Modifié le 31 juillet 2010 à 20:56

Le conducteur du "Glacier Express" roulait trop vite

Les causes de l'accident du Glacier Express ne sont pas encore connues.
Jusqu'ici, l'enquête n'avait pas permis d'aboutir à une conclusion. [keystone / jean-christophe bott]
Une erreur humaine est à l'origine de l'accident du train panoramique "Glacier Express" qui a fait un mort et 40 blessés il y a une semaine dans la vallée de Conches (VS). Le conducteur de la locomotive roulait beaucoup trop vite, ont expliqué les responsables à la presse vendredi.

Le mécanicien fautif travaillait depuis plus de huit ans pour la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn, qui exploite le "Glacier Express" entre Zermatt (VS) et Saint-Moritz (GR), ont indiqué la compagnie ferroviaire et l'expert fédéral chargé de l'enquête technique après l'accident meurtrier.

Il a accéléré trop tôt

Le 23 juillet dernier vers 11h50 entre Lax et Fiesch, le conducteur du train mythique inauguré en 1930 a accéléré trop tôt au sortir d'un virage, sans attendre, comme il aurait dû le faire, que le dernier wagon ait franchi le panneau autorisant le relèvement de la vitesse maximale autorisée de 35 à 55 km/h, a déclaré Walter Kobelt, chef du Service d'enquêtes sur les accidents ferroviaires et navals auprès du Département fédéral des transports, de l'environnement, des communications et de l'énergie (DETEC).

Les relevés de vitesse ont montré que le train roulait à 56 km/h au moment de l'accident, alors que l'arrière du convoi se trouvait encore dans le tronçon limité à 35 km/h. Résultat, le dernier wagon a déraillé, entraînant dans sa chute deux autres voitures. La vitesse est seule en cause. Les investigations menées sur les conditions météorologiques, géologiques, le matériel roulant et les voies n'ont rien révélé d'inhabituel.

Une enquête de plusieurs semaines

Le juge d'instruction du Haut-Valais attend le rapport écrit de l'expert fédéral avant de se prononcer sur les éventuelles suites pénales à donner à cette affaire. Cela prendra plusieurs semaines, précise-t-il dans un communiqué. Le mécanicien concerné est en état de choc et bénéficie d'un encadrement psychologique, ont souligné pour leur part les responsables de la compagnie ferroviaire, qui se disent profondément touchés par cet accident.

La Matterhorn Gotthard Bahn en porte la responsabilité et tout sera mis en oeuvre pour que pareil drame ne se reproduise pas.

Pour mémoire, le déraillement d'un train du "Glacier Express" le 23 juillet à Fiesch, a fait un mort, une Japonaise de 64 ans venant d’Osaka, et 40 blessés: 28 Japonais, cinq Suisses, quatre Espagnols, deux Autrichiens et un Indien.

ap/mej

Publié le 30 juillet 2010 à 15:10 - Modifié le 31 juillet 2010 à 20:56

Le Valais présente ses condoléances

Une semaine après l'accident du "Glacier Express", le gouvernement valaisan a transmis ses sincères condoléances au Consul général du Japon pour la Suisse romande, Kenichi Suganuma.

Il "souhaite aux personnes impliquées beaucoup de force et de courage dans ces jours difficiles et regrette profondément cette tragédie", selon un communiqué diffusé vendredi. Le vice-président du Conseil d'Etat Jacques Melly et le vice-consul Mitsuhide Fusegi ont rencontré les victimes hospitalisées à Viège et à Sion.

Huit personnes toujours hospitalisées

Huit personnes, toutes de nationalité japonaise, étaient toujours hospitalisées vendredi après l'accident du Glacier Express survenu vendredi dernier.

Trois d'entre elles pourront quitter l'hôpital ces prochains jours et rentrer au Japon. Pour l'instant, un des patients se trouve à l'hôpital de Viège (VS), trois à celui de Sion, deux à Lausanne, un à Genève et un à Berne.

Un des patients hospitalisés à Sion sera transféré à Lausanne en début de semaine prochaine, a indiqué le Réseau santé Valais (RSV).

L'état de santé de la patiente de l'Hôpital de l'Ile, à Berne, s'est amélioré, note encore le RSV. Elle a pu être déplacée des soins intensifs au service de soins.