Modifié le 24 février 2017 à 10:13

Pluie d'oppositions au prolongement du tram 15 entre Genève et la France

Le tram 15 à l'arrêt Plainpalais.
Le tram 15 à l'arrêt Plainpalais. [Didier Kessi - RTS]
Alors que la Confédération avait donné son feu vert en décembre au prolongement de 4,5 km de la ligne de tram 15 jusqu'à Saint-Julien, en France voisine, 230 oppositions sont parvenues à l'Office fédéral des transports.

Le mois de consultation publique en vue de ce chantier expirait jeudi et les 230 oppositions d'associations, de privés, de communes constituent "un nombre important", selon un connaisseur en procédures ferroviaires cité par la Tribune de Genève vendredi. L'expert rappelle en outre qu'à ce stade du processus, la ligne Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA) en avait récolté plus d'un millier.

>> Lire: Feu vert au prolongement de la ligne de tram 15 entre Genève et la France

Phase de conciliation au printemps

Une période de conciliation s'ouvrira au printemps avec l'objectif de lever toutes ces oppositions. Sans quoi, ce sera au Tribunal fédéral de trancher les litiges. Mais déjà, l'annonce initiale d'une mise en route de la première étape du chantier en 2019 suscite le doute, indique le quotidien genevois.

Tout au long du tracé entre le terminus actuel des Palettes et Saint-Julien (F), les opposants réclament d'être entendus sur leurs propositions, associés aux négociations ou encore de pouvoir donner leur avis sur les aménagements.

gax

Publié le 24 février 2017 à 10:04 - Modifié le 24 février 2017 à 10:13

Projet à plus de 200 millions de francs

Les coûts du projet de prolongement du tram 15 sont estimés à plus de 210 millions de francs. La Confédération prendra à sa charge 40% de cette somme, mais au maximum 84 millions. Le reste sera financé par le canton de Genève.

Le prolongement du réseau s'inscrit dans le projet d'agglomération "Grand Genève". A terme, la gare de Cornavin devrait être reliée à celle de Saint-Julien-en-Genevois.