Modifié le 08 août 2014

L'OMS déclare Ebola "urgence de santé publique de portée mondiale"

Le virus Ebola inquiète l'OMS
Le virus Ebola inquiète l'OMS 19h30 / 1 min. / le 08 août 2014
Le comité d'urgence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), réuni à Genève, est "unanime" quant à la portée mondiale de l'urgence concernant le virus Ebola, a-t-il fait savoir vendredi.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé vendredi qu'il fallait considérer l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola qui frappe l'Afrique de l'Ouest comme "une urgence de santé publique de portée mondiale".

L'épidémie qui a fait près de 1000 morts depuis le début de l'année est "la plus importante et la plus sévère" en quatre décennies, souligne la directrice générale de l'OMS, le Dr Margaret Chang.

 Elle estime que les pays d'Afrique de l'Ouest touchés par l'épidémie: Libera, Sierra Leone, Guinée et Nigeria, "ne peuvent y faire face par eux-mêmes" et  appelle "la communauté internationale à leur fournir le soutien nécessaire".

Pas de restrictions sur les voyages

Le comité d'urgence de l'OMS exclut des restrictions sur les voyages internationaux ou sur le commerce international. Mais, dit-il, "les Etats doivent se préparer à détecter et traiter des cas de malades Ebola" et "à faciliter l'évacuation de leurs ressortissants qui ont été exposés à Ebola".

afp/pym   

Publié le 08 août 2014 - Modifié le 08 août 2014

Risque de propagation en Europe jugé très faible

Le commissaire européen chargé de la Santé, Tonio Borg, estime "extrêmement faible" le risque que l'épidémie se propage en Europe.

"Je veux rassurer les citoyens, les risques de voir Ebola toucher les territoires européens est extrêmement faible. A la fois car peu de personnes se rendant en Europe sont susceptibles d'être infectées et en raison de la façon dont se transmet le virus, uniquement par contact direct avec les fluides corporels d'un malade".

"Urgence nationale" au Nigeria

Le président nigérian Goodluck Jonathan a déclaré vendredi que la lutte contre le virus Ebola, qui a fait deux morts au Nigeria, était "une urgence nationale", selon un communiqué de la présidence.

Goodluck Jonathan a également approuvé un plan d'intervention spéciale et le déblocage immédiat de 1,9 milliard de nairas (10,5 millions de francs) pour combattre la maladie au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique.

De plus, le président nigérian a demandé à la population d'éviter tout rassemblement de masse pour éviter la propagation du virus.