Malgré la météo favorable, appel à respecter les consignes des autorités. [Keystone]
Publié Modifié

Près d'un quart des actifs en Suisse est au chômage partiel

- Selon les chiffres communiqués par les cantons samedi en fin de soirée, 666 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 20'485 cas recensés. L'OFSP, qui prend les chiffres recensés à 8h, annonce pour sa part 20'278 cas et 540 décès.

- "Il est important, vu le week-end qui arrive, de rester à la maison. Si vous sortez, allez-y pour de brèves promenades", rappelle samedi Daniel Koch, chef de la division maladies transmissibles à l'OFSP.

- Près d'un quart des actifs en Suisse, soit 1,3 million de personnes, est au chômage partiel, a déclaré samedi le Secrétariat d'Etat à l'économie. Au Tessin où près de 8000 demandes de chômage partiel sont déposées par semaine, ce taux atteint même 40%.

- Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, contrairement à plusieurs pays voisins, mais il rappelle sans cesse qu'il faut rester à la maison – en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus. Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo.

22h30

La vie aux temps du coronavirus, épisode 9 : la vie aux balcons !

Tous les soirs, à 21h00, en Suisse, celles et ceux qui en ont sortent sur leurs balcons pour applaudir le personnel hospitalier et celles et ceux qui travaillent pour nous.

Certains chantent, d’autres font les dj. Les balcons sont, en cette période de pandémie, devenus des espaces de socialisation sans précédent.

L’écrivain italien Erri de Luca et Cyril Dépraz, tous deux confinés, discutent, durant cette épisode 12,  de la nécessité des balcons, de leur poésie et de cette Italie si solidaire, si résiliente.

Logo La vie aux temps du coronavirus [RTS]RTS
Episode 9 : La vie au balcon / La vie aux temps du coronavirus / 24 min. / le 4 avril 2020

21h28

Restaurants: la vente à l'emporter pour survivre à la crise

Un autre phénomène lié à la pandémie de coronavirus et aux mesures imposées pour contenir sa propagation concerne la vente à l'emporter.

Beaucoup de pizzerias de quartiers qui ont dû fermer la partie restaurant proposent depuis plusieurs semaines les pâtes et pizzas à l'emporter, pour servir la clientèle mais aussi et surtout, pour survivre à la crise.

Fermés, les restaurants profitent de la vente à emporter pour limiter la casse et aussi offrir des repas. [RTS]
Fermés, les restaurants profitent de la vente à emporter pour limiter la casse et aussi offrir des repas. / 19h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

20h50

Succès de la vente directe à la ferme

La crise sanitaire a changé certaines de nos habitudes quotidiennes. Les gens s'arrangent différemment pour les repas, les courses ou encore l'école à la maison.

Ce bouleversement touche aussi la vente directe à la ferme. Car depuis la pandémie et la fermeture des marchés en ville, les agriculteurs ont vu leur clientèle exploser. Un afflux pas toujours simple à gérer.

En raison notamment de la fermeture des marchés de ville, les ventes à la ferme explosent. [RTS]
En raison notamment de la fermeture des marchés de ville, les ventes à la ferme explosent. / 19h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

20h30

Le retour des frontières change le quotidien du Grand Genève

Alors que la frontière semblait presque virtuelle entre la Suisse et la France il y a quelques semaines, la voilà désormais infranchissable pour certains.

Pour la région du Grand Genève, la situation est particulièrement singulière. Tout a changé très vite. Dans la nuit du 16 au 17 mars, le canton a verrouillé ses frontières avec la France. Sur 34 douanes, 25 sont totalement fermées, et 9 sont encore ouvertes mais contrôlées.

Certaines familles se trouvent désormais séparées, à seulement quelques kilomètres de distance. Une situation que certains, surtout parmi les plus jeunes, n’auraient jamais pensé vivre un jour.

Les gardes-frontière sont quant à eux sur le qui-vive, car la frontière franco-genevoise est surtout campagnarde. "Les gens ont l’habitude de passer la frontière sans s’en rendre compte", explique le capitaine Christophe Debons, de l'administration fédérale des douanes.

Sur la seule journée de vendredi, 180 amendes de 100 francs ont été distribuées pour passage illégal de frontière à Genève.

>> Voir le reportage du 19h30:

Dans le Grand Genève, des familles essaient de se voir, certains trichent, les frontières restent fermées. [RTS]
Dans le Grand Genève, des familles essaient de se voir, certains trichent, les frontières restent fermées. / 19h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

20h15

Les EMS vaudois paient un lourd tribut au Covid-19

À ce jour, plus de 120 décès ont été enregistrés dans les EMS romands, selon une enquête de la RTS. Le taux de mortalité à partir de 85 ans monte jusqu'à 25% dans ces établissements.

Les EMS vaudois paient un lourd tribut à la pandémie avec 60 décès, soit la moitié des disparus du canton. Près de la moitié des établissements sont touchés. Une situation qui fait grincer des dents. Olivier Mottier, secrétaire général de la Fédération patronale de EMS vaudois, exprime un "fort désarroi et un questionnement" face à la vitesse de propagation du virus.

>> Revoir le reportage du 19h30:

Dans les EMS de Suisse romande, le bilan commence à être lourd. [RTS]
Dans les EMS de Suisse romande, le bilan commence à être lourd. / 19h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

Si le personnel des EMS a certes l'habitude de faire face aux décès de résident, la charge morale est incomparable, estime Rebecca Ruiz dans le 19h30. Une charge d'autant plus difficile à porter que les visites des proches sont interdites.

La conseillère d'Etat vaudoise s'est cependant voulue rassurante. Elle a annoncé la création d'une "task-force" mise en place pour appuyer les établissements médico-sociaux, et garantir les stocks de masques et autres protections. Enfin, dans la situation actuelle, dit-elle, il n'y a pas de risque pour les hôpitaux vaudois de devoir "choisir" entre deux patients.

Un mort sur deux dans le canton de Vaud l'est dans un EMS, Rebecca Ruiz fait le point. [RTS]
Un mort sur deux dans le canton de Vaud l'est dans un EMS, Rebecca Ruiz fait le point. / 19h30 / 3 min. / le 4 avril 2020

Ailleurs en Suisse romande, aucun mort n'est signalé dans le Jura. Berne en dénombre 3. À Fribourg, 9 décès sur 27 ont eu lieu dans un EMS, tandis qu'à Neuchâtel, sur les 19 décès dans le canton, 14 ont eu lieu dans un tel établissement. Le Valais compte 19 décès, ce qui représente environ 40% des victimes.

>> Lire aussi: Inquiétude dans les EMS romands qui paient un lourd tribut au Covid-19

19h30

Élections particulières dans une Genève confinée

Le coronavirus a largement occulté la campagne pour le 2ème tour de l’élection au Conseil administratif de la ville de Genève. Pourtant, les autorités ont décidé de maintenir ce second tour, envers et contre tout. La gauche a pris une avance conséquente pour conserver ses quatre sièges actuels. Mais tout reste très ouvert pour le cinquième siège entre le PLR Simon Brandt et la démocrate-chrétienne Marie Barbey.

>> Le sujet du 12h45 de jeudi:

Second tour des élections municipales à Genève perturbé par la crise du coronavirus. Explications Joël Boissard. [RTS]
Second tour des élections municipales à Genève perturbé par la crise du coronavirus. Explications Joël Boissard. / 12h45 / 2 min. / le 2 avril 2020

Face au coronavirus, les partis Ensemble à gauche et le Mouvement citoyen genevois (MCG) avaient déposé un recours contre la tenue de ce scrutin, qui a été rejeté dans la semaine.

Samedi dans Forum, Claude Haegi, ancien élu libéral genevois, estime qu'une annulation n'aurait pas eu de sens, car "96% des suffrages sont exprimés par correspondance" en temps normal. Selon lui, la participation, qui s'annonce faible, exprimerait davantage un désintérêt des citoyens.

Ex-conseiller national (PS/GE), Manuel Tornare nuance : "On aurait certainement dû annuler cette élection dès le départ", dit-il, mais "dès le moment où le premier tour a eu lieu, on est obligé de faire le second" dans un délai acceptable. Il prend pour exemple les élections municipales françaises, dont le premier tour a eu lieu en mars, tandis que le deuxième tour se tiendra en octobre. "Je trouve que c'est peu démocratique, c'est assez indécent", conclut-il.

>> Le débat dans Forum:

Des affiches électorales à Genève. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]Salvatore Di Nolfi - Keystone
Elections municipales à Genève en temps de Covid-19: débat entre Manuel Tornare et Claude Haegi / Forum / 9 min. / le 4 avril 2020

Les résultats ne seront connus que mardi soir, le dispositif de dépouillement ayant été adapté au contexte de la cette crise sanitaire.

>> Plus de détails: Malgré le coronavirus, les Genevois élisent ce week-end leurs exécutifs

18h45

"Les soignants ont besoin d'être rassurés"

Dans cette crise sanitaire, on a beaucoup parlé du risque d'engorgement des hôpitaux et de pénurie du matériel médical. Mais l'un des gros enjeux de cette crise est aussi l'endurance du personnel soignant.

Olivier Hagon est spécialiste en médecine humanitaire et depuis deux semaines, il apporte son expertise aux soins intensifs des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) afin de former les soignants et les militaires qui sont appelés en renfort.

Invité de Forum, il explique que cette formation est adaptée en fonction des profils: "La durée et le contenu de la formation dépendent des profils. Par exemple, pour les militaires, on apprend la base, la partie technique: s'habiller correctement pour se protéger, savoir immobiliser un patient, etc. Mais le plus important, c'est d'apprendre à s'adapter au contexte".

Pour celui qui est familier de la médecine de catastrophe et qui était par exemple en Haïti après le tremblement de terre de 2010, la situation est certes singulière, mais elle n'est pas tout à fait comparable avec la médecine d'urgence qu'il a l'habitude de pratiquer:

"Ce qui est très similaire, c'est l'état des soignants. Comme les gens qui viennent sur le terrain de l'humanitaire pour la première fois, les soignants de nos hôpitaux sont extrêmement déstabilisés. Ce n'est pas la guerre, on ne manque pas cruellement de matériel, mais le personnel travaille dans des conditions inédites (...) Ils ont besoin d'être rassurés et ça, c'est une de mes missions, peut-être la plus importante.

>> Réécouter l'interview intégrale d'Oliver Hagon dans Forum:

Olivier Hagon, médecin aux HUG et spécialiste de l’aide humanitaire en cas de catastrophe. [RTS]RTS
Le personnel soignant face au risque d'épuisement: interview d’Olivier Hagon / Forum / 6 min. / le 4 avril 2020

18h30

Quid des crèches ?

Pour aider les entreprises, le Conseil fédéral a annoncé vendredi doubler le cautionnement public des prêts aux entreprises, passant de 20 à 40 milliards, mais aucune aide particulière n’a été accordée aux crèches et garderies.

Devant la presse, le ministre de l’Intérieur Alain Berset s'est contenté de dire que cette question était de la compétence des communes et des cantons.

Pour Martine Docourt, coprésidente des femmes socialistes, cette réponse n’est pas adéquate notamment car les décisions concernant l’ouverture ou la fermeture des structures d’accueil pour les enfants ont différé d’un canton à l’autre.

D’après la socialiste neuchâteloise, une telle décision rend compliquée la pérennisation des crèches et le futur s'annonce difficile pour ce secteur.

>> Réécouter l'interview intégrale de Martine Docourt dans Forum:

Martine Docourt s'exprime sur le projet de réforme des retraite AVS 21 (vidéo) [RTS]RTS
Le Parti socialiste déplore l’absence d’aide particulière aux crèches: interview de Martine Docourt / Forum / 5 min. / le 4 avril 2020

18h15

Week-end ensoleillé, grand test pour la population

Ce week-end servira sans doute de grand test pour la population suisse avant Pâques, mais aussi pour les forces de l’ordre chargées de faire appliquer l’ordonnance fédérale en lien avec le coronavirus.

Sans surprise, ce sont les parcs des centres-villes et tous les points d'eau, lacs ou fleuves, qui sont ciblés, pour savoir si oui ou non, le public respecte les consignes de distanciation.

A Genève, la rade bénéficie d'une attention particulière, dans le Jura, ce sont plutôt les bords du Doubs et l'étang de la Gruère. Enfin, en Valais, canton et communes se sont associés pour dresser un catalogue de tous les sites touristiques habituellement fréquentés, comme les bisses ou les lacs de montagne.

De manière générale, les consignes semblent appliquées un peu partout.

>> Voir également le reportage du 19h30 à ce sujet:

Dans le Jura et à Genève, la police a pu constater que les mesures contre le Covid-19 sont plutôt respectées. [RTS]
Dans le Jura et à Genève, la police a pu constater que les mesures contre le Covid-19 sont plutôt respectées. / 19h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

C'est d'ailleurs ce que confirme à la RTS Jean-Christophe Sauterel, directeur de la prévention et de la communication de la police vaudoise:

"Ce qu'on constate sur le terrain, c'est que les gens ont compris le message et que la plupart l'appliquent. On voit qu'il y a encore beaucoup de personnes qui se promènent au bord du lac, dans les parcs et les espaces verts, mais ils gardent une distance entre eux."

Et de tempérer: "On constate par contre dans certains espaces, comme les places de jeux privilégiés des jeunes et des adolescents, qu'on a encore malheureusement des groupes qui ne respectent pas forcément les consignes."

Jean-Christophe Sauterel, directeur de la prévention et de la communication à la police cantonale vaudoise, a accompagné l'équipe de "26 minutes" tout au long du tournage. [Marie-Dominique Schenk - RTS]Marie-Dominique Schenk - RTS
Les polices cantonales mobilisées pour s’assurer du respect des règles: interview de Jean-Christophe Sauterel / Forum / 8 min. / le 4 avril 2020

17h25

"Il faut une vraie reconnaissance pour le personnel de la vente"

A la suite de l’appel lancé notamment par Yann Marguet, le président de l’Union syndicale suisse Pierre-Yves Maillard a annoncé sur RTSinfo qu'il appuyait une revendication pour que le travail et la prise de risque des caissières dans cette crise soient récompensés.

"Une prime de 2000 francs serait souhaitable", assure Pierre-Yves Maillard, qui cite en exemple d'autres primes offertes dans la grande distribution en Europe, par exemple les 1000 euros décidés en France.

>> Lire aussi: L'USS demande 2000 francs de prime et une convention collective pour les caissières

Pour le socialiste Mathias Reynard, ce montant serait vraiment un "minimum" pour des employés qui méritent un véritable "remerciement" et une "reconnaissance" pour tous les risques qu'ils prennent.

Et le Valaisan d'ajouter: "On voit bien les métiers dont on a besoin au quotidien et pour cela, il y aura un avant et un après crise du coronavirus."

16h45

Les cantons devront annoncer leurs stocks de matériel médical

Le Conseil fédéral veut désormais mieux contrôler les stocks de matériels médicaux, de tests ou de médicaments, dans le cadre de la pandémie. Les cantons seront obligés d'annoncer leurs réserves.

Le Conseil fédéral se réserve par ailleurs le droit de les confisquer là où ils sont en nombre suffisant, pour une meilleure répartition sur tout le territoire.

"Ce qui domine dans cette affaire, c'est la santé publique", a souligné le conseiller fédéral en charge de la Santé vendredi. Ces instruments de gestion devront être utilisés avec proportionnalité et seront limités dans le temps, a précisé Alain Berset.

>> Lire aussi: Les matériels médicaux pourront être mieux répartis entre les cantons

16h15

Raconter son confinement en vidéos

Depuis que le coronavirus a poussé des gouvernements à mettre en place des mesures fortes, des milliards de personnes se retrouvent en confinement, obligées de rester chez elles pour éviter autant que possible la propagation du Covid-19.

Cette situation pousse un nombre conséquent de personnes à raconter leur confinement en vidéos. Une tendance qu'on peut retrouver sur Youtube mais aussi sur les différents réseaux sociaux que sont Instagram, Facebook, Twitter ou encore Tik Tok.

Une pratique qui a même un nom, le "coronavlog" ou encore le "quarantaine vlog".

Pour Sami Coll, sociologue à l'Université de Genève, ce phénomène est "du pain béni" pour sa profession.

Invité dans La Matinale de samedi, il décrypte cette nouvelle sorte de journal intime numérique.

Raconter sa vie de confiné à lʹheure du coronavirus est devenu un passe-temps pour de nombreux ados qui partagent leur quotidien sur des plateformes numériques. [Xiao Yijiu / Xinhua  - AFP]Xiao Yijiu / Xinhua - AFP
Lʹinvité: Sami Coll / Six heures - Neuf heures, le samedi / 7 min. / le 4 avril 2020

15h45

La solidarité de quartier

Faire les courses pour ses voisins, gérer la garde des enfants ou encore sortir un chien: les initiatives d’entraide fleurissent entre voisins dans les immeubles pour faire face au coronavirus. Et si la crise sanitaire actuelle nous aidait à resserrer nos liens de voisinage?

>> Ecouter l’interview de Maxime Felder, collaborateur scientifique au laboratoire de sociologie urbaine de l’EPFL :

Des initiatives d'entraide se développent pour faire face au coronavirus. [Thierry Zoccolan - AFP]Thierry Zoccolan - AFP
L'époque du coronavirus: une chance pour la solidarité de quartier? / Six heures - Neuf heures, le samedi / 22 min. / le 4 avril 2020

15h15

Un actif sur quatre au chômage partiel

Près d'un quart des actifs en Suisse, soit 1,3 million de personnes, est au chômage partiel, a déclaré samedi la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco) Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Au Tessin où près de 8000 demandes de chômage partiel sont déposées par semaine, ce taux atteint même 40%, a-t-elle précisé.

Malgré les mesures confirmées mercredi par le Conseil fédéral, dont 40 milliards de francs, la cheffe du Seco a répété que l'économie suisse ne sortira pas sans dommage de cette crise. Pour les autorités, l'important est pour l'heure de permettre d'assurer les salaires des employés et d'éviter les faillites des entreprises.

>> Voir l'intervention complète de Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch:

Les précisions de Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch [RTS]
Les précisions de Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch / RTS Info / 5 min. / le 4 avril 2020

15h00

La protection civile à pied d'oeuvre en Romandie

Environ 5000 membres de la protection civile sont actuellement mobilisés dans la lutte contre le coronavirus. Parmi eux, 2900 sont déployés en Suisse romande.

Le canton de Vaud, l'un des plus touchés par l'épidémie, s'est vu attribuer 1200 membres de la protection civile, a précisé Christoph Flury, vice-directeur de l’Office fédéral de la protection de la population. Et 200 autres ont été envoyés à Genève durant le week-end. Ils soutiennent notamment les forces de l'ordre pour veiller à ce que la population respecte bien les mesures fédérales.

Christoph Flury a toutefois précisé que ces chiffres pouvaient fortement varier, même d'une semaine à l'autre. Les soldats de la protection civile sont mobilisés pour une durée déterminée et non de manière permanente, afin qu'ils puissent concilier leur engagement avec des impératifs professionnels ou familiaux.

Leur mission principale reste le soutien au système de santé, à savoir les hôpitaux, mais aussi de plus en plus les hospices et EMS. Ils y soulagent le personnel médical dans les travaux routiniers et de désinfections, ainsi qu'à l'entrée des établissements.

14h45

Bilan de l'armée

Le brigadier Raynald Droz a dressé un bilan provisoire au jour 20 de l'engagement de l'armée. Le chef d'état-major du commandement des Opérations rappelle que pour le moment, 4900 militaires, dont 4000 sanitaires, sont mobilisés. Mille soldats infirmiers pourraient encore être appelés en cas de besoin.

Sur ces 4000 soldats sanitaires, 1300 sont engagés dans des hôpitaux pour un total de 324 demandes d'aide acceptées par l'armée, dont 93 ont déjà été terminées.

Le brigadier a également abordé la situation sanitaire au niveau de l'armée qui s'est "un peu améliorée". Au total, 759 soldats sont en quarantaine. Trente-trois sont isolés et près de 164 militaires ont été testés positifs au Covid-19. "C'est trop, mais les chiffres en diminution sont rassurants", a précisé Raynald Droz.

Plusieurs décisions ont été prises par l'armée, parmi lesquelles la mobilisation dès lundi de cuisiniers de troupe qui ont déjà effectué un service long.

Raynald Droz a également abordé la question des congés. A partir du 1er avril, des congés individuels peuvent être exceptionnellement accordés. Et dès le 15 avril, les congés généraux de deux jours devraient être octroyés par petits détachements toutes les deux semaines.

>> Voir l'intervention en conférence de presse du brigadier Raynald Droz:

Les détails de Raynald Droz [RTS]
Les détails de Raynald Droz / RTS Info / 6 min. / le 4 avril 2020

14h30

"Il faut rester à la maison malgré le week-end"

"Quand on regarde ces chiffres, j’aimerais encore une fois rappeler nos deux objectifs: aplanir la courbe épidémique, grâce à la distanciation sociale, et protéger les groupes vulnérables et à risque. Ce sont les personnes qui vont peser sur le système de santé et les hôpitaux", rappelle Daniel Koch.

"Ces deux objectifs continuent. Dans ce sens, il est important vu le week-end qui arrive de rester à la maison. Si vous sortez, allez y pour de brèves promenades. Evitez les endroits où toutes les personnes veulent aller. Ce n’est pas bon pour les patients à risque, ni pour les autres personnes", détaille-t-il encore.

14h15

"Nous ne pouvons pas encore changer quoi que ce soit dans les mesures

"Nous avons encore des chiffres qui montent, pas de façon exponentielle, mais quand même environ 1000 personnes qui sont testées positives chaque jour", rappelle Daniel Koch, chef de la division maladies transmissibles à l'OFSP.

Il annonce également une augmentation du nombre de patients et patientes qui ont besoin de respirateurs artificiels, avec un total de 435. "Ces chiffres continuent à augmenter, c’est constant, ce qui nous fait dire que nous n’avons pas atteint le pic et nous ne pouvons pas penser à changer quoi que ce soit dans nos mesures", précise-t-il.

Au sujet du nombre de personnel soignant contaminé, Daniel Koch explique n'avoir pas les chiffres précis, mais il peut indiquer que 2,6% du personnel de soin est hospitalisé.

>> Revoir ses déclarations:

020420_CPOFSP_KOCH [RTS]
Les déclarations de Daniel Koch / RTS Info / 5 min. / le 4 avril 2020

13h45

Les fermes façon drive-in

En Suisse, l'interdiction des marchés alimentaires en plein air touche directement les agriculteurs. Pour compenser, les maraîchers doivent trouver d'autres solutions pour vendre leurs produits, dont la vente directe à la ferme qui cartonne. Exemple dans le canton du Jura, où les ventes cartonnent sous forme de drive-in.

>> Voir le reportage du 12h45:

Dans le Jura, les ventes à la ferme cartonnent sous forme de Drive-in. [RTS]
Dans le Jura, les ventes à la ferme cartonnent sous forme de Drive-in. / 12h45 / 1 min. / le 4 avril 2020

13h30

Ruée inutile sur les Garden Centers

Vous aviez peut-être prévu d'aller acheter vos plantons ce week-end. Mais les Garden Centers ne sont pas vraiment ouverts. Le Conseil fédéral a douché les derniers espoirs des jardiniers et tapé sur les doigts des cantons qui voulaient autoriser la ventes de semences. Seuls les retraits des commandes passées en ligne ou par téléphone est possible via un système de drive-in. Samedi matin, les clients étaient les premiers surpris.

>> Ecouter le reportage du 12h30 dans un Garden Center situé sur les hauts de Lausanne :

Quels sont les avantages et les désavantages des graines F1, graines bio et graines maison. [belchonock  - depositphotos]belchonock - depositphotos
Les Garden Center restent fermés et seules les commandes par téléphone ou en ligne sont autorisées / Le 12h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

Fin-mars, un député vert neuchâtelois avait lancé une récolte de signatures pour demander à la Confédération de revenir sur l’interdiction de vente de plantons et autres fleurs en magasin. Samedi, plus de 28'000 personnes l’avaient signée.

Pour les autorités, cette décision vise avant tout à réduire la mobilité et se justifie par le fait que ces biens ne sont pas absolument nécessaires pour couvrir les besoins de la vie quotidienne, expliquait l’Office fédéral de l’agriculture.

13h00

Coronavirus et trafic de drogue

La crise du coronavirus n'épargne pas le trafic de drogue. Près de la moitié de l'humanité est confinée, ce qui vaut aussi pour les narcotrafiquants. Résultat: le marché de la drogue traverse une situation inédite et dans ce secteur aussi on prononce le mot "pénurie". Addiction Suisse étudie le phénomène, comme l'explique à la RTS son directeur adjoint Frank Zobel.

>> Ecouter son interview dans le 12h30:

Frank Zobel, directeur adjoint d'Addiction Suisse. [RTS]RTS
La crise du coronavirus n'épargne pas le trafic de drogue: interview de Frank Zobel / Le 12h30 / 1 min. / le 4 avril 2020

12h50

Les Neuchâtelois "champions" du confinement

Ce sont les Neuchâtelois qui ont passé le plus de temps à la maison, depuis le 16 mars, date à laquelle le "Restez-chez-vous" est devenu la règle. Google a analysé les déplacements des citoyens de 131 pays dont la Suisse et publié ses premiers résultats et graphiques vendredi.

>> Lire: Pour lutter contre l'épidémie, Google publie des données de géolocalisation

>> Ecouter le sujet du 12h30:

A Neuchâtel, une plateforme met en relation étudiants et parents sans solution de garde pour leurs enfants (image d'illustration) [Gaetan Bally - Keystone]Gaetan Bally - Keystone
Les neuchâtelois sont les champions du confinement en Suisse, selon les analyses de Google / Le 12h30 / 2 min. / le 4 avril 2020

12h40

Enseignement à distance: le flou pour la moitié des enseignants

Environ la moitié des enseignants vaudois estiment que les directives du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) sur l'enseignement à distance sont floues, selon un sondage de la Société pédagogique vaudoise (SPV). L'enquête a été réalisée du 29 mars au 2 avril et plus de 1200 enseignants y ont répondu.

Elle montre que près de 60% des enseignants interrogés vivent "assez bien" l'enseignement à distance, alors que plus de 30% ne vivent "pas très bien" cette situation liée à la crise du coronavirus, indique la SPV dans un communiqué. Environ 10% disent ne pas avoir connaissance de la directive cantonale sur l'enseignement à distance.

S'agissant de la transmission du travail aux élèves, le courriel est à ce jour l'outil le plus utilisé (31%), 20% des enseignants utilisent la plateforme TeamUp et 9% le courrier postal. Plusieurs solutions sont également employées à hauteur de 40% (Klassroom, WhatsApp, blog ou autre plateforme), montre le sondage.

12h25

La Suisse dépasse la barre des 20'000 cas positifs

La Suisse comptait samedi 56 morts de plus du Covid-19 que la veille, soit 540 décès. Elle présente désormais l’une des incidences les plus élevées (236/100'000) en Europe, le cap des 20'000 tests positifs étant par ailleurs dépassé.

Parmi les 540 personnes décédées, 64% étaient des hommes et 36% des femmes, écrit l'Office fédérale de la santé publique (OFSP) sur son site internet. L’âge des personnes décédées allait de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 83 ans.

Sur les 525 personnes décédées pour lesquelles les données sont complètes, 97% souffraient d’au moins une maladie préexistante. Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées étaient l'hypertension artérielle (chez 67% des personnes décédées), les maladies cardiovasculaires (55%) et le diabète (29%).

Plus de 20'000 tests positifs

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire survenu le 24 février, le nombre de cas n’a cessé d’augmenter. A ce jour, environ 153'440 tests ont été effectués pour COVID-19, dont 15% étaient positifs. Près de 7000 nouveaux tests ont été réalisés ces dernières 24 heures, dont 975 positifs, à 20'278.

L’âge des cas confirmés en laboratoire allait de 0 à 102 ans, avec un âge médian de 53 ans (50% des cas étaient plus jeunes et 50% plus âgés que cet âge), note encore l'OFSP dans son bulletin quotidien. 47% des cas étaient des hommes, 53% des femmes. Les adultes étaient nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes étaient plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 60 ans, les femmes que les hommes.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons du Tessin (685,7), de Genève (588), de Vaud (513,7) et de Bâle-Ville (451,8) étaient les plus touchés.

11h45

Licenciements à la Région Nord vaudois

La presse locale vaudoise souffre de la crise du coronavirus. C'est le cas de La Région Nord vaudois, basé à Yverdon-les-Bains, qui doit se séparer de quatre collaborateurs ou collaboratrices, dont un journaliste, à la suite de la chute des revenus publicitaires.

Le journal du Nord vaudois avait déjà nettement baissé sa pagination et sacrifié depuis une semaine les éditions du mardi et du jeudi (tout-ménage). Il doit cette fois réduire son équipe constituée d'une vingtaine de personnes.

"On ne pouvait pas faire autrement", explique Philippe Dubath, président du conseil d'administration. "Il faut des mesures pour viser la survie du titre, et il faut les prendre vite. On est au début seulement d'une longue période de difficultés. Là, sans soucis supplémentaires, nous sommes capables de tenir jusqu’à fin août". Il se dit "optimiste" pour la suite. "On va se battre". Il n'est pas impossible que des personnes soient réengagées.

11h30

Les urgences ne sont pas saturées

Les médecins craignent que l'épidémie de Covid-19 fasse de l'ombre aux autres maladies. Celles-ci n'ont pas disparu par miracle et pourtant les consultations sont nettement moins nombreuses. Or ne pas voir un médecin en cas d'alerte cardiaque par exemple peut conduire à des effets bien plus graves à terme.

Vendredi c'était l'association d'aide aux personnes cérébro-lésées Fragile qui se montrait préoccupée de la chute de 21,4% depuis la mi-mars du nombre de visites dans les sept principaux centres de traitement cérébro-vasculaires suisses. Samedi c'est au tour de la Société suisse de médecine d'urgence et de sauvetage de tirer la sonnette d'alarme.

Même si les statistiques ne sont pas encore disponibles, les médecins constatent une diminution des prises en charge de patients souffrant de divers symptômes autres que ceux du Covid-19. Or un traitement différé peut avoir des conséquences fatales, soulignent les professionnels. Et les urgentistes d'assurer que les centres de médecine d'urgence ne sont pas saturés.

11h10

Dix décès au Tessin, mais chiffres en baisse

Le canton du Tessin annonce dix décès supplémentaires dus au Covid-19 ces dernières 24 heures, portant à 165 le nombre de victimes du virus. Ce chiffre est inférieur à celui des jours précédents, mais il est encore trop tôt pour parler d'inversion de tendance. Vendredi, les autorités cantonales ont d'ailleurs prolongé les mesures de lutte contre la pandémie de 15 jours.

Soixante-cinq personnes ont été testées positives dans le même intervalle, là aussi nettement moins que les jours précédents. Elles sont ainsi 2442 atteintes dans le canton, ont indiqué les services de l'Etat samedi. Et depuis le début de l'épidémie, 314 malades ont pu quitter l'hôpital, précisent-ils.

10h30

Les HUG mettent en garde la population

Des responsables des HUG mettent en garde la population: "S'ils sortent, on aura une flambée de cas". Les HUG accueillent 425 patients Covid-19, dont vingt venus de France. Les soins intensifs, qui sont passés de 30 à 90 lits disponibles, prennent en charge 65 personnes.

En première ligne pour prendre en charge les malades du Covid-19, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ont subi une révolution. Un retour à la normale n'est pas attendu avant l'automne.

"Un patient infecté à la fin de l'épidémie, disons fin mai, début juin, nous occupera encore plusieurs semaines", indique Arnaud Perrier, directeur médical des HUG dans une interview parue samedi dans la Tribune de Genève.

Depuis mars, les HUG sont passés en gestion de crise. Les activités opératoires non urgentes et les consultations non nécessaires ont été arrêtées pour dégager des lits. Les effectifs ont aussi été entièrement réorganisés, rappelle le directeur général Bertrand Levrat, qui a notamment pu compter sur l'apport de l'armée et de collaborateurs en pré-retraite.

A ce jour, sur 13'000 collaborateurs plus de 300 ont été testés positifs, selon le directeur général. Certains sont déjà guéris et revenus, a-t-il ajouté.

10h15

Tous les jours de service ne seront pas crédités

Les militaires déployés en raison de la pandémie de Covid-19 ne sont pas crédités de tous leurs jours de service. Sans cette mesure, l'armée risque de ne plus pouvoir apporter son soutien lors d'une prochaine vague de pandémie ou en cas d'incident.

Les militaires actuellement en service n'auront en revanche plus à rempiler cette année, a déclaré la ministre de la Défense Viola Amherd dans une interview samedi au Blick. La conseillère fédérale haut-valaisanne de 57 ans s'appuie sur une décision du collège gouvernemental.

Les militaires déployés dans le cadre de la mobilisation seront crédités au maximum du montant qu'ils auraient dû faire cette année, a précisé Stefan Hofer, porte-parole de l'armée. Les jours en plus ne seront pas crédités. Cette décision est conforme au droit militaire.

Environ 5000 militaires sont actuellement mobilisés dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Ils soutiennent les cantons qui le souhaitent, notamment les hôpitaux, la police et les gardes-frontière. La décision du Conseil fédéral prévoit un maximum de 8000 soldats.

9h50

Une douzaine de malades du Covid-19 rapatriés par la Rega

Les équipes de la Rega ne chôment pas en cette période de pandémie de coronavirus. Les avions de la Garde aérienne suisse de sauvetage ont rapatrié une cinquantaine de patients en mars, dont plus d'une douzaine de malades du Covid-19 ou de cas suspects.

Ces transports nécessitent de prendre des précautions, indique la Rega dans un communiqué publié vendredi. Ces personnes sont la plupart du temps transportées dans des "unités d'isolement des patients" (PIU), qui évite de contaminer les équipes de la Rega.

>> Ecouter le sujet complet de La Matinale:

Un avion ambulance de la Rega à l'Aéroport de Kloten. [Walter Bieri - Keystone]Walter Bieri - Keystone
Une douzaine de malades ou de cas suspects rapatriés par la Rega / Le Journal horaire / 1 min. / le 4 avril 2020

9h30

Le garage des ambulances du CHUV transformé en hôpital

Les ambulances du CHUV ont fait place à des lits pour les malades du Covid-19. [Laurent Gilliéron - Keystone]Les ambulances du CHUV ont fait place à des lits pour les malades du Covid-19. [Laurent Gilliéron - Keystone]

Porte d'entrée du dispositif hospitalier, le service des urgences du CHUV à Lausanne a dû être adapté. Objectif: être en mesure d'absorber une éventuelle vague de patients touchés par le Covid-19.

c'est le garage des ambulances qui a été complètement métamorphosé. Vidé de ses véhicules, il accueille désormais une infrastructure complétée à l'extérieur par une grande tente, et dans laquelle a été aménagé un nouvel espace de prise en charge de dix-huit places.

"C'est une infrastructure digne d'un hôpital suisse, elle aussi équipée en chauffage, en informatique et en oxygène", précise le professeur Pierre-Nicolas Carron, chef du service.

Ces nouveaux espaces ne sont pas destinés à accueillir des malades ou des blessés sur une longue durée, ils doivent permettre de libérer d'autres secteurs des urgences.

"Ce sont des endroits où les patients vont rester quelques heures, le temps de prendre une décision sur la prise en charge et le traitement. Même si nous avons reproduit les conditions d'une chambre classique, l'objectif n'est pas de garder des gens dans le couloir pendant la nuit par exemple", explique Pierre-Nicolas Carron.

9h00

Ligne à haute tension impactée en Valais

Le coronavirus a des répercussions sur la ligne à très haute tension entre Chamoson et Chippis en Valais: les ouvriers italiens chargés du montage des pylônes sont confinés dans leur pays.

"Les travaux de montage des pylônes ont été mis entre parenthèses", confirme Marie-Claude Debons, porte-parole de Swissgrid. Cela s'explique par l'absence des employés des entreprises italiennes, confinés chez eux, mais aussi par la nature des travaux qui ne pourraient pas toujours être réalisés dans le respect des normes définies par l'Office fédéral de la santé.

Les travaux de construction des fondations des pylônes en revanche se poursuivent comme prévu et "nous travaillons sur l'ensemble des cinq tronçons de la ligne". Les entreprises de génie civil sont tenues de respecter les mesures sanitaires édictées.

La mise en service de cette ligne aérienne de 30 km à flanc de coteau sur la rive gauche du Rhône est reportée d'une année, soit à l'été 2022. Une décision toutefois antérieure au coronavirus

8h00

Des sportifs professionnels pour sensibiliser les jeunes Vaudois

Le canton de Vaud tente un nouveau pari pour s'adresser aux jeunes afin de lutter contre les rassemblements de plus de cinq personnes. Il a demandé à des joueurs du Lausanne Hockey Club (LHC) et du Football Club Lausanne-Sport (LS) de les sensibiliser dès ce week-end aux règles essentielles à respecter contre le coronavirus.

>> Ecouter le sujet de La Matinale pour plus de précisions:

L'opération de prévention sera menée notamment sur les bords du Léman. [Jean-Christophe Bott - Keystone]Jean-Christophe Bott - Keystone
Les jeunes Vaudois en vadrouille ciblés par un dispositif de prévention / Le Journal horaire / 56 sec. / le 4 avril 2020

07h25

Les Tessinois anxieux de l'afflux de touristes pour les beaux jours

L'impératif demeure de rester chez soi le plus possible, malgré le temps printanier de ces prochains jours. C'est le beau temps, précisément, qui préoccupe tout particulièrement les Tessinois à l'aube du week-end et à l'approche des fêtes de Pâques. Ces derniers craignent un afflux de touristes ou de propriétaires de résidences secondaires.

>> Le reportage du 19h30:

Le Tessin redoute l'arrivée des touristes et une nouvelle propagation du coronavirus [RTS]
Le Tessin redoute l'arrivée des touristes et une nouvelle propagation du coronavirus / 19h30 / 1 min. / le 3 avril 2020

Le Tessin a été le premier canton touché de plein fouet par le nouveau coronavirus et c'est toujours celui où l'on meurt le plus. Il a réussi à éviter un désastre à l'Italienne, mais au prix d'un effort colossal que l'on ressent clairement sur place.

>> Les explications de Sébastien Faure dans le 19h30:

Sébastien Faure "Le Tessin, le canton où il y a eu le premier cas et où on meurt le plus." [RTS]
Sébastien Faure "Le Tessin, le canton où il y a eu le premier cas et où on meurt le plus." / 19h30 / 2 min. / le 3 avril 2020

07h05

Alain Berset persiste: "les masques ne protègent pas les personnes saines"

Interviewé dans le 19h30 de la RTS vendredi soir, le conseiller fédéral en charge du Département de l'intérieur Alain Berset est revenu sur la demande d'une partie de l'opinion publique de disposer de plus de masques de protection. "On sait qu'on a besoin de plus de matériel. Les cantons en ont beaucoup acheté, ils avaient des réserves, mais ça part assez vite. La Confédération achète maintenant tous ceux qu'elle peut", a répondu Alain Berset.

Tout en maintenant la position du Conseil fédéral, qui consiste à dire que les masques sont peu utiles pour les personnes qui ne sont pas atteintes par le Covid-19, il a néanmoins entr'ouvert la porte à une éventuelle modification des recommandations à plus long terme, par exemple si le confinement général devait être levé au profit d'un confinement sélectif.

>> Ecouter l'interview d'Alain Berset dans le 19h30:

Alain Berset "On a besoin de beaucoup de matériel, en particulier de masques." [RTS]
Alain Berset "On a besoin de beaucoup de matériel, en particulier de masques." / 19h30 / 3 min. / le 3 avril 2020

07h00

"(Not) On the Road Again”: les recommandations en musique d’André Simonazzi

Le porte-parole du Conseil fédéral a choisi l’humour pour marteler le message "Restez chez vous!" adressé aux Suisses pour les beaux jours qui s’annoncent. André Simonazzi a égrené dans un tweet des titres de chansons "légèrement modifiés", à l’appui du mot d’ordre pour ces prochains jours:

Rolling Stones: “You Can’t Always Go Where You Want”

Beatles: “Not Together”

Etc.

>> Le tweet d'André Simonazzi:

06h55

La librairie Payot rouvre ses ventes en ligne

L’enseigne de librairies Payot a annoncé la réouverture de ses ventes en ligne à partir de lundi 6 avril. La chaîne avait décidé le 19 mars de fermer provisoirement son site de vente par correspondance en raison de la très forte augmentation des commandes après la fermeture des magasins physiques, le 16 mars au soir.

La forte croissance du nombre de commandes avait en effet créé des difficultés à respecter les directives sanitaires pour les équipes chargée du traitement des commande. Depuis, le circuit de traitement des commandes a été simplifié et la librairie de Lausanne sécurisée, de façon à respecter les distances sanitaires.

06h50

Le Tessin prolonge ses mesures anti-Covid-19 de deux semaines

Le gouvernement tessinois a prolongé vendredi de deux semaines les mesures de lutte contre le coronavirus. Particulièrement touché par la pandémie, le Tessin maintient la fermeture des industries jusqu'au 13 avril, au lieu du 29 mars comme prévu initialement.

L'"interdiction de sortir" pour les plus de 65 ans a également été prolongée de deux semaines. Il s'agit avant tout de faire en sorte que ces personnes n'aillent pas faire leurs courses. Aucune amende n'a toutefois été infligée jusqu'ici, a indiqué vendredi soir le président du gouvernement tessinois Christian Vitta lors d'une conférence de presse. Il faut dire que ces mesures avaient été jugées non conformes au droit fédéral par Berne. Le ministre suisse de la santé Alain Berset a d'ailleurs déclaré plus tôt dans l'après-midi qu'il ne comprenait pas cette mesure comme une interdiction, mais comme une "recommandation très pressante" aux aînés.

Le canton se trouve dans une phase délicate, a souligné Christian Vitta. "L'objectif suprême doit être de protéger notre santé et notre système de santé". Même si les mesures prises seront à un moment donné assouplies peu à peu, la population doit s'attendre à une "normalité limitée" durant les premiers mois après la crise, a-t-il averti.

06h45

Des prisonniers de Champ-Dollon protestent contre les mesures anti-Covid-19

Une quarantaine de détenus de la prison genevoise de Champ-Dollon ont refusé de réintégrer leurs cellules après la promenade de fin d'après-midi, se plaignant de leurs conditions de détention à cause des mesures liées au Covid-19, a appris la RTS vendredi.

D'après le porte-parole de l'Office cantonal de la détention Laurent Forestier, les revendications des détenus semblaient porter sur une demande de libération anticipée (faisant écho aux approches adoptées dans certains pays) ainsi que sur la possibilité de pouvoir pratiquer des sports de balle (qui ont été suspendus vu l'impossibilité de respecter les distances sanitaires prescrites, même si l'accès au sport demeure garanti).

La police, les pompiers et un appui médical ont été mobilisés mais leur intervention n'a finalement pas été nécessaire.

>> Lire: Des prisonniers de Champ-Dollon protestent contre les mesures anti-Covid-19

6h40

Les faits marquants de vendredi

Selon les chiffres communiqués par les cantons vendredi en début de soirée, 595 personnes ont désormais trouvé la mort à cause du coronavirus en Suisse, sur un total de 19'702 cas recensés.

Le Conseil fédéral a indiqué en conférence de presse qu'il avait demandé au Parlement - au vu du nombre de demandes pour l'octroi de crédits de transition Covid-19 - de relever à 40 milliards de francs au total le crédit d'engagement existant, soit 20 milliards de plus.

Il a également fait savoir qu'il allait prendre des mesures pour garantir l'approvisionnement en appareils respiratoires, tests de diagnostic, matériel de protection et autres biens médicaux importants servant à la lutte contre le coronavirus.

Pour rappel, le Conseil fédéral n'a pas imposé de confinement général en Suisse, contrairement à plusieurs pays voisins, mais il rappelle sans cesse qu'il faut rester à la maison – en particulier si on est malade ou âgé de 65 ans ou plus. Il appelle à ne sortir que si on doit aller travailler (télétravail pas possible), aller chez le médecin ou à la pharmacie, faire les courses ou aider un proche. Les rassemblements de plus de cinq personnes sont interdits.

>> Retour sur le suivi de vendredi: Le Conseil fédéral veut 20 milliards de plus pour les entreprises

6h30

Le dossier Covid-19

Retrouvez dans notre dossier toutes les informations, toutes les analyses et toutes les émissions consacrées au coronavirus.

Le dossier consacré à l'épidémie de coronavirus