Le point sur le risque de pénurie d'électricité en cinq questions [Keystone]
Publié Modifié

Pénurie d'électricité cet hiver? Les enjeux en cinq questions

Le spectre d'une pénurie d'électricité cet hiver fait couler beaucoup d'encre et agite la sphère politique depuis le début de l'été. Si rien n'indique clairement, pour l'heure, qu'il faille céder à l'alarmisme, les appels à économiser de l'énergie se multiplient.

Pour tenter de mieux cerner les enjeux liés à cette question, l'émission Forum a répondu durant la semaine écoulée à cinq questions sur la consommation et la production d'électricité en Suisse.

Question 1

À quel point sommes-nous dépendants de l'étranger?

La situation est complexe. De manière générale, la Suisse produit davantage d’électricité qu'elle n’en consomme. Pourtant, il est impossible de se passer des importations venues des pays voisins. Cette situation est due aux fluctuations saisonnières dans la production et la consommation d'électricité, et du fait qu'il est toujours très difficile de la stocker.

Ainsi, de mai à octobre, la production de nos centrales nucléaires et hydroélectriques permet de couvrir nos besoins et d'exporter près de 30 milliards de kWh. Mais en hiver, la Suisse consomme 20 à 30% d’électricité en plus, tandis que le débit des rivières est bien plus faible. Or, plus de la moitié de la production suisse d’électricité est hydraulique. Il faut donc importer de l'électricité de nos voisins directs pour avoir suffisamment de courant.

>> Lire à ce sujet: Simonetta Sommaruga: "La Suisse a trop misé sur l'importation d'électricité"

En 2021, près de 60% de l’électricité importée en Suisse venait de France. Mais cette année, alors que la moitié de son parc nucléaire est actuellement à l’arrêt pour des raisons techniques, elle pourrait bien ne plus être en mesure de nous livrer du courant. La situation est aussi tendue en Allemagne, en raison du manque de gaz russe, et partout en Europe, notamment parce que la Russie menace de couper complètement le robinet du gaz cet hiver. Et l'échec, l'année dernière, de l'accord-cadre avec l’Union européenne complique encore la situation.

>> Lire aussi: Les mises à l'arrêt de réacteurs nucléaires pour corrosion se multiplient en France

>> Écouter la réponse complète de Marielle Savoy dans Forum:

Pénurie d'électricité: la Suisse dépend de l'étranger [RTS]
Pénurie d'électricité: la Suisse dépend de l'étranger / Forum / 2 min. / le 8 août 2022

Question 2

A quel point la Suisse peut-elle compter sur ses propres ressources cet hiver?

L'énergie hydraulique représente environ 60% de notre production d'électricité, mais les barrages sont une ressource instable dont le bon fonctionnement dépend du remplissage, c'est-à-dire d'un élément que l'on ne contrôle pas, soit les précipitations.

Avec la sécheresse, leur niveau est actuellement un peu plus bas que les années précédentes, mais la situation n'a rien d'alarmant, car le remplissage des réservoirs dépend surtout des précipitations de la fin de l'été. En revanche, si la période de sécheresse se poursuit, elle va inévitablement réduire les capacités de production d'électricité.

>> Plus de détails: Le long des rivières asséchées, des usines hydroélectriques arrêtées

Mais les ressources des centrales hydrauliques ne suffisent de toute façon pas pour tout l'hiver. Face à cette situation, le Conseil fédéral prévoit de constituer des réserves hydrauliques dans les lacs de retenue. Des réserves qui pourraient être mises à disposition en cas de besoin vers la fin de l'hiver, en échange de compensations financières pour les exploitants.

On parle de volumes permettant la production en électricité d'environ 500 gigawatt. À titre de comparaison, la consommation annuelle du pays est d'environ 60'000 gigawatt. Et la Suisse ne peut pas se permettre de bloquer davantage de sa production, car elle a besoin de courant dès le début de l'hiver et le stockage coûte également plus cher.

>> Écouter la réponse complète de Gabriela Cabré dans Forum:

Pénurie d'électricité: le point sur l'état de nos réserves [RTS]
Pénurie d'électricité: le point sur l'état de nos réserves / Forum / 2 min. / le 9 août 2022

Question 3

Des coupures d'électricité pour les ménages sont-elles possibles?

En dernier recours, la réponse est oui. Il s'agirait de la mesure la plus drastique prise par le Conseil fédéral en cas d'échec des incitations et des premières mesures d'économie ciblées sur les installations non nécessaires puis sur les gros clients. Elle prévoit des délestages cycliques sur l'entier du territoire national.

Dans pareil cas, sur ordre des autorités, les opérateurs électriques devront couper le courant durant quatre heures sur l'ensemble du pays toutes les huit heures, y compris pour les ménages. Seules certaines infrastructures considérées comme essentielles seraient épargnées: les hôpitaux, les services de secours et de sécurité, les systèmes d'approvisionnement en eau ou l'émission d'ondes radio et télévisuelles.

>> Lire à ce sujet: Explosion des ventes de génératrices et de batteries en prévision de l'hiver

Des discussions ont actuellement cours pour définir les prestations qui doivent être absolument garanties pour la population. Mais certaines compétences restent du ressort des cantons et ce délestage ne serait donc pas uniforme sur tout le territoire.

>> Écouter la réponse complète de Romain Bardet dans Forum:

Faut-il se préparer à des coupures d’électricité cet hiver? (vidéo) [RTS]
Faut-il se préparer à des coupures d’électricité cet hiver? (vidéo) / Forum / 2 min. / le 10 août 2022

Le débat enflamme notamment le canton du Valais: les remontées mécaniques pourraient être les premières victimes d'une possible pénurie d'énergie cet hiver. Le plan d'urgence de la Confédération prévoit de tirer la prise de ces installations gourmandes en électricité.

>> Le débat dans Forum entre Christophe Clivaz, conseiller national (Les Verts/VS) et Didier Défago, président des Remontées mécaniques valaisannes:

Des personnes profitent du soleil et de la neige pour faire du ski sur les pistes du domaine skiable ce vendredi 6 avril 2018 a Crans-Montana. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Le grand débat - Skiera-t-on en hiver? / Forum / 8 min. / le 13 août 2022

Question 4

Des économies d'énergie peuvent-elles faire la différence?

D'ici quelques semaines, la Confédération va lancer une campagne de sensibilisation afin d'inciter la population à économiser l'énergie. Car si l'Office fédéral de l'approvisionnement économique du pays (OFAE) lançait cet hiver un appel aux consommateurs, la demande baisserait déjà de 5%, selon ses estimations. Un potentiel non négligeable.

Il faut dire que les ménages consomment un tiers de l'électricité produite en Suisse, soit plus que la production des deux plus grandes centrales nucléaires du pays. Selon Suisse énergie, ceux-ci pourraient facilement économiser jusqu’à 50% d’électricité, sans perte de confort. Simplement en débranchant leurs appareils ou en optant pour des éclairages LED. Selon Marc Müller, expert en énergie, une famille "vertueuse" pourrait ainsi facilement réduire sa consommation à 2000 kw/h par an, alors qu'un foyer qui ne ferait pas d'effort serait à près de 8000 Kw/h.

>> Lire à ce sujet: L'idée d'interdire l'éclairage publicitaire la nuit fait son chemin et Face à la pénurie qui s'annonce, voici comment économiser l'énergie au quotidien

Réduire la température à l'intérieur de son logement d'un degré ou remplacer les radiateurs électriques par des pompes à chaleur permettrait également de baisser sa consommation d'électricité de manière significative. Sans compter l'eau chaude dont la température maximale pourrait être limitée à 55 degrés, comme cela est déjà le cas avec les boilers modernes.

Du côté des entreprises, des efforts seront aussi demandés. L'industrie, les arts et les métiers consomment 30% de l'électricité, soit un peu moins que les ménages.

>> Écouter la réponse complète de Cléa Favre dans Forum:

Pénurie d'électricité: les potentiels d'économie [RTS]
Pénurie d'électricité: les potentiels d'économie / Forum / 2 min. / le 11 août 2022

Question 5

Comment produire davantage d'électricité?

La Suisse a les moyens de produire beaucoup plus d'électricité. Il y a premièrement le photovoltaïque qui, selon les spécialistes, représente le plus gros potentiel. Rien qu'en équipant le parc immobilier helvétique, l’Office fédéral de l’énergie estime qu'on pourrait produire jusqu'à 67 Térawatt-heure par an, soit davantage que l'ensemble de la production d’électricité dans notre pays l’an dernier.

Au-delà de l’immobilier, des panneaux solaires peuvent être posés à de nombreux endroits, et même sur nos montagnes. Plusieurs projets d'installations à haute altitude sont par ailleurs en discussion. Ils profiteraient de la lumière réfléchie par le manteau neigeux. Ils auraient ainsi l'avantage d'être très efficaces en hiver, au moment où les panneaux sur les toits le sont moins.

>> Lire à ce sujet: Une centrale solaire installée sur le barrage du lac de Lei, dans les Grisons

Il y a toutefois un problème qui se dresse devant le photovoltaïque: la Suisse manque considérablement de main d’œuvre qualifiée dans le domaine. Les entreprises n’arrivent déjà plus à suivre la demande.

L'énergie hydraulique peut également faire partie de la solution. Quinze projets, les plus prometteurs sur le plan énergétique avec un impact minimal sur la biodiversité et le paysage, ont été identifiés.

>> Lire à ce sujet: De nouveaux barrages pourraient assurer l'approvisionnement électrique en Suisse

Mais le potentiel est bien moindre que le solaire, et le chemin est encore très long pour y parvenir, car ces grands projets peuvent être la cible de nombreux recours.

>> Écouter la réponse complète de Valentin Emery:

Électricité en Suisse: peut-on produire plus? [RTS]
Électricité en Suisse: peut-on produire plus? / Forum / 2 min. / le 12 août 2022

>> Le débat à Forum: éviter les pénuries en changeant sa consommation?

Le grand débat - Electricité: éviter les pénuries en changeant sa consommation? [RTS]
Le grand débat - Electricité: éviter les pénuries en changeant sa consommation? / Forum / 18 min. / le 12 août 2022