Bannière Ukraine 19 octobre 2022. [Reuters/Keystone - RTS]
Publié Modifié

Moscou poursuit ses attaques et affirme avoir détruit des dépôts de carburant

- Le ministère russe de la Défense a indiqué que ses forces armées ont continué de mener des attaques contre les infrastructures énergétiques et militaires ukrainiennes au cours des dernières 24 heures. L'armée russe dit avoir détruit un dépôt de carburant aérien ainsi que plusieurs dépôts de munitions et un réservoir de pétrole.

- Samedi, des frappes "massives" sur des infrastructures énergétiques ont provoqué des coupures de courant dans plusieurs régions d'Ukraine. Plus d'un million de foyers ont été privés d'électricité.

- Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s'est entretenu dimanche au téléphone avec le ministre français des Armées Sébastien Lecornu. Il a dit craindre une "bombe sale" de la part de l'Ukraine. Déclarations "absurdes et dangereuses", a rétorqué Kiev.

- La Fédération internationale de ski a décidé de maintenir la suspension des sportifs russes et biélorusses de toutes ses compétitions, comme depuis le début de l'invasion de l'Ukraine.

Suivi assuré par RTSinfo

00h00

Le suivi de la journée de lundi

22h55

L'Iran annonce la livraison de 40 turbines à la Russie

L'Iran a annoncé dimanche la signature d'un contrat avec la Russie portant sur la fourniture de "40 turbines" destinées à aider l'industrie gazière de ce pays frappé par des sanctions occidentales en raison de l'invasion de l'Ukraine, selon un média local.

"Les succès industriels" de l'Iran "ne se limitent pas au domaine des missiles et des drones", a déclaré le directeur exécutif de la compagnie gazière iranienne (Iranian Gas Engineering and Development Company), Reza Noushadi, cité par l'agence de presse du ministère du Pétrole, Shana.

"Actuellement, 85% des installations et des équipements dont a besoin l'industrie du gaz sont fabriqués à l'intérieur du pays et en tenant compte de cette capacité, un contrat a été récemment signé pour exporter en Russie 40 turbines de fabrication iranienne", a indiqué le responsable. Il n'a pas précisé quand le contrat a été signé ni quand est prévue la livraison des turbines.

20h30

Zelensky rejette les accusations russes de "bombe sale"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rejeté les accusations de Moscou selon lesquelles Kiev préparerait des provocations en utilisant une "bombe sale", comme l'a affirmé le ministre russe de la Défense.

"Si la Russie appelle et dit que l'Ukraine serait en train de préparer quelque chose, cela signifie une seule chose: la Russie a déjà préparé tout cela. Je crois que désormais le monde doit réagir aussi durement que possible", a déclaré le chef de l'Etat sur les réseaux sociaux.

"Les affabulations russes à propos de l'Ukraine qui se préparerait à utiliser une bombe sale sont aussi absurdes qu'elles sont dangereuses", avait auparavant réagi le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba sur les réseaux sociaux.

19h40

Moscou prévient d'un risque "d'escalade incontrôlée" du conflit

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a déclaré que la situation en Ukraine se dégradait rapidement et prévenu d'un risque "d'escalade incontrôlée" lors d'un entretien téléphonique avec son homologue français Sébastien Lecornu.

Sergueï Choïgou a dit à Sébastien Lecornu que Moscou redoutait l'usage par l'Ukraine d'une "bombe sale" dans le conflit, sans toutefois apporter des preuves pour étayer ses affirmations. Une bombe dite "sale" utilise des explosifs conventionnels chargés de matériaux radioactifs.

Sébastien Lecornu a rappelé que la France refusait toute forme d'escalade, singulièrement nucléaire, dans le conflit en Ukraine. "La France appelle la Russie à mettre un terme à sa guerre d'agression contre l'Ukraine et à tout mettre en oeuvre pour contribuer à la désescalade", indique le ministre dans un communiqué.

Sergueï Choïgou s'est aussi entretenu avec ses homologues britannique Ben Wallace et turc Hulusi Akar.

18h00

"Une paix est possible" quand les Ukrainiens "le décideront", dit Macron

"Une paix est possible" en Ukraine quand les Ukrainiens "le décideront", a déclaré dimanche Emmanuel Macron à l'ouverture d'un sommet pour la paix à Rome.

"Ne laissons pas la paix être aujourd'hui en quelque sorte capturée par le pouvoir russe (...) Une paix est possible, celle là seule qu'ils (les Ukrainiens) décideront quand ils le décideront", a-t-il ajouté lors d'un discours à l'ouverture de ce sommet organisé par la communauté italienne Sant'Egidio.

Emmanuel Macron a également justifié le soutien occidental à Kiev "pour qu'à un moment le peuple ukrainien puisse choisir la paix", "dans les termes qu'ils auront décidé".

"La paix se bâtira avec l'autre, qui est l'ennemi d'aujourd'hui, autour d'une table", a-t-il estimé, devant des centaines de responsables politiques et religieux du monde entier réunis pour un sommet de trois jours organisé par la communauté Sant'Egidio.

17h40

Nouvel entretien russo-américain

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et son homologue américain Lloyd Austin ont discuté dimanche de l'Ukraine par téléphone, a indiqué le ministère russe de la Défense, leur deuxième entretien téléphonique en moins d'une semaine.

"Les chefs des départements de la défense ont discuté de la situation en Ukraine", a déclaré le ministère dans un communiqué diffusé sur les médias sociaux.

16h30

Un mort dans l'explosion d'un engin artisanal à Kherson

Une personne a été tuée et une autre blessée dans l'explosion d'un engin artisanal dans une rue de Kherson, ont indiqué les autorités d'occupation prorusse de cette région annexée par la Russie. L'engin a été déclenché à distance.

Cette annonce intervient alors que les évacuations vers la rive gauche du fleuve Dniepr, qui borde Kherson, sont en cours depuis mercredi dans cette ville menacée par l'avancée des forces de Kiev.

15h05

Moscou poursuit ses attaques contre des infrastructures ukrainiennes

Le ministère russe de la Défense a indiqué que ses forces armées ont continué de mener des attaques contre les infrastructures énergétiques et militaires ukrainiennes au cours des dernières 24 heures.

La Russie a aussi affirmé avoir repoussé une contre-attaque des forces ukrainiennes sur les lignes de front dans le sud et l'est de l'Ukraine.

14h15

L'armée russe aurait détruit un dépôt de carburant militaire ukrainien

L'armée russe affirme avoir détruit un dépôt de carburant aérien ainsi que plusieurs dépôts de munitions et un réservoir de pétrole avec du diesel destiné aux véhicules militaires ukrainiens.

"Un dépôt qui abritait plus de 100'000 tonnes de carburant pour les forces aériennes ukrainiennes a été détruit près de la localité de Smela, dans la région de Tcherkassk", dans le centre de l'Ukraine, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

13h45

Viktor Orban accuse l'UE de "tirer" sur la Hongrie

Le Premier ministre nationaliste Viktor Orban a accusé Bruxelles de "tirer" sournoisement sur la Hongrie avec sa série de sanctions contre la Russie.

"Ne nous préoccupons pas de ceux qui tirent sur la Hongrie cachés dans l'ombre, quelque part depuis les miradors de Bruxelles", a-t-il lancé dans un discours tenu à l'occasion de la fête nationale commémorant le soulèvement de la Hongrie contre l'URSS en 1956.

"Ils finiront là où leurs prédécesseurs ont fini", a-t-il ajouté en prédisant à l'Union européenne un sort similaire à celui du bloc soviétique qui s'est effondré entre 1989 et 1991.

Ce discours fait écho au lancement mi-octobre par le gouvernement d'une "consultation nationale" sur les sanctions européennes contre Moscou, que Viktor Orban ne cesse de fustiger même s'il les a votées aux côtés de ses partenaires.

13h10

L'électricité coupée alternativement dans les quartiers de Kiev

L'opérateur national ukrainien Ukrenergo procède à des coupures électriques à Kiev pour "stabiliser" la fourniture en électricité, après des frappes russes répétées visant les infrastructures.

"Le 23 octobre, des coupures de stabilisation ont eu lieu à Kiev pour éviter des accidents", a expliqué le fournisseur privé d'électricité ukrainien DTEK, précisant que ces coupures touchent alternativement les différents quartiers de la capitale divisée en trois groupes.

Elles ne devraient pas durer plus de quatre heures, a précisé DTEK dans un communiqué publié sur son site, sans exclure toutefois des durées un peu plus longues "en raison de l'importance des dégâts".

12h40

Appel entre ministres russe et français de la Défense

Le ministre russe de la Défense s'est entretenu au téléphone avec le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu. L'appel visait à discuter de la situation en Ukraine qui "a une tendance à une escalade incontrôlable", a annoncé l'armée russe dans un communiqué.

Sergueï Choïgou "a fait part à son homologue français de ses préoccupations liées à d'éventuelles provocations de la part de l'Ukraine" avec recours à une "bombe sale", indique le communiqué.

11h25

Deux lignes de défense construites dans la région russe de Koursk

Deux lignes de défense ont été construites dans la région russe de Koursk, frontalière de l'Ukraine, pour faire face à une éventuelle attaque des forces ukrainiennes, a annoncé le gouverneur de la région.

"Cette semaine, les travaux de construction de deux lignes de défense renforcées dans la région de Koursk ont été achevés", a écrit Roman Starovoït sur Telegram. Il a précisé qu'une troisième ligne de défense devrait être construite d'ici le 5 novembre.

Le gouverneur de la région russe de Belgorod, elle aussi frontalière de l'Ukraine, avait annoncé pour sa part samedi le début de construction d'une ligne de défense dans sa région.

10h10

Vladimir Poutine félicite Xi Jinping

Le président russe Vladimir Poutine a adressé ses "félicitations les plus chaleureuses" à son homologue chinois Xi Jinping à l'occasion de sa réélection à la tête du Parti communiste chinois, pour un troisième mandat historique.

"Je serai ravi de poursuivre notre dialogue constructif et notre travail commun étroit visant à renforcer les relations de partenariat global et de coopération stratégique entre nos Etats", a souligné le président russe, cité dans un communiqué du Kremlin, en souhaitant au dirigeant chinois de "nouveaux succès (...), une santé robuste et la prospérité".

>> Lire aussi: Le président Xi Jinping obtient un 3e mandat à la tête de la Chine

08h30

Des Russes contestent leur mise à l'index par Berne

Certains des quelque 1000 Russes sanctionnés par la Suisse, en application des règles de l'Union européenne après l'invasion russe en Ukraine, contestent vigoureusement les sanctions selon le SonntagsBlick.

Réfutant être des proches de Vladimir Poutine, ils demandent à être retirés de la liste émise par Berne.

Selon le Département fédéral de l'économie (DEFR), cinq demandes de retrait ont été déposées. Le dernier mot revient au Conseil fédéral dans son ensemble, précise-t-il.

DIMANCHE 23 OCTOBRE

Le G7 condamne l'enlèvement de cadres de la centrale de Zaporijjia

Le Groupe des Sept (groupe des directeurs du G7 sur la non-prolifération) condamne dans un communiqué l'enlèvement de cadres de la centrale nucléaire de Zaporijjia par les forces russes.

"Nous demandons à la Russie que la centrale repasse entièrement sous le contrôle de l'Ukraine, sa propriétaire légitime et souveraine", est-il également écrit.

L'armée russe s'est emparée de la plus grande centrale nucléaire d'Europe en mars dernier, peu après le début de son invasion de l'Ukraine.

20h55

Les skieurs russes et biélorusses restent suspendus

La Fédération internationale de ski (FIS) a décidé de maintenir la suspension des sportifs russes et biélorusses de toutes ses compétitions, comme depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, à la suite de son Conseil tenu à Sölden, en Autriche, vendredi.

"Le Conseil a décidé, pour maintenir l'intégrité des compétitions de la FIS et pour la sécurité de tous les participants, dans la droite ligne des recommandations du CIO, de rester sur sa politique ne permettant pas aux équipes russes et biélorusses de participer aux compétitions de la FIS", a écrit l'instance.

Déjà privés de biathlon par l'International Biathlon Union (IBU), les Russes resteront donc également sur la touche des autres sports de neige olympiques sous l'égide de la FIS (ski alpin, ski nordique, ski freestyle et snowboard).

Sans grand impact en ski alpin, la participation des Russes reste un sujet majeur en ski de fond, sport dans lequel ils avaient remporté près d'un tiers des médailles lors des derniers JO.

18h30

Le retour du "téléphone rouge"

En juin 1963, après la crise des missiles de Cuba, un "téléphone rouge" (une ligne télex) reliera directement la Maison Blanche et le Kremlin alors que, jusque-là, les communications passaient par les ambassadeurs.

Soixante ans plus tard, et au plus fort de la guerre en Ukraine, où ressurgit la menace nucléaire, la ligne refonctionne de nouveau, selon Washington.

>> Ecouter le sujet de Forum:

Le "téléphone rouge" reliant Moscou et Washington a 60 ans. [Keystone/AP Photo/Str]Keystone/AP Photo/Str
Le "téléphone rouge" reliant Moscou et Washington a 60 ans / Forum / 2 min. / le 22 octobre 2022

18h00

Ignazio Cassis revient sur son voyage en Ukraine

Interrogé dans Forum en marge de l'assemblée du PLR, Ignazio Cassis est revenu sur son récent voyage en Ukraine et sa rencontre avec le président Volodymyr Zelensky. Le président de la Confédération dit avoir vu "beaucoup de souffrance".

"J'y ai vu un pays en guerre, avec beaucoup de souffrance, de destruction, de peur pour le quotidien et de sombreur pour le futur. J'ai vu un pays qui s'attache aux espoirs pour imaginer un futur. Un de ceux-là, c'est la reconstruction. C'est aussi de cela que nous avons parlé", a expliqué Ignazio Cassis au micro de Forum.

>> L'interview d'Ignazio Cassis dans Forum:

Ignazio Cassis raconte son voyage éclair en Ukraine. [Pascal Lauener - EDA]Pascal Lauener - EDA
Ignazio Cassis revient sur son voyage éclair en Ukraine / Forum / 1 min. / le 22 octobre 2022

Le conseiller fédéral en charge du Département des affaires étrangères précise s'être rendu en Ukraine à ce moment, parce qu'il était en Ukraine il y a précisément une année. "Ils sont ensuite venus chez nous cet été pour la Conférence de Lugano. Maintenant, c'était à moi de repartir là-bas pour tirer un bilan de notre travail commun et voir la suite des opérations", a détaillé le président de la Confédération.

A ce titre, Ignazio Cassis précise: "Il y a plein de gens qui n'ont pas actuellement de chauffage et qui n'ont même pas de fenêtres. J'ai rencontré des dames qui ont des besoins humanitaires immenses et la Suisse doit aussi jouer son rôle dans cette aide humanitaire."

>> Plus d'informations: Ignazio Cassis: "En Ukraine, j'ai vu un pays qui s'attache aux espoirs pour imaginer son futur"

16h55

Madrid renforce le bouclier aérien sur le flanc est de l'Otan

L'Espagne va envoyer "ces prochains mois" une quinzaine d'avions de chasse en Bulgarie et en Roumanie afin de renforcer sa présence militaire sur le flanc est de l'Otan et participer ainsi à la stratégie de dissuasion des alliés face à l'invasion russe en Ukraine.

Madrid va ainsi envoyer entre la mi-novembre et début décembre en Bulgarie six avions de combat Eurofighter avec 130 militaires, qui réaliseront "des missions d'entraînement de la police aérienne", a indiqué le ministère espagnol de la Défense.

Et à partir de décembre jusqu'à la fin mars 2023, un autre "déploiement" est prévu en Roumanie avec huit avions de chasse F18M, là encore avec 130 hommes de l'armée de l'air.

Par ailleurs, un "radar de surveillance aérienne de longue portée" est déployé depuis le 17 octobre en Roumanie, à la base de Schitu, et jusqu'à la fin mars 2023 (voire jusqu'à fin juin 2023).

15h30

Un million de foyers sans électricité

Plus d'un million de foyers sont sans électricité en Ukraine à la suite de frappes russes sur des infrastructures énergétiques dans le pays, a annoncé un conseiller de la présidence ukrainienne.

"A ce jour, 672'000 abonnés ont été déconnectés dans la région de Khmelnytskyi, 188'400 dans la région de Mikolaïv, 102'000 dans la région de Volyn, 242'000 dans la région de Cherkasy, 174'790 dans la région de Rivne, 61'913 dans la région de Kirovograd et 10'500 dans celle d'Odessa", a détaillé le conseiller.

15h15

Zelensky accuse Moscou d'une "attaque massive" avec 36 tirs de roquettes

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé Moscou d'une "attaque massive" avec 36 tirs de roquette sur son pays dans la nuit de vendredi à samedi.

"L'agresseur continue de terroriser notre pays. Pendant la nuit, il a lancé une attaque massive, avec 36 tirs de roquette", a dénombré le président ukrainien sur les réseaux sociaux.

Selon l'armée, une vingtaine de missiles ont été abattus.

14h20

Les autorités prorusses appellent les civils à quitter Kherson "immédiatement"

Les autorités prorusses de la région de Kherson ont appelé tous les civils à quitter "immédiatement" la capitale régionale face à l'avancée des forces de Kiev. Cette ville fait partie des zones annexées fin septembre par la Russie.

"Tous les habitants civils de Kherson doivent immédiatement quitter la ville", a indiqué sur Telegram l'administration d'occupation prorusse de la région. Les autorités évoquent une "situation tendue sur le front" et "un danger accru de bombardements massifs".

Les évacuations vers la rive gauche du fleuve Dniepr, qui borde Kherson, sont en cours depuis mercredi, alors que les forces ukrainiennes mènent une contre-offensive. Kiev qualifie de "déportation" ce genre de déplacement de population.

Le président russe Vladimir Poutine a instauré mercredi la loi martiale dans les régions ukrainiennes de Kherson, Lougansk, Donetsk et Zaporijjia. Mais l'armée russe ne contrôle plus entièrement ces zones.

13h35

Frappes ukrainiennes contre la région russe de Belgorod

Deux personnes ont été tuées dans des frappes ukrainiennes contre la région russe de Belgorod, frontalière de l'Ukraine, a affirmé sur Telegram le gouverneur de la région.

Les bombardements ont visé des "infrastructures civiles dans "la ville de Chebekino, a précisé Viatcheslav Gladkov. "Deux civils ont été tués" et environ 15'000 personnes sont restées sans électricité, a-t-il ajouté.

12h30

La difficile intégration professionnelle des réfugiés ukrainiens en Suisse

En Suisse, 13% des réfugiés ukrainiens en âge de travailler ont trouvé un emploi, soit près de 4800 personnes, selon les derniers chiffres du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Cette proportion progresse, mais lentement. Le magazine 15 Minutes a cherché à comprendre ce qui freine leur insertion sur le marché du travail.

>> Le reportage de 15 Minutes:

Réfugiés ukrainiens: la difficile quête d'emploi [15 Minutes  - RTS]
Réfugiés ukrainiens: la difficile quête d'emploi / L'actu en vidéo / 2 min. / le 21 octobre 2022

>> Plus de détails: La difficile intégration professionnelle des réfugiés ukrainiens en Suisse

11h10

Le Premier ministre ukrainien met en garde contre un "tsunami migratoire"

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a mis en garde contre un "nouveau tsunami migratoire" si la Russie poursuit ses attaques sur les infrastructures civiles de son pays, dans un entretien à paraître dimanche.

Denys Chmygal, qui doit participer lundi au forum économique germano-ukrainien lundi à Berlin, a accusé Moscou de vouloir "plonger l'Ukraine dans une catastrophe humanitaire", selon des extraits de son interview au journal allemand Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung.

"S'il n'y a plus de courant, d'électricité et d'eau en Ukraine, cela peut déclencher un nouveau tsunami migratoire", a-t-il dit.

La Russie veut "offrir à l'Ukraine un hiver froid, au cours duquel les gens pourraient littéralement mourir gelés. Cela pourrait conduire à une catastrophe humanitaire planifiée, comme l'Europe n'en a jamais vue depuis la Deuxième Guerre mondiale", a-t-il averti.

Denys Chmygal a également réclamé à Berlin de livrer à l'Ukraine de nouvelles munitions dans les prochains jours pour repousser les frappes aériennes russes.

Pour la reconstruction de l'Ukraine, le dirigeant ukrainien veut utiliser les avoirs russes gelés à l'étranger. Les dommages causés par l'attaque de la Russie s'élèvent actuellement à "plus de 750 milliards de dollars", a-t-il déclaré.

>> Lire aussi: La population ukrainienne à l'épreuve des frappes russes sur les infrastructures

10h20

Des coupures de courant après de nouvelles frappes

De nouvelles frappes ont provoqué samedi matin des coupures de courant dans plusieurs régions d'Ukraine, ont annoncé des responsables.

Selon les autorités locales, les raids ont touché des infrastructures énergétiques dans les régions d'Odessa, de Kirovohrad et de Loutsk.

"(Il s'agit) d'une nouvelle attaque aux roquettes de la part des terroristes qui se battent contre les infrastructures civiles et la population", a indiqué le directeur de cabinet de la présidence ukrainienne, Andriy Yermak, sur Telegram.

"L'étendue des dommages est comparable ou pourrait dépasser les conséquences de l'attaque des 10-12 octobre", a de son côté indiqué l'opérateur Ukrenergo.

Des restrictions d'énergie sont "appliquées de force" dans plusieurs régions, dont la capitale Kiev et sa région, a précisé Ukrenergo, promettant que ses spécialistes "prennent toutes les mesures  pour rétablir la fourniture d'électricité dès que possible dans les régions actuellement privées d'électricité".

Les forces armées ukrainiennes ont dans le même temps abattu un missile russe dans la région de Kiev.

06h00

L'usage de l'arme nucléaire serait "un acte d'hostilité contre l'humanité"

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida, en visite en Australie, a averti que l'usage par la Russie de l'arme nucléaire serait "un acte d'hostilité contre l'humanité".

L'intimidation russe sur "l'utilisation de l'arme nucléaire est une menace grave pour la paix et la sécurité de la communauté internationale et est absolument inacceptable", a précisé le dirigeant du seul pays à avoir été frappé par la bombe atomique.

01h15

Les chefs de la Défense américain et russe se parlent

Le chef du Pentagone Lloyd Austin et son homologue russe Sergueï Choïgou se sont parlé vendredi pour la première fois depuis des mois, Washington assurant en même temps ne voir aucune volonté du Kremlin d'une discussion qui viserait à arrêter la guerre en Ukraine.

Lors de ce rare échange téléphonique, Lloyd Austin a souligné "l'importance du maintien de canaux de communication" alors que l'Occident redoute une éventuelle course folle du président Vladimir Poutine vers l'utilisation de l'arme atomique dans le conflit en cours, selon le ministère américain de la Défense.

Le Pentagone n'a pas donné d'autres détails sur leur conversation, mais le ministère russe avait précisé plus tôt que les deux hommes avaient évoqué "plusieurs questions d'actualité de sécurité internationale, dont la situation en Ukraine".

Lloyd Austin a également parlé avec le ministre ukrainien de la Défense, Oleksiï Reznikov, réitérant "l'engagement inébranlable des Etats-Unis à soutenir la capacité de l'Ukraine à contrer l'agression de la Russie".

Le ministre américain a également souligné "le soutien de la communauté internationale" à l'Ukraine, et notamment à sa "capacité à se défendre, à l'avenir".

20h00

Retour sur les événements de vendredi

>> Retrouvez le détail des événements du début de vendredi: Volodymyr Zelensky se félicite des "bons résultats" de son armée dans la région de Kherson