Le suivi de la situation le 27 mars. [Keystone]
Publié Modifié

Un bilan actualisé de 234 morts en Suisse, dont 76 au Tessin et 38 dans le canton de Vaud

- L'épidémie de Covid-19 continue sa progression soutenue en Suisse avec désormais 234 décès et 12'947 cas, selon des chiffres communiqués par les cantons. L'OFSP parlait de son côté à la mi-journée de 197 morts et 12'161 cas.

- Le Tessin demeure le canton le plus touché avec 76 morts, devant Vaud (38), Genève (21), le Valais (20) et Fribourg (15). Concernant les autres cantons romands, Berne déplore 8 morts, Neuchâtel 5 et le Jura aucun.

- Le Conseil fédéral a à nouveau convoqué la presse pour faire le point. Il a accordé aux cantons une marge de manoeuvre en les autorisant à restreindre ou arrêter les activités de certaines branches de l'économie sous conditions. Alain Berset a pour sa part demandé aux Suisses de ne pas se déplacer en masse durant le week-end de Pâques et les vacances qui arrivent.

- L'armée soutient les douaniers aux frontières suisses en raison du Covid-19. L'engagement de 50 militaires de la police militaire et d'un bataillon de milice dès vendredi doit aider l'Administration fédérale des douanes à avoir suffisamment de personnel pour résister à long terme.

- Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, contrairement à plusieurs pays voisins, mais il rappelle sans cesse qu'il faut rester à la maison (en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus). Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

21h30

Des médecins retraités reprennent du service

Pour assurer la relève du personnel médical, le canton de Vaud a fait un appel à des médecins retraités. Près de 200 se sont portés volontaires, à l'instar du Dr. Georges Conne, médecin généraliste à la retraite.

Plusieurs fois par semaine, il vient travailler dans un centre de protection civile. De par son âge, le docteur Conne fait partie de la population à risque. Pas question dès lors de le mettre directement en contact avec des patients. Il met donc sa riche expérience et son flegme rassurant au service de la hotline vaudoise sur le Covid-19.

>> Le reportage du 19h30:

Plus de 200 médecins à la retraite se sont portés volontaires dans le canton de Vaud [RTS]
Plus de 200 médecins à la retraite se sont portés volontaires dans le canton de Vaud / 19h30 / 2 min. / le 27 mars 2020

21h05

Un bilan actualisé de 234 morts

L'épidémie de Covid-19 a désormais causé la mort de 234 personnes en Suisse, sur un total de 12'947 cas, selon des chiffres communiqués par les cantons. L'OFSP parlait de son côté à la mi-journée de 197 morts et 12'161 cas.

Le Tessin demeure le canton le plus touché avec 76 morts, devant Vaud (38), Genève (21), le Valais (20) et Fribourg (15). Concernant les autres cantons romands, Berne déplore 8 morts, Neuchâtel 5 et le Jura aucun.

20h55

Alain Berset: "Il faut rester très concentrés"

Deux semaines après les premières décisions strictes du Conseil fédéral, le bilan sanitaire est sérieux: 1390 nouveaux cas et 197 morts du Covid-19 en Suisse, selon le bilan de l'OFSP. "Ces chiffres montrent que la situation est sérieuse, et qu'il faut rester tous ensemble très concentrés", a affirmé le conseiller fédéral Alain Berset dans le 19h30. Il a également remercié toutes les personnes "qui restent à la maison": "On a fait le pari de la responsabilité individuelle, et le fait que ce soit si bien suivi est important, mais ça doit continuer."

Le ministre de la Santé a également réitéré son appel à ne pas se rendre au Tessin ou ailleurs en villégiature à Pâques.

Interrogé sur la date du 19 avril, souhaité comme date retour à la normale par les milieux économiques, Alain Berset a rappelé l'exercice de modestie et de flexibilité demandé au Conseil fédéral face à la pandémie: "Ce serait une erreur de fixer une date précise, il faut tenir compte du développement de l'économie et de la charge des hôpitaux", a-t-il souligné.

>> Son interview dans le 19h30:

Alain Berset, Conseiller fédéral : "Ce serait une erreur de fixer une date de sortie de crise" [RTS]
Alain Berset, Conseiller fédéral : "Ce serait une erreur de fixer une date de sortie de crise" / 19h30 / 4 min. / le 27 mars 2020

>> Voir aussi ses propos dans Forum:

Après les mesures anti-coronavirus, la sérénité? Interview d’Alain Berset [RTS]
Après les mesures anti-coronavirus, la sérénité? Interview d’Alain Berset / Forum (vidéo) / 7 min. / le 27 mars 2020

>> Les explications du 19h30 sur la situation sanitaire:

Alain Berset, Conseiller fédéral : "Ce serait une erreur de fixer une date de sortie de crise" [RTS]
Alain Berset, Conseiller fédéral : "Ce serait une erreur de fixer une date de sortie de crise" / 19h30 / 4 min. / le 27 mars 2020

20h20

Les Suisses de plus en plus concernés

Les Suisses se sentent toujours plus concernés par la pandémie de Covid-19, selon un sondage. En une semaine, la part des personnes sondées estimant le coronavirus comme une menace pour la Suisse est passée de 30 à 75%.

La part des sondés jugeant le Covid-19 comme une menace personnelle a elle aussi crû, de 11% à 30%, écrit l'Institut de recherche Link vendredi soir dans un communiqué. Il explique cette hausse par la concrétisation de la pandémie, via de nouvelles mesures restrictives du Conseil fédéral, mais aussi à travers la forte hausse du nombre de malades et de victimes en Suisse.

Les Romands plus inquiets

Les quelque 1000 personnes interrogées, représentatives, indiquent en outre que des conséquences financières sont inévitables pour la Suisse. Ils sont 94% à le craindre, tandis que seuls 35% craignent des effets néfastes sur leur propre situation financière. Une part qui monte à 40% pour les Romands.

L'écart entre Romands et Alémaniques s'agissant de la crainte du virus demeure également. L'institut de recherche l'explique par une plus forte présence du virus en France voisine et dans les cantons de Genève et surtout de Vaud.

19h20

Etat de nécessité : quelle démocratie ? Le grand débat de Forum

>> Débat entre Pascal Mahon, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Neuchâtel, Antoine Chollet, chercheur en sciences politiques à l’Université de Lausanne, et Olivier Meuwly, historien:

19h00

A Genève, "consolider les acquis des élèves, mais pas avancer dans le programme"

Alors que Genève a annoncé vendredi la suppression des examens intermédiaires pour le primaire et le secondaire - à l’instar du canton de Vaud - la conseillère d’Etat genevoise Anne Emery-Torracinta, en charge de l’Instruction publique, a rappelé les objectifs de l’école à distance, que les élèves pratiquent depuis deux semaines. "Le but premier est de maintenir les compétences des élèves, pas de les faire avancer dans le programme, ce qui serait totalement inéquitable", a indiqué la magistrate dans Forum.

"Dans un premier temps, des enseignants et des parents ont voulu trop bien faire, mais il y a peut-être eu trop de pression",  a-t-elle expliqué, au sujet du stress relevé au sein de familles dans leur pratique de l’école par correspondance.

Même si l’école ne pouvait pas reprendre fin avril comme prévu, la ministre a exclu que son canton décrète une année "blanche", c'est-à-dire qui ne compterait pas. Des discussions intercantonales sont en cours, a-t-elle indiqué, "avec comme premier objectif de trouver comment valider une année où il manque un certain nombre de semaines, et également de savoir comment valider une formation actuellement en fin de parcours scolaire."

>> L’interview d’Anne Emery-Torracinta dans Forum:

18h50

"L'urgence climatique doit être mise au même niveau que l'urgence sanitaire"

Le climatologue et glaciologue français Jean Jouzel craint d'ores et déjà un retour au consumérisme extrême en réaction à la levée du confinement. "La fin de la crise sera cruciale. Il est nécessaire que l'économie redémarre de manière dynamique, mais en évitant une hausse des émissions à effet de serre", plaide l'expert vendredi dans Forum.

"L'urgence climatique doit être mise au même niveau que l'urgence sanitaire. On doit repenser l'agriculture, l'assainissement énergétique et le développement de la mobilité douce. Une transition écologique dans ces secteurs générerait de nombreux emplois", assure-t-il.

>> Son interview dans Forum:

>> Lire aussi: Avec le confinement, la pollution atmosphérique chute en Europe

18h50

Le personnel d’un EMS jurassien se confine durant 10 jours

Une cinquantaine d'employés du Foyer Saint-Ursanne (JU) pour les personnes âgées ont décidé de dormir sur leur lieu de travail pendant dix jours afin d'empêcher au maximum la propagation du coronavirus.

La démarche vise à protéger les résidents, mais aussi à se soutenir au sein du personnel, à l'origine de la démarche. Avec 128 employés en tout, "nous observions de nombreux allers-retours", explique dans Forum le directeur du Foyer Christian Eicher. "Nous avons la chance de disposer de deux immeubles contigus [à l'institution]. La cohabitation se passe plutôt bien."

>> Ses précisions dans Forum:

Interview de Christian Eicher, directement du Foyer de St-Ursanne (JU). [RTS]RTS
Le personnel d’un EMS jurassien en confinement volontaire: interview de Christian Eicher / Forum / 6 min. / le 27 mars 2020

18h40

Une cinquantaine de patients intubés à Genève

Vendredi, 54 personnes infectées par le Covid-19 se trouvaient aux soins intensifs, à Genève, toutes intubées, a indiqué Aglaé Tardin, le futur médecin cantonal. Les patients très sérieusement atteints étaient au nombre de 52 jeudi.

Le canton de Genève comptait vendredi 23 décès à ce jour, un de plus que la veille. 313 personnes sont hospitalisées. Elles sont 153 à avoir pu quitter l'hôpital. A ce jour, 1924 personnes ont été diagnostiquées positives au Covid-19 au bout du lac.

Parmi les individus aux soins intensifs, six ont moins de 50 ans. 87% des décès concernent des personnes qui avaient plus de 70 ans.

18h00

Près de 1000 morts en Italie en 24 heures

L'Italie a enregistré vendredi une hausse record de près de 1000 morts du coronavirus en 24 heures, un bilan jusqu'alors inédit dans le monde. La France a de son côté décrété un prolongement du confinement jusqu'au 15 avril.

>> Le point sur la situation internationale: Mille morts en un jour en Italie, la France prolonge le confinement. Le suivi dans le monde

17h40

Les Genevois avertis avant le week-end

Il ne sera pas question, pour les Genevois, de se rendre en masse sur les quais et dans les parcs ce week-end. Les contrôles seront renforcés, avertit le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia.

Profitez du beau temps près de chez vous, a vivement conseillé le magistrat. Le chef du Département de la sécurité, de l'emploi et de la santé a rappelé que tout rassemblement de plus de cinq personnes était interdit. Il n'est pas autorisé, par exemple, de fêter un anniversaire, que ce soit dans l'espace public ou en privé.

A ce jour, 129 amendes pour inobservation de ces consignes ont été délivrées et 17 contraventions ont été infligées. Le canton de Genève va aussi sévir dans les grandes surfaces. La distance entre les personnes n'est en effet pas toujours observée à l'intérieur des magasins. Les contrôles vont là aussi se multiplier.

17h20

Quelle stratégie après le confinement?

Quand la courbe de la contagion du Covid-19 se sera infléchie en Suisse, comment le pays pourra-t-il sortir du confinement? Deux scénarios sont envisagés - avec tests et traçages ou par étapes - mais leur mise en place est soumise à de nombreuses conditions.

>> Pour en savoir plus sur ces deux scénarios: Comment sortir du confinement? Les scénarios envisagés actuellement

>> L'émission CQFD sur la question:

Comment sortir du confinement? Les scénarios envisagés actuellement

17h05

Un peu de lest pour les banques

Les banques pourront réduire légèrement leurs fonds propres. Le Conseil fédéral a approuvé la proposition de la Banque nationale suisse (BNS) de désactiver sans délai le volant anticyclique.

Grâce à la mesure, les banques disposeront d'une marge de manoeuvre élargie pour octroyer des crédits visant à atténuer les conséquences économiques liées au coronavirus. Elles pourront mieux répondre aux besoins des ménages et des entreprises en matière de crédits et de liquidités.

16h45

Appel d'Impressum en faveur du chômage partiel

Face à la pandémie, les moyens du chômage partiel doivent être utilisés pour continuer à faire travailler les journalistes et non à les mettre à l'arrêt forcé, écrit le syndicat Impressum. Il demande au Conseil fédéral d'édicter une nouvelle ordonnance en ce sens.

"Le public et les autorités dépendent plus que jamais du travail journalistique. Nous exigeons donc que l'argent n'aille pas dans les indemnités de chômage partiel, mais dans le financement des informations journalistiques. Cela ne coûte pas un sou de plus", affirme le directeur Urs Thalmann cité dans un communiqué.

Impressum demande également que les entreprises de presse soient obligées de fournir les raisons pour lesquelles elles demandent le chômage partiel. Et pour le syndicat, les licenciements devraient être exclus dans les médias qui profitent de ce financement.

La question de l'aide publique à la presse est aussi relancée. Cette semaine, Impressum avait déjà réclamé que toutes les aides aux médias à l’étude au niveau de la Confédération et des cantons soient immédiatement activées.

>> Interview du rédacteur en chef de La Liberté Serge Gumy dans La Matinale:

Serge Gumy, rédacteur en chef de La Liberté. [La Liberté]La Liberté
Les difficultés de la presse en temps de coronavirus: interview de Serge Gumy / La Matinale / 10 min. / le 27 mars 2020

16h15

15'000 signatures pour la vente de semences

Le député vert neuchâtelois Laurent Debrot continue à se mobiliser pour que la vente de semences, plantes ou plantons reste possible en Suisse durant cette crise sanitaire. Sa pétition a recueilli 15'000 signatures en cinq jours.

Le texte adressé à la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, demande que les entreprises de production de plantes soient considérées comme des magasins d’alimentation ou comme des pharmacies/drogueries pour d’autres produits de première nécessité.

16h00

Les #Amabie se répandent sur les réseaux sociaux

Si vous fréquentez les réseaux sociaux, vous avez vu apparaître ces derniers jours de drôles de petites sirènes. Il s'agit des #Amabie, des sirènes qui promettent la guérison en temps d'épidémie, une tradition qui remonte aux années 1800 au Japon.

15h45

Les TPG passent à l'horaire du dimanche tous les jours

Les Transports publics genevois (TPG) réduisent une nouvelle fois leur offre, en raison de l'épidémie due au coronavirus. L'horaire du dimanche s'appliquera tous les jours dès le 1er avril, avec un renforcement ponctuel aux heures de pointe du matin et du soir.

L'offre sera ainsi réduite d'environ 50% par rapport à l'horaire normal, ont annoncé vendredi les TPG. Cette décision est due au fait que la fréquentation des TPG a baissé de 75% par rapport à la normale depuis la mi-mars.

Le nouvel horaire implique une adaptation du réseau. Les lignes supprimées seront rétablies dès que les conditions le permettront, assurent les TPG. Les lignes transfrontalières connaissent des ajustements de service à courte échéance en raison des conditions de circulation aux douanes. Les voyageurs sont invités à consulter les informations en temps réel, avant chaque trajet.

15h10

Les demandes de chômage partiel grimpent

Le nombre de demandes de chômage partiel continue d'augmenter. Quelque 51'000 entreprises ont demandé à bénéficier de ce système pour 656'000 de leurs employés. Cela représente 13% des employés, a encore déclaré Guy Parmelin devant la presse.

Le personnel des offices du travail fait tout son possible pour répondre aux demandes. Mais les retards de paiement sont inévitables, a prévenu le ministre de l'Economie en lançant un appel à la compréhension.

Le Conseil fédéral sait que beaucoup de personnes voudraient travailler, mais en sont empêchées par les mesures de lutte contre le coronavirus, a-t-il relevé. Le Conseil fédéral a prévu un programme d'aide d'une ampleur inégalée de 42 milliards de francs.

14h50

Marge de manoeuvre accordée aux cantons

Les cantons obtiennent une marge de manoeuvre dans leur lutte contre le nouveau coronavirus. Le Conseil fédéral a décidé vendredi de les autoriser à restreindre ou arrêter les activités de certaines branches de l'économie sous conditions.

La nouvelle règlementation fait suite à la décision du Tessin de fermer entreprises et chantiers sur son territoire, une mesure jugée dans un premier temps illégale par le gouvernement. Ce dernier a toutefois décidé de lâcher du lest vendredi.

"Nous savons que le Tessin est confronté aujourd'hui à l'incidence la plus forte de Suisse face au coronavirus et que les mesures prises par le gouvernement tessinois vont plus loin que celles du Conseil fédéral", a rappelé Alain Berset devant la presse. "Cela nous a conduit ce matin à prévoir une exception à la règle fixée dans l'ordonnance avec un nouvel article".

>> Extrait de l'intervention d'Alain Berset:

Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur le Tessin et exception à l'ordonnance [RTS]
Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur le Tessin et exception à l'ordonnance / RTS Info / 4 min. / le 27 mars 2020

Inverser la logique

Cet ajout permet en quelque sorte d'inverser la logique à certaines conditions, a expliqué Alain Berset. "Cela n'est plus une logique où les entreprises sont sur le principe ouvertes mais celles qui ne respectent pas les normes d'hygiène et de santé publique doivent fermer leurs portes". Désormais, il sera possible "à certaines conditions que certaines branches économiques soient globalement fermées avec des exceptions pour ouvrir les entreprises qui respectent les recommandations et les règles en matière de santé publique".

Alain Berset a souligné, pour expliquer cet assouplissement, la nécessaire flexibilité dans cette période de crise. "Nous devons être en mesure de répondre aux préoccupations de manière aussi ordonnée et transparente que possible", a dit le ministre de la Santé.

En cas de système de santé saturé

Les cantons peuvent désormais ordonner, pour une durée limitée, la fermeture des activités de certaines branches de l'économie sous certaines conditions. Il faut notamment que le système de santé du canton concerné arrive à saturation, même après avoir obtenu le soutien d’autres cantons.

Il faut aussi que les branches concernées ne soient selon toute vraisemblance pas en mesure de respecter les mesures de prévention et que leur fonctionnement soit entravé par le manque de travailleurs frontaliers. Le canton doit encore obtenir l’approbation des partenaires sociaux et s’assurer que l’approvisionnement de la population en biens de consommation courante ainsi que des établissements de santé soit garanti.

Si les mesures prises par les cantons vont au-delà de ce qui est autorisé, le droit à l’indemnisation du chômage partiel par la Confédération sera supprimé.

>> Alain Berset est également revenu, lors de la conférence de presse, sur la question du suivi des téléphones portables:

Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur le suivi des téléphones portables [RTS]
Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur le suivi des téléphones portables / RTS Info / 1 min. / le 27 mars 2020

>> L'interview d'Alain Berset dans Forum:

Le conseiller fédéral Alain Berset était en visite à Bellinzone jeudi 19 mars pour évoquer la situation sur le Covid-19. [Alessandro Crinari - Keystone]Alessandro Crinari - Keystone
Après les mesures anti-coronavirus, la sérénité? Interview d’Alain Berset / Forum / 7 min. / le 27 mars 2020

14h40

Appel à ne pas se rendre au Tessin durant les vacances

En prenant la parole devant la presse, Alain Berset a souhaité faire un premier bilan des mesures exceptionnelles prises par le Conseil fédéral. A ses yeux, ces mesures sont "comprises et largement respectées par la population", que ce soit les règles d'hygiène et les règles de comportement. Peu d'infractions ont été constatées.

Le ministre de la Santé a aussi souligné que la population suisse s'informait énormément: 2000 appels par jour à la hotline et 15 millions de visites sur les canaux de l'OFSP.

"Nous sommes confiants et heureux de l'adhésion de la population à ces mesures, a ajouté Alain Berset. Mais il est maintenant important de continuer dans la durée." Et de souligner que le nombre de cas augmente toujours et qu'il est important de continuer à respecter ces mesures pour éviter de surcharger les hôpitaux.

Le Fribourgeois a aussi instamment insisté pour qu'il n'y ait pas les habituels bouchons durant les vacances de Pâques. Car, a-t-il précisé, les Suisses ont l'habitude de partir en week-end avec les beaux jours qui arrivent, et notamment le week-end de Pâques. Et comme le Tessin est généralement pris d'assaut à cette période, il prie donc instamment les Helvètes de ne pas faire comme les autres années.

14h30

Délai de paiement étendu pour les locataires

Les locataires privés ou commerciaux peinant à régler leurs loyers pourront souffler un peu. Le Conseil fédéral a étendu vendredi de 30 à 90 jours le délai de paiement en cas de retard, tant pour le loyer que pour les charges, sur la période entre le 13 mars dernier et le 31 mai. Le délai de congé pour les chambres meublées et les places de parking passe immédiatement à 30 jours.

Mais "il ne faudra déroger au droit ordinaire qu'en cas d'absolue nécessité", a précisé le conseiller fédéral Guy Parmelin en conférence de presse. "J'appelle donc les locataires et les bailleurs à chercher le dialogue et des solutions adaptées au cas par cas", a-t-il poursuivi.

Guy Parmelin précise que la taskforce mise sur pied a entamé ses discussions avec les acteurs importants du marché, des cantons et des villes, et que le gouvernement prendra d'autres mesures - notamment pour les baux commerciaux - si cela devait s'avérer nécessaire.

>> Extrait de l'intervention de Guy Parmelin:

Conférence de presse du 27 mars 2020 - Extrait 2 - Intervention de Guy Parmelin [RTS]
Conférence de presse du 27 mars 2020 - Extrait 2 - Intervention de Guy Parmelin / RTS Info / 7 min. / le 27 mars 2020

Déménagements possibles

Les déménagements restent possibles malgré le coronavirus, précise le ministre de l'Economie, mais les directives de l’Office fédéral de la santé publique doivent être respectées.

"Le Conseil fédéral souhaite éviter qu'il y ait une avalanche de déménagements retardés qui peuvent créer beaucoup de problèmes juridiques", a expliqué Guy Parmelin. "Le Conseil fédéral est tout à fait conscient que beaucoup de locataires et de bailleurs sont dans une situation très difficile."

La question a fait débat ces derniers jours. Le 31 mars est un délai de déménagement officiel en beaucoup d’endroits, ce qui conduit à environ 50'000 déménagements. Les entreprises de déménagement et les gérants d’immeubles assurent qu’elles sont en mesure de respecter ces directives.

>> Le reportage du 19h30:

Les déménagements restent possibles à condition de respecter les mesures de sécurité. [RTS]
Les déménagements restent possibles à condition de respecter les mesures de sécurité. / 19h30 / 2 min. / le 27 mars 2020

>> L'interview dans Forum de Carlo Sommaruga, président de l'ASLOCA:

Carlo Sommaruga, président de l'ASLOCA Suisse, Berne, le 3 mars 2020. [Alessandro della Valle - Keystone]Alessandro della Valle - Keystone
Les déménagements pourrons continuer en respectant les règles d’hygiène: interview de Carlos Sommaruga / Forum / 8 min. / le 27 mars 2020

14h15

Les décès vaudois ont presque doublé en deux jours

La progression du nombre de décès s'est accélérée ces deux derniers jours dans le canton de Vaud, un des trois cantons les plus touchés en Suisse avec le Tessin et Bâle-Ville: de 21 mercredi, le nombre de décès a grimpé à 32 puis à 38, selon les chiffres publiés par les autorités vaudoises.

Le nombre des hospitalisations en cours a franchi la barre des 300 personnes, à 327 dont 66 aux soins intensifs. Le total de cas confirmés dans le canton continue lui aussi sa progression et s'affiche à 2532 au dernier pointage. Dans le même temps, 148 patients ont pu quitter les hôpitaux.

14h00

Vers la fin des blocages du matériel médical aux frontières

Une partie du matériel de protection bloqué aux frontières a finalement pu poursuivre sa route et arriver en Suisse, a fait savoir le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

Dans le cas de l'Allemagne, tous les problèmes semblent désormais appartenir au passé. Les marchandises sont en route ou se trouvent déjà en Suisse.

Bien qu'il reste quelques questions en suspens, les complications concernant les livraisons avec la France et l'Italie ont été partiellement résolues. Le SECO évoque des contacts au plus haut niveau, entre Guy Parmelin et ses homologues. La plupart des livraisons de masques retenus par Paris ont ainsi pu être débloquées.

13h50

Quand on ne peut plus toucher

Quand avez-vous touché un ami, une proche, votre amoureux, votre grand-maman pour la dernière fois ? Les mesures de distanciations sociales imposées par nos gouvernements impliquent que nous nous touchions de moins en moins. Alors que se toucher c’est un réflexe. C’est une manière de se dire qu’on s’aime, qu’on s’apprécie, qu’on réagit. De montrer aux autres qu’on est là pour eux également. Alors comment faire quand on ne peut plus se toucher ? C’est la question que se pose Cyril Dépraz, confiné chez lui depuis deux semaines. Il a appelé Anik Debrot, docteure en psychologie et maître-assistante à l’institut de psychologie de l’Université de Lausanne, pour savoir quelles pistes alternatives inventer au… toucher.

Logo La vie aux temps du coronavirus [RTS]RTS
Episode 6 : quand on ne peut plus toucher / La vie aux temps du coronavirus / 22 min. / le 27 mars 2020

>> A écouter aussi sur Apple podcast et spotify

13h40

1390 nouveaux cas et 197 morts

L'épidémie de Covid-19 continue sa progression soutenue en Suisse. L'OFSP a annoncé vendredi 1390 nouveaux cas confirmés en 24 heures, portant le total à 12’161. Le bilan des morts s'établit désormais à 197.

"Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire le 24 février, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. A ce jour, 97'012 tests ont été effectués, dont 12% étaient positifs", a indiqué vendredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son point de la situation quotidien. Jeudi, l'OFSP avait annoncé une progression de 1000 cas par rapport à la veille.

Un décompte de l'ATS basé sur les indications des cantons porte le total des décès à au moins 206.

Inversion de tendance pas possible à prévoir

"Nous sommes confiants et heureux de l'adhésion" de la population aux recommandations, mais il "s'agira de tenir la distance", a averti Alain Berset en conférence de presse à Berne. Sur la base des données actuelles, il n'est pas encore possible de prédire le moment de l'inversion de tendance, a souligné le ministre de la Santé.

Alain Berset a jugé que les mesures édictées par le gouvernement étaient comprises et largement respectées, relevant qu'il y avait "relativement peu d'infractions" sanctionnées par la police.

>> La situation actuelle vue par Alain Berset:

Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur l'état de la situation en Suisse [RTS]
Conférence de presse du 27 mars 2020 - Alain Berset sur l'état de la situation en Suisse / RTS Info / 4 min. / le 27 mars 2020

13h30

Unia tente de bloquer un chantier à Fribourg

A Fribourg, le syndicat Unia a tenté de bloquer un chantier. Motif: les normes de sécurité liées au coronavirus ne seraient pas respectées. Dans le canton, les travaux ont été stoppés sur la moitié des sites. Mais les grands groupes alémaniques maintiennent leurs activités, ce que le syndicat dénonce.

>> Voir le reportage du 12h45:

UNIA tente de bloquer des chantiers qui ne respecteraient pas les normes de sécurité liées au coronavirus. [RTS]
UNIA tente de bloquer des chantiers qui ne respecteraient pas les normes de sécurité liées au coronavirus. / 12h45 / 1 min. / le 27 mars 2020

>> Les précisions du 19h30:

Les syndicats veulent la fermeture des chantiers qui ne respecteraient pas les mesures de sécurité [RTS]
Les syndicats veulent la fermeture des chantiers qui ne respecteraient pas les mesures de sécurité / 19h30 / 2 min. / le 27 mars 2020

13h10

Saison de volley stoppée

Swiss Volley a décidé que la saison 2019/20 ne compterait pas. Cela signifie qu'il n'y aura pas de champion pour les trois ligues nationales, ni de promotion-relégation.

La planification de réduction de la LNB pour passer de deux groupes de huit à un groupe de douze équipes est repoussée d'une année.

En LNA, les classements désigneront les participants aux Coupes d'Europe. Chez les messieurs, Lutry-Lavaux s'est volontairement relégué. La finale de la Coupe sera rattrapée lors de la Supercoupe.

13h00

Flou sur les modalités des examens de fin d'apprentissage

Les apprentis de Suisse passeront bel et bien leurs examens finaux d'ici la fin de l'été, selon la décisions prise en commun la semaine dernière par les cantons, la Confédération et les milieux économiques. Un plan est désormais en cours de préparation pour définir la date et les détails pratiques.

"Actuellement, toutes les procédures de qualification, tous les examens finaux sont momentanément gelés de manière à y voir un peu plus clair pour la suite", souligne le directeur de l'Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue du canton de Genève dans le 12h30.

"C'est complexe" relève Gilles Miserez, "parce qu'on ne sait pas quand l'économie va redémarrer, quand les écoles vont pouvoir rouvrir. Cette question est cruciale par rapport à la suite. Mais l'idée est de donner les certificats et les attestations à celles et ceux qui arrivent à la fin de leur formation".

"Les modalités doivent être trouvées par rapport aux branches, aux secteurs, aux professions", précise encore le directeur de l'office cantonal. "Et là, toutes les questions sont encore ouvertes".

12h45

Antidouleurs et antibiotiques commencent à manquer

A cause de la crise du coronavirus, les hôpitaux et les cliniques commencent à manquer d'antidouleurs et d'antibiotiques. Ils vont devoir puiser dans les stocks fédéraux. Il n'est toutefois pas sûr que ces derniers soient suffisants pour traverser la pandémie.

Les cas sévères de Covid-19 nécessitent un traitement avec des antidouleurs et des antibiotiques. Ces analgésiques commencent cependant à manquer. La Confédération ouvrira les stocks correspondants, a indiqué jeudi soir Ueli Haudenschild de l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays dans l'émission Echo der Zeit de la radio alémanique SRF.

Aussi pour les animaux

Actuellement, il y a une pénurie d'antibiotiques dans la médecine vétérinaire. Ces manques peuvent être compensés par les stocks fédéraux.

12h30

Pas encore de saturation en Valais et dans le canton de Vaud

Nous l'évoquions ce matin (voir l'entrée de 7h20): l'EPFZ prévoit une pénurie de lits disponibles à partir de jeudi prochain. La capacité en lits pourrait même déjà être dépassée dans les cantons de Vaud, de Genève, du Valais et du Tessin.

Chef du service valaisan de la santé publique, Victor Fournier s’inscrit pourtant en faux contre cette vision des choses dans le 12h30: "L'EPFZ s'est basée sur les capacités ordinaires des hôpitaux sans tenir compte des différentes mesures qui ont été prises, mais nous ne sommes pas en saturation". Le médecin valaisan fait référence à la collaboration instaurée cette semaine avec cinq cliniques valaisannes, ce qui a permis le triplement des lits disponibles.

"On va peut-être être dépassés"

Médecin cantonal vaudois, Karim Boubaker, estime de son côté qu'il convient surtout de parler de capacités en soins intensifs. Le nombre de lits, mais aussi le nombre de soignants et le matériel. "C'est vrai qu'à un moment donné, on va peut-être être dépassés parce qu'on n'aura plus assez de respirateurs ou plus assez de personnel capable de gérer ces situations. On devra alors prendre d'autres décisions en lien avec l'entrée ou la sortie aux soins intensifs".

Dès lors, le canton de Vaud envisage-t-il d'éventuels transferts intercantonaux? "Cela pourrait être une possibilité, mais on travaille plutôt à avoir les capacités dans notre canton. On envisage même possiblement de prendre des situations qui viendraient d'autres cantons", explique encore Karim Boubaker.

Clinique réquisitionnée à Fribourg

La Clinique Générale de Fribourg, qui appartient à Aevis Victoria, a été réquisitionnée par les autorités cantonales pour aider à faire face à la pandémie de coronavirus. Selon le groupe fribourgeois, les capacités hospitalières demeurent élevées dans le pays en raison de l'annulation de toutes les opérations non urgentes.

>> Ecouter aussi le sujet de La Matinale:

L'entrée des urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les hôpitaux suisses ne sont pas submergés par les cas de coronavirus / La Matinale / 2 min. / le 27 mars 2020

12h00

Une journée d'entraide le 2 avril

Le 2 avril aura lieu une journée nationale de l'entraide. L'événement entend favoriser la création et l'épanouissement de réseaux locaux visant à aider les personnes bloquées chez elles à cause du coronavirus.

Actuellement, 880 groupes d'entraide, dont 160 en Suisse romande, sont inscrits sur la plate-forme aide-maintenant.ch, indiquent vendredi ses initiateurs dans un communiqué. Leurs membres proposent de l'aide pour faire les courses et des cours en ligne.

Les participants sont invités à suspendre des drapeaux faits maison à leur fenêtre ou leur balcon pour indiquer qu'un groupe d'entraide opère dans le quartier.

11h40

Le Cervin illuminé en guise d'espoir

Si la météo le permet, le Cervin s'illumine chaque soir pour transmettre des messages "d'espoir et de solidarité" en cette période difficile de pandémie de Covid-19. Une action de l'artiste suisse Gerry Hofstetter.

Le Cervin s'illumine entre le coucher du soleil et 23h00 et cela jusqu'au 19 avril. Zermatt invite cependant les personnes intéressées par ce spectacle lumière à rester à la maison. Des webcams autour du Cervin transmettent les images en direct.

Le Cervin sera illuminé entre le coucher du soleil et 23h00 et cela jusqu'au 19 avril. [Valentin Flauraud - Keystone]Le Cervin sera illuminé entre le coucher du soleil et 23h00 et cela jusqu'au 19 avril. [Valentin Flauraud - Keystone]

11h30

Morges (VD): un nouveau centre ambulatoire

L'Ensemble hospitalier de la Côte (EHC) se dote d'un nouveau Centre ambulatoire renforcé à Morges (VD). Le but est de soulager les médecins installés et remplacer la filière de "dépistage Covid-19" de l'Hôpital de Morges.

Dès aujourd'hui, les patients ambulatoires, chez qui un test diagnostique aura été demandé par le médecin traitant, seront orientés vers le Centre ambulatoire renforcé des Pâquis. Localisé Rue Henry-Dunant 20, le nouveau centre assurera une prise en charge des patients référés par les médecins installés, la Centrale téléphonique des médecins de garde (CTMG) et les institutions régionales uniquement sur rendez-vous, explique l'EHC.

11h20

Le guet de Lausanne sonnera l'alerte chaque soir

Le guet de la cathédrale de Lausanne va sonner chaque soir l'alerte pour appeler la population à l'entraide face au Covid-19. Il le fera selon les règles établies au Moyen-Age.

Cette alarme symbolique sera donnée juste après la ronde de 22h du guet, explique vendredi la Ville de Lausanne. La mesure entre en vigueur immédiatement et pour une durée indéterminée.

Le guet donnera l'alerte auprès de la Clémence, la cloche d'alarme située au premier niveau de la cathédrale. Pendant trois minutes, il sonnera selon ce rythme: trois coups, une pause, six coups, une pause, trois coups, une pause, et ainsi de suite.

Cette formule était en usage à Lausanne depuis 1405. Le guet sonnait l'alarme aussi longtemps que le sinistre n'était pas maîtrisé.

11h10

L'armée en renfort aux frontières

L'armée soutient les douaniers aux frontières suisses en raison du Covid-19. L'engagement de 50 militaires de la police militaire et d'un bataillon de milice dès vendredi doit aider l'Administration fédérale des douanes (AFD) à avoir suffisamment de personnel pour résister à long terme.

En raison de l'épidémie, le Conseil fédéral a décidé par étapes ces dernières semaines d'introduire des contrôles Schengen aux frontières avec l'Italie, l'Allemagne, l'Autriche et la France, et de restreindre l'entrée en Suisse. Pour le faire efficacement, des postes frontières secondaires ont été fermés et le trafic a été canalisé vers les principaux passages.

L'engagement de militaires est pour l'instant limité jusqu'à fin juin. Ils seront actifs dans différents domaines, par exemple pour des tâches de sécurité dans le domaine de la circulation des personnes, du soutien pour la canalisation du trafic et de l'aide à la surveillance de passages frontaliers et de secteurs de terrain. Ils sont armés et ont reçu une formation axée sur l'engagement.

>> Plus d'informations: Les mesures aux frontières suisses nécessitent l'engagement de l'armée

10h50

Nouveau bilan policier en Valais

Depuis les restrictions ordonnées par le Conseil fédéral pour endiguer la pandémie due au coronavirus, 25 dénonciations et 206 amendes d'ordre ont été prononcées en Valais. Elles sanctionnent surtout des commerces, des établissements publics et des particuliers.

"Si la grande majorité des citoyens respectent bien les consignes, certaines personnes ont dû être sanctionnées", indique vendredi la police cantonale valaisanne dans un communiqué. Cette dernière dit avoir adopté "une position très ferme" pour faire appliquer les mesures décidées par le Conseil fédéral, et s'active avec le soutien des polices municipales.

"Les dénonciations au ministère public concernent majoritairement des commerces et des établissements publics alors que les amendes d'ordre ont été notifiées à des individus ne respectant pas les distances sociales ou l'interdiction de rassemblement de plus de cinq personnes", précisent les forces de l'ordre.

10h10

Une plateforme participative pour traquer le virus

Comment savoir où se trouvent les foyers de contamination particulièrement dangereux en Suisse?

La plateforme participative covidtracker.ch, lancée par une équipe de jeunes chercheurs de l'EPFZ et soutenue par le canton de Berne, vise à produire au plus vite une carte régionale des foyers d'infection.

Quatre heures après son lancement vendredi, le petit formulaire de covidtracker.ch avait déjà été rempli par 12'000 habitants du pays. Le questionnaire est anonyme.

Le site covidtracker.ch propose aux Suisses d'aider à identifier les foyers d'infection. [www.covidtracker.ch]www.covidtracker.ch
La plateforme participative covidtracker.ch veut identifier les foyers de contamination au coronavirus / Le Journal horaire / 1 min. / le 27 mars 2020

10h05

"Vivre avec le coronavirus", le reportage de Temps Présent

Ils ont été mis en quarantaine, ils sont tombés malades, ils ont eu peur de mourir. Ils ont, enfin, guéri du COVID-19. Pour Temps Présent, les Romands directement affectés par la maladie témoignent de leur bataille contre le coronavirus.

Vivre avec le coronavirus - 30 jours à Washington, dans l'Amérique déchirée [RTS]
Vivre avec le coronavirus / 30 jours à Washington, dans l'Amérique déchirée / Temps présent / 58 min. / le 26 mars 2020

10h00

Continuer à voir son médecin malgré tout

Epidémie oblige, de nombreuses personnes déjà fragilisées par une autre pathologie ne se rendent plus chez leur médecin, de peur d'attraper le Covid-19.

Mais il n'est pas toujours de possible de faire certains contrôles à distance (glycémie par exemple). Pour ces cas, des consultations au cabinet sont indispensables et des mesures de protection ont été prises, assurent les médecins de premier recours.

Si certains patients ne sont pas correctement suivis, le risque est que leur situation s'aggrave et qu'ils doivent se rendre aux urgences.

>> Ecouter les explications de Jean-Marie Michel, président de la société de médecine du canton de Fribourg

Certains craignent de voir leur médecin en raison de l'épidémie de coronavirus. [rogerphoto - Fotolia]rogerphoto - Fotolia
L'épidémie de coronavirus ne doit pas dissuader les personnes fragiles de consulter / La Matinale / 1 min. / le 27 mars 2020

9h40

Rarement aussi lue, la presse écrite tire la langue

Les médias romands sont, eux aussi, touchés de plein fouet par la crise du coronavirus. Le recours au chômage partiel se généralise tandis que les cahiers des journaux deviennent de plus en plus fins. Tamedia et le groupe BNJ ont par exemple déjà annoncé qu'ils allaient avoir recours au chômage partiel.

Autre exemple, La Liberté est passée depuis mercredi de quatre à deux cahiers. Le quotidien fribourgeois a justifié cette mesure par la diminution de l'actualité sportive et culturelle, ainsi que par la chute de la pagination publicitaire.

Vendredi matin, son rédacteur en chef Serge Gumy était l'invité de La Matinale et faisait un constat difficile: "Nous sentons une baisse terrible de la publicité qui représente un tiers de nos recettes. Cela génère des inquiétudes, car la presse écrite pourrait ressortir laminée de cette crise, alors que les lecteurs n'ont jamais été aussi avides de nous lire".

Un succès qui se ressent en termes de fréquentation du site internet du quotidien, mais aussi en termes d'abonnés: "Rien que la semaine passée, nous avons eu cinq fois plus de nouveaux abonnements vendus qu'en février", indique le journaliste fribourgeois, précisant toutefois que ces gains sont insuffisants pour compenser totalement les pertes publicitaires.

Une aide directe de la Confédération?

Car désormais les entreprises font preuve de grande prudence avant d'acheter des encarts dans les journaux: "Chacun est en train d'essayer de mesurer combien de temps cette crise va durer, raison pour laquelle les dépenses publicitaires sont gelées", constate Serge Gumy.

Pour passer cette crise sanitaire en limitant la casse, le rédacteur en chef de La Liberté compte sur la Confédération et faire tomber un tabou: "Pour moi, il se pose la question très crue de l'aide directe de la Confédération à la presse écrite au nom du service public qu'elle rend particulièrement dans cette crise."

>> Ecouter l'interview complète dans la Matinale de Serge Gumy, rédacteur en chef de La Liberté:

Serge Gumy, rédacteur en chef de La Liberté. [La Liberté]La Liberté
Les difficultés de la presse en temps de coronavirus: interview de Serge Gumy / La Matinale / 10 min. / le 27 mars 2020

8h45

Injecter 200 milliards pour préserver les PME

Michel Demaré est le président du conseil d'administration de l'International Institute for Management Development (IMD) à Lausanne. Invité dans La Matinale, l'ancien directeur de Syngenta lance un appel à la Confédération: Berne doit investir massivement dans l'économie suisse et le plus rapidement possible.

Pour lui, l'enveloppe d'aide globale de 42 milliards déjà prévue par le Conseil fédéral devrait plutôt avoisiner les 200 milliards. "Ce montant de 42 milliards semble bon pour la crise telle qu'elle est pour l'instant. Mais nous pensons qu'il y aura plusieurs chapitres après et que le fait de chaque fois devoir redemander de l'argent peut nous faire perdre un temps précieux", explique l'économiste.

"En Suisse, nous avons un niveau de dette extrêmement bas en comparaison de nos voisins et le budget est bien tenu avec des excédents chaque année. Nous sommes dans une situation qui permet de faire cet effort, aussi pour préserver les fondamentaux du pays", développe l'économiste.

Pour Michel Demaré, "préserver les fondamentaux", c'est éviter que toutes les petites entreprises et les start-up qui fondent le tissu économique du pays ne tombent en faillite. "L'innovation c'est la différence de la Suisse, c'est aussi ce qui se passe dans les petites entreprises et ce sont ces gens là qu'il faut préserver à tout prix. En conservant leurs ressources, dès que l'activité et la demande reprendront, ces entreprises pourront remettre ces gens au travail et garder cet excédent de recherche qui a toujours fait la différence", recommande Michel Demaré.

Le directeur de l'IMD estime en outre que sauver ces fondamentaux permettra à la Suisse de mettre le pays dans une situation avantageuse sur le plan compétitif.

>> Ecouter l'interview complète de Michel Demaré dans La Matinale:

Michel Demaré. [Patrick B. Kraemer - Keystone]Patrick B. Kraemer - Keystone
Investir massivement pour sauver l'économie, le point de vue de Michel Demaré / La Matinale / 9 min. / le 27 mars 2020

8h05

Déploiement de l'armée critiqué

Plusieurs témoignages de soldats mobilisés dans la lutte contre le coronavirus font état de conditions d’hébergement et d’actions peu adaptées.

Pour plus de détails: Le déploiement de l’armée suisse contre le Covid-19 essuie des critiques

Absence de tests à l'entrée, formation sommaire, logements exigus et soldats mélangés malgré une exposition au virus. les descriptions qui sont parvenues à la RTS interpellent. D'abord, pour la sécurité des militaires engagés, ensuite pour celle des patients dont ils s'occupent.

Contactée, l'armée suisse ne dément pas ces récits mais indique suivre les recommandations de l'OFSP.

>> Réécouter l'enquête de Raphaël Leroy dans La Matinale:

Des soldats de la division territoriale 1 photographiés le 21 mars dernier sur la place d'armes de Bière. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le déploiement de l’armée suisse contre le Covid-19 essuie des critiques / Le Journal horaire / 1 min. / le 27 mars 2020

7h20

Une pénurie de lits dès jeudi?

La Suisse pourrait manquer de lits en soins intensifs dès jeudi prochain en raison de la progression de la pandémie due au covid-19, avertit une étude de l'EPFZ relayée par la presse. Une prévision qu'il faut toutefois relativiser, selon les informations de la RTS.

En prenant en compte le nombre de lits dans les unités de soins intensifs, estimé à 979, et le nombre de décès liés à la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), le dernier rapport suggère que le système est proche de la saturation, explique dans La Liberté Thomas Van Boeckel, professeur assistant à l’institut pour les décisions environnementales de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et coauteur du rapport.

Selon la haute école, la capacité en lits pourrait même déjà être dépassée dans les cantons de Genève, de Vaud, du Tessin, des Grisons et du Valais. Jusqu'à 1000 lits supplémentaires pourraient être nécessaires dans tout le pays.

Mais selon les chiffres récoltés par la RTS dans les cantons de Vaud et Genève, les hôpitaux disposent de suffisamment de places et peuvent encore monter en puissance. Voir aussi le développement de 12h30.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

L'entrée des urgences des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Les hôpitaux suisses ne sont pas submergés par les cas de coronavirus / La Matinale / 2 min. / le 27 mars 2020

7h00

"Le même nombre de paquets qu'avant Noël"

Certains services de La Poste suisse se retrouvent très occupés en raison de la pandémie due au coronavirus et ses conséquences. Le géant jaune est submergé de colis, déclare vendredi son patron Roberto Cirillo interrogé par les journaux du groupe de presse CH-Media.

"Il y a deux semaines, nous avons comptabilisé une hausse des paquets d'environ 15% par rapport à la normale", précise le directeur. Depuis lors, "nous transportons le même nombre de colis qu'habituellement avant Noël".

Fermetures et horaires adaptés

Sans surprise, il relève que les commandes en ligne sont le plus souvent actuellement le seul moyen d'obtenir certaines marchandises, en raison du confinement de la population et de la fermetures des magasins non essentiels. En cette période, La Poste livre notamment environ trois fois plus de nourriture que d'habitude.

La pandémie a également des répercussions au niveau des offres du géant jaune. Le courrier A ne peut plus être distribué le lendemain dans tous les cas. Les heures d'ouverture de certaines agences ont en outre été réduites, alors que certaines autres ont été fermées à cause du manque de personnel ou de clients.

>> Voir le reportage du 12h45 dans une entreprise de vente en ligne

Les entreprises de vente en ligne enregistrent des records de commandes et recrutent de nouveaux collaborateurs. [RTS]
Les entreprises de vente en ligne enregistrent des records de commandes et recrutent de nouveaux collaborateurs. / 12h45 / 2 min. / le 26 mars 2020

06h50

Sommaruga remercie la population

Quelques jours après sa lettre ouverte, Simonetta Sommaruga a encore remercié la population et toutes les personnes qui continuent à travailler, jeudi dans le 19h30. "Les mesures sont difficiles, mais il faut continuer les efforts", a encouragé la présidente de la Confédération.

Durant cette crise, "le Conseil fédéral a toujours fait un pas après l'autre et il faut continuer comme ça pour protéger la santé de la population tout en soutenant l'économie et les places de travail", a aussi martelé la conseillère fédérale, qui assure que "des solutions existent" pour les entreprises.

>> L'interview de Simonetta Sommaruga dans le 19h30:

Simonetta Sommaruga: "Je remercie tous ceux qui continuent à travailler." [RTS]
Simonetta Sommaruga: "Je remercie tous ceux qui continuent à travailler." / 19h30 / 3 min. / le 26 mars 2020

06h40

Le lexique pour tout comprendre

Depuis l'apparition du "nouveau coronavirus", divers termes et appellations ont essaimé dans les médias comme "SARS Cov-2" ou "Covid-19". Et quelle est la différence entre une épidémie et une pandémie?

>> Les réponses dans ce petit lexique: Lexique pour mieux appréhender les termes liés à la pandémie actuelle

06h30

Le témoignage qui fait du bien

Une bonne nouvelle dans le canton de Neuchâtel: au Locle, une dame de 95 ans infectée par le coronavirus vient de sortir de l’hôpital en bonne santé. Si elle doit encore reprendre des forces, la nonagénaire a vaincu la maladie.

Jamais elle n’a été angoissée, mais elle sait tout de même qu’elle revient de loin, car la maladie est fatale dans 15% des cas chez les personnes de son âge. "Je suis contente de retrouver mon chat et mon chez-moi, c’est quand même mieux que d’être sur un lit d’hôpital", témoigne-t-elle dans le 19h30.

>> Le reportage du 19h30 :

Une femme de 95 ans guérie du coronavirus témoigne [RTS]
Une femme de 95 ans guérie du coronavirus témoigne / 19h30 / 2 min. / le 26 mars 2020

06h20

Le dernier bilan

Un total de 161 personnes ont perdu la vie en Suisse à cause du coronavirus, selon le dernier bilan de l'Office fédéral de la santé publique, qui a également annoncé 10'714 cas jeudi.

>> Retour sur la journée de jeudi: Plus de 160 personnes sont décédées en Suisse, l'armée et la protection civile toujours plus mobilisées

06h10

Appel aux dons

- La Chaîne du Bonheur a lancé un appel aux dons pour aider les nombreuses personnes dont la situation est rendue précaire par la pandémie.

>> Les dons peuvent être versés immédiatement en ligne sur www.bonheur.ch ou par e-banking sur le compte postal 10-15000-6 avec la mention "Coronavirus".

>> Appel aux dons de la Chaîne du Bonheur pour aider les plus démunis face au Covid-19

06h00

Le dossier complet

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

>> Le dossier de RTSinfo:

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus