Modifié

L'initiative contre l'immigration de masse soumise au peuple

L'initiative UDC contre l'immigration de masse a été déposée en février 2012. [Gaëtan Bally - Keystone]
L'initiative UDC contre l'immigration de masse a été déposée en février 2012. [Gaëtan Bally - Keystone]
Le 9 février, les Suisses se prononcent sur l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse.

L'initiative "Contre l'immigration de masse" lancée par l'UDC en février 2012 vise à réintroduire des plafonds annuels à l'immigration ainsi que des contingents pour les autorisations de séjour en Suisse. Ces limites s'appliqueraient aussi aux frontaliers et aux requérants d'asile.

Pour: un contrôle souverain de l'immigration

Pour les initiants, le texte a pour objectif de redonner à la Suisse la possibilité de contrôler elle-même l'immigration. C'est "une évidence pour un pays souverain" de pouvoir décider qui vient chez nous et combien de temps une personne peut y rester, estime Toni Brunner, président de l'UDC.

"Les élites politiques et économiques perdent toujours plus le sens des réalités", selon Toni Brunner, président de l'UDC. "Il y a bien sûr des aspects positifs à l'immigration, mais les aspects négatifs pour le pays et les citoyens sont systématiquement balayés sous le tapis".

Contre: une menace pour l'économie

Les opposants, partis de gauche en tête, estiment que ces dispositions sont contraires à l'accord de libre circulation avec l'Union européenne. Faute de pouvoir renégocier ce traité, il faudrait le dénoncer dans les trois ans. Et, clause guillotine oblige, tout l'édifice bilatéral s'écroulerait.

De même, l'initiative compliquerait le recrutement de la main-d'oeuvre étrangère nécessaire à l'économie helvétique, selon le Conseil fédéral qui recommande le rejet de l'initiative.

Victorien Kissling

Publié Modifié

Les mots d'ordre

L'UDC, qui a lancé l'initiative, soutient logiquement son texte, approuvé à l'unanimité par les délégués du parti le 23 novembre 2013.

En revanche, un comité de gauche composé de socialistes et de verts, fait campagne depuis le 22 novembre contre l'initiative. De même, le Conseil fédéral a recommandé le rejet du texte lors d'une séance exceptionnelle en présence de trois conseillers fédéraux le 25 novembre. Le PDC a lui aussi rejeté le texte lors de son assemblée du 9 novembre.

Deuxième vote en vue

Cette initiative n'est que la première d'une série. Le peuple devrait en effet ensuite être appelé à voter sur une autre initiative voulant limiter l'immigration dite ECOPOP ainsi que sur l'extension de la libre circulation à la Croatie.