Modifié

La Suisse est parée en cas d'une éventuelle arrivée du virus Ebola

Virus Ebola: Les Etats-Unis ont rappatrié un travailleur humanitaire américain atteint [RTS]
Comment la Suisse se prépare à l'éventualité d'un cas d'Ebola / 19h30 / 2 min. / le 2 août 2014
L'inquiétude autour de l'épidémie de fièvre Ebola qui frappe le continent africain s'étend jusqu'en Europe. En Suisse, des mesures sont en place pour faire face à un éventuel cas de contamination.

La crainte du virus Ebola dépasse l'Afrique de l'Ouest, où sévit une épidémie sans précédent. Les Etats-Unis ont rapatrié samedi du Liberia un travailleur humanitaire américain contaminé et l'inquiétude d'une éventuelle arrivée de patients atteints de cette fièvre hémorragique se fait sentir jusqu'en Europe.

En Suisse, des mesures sont en place. A l'aéroport de Genève par exemple, même s'il n'a pas de connexion directe avec l'Afrique de l'Ouest, un plan d'urgence pandémique est prévu. Il a été testé récemment sur un cas finalement pas avéré.

Mise en quarantaine

"Un pilote nous a annoncé avoir à bord un passager qui présentait des signes de fièvre et de vomissements qui auraient pu être assimilés à Ebola", a expliqué Bertrand Stämpfli, porte-parole de Genève-Aéroport samedi à la RTS. La personne a été isolée à une position et placée en quarantaine. Ce sont alors les autorités sanitaires qui sont montées à bord pour procéder à une levée de doute.

"Le risque n'est pas nul"

Aux Hôpitaux universitaires genevois (HUG) également, un patient atteint du virus pourrait être accueilli. Aux soins intensifs, deux pièces isolées sont réservées depuis quelques semaines à un éventuel malade.

"Le risque n'est pas nul. Tout le monde comprend que les maladies peuvent voyager. Cependant, il est vraiment infime, voire négligeable", a expliqué à la RTS Laurent Kaiser, chef de service des maladies infectieuses aux HUG.

Toutefois, aucun traitement n'existe encore pour vaincre le virus Ebola.

Lire aussi: Ebola avance plus vite que les efforts pour l'enrayer, déplore l'OMS

Delphine Gianora/jvia

Publié Modifié

Protéger les soignants

Dans toutes les mesures mises en place, la priorité est de protéger le personnel soignant car le virus Ebola est hautement transmissible par le contact avec les liquides biologiques du malade.

L'infirmer ou l'infirmière doit alors revêtir une tenue étanche et couvrante (lunettes, masque, cagoule, blouse) afin de se protéger de toute éclaboussure.