Modifié

Téléphonie, paiements, transports: un document montre la fragilité de la Suisse face à un éventuel black-out

La Confédération évalue les conséquences d'un black-out en Suisse [RTS]
La Confédération évalue les conséquences d'un black-out en Suisse / 19h30 / 2 min. / le 23 août 2022
Comme d'autres pays, la Suisse se prépare à un hiver difficile sur le front de l'approvisionnement énergétique. En cas de pénurie d'électricité voire de black-out, les trains continueront-ils de rouler? Et pourra-t-on encore téléphoner, surfer sur internet, retirer de l'argent au bancomat ou payer ses courses par carte? Tour d'horizon.

C'est une petite musique qui monte: la Suisse n'est pas à l'abri de mesures de rationnement d'électricité, voire de coupures de courant de plusieurs heures. Face à la crise énergétique qui menace, le président de la Commission fédérale de l'électricité (ElCom) Werner Luginbühl, il y a un peu plus de deux semaines, a même invité les ménages à acheter des bougies et à faire des réserves de bois de chauffe.

La Confédération veut à tout prix éviter ce scénario catastrophe. Mais en même temps, elle se prépare à toutes les éventualités. Le 17 mai dernier, sous l'égide de l'Office fédéral de la protection de la population (OFPP), elle a donc convié à Berne les représentants des infrastructures critiques de la Suisse, de Swisscom aux CFF, en passant par les banques, les grands distributeurs et les fournisseurs d'électricité.

Objectif de la rencontre: coordonner les efforts des entreprises les plus importantes du pays afin de maintenir les services essentiels à la population et à l'économie en cas de pénurie d'électricité. Nos collègues de la radio alémanique SRF ont obtenu le procès-verbal de la réunion. Celui-ci révèle certaines fragilités, notamment dans le domaine des télécommunications, du trafic de paiement et des transports.

>> Lire aussi: Pénurie d'électricité cet hiver? Les enjeux en cinq questions

LES TÉLÉCOMMUNICATIONS

A l'ère de l'omniprésence du smartphone, un éventuel black-out bouleverserait le quotidien de la population. Il suffit d'une coupure de courant d'une heure environ pour que les réseaux de téléphonie mobile de tous les opérateurs du pays cessent d'émettre, apprend-on dans ce document. Les antennes sont en effet pourvues de batterie, mais cette alimentation de secours ne permet pas de tenir plus de 60 minutes.

En dernier recours, la Confédération prévoit des délestages cycliques pour tous les consommateurs et entreprises, à l'exception de quelques infrastructures jugées essentielles (hôpitaux, services de secours et de sécurité, ...). On imagine ainsi des coupures de courant de quatre heures toutes les huit à douze heures. "Le temps d'alimentation (entre deux coupures) ne suffit pas à recharger les batteries des antennes. Il en résultera des pannes", affirme le représentant de Swisscom.

La vulnérabilité du réseau de téléphonie mobile est qualifiée de "choquante" par un participant de la table ronde: "Un black-out peut survenir très rapidement. Et sans communication, la société est confrontée à d'énormes problèmes." "L'Office fédéral de la communication est en train d'examiner dans quelle mesure des prescriptions supplémentaires sont nécessaires" pour limiter ce risque, répond l'OFPP. Pour l'heure, on en reste toutefois au stade des discussions.

En matière de données, le réseau semble davantage résistant. Les centres de calcul pourraient tenir au moins 72 heures grâce à des génératrices diesel. Celles-ci pourraient ensuite être réalimentées, de quoi, en théorie, maintenir internet. Mais pour le citoyen lambda, il y a un hic. "C'est clair que si, chez vous, votre routeur n'est pas alimenté en énergie, vous n'aurez pas non plus accès aux données internet", note le porte-parole de Swisscom Christian Neuhaus.

LE TRAFIC DE PAIEMENT

Autre sujet évoqué lors de la réunion: le trafic de paiement. Alors que les Suissesses et les Suisses sont toujours plus nombreux à payer quasi exclusivement par carte bancaire ou grâce à leur smartphone, la crise énergétique pourrait marquer le grand retour du cash. Si les systèmes électroniques venaient à être paralysés, la population n'aurait en effet d'autre choix que de se rabattre sur les bons vieux billets de banque.

Le premier défi pour les banques serait alors de faire fonctionner les bancomats, qui ont besoin d'électricité. Il s'agirait ensuite d'assurer l'approvisionnement en billets des distributeurs, qui seraient sans doute pris d'assaut. La question de la sécurité des clients est également centrale, note Martin Hess, un responsable de l'Association suisse des banquiers, qui insiste sur la nécessaire coopération des banques avec leurs "partenaires d'infrastructure".

Quant aux guichets, ils pourraient devoir fermer en cas de black-out. "Il existe des situations dans lesquelles les banques sont invitées à fermer leurs portes pour protéger l'argent de leurs clients. C'est pourquoi la Confédération recommande aux citoyens de garder des billets en petites coupures pour les achats de première nécessité durant quelques jours", relève Martin Hess.

LES TRANSPORTS

La question des transports publics est également mentionnée lors de la rencontre du 17 mai. Les CFF disposent de ressources électriques propres, mais cela ne leur permet pas de poursuivre le service en cas de black-out. En cas de panne généralisée, le représentant de l'ancienne régie fédérale évalue l'autonomie énergétique du système ferroviaire à une heure environ. Juste de quoi ramener les trains en gare et ne pas laisser les passagers en rade.

UN SYSTÈME FRAGILE

Il n'est évidemment pas certain que le scénario du pire envisagé par la Confédération se réalise cet hiver. Pourtant, pour la première fois depuis bien longtemps, il n'est plus totalement exclu. Les réflexions en cours mettent en tous les cas en évidence la fragilité du système, l'interconnexion des différents acteurs économiques ainsi que l'importance critique des infrastructures de communication et de l'approvisionnement en carburant.

Didier Kottelat, avec Pierre Nebel

Publié Modifié