Modifié

Carla Del Ponte dénonce un "faux témoignage" dans l'affaire Lauber

ponte [RTS]
L'ancienne procureure générale de la Confédération Carla Del Ponte a des mots sévères sur l’affaire Lauber / L'actu en vidéo / 2 min. / le 31 juillet 2020
L'ancienne procureure générale de la Confédération Carla Del Ponte emploie des mots sévères sur l’affaire Lauber - Infantino lors d'un entretien exclusif diffusé dans le 19h30 de la RTS. La Tessinoise dénonce notamment un "faux témoignage".

Questionnée sur le fait que les protagonistes des rencontres informelles entre Michael Lauber, procureur général de la Confédération démissionnaire, et Gianni Infantino, président de la FIFA, ne se souviennent pas du contenu exact de leurs discussions, Carla Del Ponte estime:  "C’est incroyable. Ce n'est pas crédible. Il y avait je crois trois autres personnes qui étaient là dans cette réunion. Ce n’est pas acceptable. C’est encore plus grave, parce que ça veut dire qu’ils se sont mis d’accord pour un faux témoignage."

>> Lire également: Michael Lauber quittera le Ministère public de la Confédération le 31 août

Evoquant sa propre pratique des rencontres informelles dans les fonctions de procureure, Carla Del Ponte explique y avoir eu recours, mais avec une trace écrite de manière systématique. "Une note, qui doit même être signée par le procureur et versée au dossier, y compris pour son successeur", explique-t-elle.

Carla Del Ponte estime que l’affaire et son retentissement causent "un dégât énorme pour le Ministère public de la Confédération (MPC)". Elle déplore le fait que l’institution souffre du scandale. "Je n’envie pas le successeur de Michael Lauber", dit-elle.

Violations du devoir de fonction

Michael Lauber a annoncé sa démission vendredi dernier. Il a réagi ainsi à une décision du Tribunal administratif fédéral (TAF) publiée le même jour.

"Je respecte la décision du Tribunal administratif fédéral", avait écrit Michael Lauber. "Je continue toutefois à rejeter fermement l’accusation de mensonge. Cependant, le fait que l’on ne me croie pas en qualité de Procureur général est préjudiciable au Ministère public de la Confédération", avait-il ajouté.

A l'issue d'une enquête disciplinaire liée aux rencontres du Procureur général avec le président de la FIFA Gianni Infantino, l'Autorité de surveillance du MPC avait conclu à des violations graves et répétées du devoir de fonction. Elle avait prononcé une sanction équivalant à une réduction de 8% de son salaire annuel.

>> Retour sur les difficultés du Ministère public de la Confédération depuis les années 90:

Retour sur les difficultés du Ministère public de la Confédération depuis les années 90 [RTS]
Retour sur les difficultés du Ministère public de la Confédération depuis les années 90 / 19h30 / 1 min. / le 31 juillet 2020

dr/gma

>> La chronologie de l'affaire Lauber:

(Cliquez ici pour visionner cette infographie en version mobile)

^

Publié Modifié