Modifié

La 2e vague du Covid démoralise les Suisses, selon un sondage SSR

Sondage SSR: la deuxième vague du coronavirus démoralise les Suisses [RTS]
Sondage SSR: la deuxième vague du coronavirus démoralise les Suisses / 19h30 / 2 min. / le 6 novembre 2020
Alors que seul un quart des Suisses se disaient affectés moralement par la pandémie au printemps, ils sont désormais plus de la moitié à faire part d'un ressenti négatif, selon un sondage SSR publié vendredi.

La deuxième vague de Covid-19 s'accompagne d'un coup de blues de la population, selon le sondage réalisé par Sotomo pour le compte de la SSR (lire méthode en encadré).

Alors qu'ils n'étaient que 26% au printemps à décrire leur moral comme "mauvais" ou "très mauvais", les sondés sont désormais 51% à indiquer un tel sentiment.

Un constat observé sur l'ensemble du territoire suisse, indépendamment des régions linguistiques. Il faut mentionner également la très grande part de personnes qui ne donnent par leur avis.

La peur de l'isolement se renforce

La crainte de l'isolement social ressort comme l'une des évolutions les plus marquantes depuis la première vague. Il constitue actuellement la principale inquiétude pour 46% des personnes, soit 20 points de pourcentage supplémentaires par rapport à mars.

La peur du coronavirus, en tant que maladie, a elle aussi augmenté depuis l'été (45%), sans toutefois atteindre le seuil de 51% du printemps. En outre, la crainte de conflit dans la sphère privée augmente aussi assez fortement, à près de 20%.

Par ailleurs, la peur liée aux pertes financières reste stable et concerne toujours un tiers de la population. Quant à la perte d'emploi, elle préoccupe 21% de l'échantillon (+6 points de pourcentage).

La liberté de mouvements, principale inquiétude

Les mesures restreignant la liberté de mouvement personnelle (interdiction de se rassembler à plus de 5 personnes, interdiction de visites, etc.) restent, globalement, la principale préoccupation.

On perçoit aussi une certaine lassitude avec un nombre croissant de personnes qui estiment que les restrictions vont trop loin. Cela s'observe surtout chez les 15-44 ans. A l'inverse, une large majorité des sondés plus âgés pense que les mesures ne vont pas assez loin. C'est le cas de 51% des 65-75 ans et de 62% des plus de 75 ans.

Par ailleurs, la population semble concevoir cette nouvelle vie sur un temps long. Au total, 80% pensent ne pas pouvoir se déplacer librement avant l'été 2021.

La perspective d'un confinement un court divise

Tandis que les mesures prises par le Conseil fédéral sont largement soutenues, la question de savoir si elles vont assez loin est plus disputée.

La nécessité d'un confinement court, notamment, semble diviser les sondés. Globalement, seule une courte majorité (48,5%) répond par l'affirmatif. Au niveau régional cependant, les avis sont plus tranchés: la partie latine y est clairement favorable alors que la Suisse alémanique y est opposée.

Des différence partisanes apparaissent également. Les sympathisants du PS et ceux des Verts soutiennent largement un lockdown court, tout comme ceux du PDC et des Vert'libéraux. A l'inverse, dans le camp bourgeois, les votants du PLR et de l'UDC s'y opposent majoritairement.

Les annonces du Conseil fédéral du 28 octobre semblent avoir renforcé le soutien au confinement court. En effet, dès le lendemain de la conférence de presse, le oui a augmenté de 5 points de pourcentage, à 54%.

Faut-il donner 7500 francs à tous les Suisses?

Les sondés ont également été questionnés sur une initiative déposée par des citoyens saint-gallois. Celle-ci demande le versement de 7500 francs à toute personne de nationalité suisse.

Au total, 49% refusent ce texte contre 42%. Il obtient cependant la faveur des Romands (53%).

>> Lire: Une initiative pour donner 7500 francs à tous les Suisses

Toujours sur le plan économique, un autre projet remporte un meilleur soutien. Il s'agit de la proposition de Jan-Egbert Sturm, responsable du Centre de recherches conjoncturelles de l'EPFZ (KOF). L'économiste veut taxer davantage les entreprises à qui la crise du coronavirus est bénéfique pour venir en aide aux perdantes.

Une idée qui séduit 65% des sondés. Au niveau partisan, c'est tout l'échiquier politique qui penche vers le oui à l'exception des sympathisants du PLR. Sans surprise, les plus grands défenseurs se trouvent à gauche, au PS et chez Les Verts.

>> L'analyse de Stephan Wenger, co-président de la Fédération suisse des psychologues, dans Forum:

Le coronavirus atteint fortement le moral des Suisses selon un sondage SSR (vidéo) [RTS]
Le coronavirus atteint fortement le moral des Suisses selon un sondage SSR (vidéo) / Forum (vidéo) / 6 min. / le 6 novembre 2020

>> Lire: La confiance dans la gestion du Covid par les autorités chute, selon un sondage SSR

Mathieu Henderson

Graphiques: Didier Kottelat

Publié Modifié

Méthode

Le sondage a été réalisé en deux temps. L'enquête principale a été menée du 23 au 28 octobre 2020 par le centre de recherche Sotomo pour le compte de la SSR. Un total de 34'872 questionnaires ont été évalués. Pour observer les effets de l'annonce du Conseil fédéral du 28 octobre, l'enquête a été prolongée au 2 novembre. Au total, 7553 entretiens supplémentaires ont été menés à cette fin. La plage d'erreur est de +/- 1,1 point de pourcentage.