Le banner du 16 novembre [Keystone]
Publié

La qualité de la collaboration franco-suisse sur le Covid-19 saluée à Berne

- La Suisse compte lundi 12'839 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Un total de 198 décès supplémentaires sont à déplorer et 483 malades ont été hospitalisés.

- Le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis recevait lundi à Berne son homologue français Jean-Yves Le Drian. Les deux chefs de la diplomatie ont salué "la qualité de la coopération franco-suisse relative au Covid-19" ainsi que "la régularité des contacts" entre leurs deux pays.

- Dans la journée, la société américaine Moderna a annoncé que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie, similaire à l'efficacité de 90% annoncée la semaine dernière par l'alliance Pfizer/BioNTech. Moderna travaille notamment avec le groupe suisse Lonza pour la phase de production.

- Les réactions sont très positives à cette annonce. Comme d'autres, Claire-Anne Siegrist, directrice du centre de vaccinologie des HUG et autorité mondiale en matière de vaccins, appelle toutefois à ne pas pêcher par excès d'optimisme.

- La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga reçoit des milliers de lettres et de courriels de la population depuis le début de la crise de coronavirus. La situation est similaire dans les autres départements.

- L'OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d'hygiène.

Suivi assuré par RTSinfo

22h00

Qualité de la relation franco-suisse saluée

Le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis recevait lundi à Berne son homologue français Jean-Yves Le Drian. Les deux chefs de la diplomatie ont salué la "qualité de la coopération franco-suisse relative au Covid-19" ainsi que "la régularité des contacts à haut niveau" entre leurs deux pays.

"C’est dans ce même esprit que la Suisse et la France entendent poursuivre leur collaboration", indique le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué.

La venue du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Le Drian en Suisse fait suite à la visite effectuée par Ignazio Cassis les 9 et 10 mars à Paris, peu avant la période aiguë de la crise liée au coronavirus. Ainsi, d'autres sujets de politiques internationale et européenne ont été au centre des discussions.

21h20

Vaccins: ne pas pas pêcher par excès d'optimisme

Autorité mondiale en matière de vaccins, la directrice du centre de vaccinologie des HUG Claire-Anne Siegrist appelle à ne pas pêcher par excès d'optimisme.

"Il y a quelques jours, on parlait d'une lueur d'espoir, aujourd'hui c'est une flamme", concède la spécialiste, "mais je ne pense pas du tout qu'on va éradiquer ce virus en moins d'une année, il va rester. Mais on va apprendre à vivre avec, comme on vit avec de nombreux autres virus que ne nous gâchent la vie que quelques jours par année".

Elle salue, comme principale différence avec les annonces de Pfizer il y a quelques jours, une très bonne transparence dans les annonces de Moderna. "Ils nous ont donné beaucoup plus d'informations (...), ça montre vraiment que cette approche est efficace", estime-t-elle.

Mais il ne faut pas s'emballer", prévient la scientifique, qui rappelle que l'efficacité immunitaire est jusqu'ici mesurée juste après vaccination. "Et on est bien content d'attendre la suite des études, quelques mois, pour pouvoir continuer de mesurer son efficacité, mais surtout ses risques", précise-t-elle.

Car pour beaucoup de gens, le Covid-19 ne représente pas un grand danger. "Il faut donc qu'on soit absolument sûr qu'un vaccin est sécuritaire", insiste Claire-Anne Siegrist.

>> Son interview dans le 19h30 :

Les vaccins contre le Covid-19 suscitent l'espoir. L'analyse de Claire-Anne Siegrist, Directrice du centre de vaccinologie HUG.
Les vaccins contre le Covid-19 suscitent l'espoir. L'analyse de Claire-Anne Siegrist, Directrice du centre de vaccinologie HUG. / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

21h00

Les soins à domicile pour épauler les hôpitaux

Alors que le Covid-19 sature toujours les hôpitaux romands, les soins à domicile se profilent comme une aide salvatrice. À Genève, une cellule spéciale a été créée pour traiter les malades chez eux, et éviter au maximum leur transfert en hôpital.

Le dispositif "Covidhome" a été enclenché par l’IMAD cet automne, et quelque 160 patients sont pris en charge en ce moment. Pour Katia Grange, la responsable de l’équipe, "sa première fonction est de maintenir la personne à domicile [pour] désengorger l’hôpital".

>> Le reportage du 19h30 :

Les soins à domicile constituent un rempart essentiel à la surcharge des hôpitaux engorgés par des malades du Covid-19. Reportage
Les soins à domicile constituent un rempart essentiel à la surcharge des hôpitaux engorgés par des malades du Covid-19. Reportage / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

20h00

Un long hiver de pandémie: comment garder le moral

La deuxième vague de coronavirus plombe le moral des Suisses, inquiets pour leurs "libertés individuelles", selon un sondage de la RTS publié la semaine dernière. Alors qu'au printemps, seul un quart d'entre eux se disaient affectés par la pandémie, ils sont désormais plus de la moitié à juger leur moral comme "mauvais" ou "très mauvais".

>> Lire : La 2e vague du Covid démoralise les Suisses, selon un sondage SSR

Isolement social, solitude, peur d'être infecté ou encore crainte des conflits dans la sphère privée, les éléments s'accumulent pour miner le moral du pays. L'inquiétude est très présente notamment chez une majorité des jeunes. D'autant que, contrairement à la première vague, les élans spontanés de solidarité ont désormais largement disparu, laissant place à un climat emprunt de méfiance, d'égoïsme et d'aggressivité.

>> Le débat dans Forum avec le Dr. Laurent Michaud, responsable de l'unité d'urgence du Service de psychiatrique de liaison du CHUV ; la Dre. Lamyae Benzakour, psychiatre aux HUG ; le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, spécialiste du concept de la résilience ; le chercheur en psychologie sociale autour de la "contagion émotionnelle" Christophe Haag :

Le grand débat - Pandémie d'hiver: comment garder le moral?
Le grand débat - Pandémie d'hiver: comment garder le moral? / Forum / 21 min. / le 16 novembre 2020

19h30

L'intriguant phénomène du "Coronagraben"

La deuxième vague de Covid-19 frappe deux à trois fois plus les régions francophones que les germanophones. L'écart le plus important se situe entre Bâle-Campagne et Genève, où le taux par habitant est 4,3 fois supérieur.

>> Le sujet du 19h30 :

Le mystère du Coronagraben: dans les cantons bilingues (BE, FR, VS),  les Romands sont plus touchés que les Alémaniques.
Le mystère du Coronagraben: dans les cantons bilingues (BE, FR, VS), les Romands sont plus touchés que les Alémaniques. / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

Mais ces écarts existent également au sein même des cantons bilingues, en Valais et à Fribourg, d'après une analyse de la RTS. En Haut-Valais, les districts de Viège et de Brigue enregistrent par exemple trois fois moins de contaminations par habitant que ceux de Sierre, Martigny, Conthey et Saint-Maurice. Et les experts peinent à expliquer ces différences.

"On n'a pas d'explication, c'est un des mystères de ce virus", a déclaré la semaine passée Virginie Masserey, responsable de la Section contrôle de l'infection de l'OFSP, interrogée sur ce Coronagraben en conférence de presse. "Il y a différents facteurs qui entrent en ligne de compte et on ne peut pas tous les identifier. Un des facteurs, c'est la proximité avec la France où l'épidémie était plus étendue avant d'atteindre la Suisse, mais il y a certainement d'autres facteurs de type culturel et autres."

Interrogée par le 19h30 de la RTS, Delphine Berthod, cheffe de clinique au Service des maladies infectieuses à l'Hôpital du Valais, ne l'explique pas non plus. "On sait que la deuxième vague est apparue plus tard dans le Haut-Valais. Les mesures qui ont été prises par le canton le 21 octobre ont eu peut-être un effet dont le Haut-Valais a bénéficié plus vite", soupçonne l'infectiologue, sans élucider le mystère du Coronagraben.

>> Les précisions de Claire-Anne Siegrist, directrice du centre de vaccinologie aux HUG, dans le 19h30 :

Coronagraben : un mystère scientifique. Les explications de Claire-Anne Siegrist, Directrice du centre de vaccinologie HUG
Coronagraben : un mystère scientifique. Les explications de Claire-Anne Siegrist, Directrice du centre de vaccinologie HUG / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

>> Plus de détails : Le mystérieux "Coronagraben" au sein même des cantons bilingues

19h15

Le patron de Moderna résolument optimiste

Alors que le laboratoire américain Moderna a annoncé que le vaccin qu'il développe est efficace à près de 95%, son patron Stéphane Bancel a confié au 19h30 qu'il s'attendait à la distribution des premières doses en Suisse dès le mois de janvier et prévoit un retour à la normale d'ici l'été.

"Les premiers vaccins pour la Suisse vont commencer en janvier. Puis chaque mois, il y aura de plus en plus de doses disponibles, parce que nous sommes en train d'investir énormément pour fabriquer le plus de vaccins possible. Mais il n'y aura pas de vaccin pour tout le monde dès le démarrage. Il faudra focaliser sur les personnes âgées et les personnes à risque", a notamment déclaré Stéphane Bancel.

>> Lire l'interview de Stéphane Bancel : Stéphane Bancel, patron de Moderna: "On peut envisager un retour à la normale en Suisse d'ici l'été"

19h00

Le cinéma suisse attend davantage de la Confédération

Plusieurs faîtières du monde de la culture étaient présentes lundi à Berne lors d'une rencontre avec Alain Berset. Interrogé dans Forum, le président de ProCinema et ancien politicien PLR Claude Ruey tire la sonnette d'alarme.

En plus des restrictions qui touchent les salles, il rappelle que le secteur dépend également beaucoup du marché international, lui aussi largement à l'arrêt, en particulier aux Etats-Unis. "Nous avons fait des calculs ces dernières semaines. Fin octobre, nous avions déjà perdu 128 millions de francs", dit-il.

Or, il y a bien des compensations de RHT et APG prévues, "mais les indemnités sont distribuées de manière totalement disparates et arbitraires", s'énerve-t-il, citant en particulier le canton de Zurich, "qui ne fait pas vraiment son travail".

Le cinéma découle de la Constitution fédérale, rappelle Claude Ruey, qui estime qu'il faut désormais "un chef au niveau fédéral pour harmoniser les choses et permettre au cinéma suisse de survivre". Cette pandémie, "c'est quelque chose qui vient comme une catastrophe naturelle, et dans ce cas-là, l'Etat doit intervenir à la hauteur de la catastrophe", estime-t-il.

"Alain Berset est à l'écoute, on le sait, il défend la culture. Mais Alain Berset, ce n'est qu'un septième du Conseil fédéral. Et dans notre culture suisse, on n'aime pas trop dépenser de l'argent pour ça", déplore-t-il. Et de citer l'exemple autrichien, dont le chancelier a annoncé que 80% du chiffre des cinémas seraient versés. "La Suisse est plus riche que l'Autriche, je vois pas pourquoi on ne ferait pas pareil", conclut Claude Ruey.

>> Les propos de Claude Ruey dans Forum :

Alain Berset rencontre les acteurs du milieu culturel: interview de Claude Ruey
Alain Berset rencontre les acteurs du milieu culturel: interview de Claude Ruey / Forum / 4 min. / le 16 novembre 2020

18h45

Le vaccin contre le Covid de Moderna serait efficace à 94,5%

La société de biotechnologie américaine Moderna a annoncé lundi que son vaccin contre le Covid-19 était efficace à 94,5% pour réduire le risque de contracter la maladie, similaire à l'efficacité de 90% annoncée la semaine dernière par l'alliance Pfizer/BioNTech.

Cela signifie que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94,5% entre le groupe placebo et le groupe vacciné du grand essai clinique en cours aux Etats-Unis, selon l'analyse des tout premiers cas: en l'occurrence, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le Covid-19, contre 5 dans le groupe vacciné.

>> Le sujet du 19h30 :

Moderna annonce une efficacité de 94.5% pour son vaccin contre le Covid-19.
Moderna annonce une efficacité de 94.5% pour son vaccin contre le Covid-19. / 19h30 / 2 min. / le 16 novembre 2020

>> Lire : Une efficacité à 94,5% pour le vaccin contre le Covid de Moderna

Disponible en Suisse au premier semestre 2021?

Moderna va travailler avec le groupe suisse Lonza pour la phase de production du vaccin. Celui-ci pourrait être commercialisé au 1er semestre de l'année prochaine en Suisse.

Interrogé dans Forum, le conseiller fédéral en charge de la Santé Alain Berset se veut prudent mais souligne la "bonne stratégie de la Suisse" dans ce dossier.

"On verra ce que donne ce vaccin, mais je crois qu'on était très tôt dans la stratégie pour préparer l'accès à un vaccin (...) au début, il y avait plus de 140 vaccins en préparation, imaginez comment choisir les bons produits? On a mis en place une stratégie très efficace qui nous a permis d'identifier les vaccins les plus prometteurs et très tôt, on a pu entrer en contact avec les entreprises pour effectuer des réservations et des achats et je dois constater que nous sommes bien positionnés comme pays sur les trois produits les plus prometteurs".

>> La réaction d'Alain Berset dans Forum:

Une efficacité à 94,5% pour le vaccin contre le Covid de Moderna: réaction d'Alain Berset
Une efficacité à 94,5% pour le vaccin contre le Covid de Moderna: réaction d'Alain Berset / Forum / 1 min. / le 16 novembre 2020

Les tests cliniques n'ont pas été accélérés

Aussi dans Forum, le pédiatre infectiologue Alessandro Diana rappelle qu'il s'agit pour l'heure soit de communiqués, soit de résultats préliminaires, l'observation de phase 3 n'étant pas terminée, mais que "l'on peut s'en réjouir". D'ici environ six semaines, on pourra conclure.

Selon lui, il est donc plausible que le vaccin soit disponible dans la première moitié de l'année prochaine. Mais il rappelle que ce qui a été accéléré, ce sont les procédures administratives et la production. "Le temps n'a pas été comprimé dans le cadre analytique des études, et ça c'est rassurant!"

Il met cependant en garde contre une potentielle obligation générale de vaccination. "Traditionnellement, en Suisse, on recommande les vaccins", dit-il, "donc je pense qu'on va y aller par l'information thérapeutique et la sensibilisation. Il faudra cibler les personnes à risque et le personnel hospitalier."

>> L'interview complète d'Alessandro Diana dans Forum :

Vaccin anti-Covid19 de Moderna: interview d'Alessandro Diana
Vaccin anti-Covid19 de Moderna: interview d'Alessandro Diana / Forum / 3 min. / le 16 novembre 2020

18h30

Les pompes funèbres romandes croulent sous la demande

Le service des pompes funèbres de la Ville de Genève ne sait plus où donner de la tête à cause de la crise sanitaire. Les places dans les chambres froides des cimetières de Saint-Georges et des Rois sont toutes occupées, et les services funéraires genevois procèdent actuellement à 18 incinérations par jour, soit le maximum de la capacité des 3 fours, indique la porte-parole du département municipal de la cohésion sociale et de la solidarité.

Côté privé, la situation est tout aussi exceptionnelle. "J'ai un recul de 50 ans et je n'ai jamais vu ça", confie le patron de la société privée de pompes funèbres Murith SA. Selon lui, il y a un doublement de la mortalité actuellement. Son entreprise est passée de 3 à 7 services par jour.

Conséquence directe: le temps d'attente avant les obsèques est démultiplié. Entre le moment du décès et les obsèques, il se passe actuellement une dizaine de jours, contre 4-5 jours en temps normal.

Situation tendue mais "encore sous contrôle"

Ailleurs aussi, la pandémie a bouleversé le travail des pompes funèbres, qui font face à une augmentation des décès Covid-19 et non-Covid depuis deux à trois semaines. "La situation reste sous contrôle, mais notre personnel travaille en flux tendu en effectuant de très longues journées", explique un entrepreneur jurassien de pompes funèbres. Même son de cloche à Sion, en Valais: "Nous ne sommes pas submergés, mais nous travaillons deux fois plus", explique une professionnelle.

À Fribourg enfin, le crématoire St-Léonard, seul crématoire privé de Suisse, n’est pour l’instant pas débordé, mais l'activité augmente très rapidement. Il a notamment refusé des demandes d’autres cantons.

>> Le reportage de dimanche dans le 19h30 :

Depuis un mois, on observe en Suisse une surmortalité importante dans la population des plus de 65 ans
Depuis un mois, on observe en Suisse une surmortalité importante dans la population des plus de 65 ans / 19h30 / 2 min. / le 15 novembre 2020

17h30

Ne pas délaisser les personnes handicapées durant la pandémie

Pour quelque 377'000 personnes malvoyantes en Suisse, il est particulièrement compliqué d'évaluer et de respecter la distance sanitaire de 1,5 mètre, sensibilisent l'Union centrale suisse pour le bien des aveugles, la Fédération suisse des aveugles et malvoyants, le service neuchâtelois Centrevue ainsi que l'Union suisse des aveugles.

Ces organisations demandent aux personnes voyantes de respecter les distances lorsqu'elles se trouvent en présence de personnes en situation de handicap visuel. Ces dernières se manifestent en utilisant une canne blanche ou un chien-guide ou alors en portant un gilet orange doté d'un pictogramme.

Elles insistent aussi sur le maintien des contacts sociaux pour "prévenir l'isolement et la dépression". Cela concerne non seulement les services d'accompagnement mais aussi les visites de bénévoles ou les petites sorties, "à condition de respecter les mesures de protection".

17h10

Près de 50 pharmacies proposent les tests rapides

Sur les quelque 1800 pharmacies de Suisse, 46 proposent lundi des tests rapides, selon le site internet de la Société suisse des pharmaciens (pharmaSuisse). Sur ce total, 21 se trouvent en Suisse alémanique et 25 en Suisse romande.

Comme pour les tests PCR, un frottis est effectué sur la paroi arrière du nez. Les tests rapides donnent un résultat en 15 à 30 minutes. En règle générale, les personnes testées reçoivent le résultat en peu de temps par téléphone ou par courriel.

PharmaSuisse assure que les tests rapides sont fiables et validés par Swissmedic. Comme pour les tests PCR, un résultat négatif du test rapide n'annule pas un isolement ou une quarantaine.

L'Office fédéral de la santé publique a précisé que les tests rapides peuvent être utilisés dans deux cas: pour les personnes présentant des symptômes mais qui ne font pas partie des catégories à risques, et pour les personnes sans symptômes qui ont reçu une notification de SwissCovid indiquant qu'elles ont été en contact avec une personne dont le test était positif.

Comme pour les tests PCR, si des symptômes sont présents, la Confédération prend en charge les coûts du test rapide. Début novembre, pharmaSuisse avait estimé qu'à la fin de l'année, près d'un tiers de toutes les pharmacies suisses, soit environ 600, proposeraient des tests rapides.

16h30

Alain Berset rencontre les acteurs culturels en détresse

Le chef du Département fédéral de l’intérieur Alain Berset s’est entretenu avec une vingtaine de représentants des faîtières culturelles lundi à Berne, dont le secteur traverse une période désastreuse en raison de la limitation des manifestations publiques à 50 personnes, voire la fermeture complète des lieux culturels dans certains cantons.

Le conseiller fédéral en charge de la Santé s'est dit "conscient des défis de taille" auxquels est confrontée la scène culturelle suisse, a-t-il indiqué dans un communiqué de son département. Les discussions lundi ont cependant confirmé que le secteur de la culture ne s'attend à aucune amélioration de la situation, alors que la deuxième vague de la pandémie est en cours.

Des aides se mettent en place

Alors que les cantons organisent le dépôt des demandes de soutien, du côté de la Confédération les mesures nécessaires sont prêtes. Le 25 septembre, le Parlement a approuvé la poursuite des mesures dans le cadre de la loi Covid-19 et mis 130 millions de francs à disposition du secteur culturel pour 2021. Il reste à voir si ce montant suffira pour surmonter les difficultés économiques, prévient toutefois Alain Berset.

Pour leur part, les acteurs culturels et les associations d'amateurs actifs dans le domaine culturel peuvent d'ores et déjà déposer de nouvelles demandes d'aides d'urgence auprès des services compétents.

Quant aux demandes d'indemnisation des pertes financières des entreprises culturelles et des acteurs culturels, les cantons compétents en ont examiné environ 70%.

15h45

Le Tessin renforce son dispositif de traçage

Le canton du Tessin renforce le traçage des contacts en lien avec la pandémie. Une plateforme d'information sera mise à disposition de la population dès la semaine prochaine. L'équipe en charge du traçage, composée de 50 employés, sera également étoffée, a indiqué Marina Lang, responsable du traçage des contacts.

Actuellement, l'équipe de traçage peut traiter environ 300 cas par jour. Selon Marina Lang, 44 des 50 employés se chargent des appels téléphoniques nécessaires.

15h20

Les entreprises neuchâteloises touchées de plein fouet

Les entreprises neuchâteloises subissent de plein fouet les effets de la crise actuelle. La dégradation de la marche des affaires est attendue pour un grand nombre. Un quart des sociétés a été contraint à réduire ses effectifs en 2020 et 17% pensent encore le faire en 2021.

Parmi les 321 entreprises qui ont répondu au sondage, "42% considèrent la marche actuelle des affaires comme "mauvaise à médiocre", contre 23% "bonne à excellente". Pour les six prochains mois, la tendance continue à se dégrader", a indiqué la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie. Les perspectives "sont plus sombres" pour l’industrie que pour les services.

Par rapport aux trois dernières années, le pourcentage d’entreprises anticipant une mauvaise à médiocre marche des affaires (44%) pour les six prochains mois a fortement augmenté. Le coefficient se montait auparavant à 16%, si l'on prend la moyenne des enquêtes 2017 à 2019.

15h10

Commerce illégal de tests rapides au Tessin

La police tessinoise a arrêté ces derniers jours plusieurs personnes qui vendaient illégalement des tests rapides pour le Covid-19. Des entreprises, des pharmacies, des salons de beauté et des stations-service sont dans le viseur des autorités.

Ces sites proposaient, vendaient et effectuaient des tests rapides, indiqué lundi la police et le bureau des pharmaciens cantonaux. Les contrôles de la police ont permis d'intercepter ce trafic illégal. Une procédure a été ouverte contre une entreprise et deux pharmacies dans la région de Lugano.

La police rappelle que la vente de frottis naso-pharyngés ainsi que de tests sanguins et de toute autre forme de tests est interdite.

14h45

Feu vert à Yverdon aux horaires élargis pour Black Friday

La municipalité d'Yverdon-les-Bains a décidé d'autoriser des horaires élargis pour Black Friday le 27 novembre. Elle a aussi donné son feu vert aux nocturnes des 21 et 23 décembre prochains. Elle veut ainsi soutenir le commerce de proximité, fortement affecté par la crise sanitaire.

Le 27 novembre, pour Black Friday, les commerces pourront rester ouverts jusqu'à 20h00. Cette mesure est compatible avec les normes sanitaires en vigueur, estime la ville dans un communiqué. A ses yeux, l'élargissement des heures d'ouverture présente l'avantage de permettre une meilleure répartition des flux de clientèle.

Lors des nocturnes des 21 et 23 décembre, les magasins pourront rester ouverts jusqu'à 22h00. La ville rappelle que le commerce de détail a été lourdement impacté par la pandémie, en raison de la concurrence en ligne. "Par sa décision, la municipalité entend réaffirmer son soutien concret au commerce de proximité", écrit-elle.

Durant ces trois soirs, le port du masque sera obligatoire dans les rues du centre-ville. Aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur des commerces.

14h30

Chappatte livre "Au coeur de la vague", à bras-le-corps avec le virus

Le dessinateur de presse Chappatte, actif dans les colonnes du Temps, de la NZZ am Sonntag, du Canard Enchaîné, du Spiegel ou encore du Boston Globe, est parti en reportage dessiné au coeur de la pandémie de Covid-19.

Bouleversé, il en tire l'ouvrage "Au cœur de la Vague", un récit chavirant dans le quotidien des urgentistes, épidémiologistes, du personnel soignant et des services.

>> Chappatte raconte son expérience dans le 12h45 :

Le dessinateur de presse Chappatte publie  "Au coeur de la vague", son reportage au sein du système de santé suisse
Le dessinateur de presse Chappatte publie "Au coeur de la vague", son reportage au sein du système de santé suisse / 12h45 / 11 min. / le 16 novembre 2020

>> Lire aussi : Patrick Chappatte: "Le Covid m'a pris, le Covid m'a rendu fou"

14h15

Correction apportée à l'étude sur l'Echinaforce

Les auteurs de l'étude sur l'Echinaforce ont publié une correction dans la revue spécialisée Virology. Ils soulignent que l'effet antiviral de la préparation contre le coronavirus n'a été prouvé que dans une éprouvette. Des études cliniques sont nécessaires pour pouvoir faire des déclarations fiables concernant ses effets sur l'être humain.

Le produit naturel Echinaforce de l'entreprise thurgovienne A. Vogel a fait l'objet d'un véritable engouement cet automne. En collaboration avec le laboratoire de Spiez (BE), la société a publié une étude selon laquelle l'Echinaforce a eu un effet mortel sur le coronavirus dans des éprouvettes. Les ventes d'Echinaforce ont ensuite fortement augmenté.

Les auteurs relativisent désormais les résultats de leur étude dans le magazine Virology, ont indiqué lundi plusieurs médias. L'étude corrigée stipule que le contact direct avec les particules virales est nécessaire pour que le produit ait un effet anti-virus.

14h00

Coup de pouce vaudois aux libraires

Le canton de Vaud donne un coup de pouce aux libraires et éditeurs vaudois. Les enseignants des gymnases et des écoles professionnelles pourront acheter pour leurs classes un livre d'un auteur suisse, édité par un éditeur romand et acheté dans n'importe quelle librairie du canton.

Ces livres seront offerts aux élèves, alors qu'ils sont habituellement à leur charge, explique lundi l'Etat de Vaud dans un communiqué. Les enseignants seront libres de choisir un ouvrage qu'ils pourront ensuite travailler avec leurs élèves. Leur choix pourra se porter sur un essai philosophique, un livre d'histoire, un roman, un recueil de poèmes ou encore une analyse de droit.

Cette opération, qui se déploie jusqu'à la fin de l'année, ouvre la possibilité à quelque 10'000 gymnasiens et apprentis de se voir offrir un ouvrage. La mesure représente un investissement de l'ordre de 250'000 à 300'000 francs. Elle vise à combler en partie une lacune: la chaîne du livre n'était jusqu'ici pas incluse dans les mesures d'indemnisation du canton pour les acteurs culturels.

13h00

Le télétravail bien installé dans les entreprises neuchâteloises

Le télétravail pourrait s’inscrire dans la durée au sein des entreprises neuchâteloises: 80% des sociétés qui le pratiquent actuellement pensent le maintenir une fois la crise du Covid passée, selon un sondage de la Chambre neuchâteloise du commerce et de l'industrie (CNCI).

Parmi les firmes neuchâteloises qui n'avaient pas mis en place de télétravail, 41% ont été incitées ou contraintes à l'instaurer par la crise du Covid-19, a indiqué la CNCI à propos de son sondage, auquel 321 membres ont répondu. Il est à noter que 25% des entreprises le pratiquaient déjà de manière régulière avant la crise et 28% le permettaient de manière plus restrictive.

Le télétravail se pratiquait davantage dans les services (60%) que dans l’industrie (40%). La proportion de l’effectif concerné s’élevait - avant les mesures liées au Covid - à 38%, pour une moyenne de 1,6 jour par collaborateur.

12h50

Vaud lance sa campagne de promotion en vue des élections communales

Le canton de Vaud lance une campagne d'appui aux communes en vue des élections générales de mars 2021. Des flyers, affiches et capsules vidéo sont mis à leur disposition pour les accompagner dans un contexte sanitaire qui limite les actions de proximité.

"Les élections communales, c'est demain dans le canton: le dépôt des listes est fixé au 18 janvier, le premier tour le 7 mars", a déclaré Christelle Luisier, cheffe du Département des institutions et du territoire devant la presse.

Alors que la politique locale est déjà fortement impactée par la pandémie, les actions directes en amont des élections, telles que séances, stands d'information ou discussions avec la population, sont prétéritées. D'où la nécessité d'intervenir pour soutenir les acteurs locaux, a ajouté la conseillère d'Etat, qui s'est dite soucieuse que "la démocratie ne soit pas mise en veilleuse". Quelque 8000 sièges sont en jeu dans les conseils communaux du canton, et la relève est un point sensible, comme l'explique la ministre.

"Faciliter l'engagement"

"Notre système de milice est exceptionnel, et nous avons la chance de vivre en démocratie, avec la possibilité pour toute personne - homme, femme, personnes étrangères - de s'engager", souligne Christelle Luisier au micro du 12h30. "Mais il est vrai que les dossiers se complexifient, il faut du temps pour être élu. C'est donc notre rôle de faciliter cet engagement en expliquant ce qu'il recouvre et en proposant des formations pour les nouveaux élus", explique la ministre.

>> Les précisions dans le 12h30 :

La conseillère d'Etat vaudoise PLR Christelle Luisier est chargée notamment des relations entre canton et communes. [Keystone - Laurent Gillieron]Keystone - Laurent Gillieron
L’Etat de Vaud lance une campagne de promotion pour encourager les citoyens à voter et à se porter candidat / Le 12h30 / 1 min. / le 16 novembre 2020

Lancée lundi, la campagne "Pour ma commune" propose un site internet dédié. Ce dernier comprend toutes les informations utiles et pratiques pour les collectivités publiques, la population, les partis politiques, les associations. Du matériel de promotion des élections est aussi à disposition sous forme de flyers.

A ce stade, et au vu de la situation sanitaire, un report des élections n’est pas prévu. Christelle Luisier a rappelé que des élections se sont déjà tenue pendant la pandémie à Genève ou en Valais par exemple. Un vote par correspondance pourrait par contre être envisagé.

>> Voir aussi les explications dans le 12h45 :

Vaud veut motiver des candidat(e)s pour les élections communales. Explications: Christelle Luisier, conseillère d'État
Vaud veut motiver des candidat(e)s pour les élections communales. Explications: Christelle Luisier, conseillère d'État / 12h45 / 2 min. / le 16 novembre 2020

12h10

Près de 13'000 nouveaux cas en trois jours

La Suisse comptait lundi 12'839 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Près de 200 décès, soit 198, supplémentaires sont à déplorer et 483 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 59'784 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 21,48%. Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 89'571. Sur les deux dernières semaines, le pays compte ainsi 1036 nouvelles infections pour 100'000 habitants.

Depuis le début de la pandémie, 269'974 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés sur un total de 2'411'237 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 3158 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 10'448.

10h00

Des milliers de lettres depuis le début de la crise

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga reçoit des milliers de lettres et de courriels de la population depuis le début de la crise de coronavirus. La situation est similaire dans les autres départements.

Normalement, la présidente reçoit environ trente lettres par jour, a indiqué lundi sur la SRF Géraldine Eicher, la responsable suppléante de la communication du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC). Il y en a maintenant beaucoup plus: "Ces derniers mois, le nombre de lettres s'est multiplié, nous en avons reçu des milliers".

Quatre lettres sur cinq concernent le coronavirus. Selon Mme Eicher, c'est la même chose dans d'autres départements. Les auteurs des lettres ne répondent pas à un profil-type. "Certains écrivent que c'est la première fois qu'ils écrivent à quelqu'un du gouvernement. Cela montre à quel point leurs préoccupations sont sérieuses", a-t-elle précisé.

Ambiance plus morose

Le ton est amical, élogieux, inquiet, exigeant, en colère ou encore désespéré. Par rapport au printemps, l'ambiance est maintenant plus morose. Une certaine fatigue liée au Covid-19 est évidente, d'après Géraldine Eicher.

Dans une lettre adressée à Simonetta Sommaruga et citée à la radio publique alémanique (SRF), il est par exemple écrit: "Pour être honnête, je n'ai plus d'espoir depuis plusieurs semaines maintenant. Je me sens abandonné, perdu et parfois simplement en colère contre les mesures non harmonisées des autorités."

Dans une autre lettre adressée à la présidente, un citoyen écrit: "Si nous n'obéissons pas, nous recevons une amende ou sommes même arrêtés et notre commerce est fermé. Est-ce que vous ressentez encore ce qui arrive aux gens dans ce pays?"

Géraldine Eicher indique que, dans les réponses aux lettres, on fait parfois appel à des experts pour apporter des éclaircissements. Selon elle, les lettres sont en quelque sorte un sismographe de la société. Elles montrent également à quel point la population est préoccupée: "Si, par exemple, le nombre de cas augmente, celui des lettres augmente aussi et vice versa".

09h45

Yverdon-les-Bains sans marché de Noël

La municipalité d'Yverdon-les-Bains a décidé d'annuler le marché de Noël qui devait ouvrir le 28 novembre. Des alternatives sont à l'étude pour animer le centre historique durant les Fêtes.

Ces dernières semaines, l'organisateur Art Show Communication avait "consenti de grands efforts pour adapter son concept à l’évolution drastique des réglementations sanitaires", rappelle lundi la ville dans un communiqué. Le nombre de chalets était passé de 50 à 23 et les activités de bar et de restauration avaient été abandonnées.

Alternatives étudiées

Mais au vu de "l'évolution préoccupante" de la pandémie, la ville a procédé à une nouvelle évaluation et a finalement décidé de tout arrêter. Les rassemblements dans l'espace public étant limités à cinq personnes, il est apparu "irresponsable d’autoriser cette manifestation", écrit la commune.

Différents services de la ville étudient des alternatives d'animations du centre historique pendant les Fêtes. Ces mesures seront communiquées "après une évaluation stricte de leur faisabilité", précise le communiqué.

09h30

Nombreuses interventions des polices vaudoises sur des rassemblements

Les polices du canton de Vaud ont vécu un week-end chargé. Elles sont intervenues une cinquantaine de fois pour des rassemblements non autorisés de plus de 5 personnes.

Le même phénomène avait été observé au printemps. Les grandes villes comme Lausanne, Yverdon ou encore Montreux sont les principales concernées.

Contacté, Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale, tempère: il s'agit en l'occurence de 200 à 300 personnes qui ne respectent pas la loi sur les épidémies. La grande majorité de la population joue le jeu. Il rappelle néanmoins que le non-respect de la loi peut mener à des contraventions de plusieurs centaines de francs.

>> Le récit dans La Matinale :

Opération anti-mafia entre la Suisse et l’Italie. [Keystone - Laurent Gillieron]Keystone - Laurent Gillieron
Nombreuses interventions des polices vaudoises sur des rassemblements / La Matinale / 1 min. / le 16 novembre 2020

>> Ecouter aussi les précisions du 12h30 :

Trois femmes interpellées après une course-poursuite sur l'A1 (image prétexte). [Keystone - Laurent Gillieron]Keystone - Laurent Gillieron
La police vaudoise est intervenue une cinquantaine de fois ce week-end pour faire respecter les mesures sanitaires / Le 12h30 / 1 min. / le 16 novembre 2020

09h15

Une semaine des médias "tronquée" dans les classes romandes

Plusieurs centaines de classes romandes participent cette semaine à la 17e édition de la Semaine des médias à l'école. En raison du coronavirus, la plupart des visites de classes dans les médias ont dû être annulées.

Quelque 40 activités sont proposées sous forme de fiches pédagogiques. Treize vidéos ainsi qu'une web-série produite par la RTS sur les "nouveaux journalistes" permettront aussi de stimuler la réflexion, a indiqué dans un communiqué le Secrétariat général de la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).

L'effet paradoxal de la pandémie sera au centre de cette édition, avec d'une part l'explosion de la consommation des médias et le besoin accru en informations fiables d'un côté et, de l'autre, la menace existentielle sur les organes de presse qui ont vu les recettes publicitaires s'effondrer, relèvent les organisateurs.

09h00

Le festival Lausanne Lumière aura bien lieu

Bonne nouvelle pour les amateurs de culture: le festival Lausanne Lumières aura bien lieu, dès la fin du mois. Cet événement culturel, qui se tient en plein air et n'exige pas de regroupement, trouve donc sa place même en ces temps de pandémie.

Particularité de cette 9ème édition: les oeuvres seront complètement dématérialisées et projetées sur huit bâtiments emblématiques de la Ville. Autre nouveauté, la participation d'étudiants de l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL), dont les 11 projets retenus vont se tailler la part du lion.

>> Les explications dans La Matinale :

Une des projections prévues cette année à Lausanne [Festival Lausanne Lumières - Patrice Warrener]Festival Lausanne Lumières - Patrice Warrener
Le Festival Lausanne Lumières est maintenu / La Matinale / 2 min. / le 16 novembre 2020

>> Lire aussi : Malgré le contexte sanitaire, le festival Lausanne Lumières est maintenu

08h30

Polémique autour des gains pharaoniques des patrons de firmes pharamaceutiques

Des centaines de millions de dollars: c'est la somme gagnée par plusieurs patrons de laboratoires pharmaceutiques travaillant sur le vaccin contre le Covid-19. Certains PDG ont en effet récemment vendu une partie de leurs actions, dont la valeur a grimpé au même rythme que l'espoir d'une sortie de crise.

Cette pratique, même si elle est légale, choque une partie de l'opinion publique. Le calendrier de certaines transactions, en particulier, suscite la polémique.

>> Les précisions dans La Matinale :

Temps présent: Big Pharma, main basse sur les médicaments. [RTS]RTS
Polémique autour des gains pharaoniques des patrons de firmes pharamaceutiques / La Matinale / 1 min. / le 16 novembre 2020

07h45

L'idée d'une taxe solidarité Covid-19 fait son chemin

Faut-il introduire une taxe de solidarité pour les entreprises gagnantes de la crise du Covid-19? A gauche, cette idée fait son chemin. Et elle coïncide avec le dernier sondage SSR sur la perception des Suisses vis-à-vis de la pandémie.

>> Lire aussi : La 2e vague du Covid démoralise les Suisses, selon un sondage SSR

A une courte majorité, les personnes sondées estiment qu'il serait plutôt "fair play" de ponctionner les entreprises à qui la pandémie profite. Le virus a dopé leurs bénéfices, il serait donc logique de demander un geste fiscal supplémentaire en guise de participation solidaire. Et parmi la liste des entreprises gagnantes - qu'il s'agirait bien sûr d'établir - on trouverait logiquement des acteurs de l'industrie et du commerce de détail, des sociétés pharmaceutiques ou encore des marchands du commerce en ligne.

>> Les précisions dans La Matinale :

Des personnes dans un centre commercial de Wallisellen (ZH), le 17 octobre 2020. [Keystone - Alexandra Wey]Keystone - Alexandra Wey
L'idée d'une taxe solidarité Covid-19 fait son chemin / La Matinale / 1 min. / le 16 novembre 2020

Sans surprise cette idée d'"impôt solidaire" horripile la droite politique et plaît à la gauche. Les socialistes et Les Verts ont notamment déposé diverses motions pour demander un effort aux entreprises qui profitent de la crise sanitaire. La dernière initiative du genre vient d'être rejetée par le Conseil fédéral. Elle émane du groupe socialiste qui a demandé un supplément extraordinaire et temporaire pour les patrons gagnants du Covid.

Les rangs libéraux et les milieux proches de l'économie s'opposent à une telle mesure. Ils estiment qu'il faudrait plutôt se réjouir pour les entreprises qui résistent au virus - entreprises qui continuent de payer des impôts - sans les "punir" par des ponctions supplémentaires.

>> Lire : L'idée d'une taxe solidarité Covid-19 fait son chemin

07h30

Un étonnant coronagraben

Etonnante Confédération helvétique! Au mois de mars, les restrictions étaient imposées au niveau national, toutes les mêmes à l’échelle du pays.

Mais les cantons ont repris leur pouvoir à l’heure de la deuxième vague et les Bernois font du fitness à midi, comme les Zurichois ou les Soleurois. Puis ils vont manger ou boire un café au soleil dans leur restaurant préféré.

Dans le même temps, les Romands sont privés de bars et de restaurants. Et certains restaurants, notamment dans le canton de Berne, sont très fréquentés par les Jurassiens, Fribourgeois ou Neuchâtelois par exemple, de quoi soulever une certaine grogne.

La faute à un nombre de cas quatre fois plus élevé qu’en Suisse alémanique. Mais pourquoi cette différence? Il ne faut pas tirer de conclusions hâtives, répondent les experts. Mais d’autres pointent discrètement du doigt des exemples de relâchement collectif, comme les élections communales en Valais ou les fêtes de Bénichon en terres fribourgeoise. D’où les mesures d’urgence beaucoup plus strictes décrétées chez les Welsches.

07h15

Une nette surmortalité pour les seniors

En Suisse, la mortalité des seniors est actuellement supérieure de 32% à la norme en raison de la pandémie de coronavirus.

Dans les cantons romands les plus touchés, elle a même doublé. De nombreuses familles sont aujourd'hui endeuillées et les services funéraires sont sous une intense pression.

>> Lire aussi : La 2e vague de Covid-19 provoque déjà une forte surmortalité en Suisse

>> Revoir le reportage du 19h30 :

Depuis un mois, on observe en Suisse une surmortalité importante dans la population des plus de 65 ans
Depuis un mois, on observe en Suisse une surmortalité importante dans la population des plus de 65 ans / 19h30 / 2 min. / le 15 novembre 2020

Pour Alexandra Calmy, infectiologue aux HUG interrogée dans le 19h30, cette surmortalité ne peut s'expliquer que par l'importance du nombre d'infectés.

"Aujourd'hui, on connaît et on traite mieux le virus. On a des médicaments qu'on n'utilisait pas pendant la première vague et qui diminuent la mortalité. Je ne pense pas non plus que la qualité des soins soit en cause. Les soignants sont bien formés et l'hôpital est capable de prendre ces patients en charge. Par contre, le virus circule depuis neuf mois, il y a donc un réservoir de personnes qui sont infectées et qui transmettent ce virus. Et fatalement, cela touche aussi les plus vulnérables."

Alexandra Calmy ajoute toutefois que "les hôpitaux ont encore une fois réussi à s'adapter. Je ne pense pas que la surcharge actuelle dans les services hospitaliers conduit à cette surmortalité (…) par contre, ce qui est sûr, c'est que les hôpitaux ne peuvent pas fonctionner en mode de crise de manière indéfinie et ça, ça devra cesser, sinon on ne pourra plus prendre en charge les patients correctement".

>> L'interview d'Alexandra Calmy dans le 19h30 :

Alexandra Calmy : "On connait et on traite mieux le virus"
Alexandra Calmy : "On connaît et on traite mieux le virus" / 19h30 / 2 min. / le 15 novembre 2020

07h00

La position d'Alexandre Jollien face à la crise

Isolement, solitude ou peur de la contamination, la deuxième vague de coronavirus qui traverse la Suisse affecte durablement la santé mentale des individus. Le philosophe valaisan Alexandre Jollien évoque dans le 19h30 la générosité comme moyen de rompre l'isolement.

"Je serai le dernier à donner des conseils, car je n'ai pas de baguette magique. Mais ce qui m'aide au quotidien, c'est de me dire qu'étant donné que la crise est là, autant essayer d'en tirer quelque chose pour m'inscrire dans une dynamique. Car je crois que le pire est d'avoir l'impression d'être acculé, d'être dans une immobilité", souligne Alexandre Jollien.

>> L'interview d'Alexandre Jollien dans le 19h30 :

La deuxième vague impacte la santé mentale des Suisses. Entretien avec le philosphe Alexandre Jollien
La deuxième vague impacte la santé mentale des Suisses. Entretien avec le philosphe Alexandre Jollien / 19h30 / 7 min. / le 15 novembre 2020

Regrettant que ce soient souvent les plus défavorisés qui trinquent, Alexandre Jollien constate que cette précarité, qui a toujours été présente, nous saute désormais au visage, nous invitant à nous serrer les coudes et à nous entraider.

"J'ai l'espoir que la solidarité et la générosité vont nous aider à traverser cette épreuve. Ce sont des petites choses au quotidien qui vont permettre de s'en sortir et de sortir de ce désespoir", conclut le philosophe.

>> Lire aussi : Alexandre Jollien: "Ce sont des petites choses au quotidien qui vont permettre de sortir du désespoir"

06h45

Coup d'arrêt pour toute la filière de la gastronomie

Avec la fermeture des bars et des restaurants en Suisse romande, c'est un coup d’arrêt pour toute la filière de la gastronomie. De nombreux producteurs et fournisseurs peinent à écouler leurs marchandises.

Maraîchers, bouchers, boulangers ou fromagers s'inquiètent de leur avenir. Pour certains, la restauration représente en effet jusqu'à 80% du chiffre d’affaires.

>> Le reportage du 19h30 :

La fermeture des bars et des restaurants marque coup d’arrêt brutal et une inquiétude pour toute la filière de la gastronomie.
La fermeture des bars et des restaurants marque coup d’arrêt brutal et une inquiétude pour toute la filière de la gastronomie. / 19h30 / 2 min. / le 15 novembre 2020

06h30

Grogne contre la fermeture des commerces à Genève

Le soutien aux commerçants genevois contraints de fermer en raison du Covid-19 prend de l'ampleur. Plusieurs centaines de personnes ont perturbé samedi le centre-ville lors d'une marche silencieuse non autorisée.

Malgré les injonctions policières, une cinquantaine de personnes ont lancé une manifestation au travers de plusieurs rues. Elles ont été rejointes pendant la marche par beaucoup d'autres curieux. Elles étaient ensuite "entre 600 et 700".

>> Le reportage du 19h30 qui revient sur les disparités cantonales par rapport aux commerces :

Les clients genevois n'hésitent pas à faire leurs achats dans le canton de Vaud pour contourner les mesures sanitaires
Les clients genevois n'hésitent pas à faire leurs achats dans le canton de Vaud pour contourner les mesures sanitaires / 19h30 / 2 min. / le 14 novembre 2020

La fermeture des commerces avait déjà fait des vagues vendredi. Des députés ont contesté ces fermetures, décidées au début du mois par le Conseil d'Etat. La commission législative du Grand Conseil a pris position vendredi soir et sa majorité réclame un retour en arrière du gouvernement genevois et la levée de l’obligation de fermeture des commerces "dans les plus brefs délais", avec des plans de protection adéquats.

Dimanche dans Forum, le ministre de la Santé Mauro Poggia a souligné que la tendance n'était pas à la baisse dans le canton, une baisse obligatoire pour autoriser une réouverture, même si on l'espère durant ces prochains jours.

"Le Conseil d'Etat suit au jour le jour la situation et dès que nous pourrons donner un signe favorable à notre économie, nous le ferons, nous l'espérons prochainement, sous réserve de décisions qui seraient prises au niveau national", a ajouté le conseiller d'Etat, assurant qu'aucune décision n'était prise à la légère.

>> L'interview de Mauro Poggia dans Forum :

Manifestation et incompréhension de la part des commerces genevois: interview de Mauro Poggia
Manifestation et incompréhension de la part des commerces genevois: interview de Mauro Poggia / Forum / 4 min. / le 15 novembre 2020

Invitée du 19h30 samedi, la ministre des Finances Nathalie Fontanet a estimé qu'il était important de permettre aux commerces de rouvrir "dès que possible". Pour l'élue, un arrêt trop long pourrait avoir de lourdes répercussions dans le temps.

>> L'interview de Nathalie Fontanet dans le 19h30 :

Nathalie Fontanet: "je suis favorable à une ouverture des commerces au plus vite".
Nathalie Fontanet: "je suis favorable à une ouverture des commerces au plus vite". / 19h30 / 3 min. / le 14 novembre 2020

06h15

Des EMS romands fortement touchés

Les établissements médico-sociaux romands subissent de plein fouet la 2e vague de coronavirus. Pour contrôler les clusters et tenir le virus le plus loin possible de leurs institutions, ils appliquent notamment une stratégie de tests à large échelle.

A Genève, sur les plus de 200 décès attribués au Covid-19 dans les EMS depuis le début de l'année, une quarantaine se sont produits la première semaine de novembre.

A Fribourg, la situation s'avère "tendue mais maîtrisée", a indiqué pour sa part la Direction de la santé et des affaires sociales. Dans le canton, 16 EMS sur 50 étaient touchés par un cas positif ou plus au coronavirus, selon un bilan fourni mercredi.

En Valais, plus de la moitié des EMS abritent des résidents positifs, contre un tiers dans le canton de Vaud, selon les autorités sanitaires. Le canton du Jura, qui a vu ses EMS épargnés durant la première vague, en compte désormais sept sur douze touchés, selon l'association Curaviva Jura, qui ajoute que certains EMS auparavant touchés ont réussi à s'en débarrasser.

Neuchâtel compte autant d'institutions touchées par le Covid-19 que lors de la première vague. Cependant, grâce à un dispositif de tests à large échelle et à l'engagement d'une équipe mobile, aucune situation comparable à celle observée ce printemps n'est signalée.

>> Lire aussi : Les EMS romands sont durement frappés par la deuxième vague

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus