

Retards

Parmi les projets qui n'ont pas pu être réalisés comme prévu à cause de la pandémie, le rapport cite aussi le crédit d'engagement en faveur des installations sportives d'importance nationale. La mise en oeuvre de la banque de données nationale pour le sport a quant à elle été retardée.

L'année dernière, outre le coronavirus, les points forts ont été la stratégie de politique extérieure, la stratégie concernant le personnel de la Confédération, la stratégie informatique de la Confédération et la stratégie de communication internationale.

Les messages concernant la fiscalité, les marchés financiers, la formation et la recherche, les transports, la santé, la migration et la lutte contre la criminalité et le terrorisme ont aussi marqué l'année, selon le Conseil fédéral.

Le rapport de gestion a été transmis aux commissions de gestion des Chambres fédérales. Le Parlement s'emparera du sujet en juin.

10h00

Près de 80% de cas variants dans le Jura

Les cas variants sont majoritaires, à près de 80%, parmi les contaminations au Covid-19 dans le canton du Jura depuis plus d'une semaine. Tous les cas sont désormais considérés comme variants pour le traçage, alors que les investigations continuent pour confirmer l'origine.

La décision implique que toutes les personnes mises en quarantaine sont invitées à se soumettre à un test PCR, pris en charge par la Confédération, a indiqué mercredi la Chancellerie d'Etat. Les individus vivant dans le même foyer qu'une personne ayant eu un contact étroit avec un cas positif doivent aussi respecter une quarantaine et se faire dépister (cas contact de niveau 2).

Premier dépistage par pool salivaire PCR

Le premier dépistage d'une école par pool salivaire PCR a par ailleurs été réalisé vendredi à Courrendlin (JU). Plus de 450 élèves et collaborateurs ont participé au dépistage à large échelle. Tous les pools se sont révélés négatifs, précise le communiqué.

Cette première expérience est en cours d'évaluation en parallèle des futures dispositions du Conseil fédéral mise en consultation le week-end dernier. "Le dépistage est en soi un outil de diagnostic important, mais il ne doit aucunement être considéré comme un moyen de limiter les mesures de protection."

08h15

André Berdoz: "Socialement, psychiquement, il faut que les gens travaillent ensemble"

Les milieux économiques ont plusieurs fois dénoncé les difficultés d'application de l'obligation de télétravailler imposée par le Conseil Fédéral, notamment l'Union suisse des arts et métiers (Usam), qui est clairement opposée à cette mesure sanitaire pour tenter de juguler la propagation de la pandémie de Covid-19.

André Berdoz, chef d'entreprises et vice-président de l'Usam, concède toutefois qu'il s'agit bien d'une avancée. "Mais on n'avait pas le choix", déplore-t-il, et "nous, au niveau de l'Usam et des patrons que je côtoie, les obligations et les interdictions, c'est pas franchement notre tasse de thé. On aime bien travailler dans un environnement libre et organiser notre temps de travail comme on l'entend."

Au niveau de l'Usam et des patrons, les obligations et les interdictions, c'est pas franchement notre tasse de thé.

André Berdoz, vice-président de l'Usam

Par ailleurs, il rappelle qu'il préside une faîtière des arts et métiers. "On a besoin de matérialiser. Vous ne pouvez pas construire un bâtiment ou faire du pain en télétravail", argumente-t-il.

En outre, dans les professions pour lesquelles il est possible de télétravailler, André Berdoz estime qu'il n'y a pas encore assez de recul sur les potentielles conséquences néfastes du télétravail généralisé. "Dans une durée limitée, c'est intéressant. Mais dans une PME par exemple, on perd beaucoup de substance. Les collaborateurs y sont polyvalents, et on a besoin de dialoguer, il faut rester connectés, et pas seulement électroniquement", estime-t-il. Et de poursuivre: "on a besoin de se voir, on a besoin d'échanger. C'est aussi comme ça qu'une entreprise garde son efficacité."

Enfin, si l'Usam n'a pas mené d'étude pour présenter des conclusions chiffrées en termes de productivité, son vice-président explique qu'il s'appuie sur des ressentis sur le terrain. Or, "provisoirement on trouve qu'il y a quelques avantages. Mais durablement, socialement et psychiquement, je crois qu'il faut que les gens travaillent ensemble".

>> L'interview complète dans La Matinale:

André Berdoz, vice-président de l'USAM, réagissait aux nouvelles mesures imposées par le Conseil fédéral. [RTS]RTS
André Berdoz, vice-président de l’USAM / La Matinale / 9 min. / le 10 mars 2021

07h55

Et si, télétravail oblige, la pandémie redessinait nos centres-villes?

Des bureaux qui se vident, des surfaces commerciales qui ne trouvent pas preneurs: et si, télétravail oblige, la pandémie redessinait nos centres-villes?

Par souci d'économie suite à la pandémie de Covid, des entreprises pensent déjà miser plus sur le télétravail et revoir à la baisse la surface de leurs locaux. C'est le cas par exemple de Loyco, une société de plus de 100 salariés qui propose des services administratifs aux entreprises.

Si elle dépense pour l'heure plus de 600'000 francs par année pour ses bureaux, l'organisation compte réduire le nombre de mètres carrés par employé. Car après la crise, plus de la moitié du personnel souhaiterait rester à la maison au moins 50% du temps.

Quoi qu'il en soit, le Conseil fédéral pourrait dire vendredi s'il prolonge ou non l'obligation de travailler à la maison au-delà du 22 mars.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Par souci d'économie suite à la pandémie de Covid, des entreprises pensent déjà miser plus sur le télétravail et revoir à la baisse la surface de leurs locaux. [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Télétravail et centres-ville / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2021

07h50

Le télétravail bouscule les règles des grandes administrations romandes

C'est un effet bénéfique de cette pandémie: le Covid a donné un coup d'accélérateur sans précédent au télétravail. Les managers ont pu constater que davantage de flexibilité n'était pas forcément synonyme de perte de rentabilité.

Face à la demande de milliers de collaborateurs, les grandes administrations publiques romandes apportent des réponses pour faciliter le télétravail à l'avenir, une fois la pandémie passée. Les règlements internes sont en pleine mutation.

A l'Etat de Vaud par exemple, une nouvelle directive, adoptée par le gouvernement, facilite l'accès au télétravail. "La pandémie a montré que le télétravail était possible", estime Philippe Chaubert, chef du Service du personnel de l’Etat de Vaud.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Le télétravail va être facilité à l'avenir dans les administrations [Christian Beutler - Keystone]Christian Beutler - Keystone
Le télétravail va davantage se développer dans les administrations publiques / La Matinale / 3 min. / le 10 mars 2021

>> En lire plus: Le télétravail bouscule les règles des grandes administrations romandes

07h45

L'industrie du spectacle veut une loi sur l'obligation de vacciner

L'industrie du spectacle appelle à l'instauration d'une réglementation par les autorités sur l'obligation de vaccination contre le coronavirus pour participer aux concerts. Elle rappelle que des centaines de milliers de billets avaient été vendus avant la pandémie.

Or, aucune obligation de vaccination ne peut être exigée pour les billets déjà vendus, indique Thomas Dürr, directeur d'ACT Entertainment, cité dans les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia.

Les organisateurs de festivals ne peuvent pas changer les règles en droit privé, ajoute-t-il, soulignant que l'obligation de vaccination ne peut s'appliquer que pour les nouveaux spectacles et les billets vendus après la pandémie. Les conditions ne peuvent être modifiées que si l'admission aux spectacles est réglementée par une loi, affirme Thomas Dürr.

L'association suisse des organisateurs professionnels de concerts, spectacles et festivals de musique (SMPA), qui rassemble les organisateurs de la plupart des grands festivals en Suisse, est toutefois opposée à l'obligation de vaccination pour assister aux spectacles, déclare dans les journaux son directeur Stefan Breitenmoser.

07h40

Tests de masse: les exemples de Fribourg et des Grisons

Après la vaccination, le dépistage systématique est devenu le deuxième axe de la stratégie de lutte contre le Covid-19.

>> Les explications de Natalie Bougeard, qui résume les stratégies des cantons:

Tests Covid-19 à large échelle en Suisse : Natalie Bougeard résume les stratégies des cantons. [RTS]
Tests Covid-19 à large échelle en Suisse : Natalie Bougeard résume les stratégies des cantons. / 19h30 / 1 min. / le 9 mars 2021

En Suisse, les cantons s'y mettent peu à peu. Mardi, Fribourg a lancé une phase pilote de tests de dépistage préventifs. L'idée est de casser les potentielles chaînes de transmission. Cet essai, qui se déroule jusqu'à la fin du mois, voit la participation de trois écoles, deux EMS et deux entreprises, dont les Transports publics fribourgeois (TPF).

Dans cette dernière, une cinquantaine de conductrices et conducteurs de bus volontaires sont invités à faire, lors de la prise de leur service, un test salivaire rapide de manière anonyme.

Dès le moment où les collaborateurs sont volontaires, c'est un dispositif plutôt facile à mettre en place, comme l'explique Serge Collaud, directeur général des TPF, insistant aussi sur l'importance du respect de l'anonymat.

"Cela fait partie de la démarche de respecter la sphère privée", explique-t-il dans La Matinale. "Et pour l'entreprise, c'est un avantage d'avoir une vision de ce qui se passe en termes d'infections Covid dans l'entreprise, avec forcément aussi des personnes asymptomatiques."

>> Ecouter le reportage à Fribourg dans La Matinale:

Mardi, Fribourg a lancé une phase pilote de tests de dépistage préventifs contre le Covid. L'idée est de casser les potentielles chaînes de transmission. [Anthony Anex - Keystone]Anthony Anex - Keystone
Tests de masse: l'exemple du canton de Fribourg / La Matinale / 1 min. / le 10 mars 2021

Les Grisons précurseurs

A l'autre bout de la Suisse, les Grisons font quant à eux figure de pionniers. Leur stratégie a été mise en place progressivement depuis la fin du mois de décembre. Des tests à large échelle sont déjà effectués dans les écoles, les administrations et les entreprises. Depuis début février, près de mille d'entre elles ont accepté de participer.

Au total, le canton est désormais capable de tester régulièrement environ 30% de sa population mobile. Si l'ensemble des données scientifiques n'est pas encore disponible, cette stratégie qui a coûté la bagatelle de 12 millions de francs aurait contribué à éviter une explosion des cas lors de la saison hivernale.

>> Revoir le reportage du 19h30 qui revient sur la stratégie de tests des Grisons:

Covid-19: le canton des Grisons a introduit les tests salivaires à large échelle début février. Bilan après 5 semaines. [RTS]
Covid-19: le canton des Grisons a introduit les tests salivaires à large échelle début février. Bilan après 5 semaines. / 19h30 / 2 min. / le 9 mars 2021

07h20

Une nouvelle stratégie de dépistage en 3 axes

Vendredi dernier, le Conseil fédéral a proposé d'élargir de manière massive les tests de dépistage. Ce projet, qui est en consultation auprès des cantons jusqu'à la fin de la semaine, prévoit entre autres de tester des personnes asymptomatiques.

Cette stratégie nouvelle se compose de trois axes: pour les gens qui ont des symptômes, les tests continuent comme avant. Pour les personnes asymptomatiques, l'idée est de réaliser des tests ciblés et répétitifs dans les entreprises, les écoles, les homes ou les établissements médicaux. Enfin, s'ils sont approuvés, il y aura également les auto-tests, pour les particuliers. Ces derniers devraient permettre à chacun de vérifier qu'on est négatif avant de par exemple visiter une personne vulnérable ou de se rendre dans un endroit très fréquenté.

>> Toutes les explications dans Forum:

Une personne en train de se soumettre au dépistage du coronavirus à Lausanne en juillet 2020. [Laurent Gillieron - Keystone]Laurent Gillieron - Keystone
La Confédération envisage une campagne massive de dépistage du Covid-19 / Forum / 2 min. / le 9 mars 2021

07h00

Le monde de la culture toujours dans l'expectative

Lundi, le Conseil national s'est montré un peu plus généreux avec les secteurs touchés de plein fouet par la pandémie.

Alors que jusqu'à présent il fallait avoir perdu 40% de son chiffre d'affaire pour bénéficier des "cas de rigueur", le Conseil national souhaite que cette limite tombe à 25%. Les commerces qui n'ont été que partiellement fermés pourront aussi se faire aider et la date de fondation d'une entreprise ne devrait plus être un critère: celles qui ont vu le jour après le 1er mars 2020 auront droit au même soutien que les autres.

Nouvelles aides pour la culture

Le Conseil national a également décidé de voler au secours de la culture. Il souhaite en effet supprimer le plafonnement de l'aide aux entreprises et acteurs culturels. Si les fonds actuels ne devaient plus suffire, ils pourraient être revus à la hausse.

Autre décision de taille pour le secteur, la mise en place d'une sorte d'assurance annulation pour les événements qui ne pourraient pas avoir lieu pour des raisons sanitaires. L'objectif étant de permettre aux organisateurs de se lancer malgré les incertitudes.

"On ne pourra pas attendre"

Invité de Forum, le directeur du Paléo Festival Daniel Rossellat salue une "bonne nouvelle". Néanmoins, il estime que la difficulté portera sur le temps que devrait prendre la mise en oeuvre.

"Nous sommes à un stade de délibération dans des commissions et pour nous, cela va probablement être trop tard. On ne pourra pas attendre que tout soit décidé et voté."

Et d'ajouter, concernant les prérequis impératifs pour assurer la tenue de son festival de musique: "D'abord, il faut qu'on ait décidé avant le 31 mars. Cela ferait 100 jours avant le 8 juillet et c'est le délai minimum pour être capable de mettre en oeuvre un projet comme celui-ci. Ensuite, il faut qu'on ait la garantie d'avoir une capacité de 5000 personnes. Il faut également qu'on ait un degré d'acceptation de la part de nos spectateurs, en ce qui concerne les contraintes sanitaires. Il faut qu'elles soient supportables pour les spectateurs mais aussi pour les artistes et nos collaborateurs."

>> Réécouter les explications de Forum et l'interview de Daniel Rossellat:

Daniel Rossellat. [Valentin Flauraud - Keystone]Valentin Flauraud - Keystone
Le Conseil national plus généreux que prévu avec les secteurs touchés par la crise / Forum / 6 min. / le 9 mars 2021

06h40

Les vaccins devraient-ils tomber dans le domaine public? 

Les vaccins arrivent au compte-gouttes dans certains pays, alors que dans d'autres, une grande partie de la population est déjà vaccinée. Cette situation s'explique en partie par le système des brevets pharmaceutiques: un monopole accordé à l'inventeur d'un produit pour 20 ans.

>> Plus d'informations dans notre article: Podcast - Les vaccins Covid devraient-ils tomber dans le domaine public?

De plus en plus de voix s'élèvent pour lever ces brevets. L'Inde et de l'Afrique du Sud ont demandé à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de ne pas accorder ni faire respecter les brevets et autres propriétés intellectuelles liés au vaccin Covid.

Une situation qui inquiète les pays qui hébergent des laboratoires, car lever la propriété intellectuelle, c'est ébranler le modèle économique sur lequel repose l'industrie pharmaceutique. Selon Gaétan de Rassenfosse, professeur à l'EPFL, spécialiste de l'innovation et de la propriété intellectuelle, "l' argent est le nerf de la guerre". La question de la capacité d'innovation d'un pays est aussi au coeur des débats.

>> L'épisode du Point J:

Logo Le point J [RTS]RTS
Les vaccins Covid devraient-ils tomber dans le domaine public? / Le Point J / 11 min. / le 9 mars 2021

06h20

Retour sur la journée de mardi

La Suisse compte mardi 1378 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Treize décès supplémentaires sont à déplorer et 61 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 23'967 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,75%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'554. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 168,36 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,09.

Au total, 1'218'200 doses de vaccin ont été livrées aux cantons, dont 951'804 ont été administrées et 332'585 personnes ont déjà reçu deux doses. Depuis le début de la pandémie, 566'412 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 5'286'832 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 9360 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 23'873.

>> Retour sur la journée de mardi: Avec 1378 nouveaux cas en 24 heures, la situation reste très incertaine, selon l'OFSP

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus