Modifié

Le déraillement du Glacier Express reste un mystère

L'examen des wagons accidentés n'a pas encore permis de déterminer les causes du drame. [Keystone]
L'examen des wagons accidentés n'a pas encore permis de déterminer les causes du drame. [Keystone]
L'enquête sur l'accident du "Glacier Express" de vendredi à Fiesch (VS) n'a pas encore apporté de réponse. Le conducteur de la locomotive a été entendu; il aurait constaté une déformation de la voie.

Le conducteur a déclaré lors de son audition avoir vu une déformation des rails, a déclaré lundi lors d'une conférence de presse à Brigue (VS) l'expert fédéral Walter Kobelt. Mais il l'aurait vue trop tard et n'a pas pu freiner. Le train a alors déraillé.

Différentes mesures ont été effectuées. La voie a aussi été endommagée par le déraillement. L'expert ne se prononce donc pas encore sur cet élément, mais il a autorisé les trains à circuler depuis dimanche, à une vitesse maximale de 15 km/h sur le tronçon concerné.

La question de la vitesse du convoi a également été analysée avec les données de la boîte noire. Walter Kobelt n'a pas donné de précision. Ces données doivent encore être comparées avec les performances réelles de la locomotive impliquée dans l'accident, ce qui sera fait lundi soir lors d'un trajet test.

Rien à signaler sur les wagons

L'expert fédéral poursuit ses investigations sur les deux derniers wagons du convoi, ceux qui se sont couchés sur le côté lors de l'accident. Ecartement des roues, profil du train de roulement, freins, suspension sont auscultés en détail. Jusqu'à présent aucune défectuosité n'a été constatée sur les différents éléments examinés, a dit Walter Kobelt.

Il pense obtenir les premières réponses concrètes dans le courant de la semaine. D'autres axes d'investigation sont aussi dans le viseur de l'expert. Des analyses géologiques et météorologiques de la zone de l'accident sont en cours. Mais il faudra encore du temps pour avoir des résultats.

L'accident avait fait un mort, une Japonaise de 64 ans, et 40 blessés: 28 Japonais, cinq Suisses, quatre Espagnols, deux Autrichiens et un Indien.

ats/jeh

Publié Modifié

Tous les blessés hors de danger

Du côté des blessés encore hospitalisés, au nombre de treize, les deux Japonaises encore dans un état critique dimanche sont hors de danger.

Elles sont en revanche maintenues en coma artificiel pour l'heure, a précisé le directeur des soins médicaux du Réseau Santé Valais (RSV) dans la Haut-Valais Marcel Schmid.

Les deux blessées les plus gravement touchées sont l'une à Sion, l'autre au CHUV.

Les onze autres sont répartis dans les hôpitaux de Sion et de Viège.

Trois sont dans des hôpitaux universitaires hors canton.

La plupart devrait pouvoir quitter ces établissements dans la semaine, a précisé Marcel Schmid.

Berne présente ses condoléances à Tokyo

Les autorités fédérales ont adressé lundi leurs condoléances au Japon suite à l'accident, qui a coûté la vie à une Japonaise.

"Le gouvernement et le peuple suisses ont été profondément choqués et attristés" par le drame, a écrit la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey dans une lettre adressée à son homologue Katsuya Okada.