Modifié

En France, le pass sanitaire sera conditionné à une 3e dose pour les plus de 65 ans - Le suivi du Covid-19 dans le monde

Emmanuel Macron a annoncé mardi que le maintien du pass sanitaire serait conditionné à la dose du rappel du vaccin contre le Covid-19 pour les personnes âgées de plus de 65 ans. [Fred Tanneau - afp]
Emmanuel Macron a annoncé mardi que le maintien du pass sanitaire serait conditionné à la dose du rappel du vaccin contre le Covid-19 pour les personnes âgées de plus de 65 ans. [Fred Tanneau - afp]
Emmanuel Macron a annoncé mardi que le maintien du pass sanitaire serait conditionné à la dose du rappel du vaccin contre le Covid-19 pour les personnes âgées de plus de 65 ans.

FRANCE - Pass sanitaire conditionné à une 3e dose pour les plus de 65 ans

Le président français Emmanuel Macron a annoncé mardi que les personnes âgées de plus de 65 ans devraient, à compter du 15 décembre, avoir effectué un rappel du vaccin contre le Covid-19 pour valider le pass sanitaire.

S'exprimant lors d'une allocution télévisée, le chef de l'Etat a annoncé que la campagne de rappel vaccinal, qui concerne pour le moment les plus de 65 ans et les personnes fragiles, serait étendue en décembre aux plus de 50 ans.

Dans un premier temps, seuls les plus de 65 ans devront en revanche justifier d'un rappel pour continuer à bénéficier du pass sanitaire requis pour accéder à de nombreux lieux publics ou au restaurant.

Pour justifier cette accélération de la campagne de rappel, Emmanuel Macron a souligné que "nous n'en avons pas terminé avec la pandémie".

L'augmentation de 40%, en une semaine, du taux d'incidence et l'augmentation des hospitalisations liées à l'épidémie de coronavirus sont des "signaux d'alerte", a-t-il insisté.

Feu vert constitutionnel au pass sanitaire jusqu'à l'été 2022

Par ailleurs, le Conseil Constitutionnel a validé la prolongation du pass sanitaire jusqu'à fin juillet 2022, dans une décision rendue publique mardi. Il considère que le maintien du document jusqu'à l'été opére "une conciliation équilibrée" entre l'objectif de protection de la santé et respect des droits et libertés.

Le conseil a censuré en revanche l'accès controversé des directeurs d'établissements scolaires au statut vaccinal des élèves. Il estime que les dispositions sur le volet scolaire du projet de loi "vigilance sanitaire", adopté vendredi dernier par le Parlement, portent une "atteinte disproportionnée au droit au respect de la vie privée".

ETATS-UNIS - Réouverture des frontières

Familles séparées, relations d'affaires perturbées, ambitions professionnelles contrariées: le "travel ban" imposé par Donald Trump au début de 2020, puis confirmé par son successeur Joe Biden, a été très critiqué et il est devenu emblématique des bouleversements provoqués par la pandémie. Il a pris fin lundi avec la réouverture des frontières terrestres et aériennes aux voyageurs vaccinés contre le Covid-19.

>> Regarder le sujet du 19h30:

Réouverture des frontières aux États-Unis. Premières arrivées de Suisses sur sol américain [RTS]
Réouverture des frontières aux États-Unis. Premières arrivées de Suisses sur sol américain / 19h30 / 2 min. / le 9 novembre 2021

CHINE - Récompense pour toute info sur une flambée des cas à Heihe

Une ville chinoise située à la frontière russe offre 100'000 yuans (14'300 francs) de récompense pour toute information sur l'origine d'une flambée épidémique locale au coronavirus. Les autorités veulent stopper la contamination à l'approche des JO de Pékin.

La ville de Heihe a décrété une "guerre populaire" au virus, après avoir détecté plusieurs dizaines de cas de contamination au cours des derniers jours. Les autorités locales s'inquiètent particulièrement d'un risque de transmission du virus depuis la Russie par des contrebandiers, des braconniers ou des pêcheurs transfrontaliers.

"Afin de découvrir le plus vite possible la source de la contamination et la chaîne de transmission, il est nécessaire de mener une guerre populaire de contrôle et de prévention épidémiques", a expliqué la municipalité.

La Chine a fait état mardi de 43 cas au cours des dernières 24 heures au plan national. Mais le dernier regain épidémique a conduit au placement en quarantaine de millions d'habitants. A Pékin, les habitants sont invités à ne pas quitter la capitale sauf nécessité impérieuse.

GRECE - Hôpitaux débordés après une explosion de cas

Les autorités sanitaires grecques ont annoncé mardi 8613 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, un nouveau record depuis l'apparition en février 2020 de la pandémie dans le pays où les hôpitaux commencent de nouveau à être débordés.

Depuis fin octobre, le nombre d'infections ne cesse d'augmenter en passant de 3600 infections le 29 octobre à 6150 une semaine plus tard et à 7330 lundi, selon le bilan quotidien publié par l'Organisme national de la santé publique (Eody). Des dizaines de personnes sont décédées quotidiennement, l'Eody ayant enregistré 46 morts mardi contre 65 lundi.

Vendredi, l'Eody avait annoncé de nouvelles mesures pour endiguer la pandémie, le passe sanitaire étant désormais obligatoire pour les restaurants et les cafés en plein air. Jusqu'ici il n'était obligatoire que pour les espaces fermés. Le masque reste toujours obligatoire pour tous à l'intérieur et en plein air dans les espaces de rassemblement.

A noter que 61,2% de la population générale en Grèce a accompli sa vaccination contre une moyenne de 65,6% dans l'UE.

ALLEMAGNE - Nouvelles restrictions à l'étude au sein de la coalition

Les partis de la nouvelle coalition gouvernementale ont dévoilé des propositions pour lutter contre la résurgence du Covid-19 en Allemagne, où le taux hebdomadaire de nouvelles contaminations par le coronavirus a atteint un record historique.

Il s'agit entre autres d'envisager l'exclusion des personnes non vaccinées de certains événements en intérieur, des mesures de prévention plus strictes sur le lieu de travail et la possibilité d'exiger des tests PCR au lieu de tests rapides.

>> Le point sur les nouvelles mesures sanitaires en Allemagne dans Forum:

Nouvelles mesures sanitaires pour endiguer la pandémie en Allemagne et en Autriche [RTS]
Nouvelles mesures sanitaires pour endiguer la pandémie en Allemagne et en Autriche / Forum / 3 min. / le 8 novembre 2021

>> Regarder le sujet du 19h30:

Dans l'État de Saxe, en Allemagne, les non-vaccinés n'ont plus accès aux restaurants ou aux événements intérieurs [RTS]
Dans l'État de Saxe, en Allemagne, les non-vaccinés n'ont plus accès aux restaurants ou aux événements intérieurs / 19h30 / 2 min. / le 9 novembre 2021

ROYAUME-UNI - Vaccin obligatoire pour les soignants anglais dès avril

Le gouvernement britannique a annoncé mardi l'instauration de l'obligation vaccinale pour les soignants du service public de santé contre le Covid-19 en Angleterre à partir du 1er avril. Après une consultation sur la question, "je suis arrivé à la conclusion que tous ceux qui travaillent pour le NHS", le service public de santé, "devront être vaccinés", a déclaré devant le Parlement le ministre de la Santé Sajid Javid.

Ceux qui ne travaillent pas au contact des patients ou ne peuvent être vaccinés pour raison de santé seront exemptés.

Les employés des maisons de retraite en Angleterre avaient été quant à eux priés d'être complètement vaccinés contre la maladie avant ce jeudi.

Le NHS compte près de 1,2 million d'employés, dont plus de 627'000 soignants.

DANEMARK - Retour du pass sanitaire après deux mois de liberté

Après presque deux mois sans restrictions, le Danemark va réintroduire le pass sanitaire à cause de la forte remontée du nombre de cas de Covid-19, a annoncé la Première ministre Mette Frederiksen. Il doit être imposé notamment dans les bars, restaurants et boîtes de nuit.

En fin de semaine dernière, les autorités sanitaires avaient alerté d'un risque de voir les hôpitaux du pays "surchargés" à cause du "risque de Covid-19, de grippe et d'autres maladies infectieuses".

Lundi, pour la cinquième journée consécutive, plus de 2000 nouveaux cas ont été rapportés dans le royaume nordique de 5,8 millions d'habitants, où 36 personnes sont hospitalisées en soins intensifs.

NOUVELLE-ZELANDE - Manifestation contre les restrictions

Plusieurs milliers de manifestants ont manifesté en Nouvelle-Zélande contre les restrictions imposées pour lutter contre la propagation du Covid-19, mobilisant un important déploiement policier à Wellington.

Environ 3000 personnes, dont des dizaines de motocyclistes, la plupart ne portant pas de masque, ont traversé le centre-ville de la capitale pour rejoindre le parlement néo-zélandais.

Le gouvernement a adopté une réponse sévère au virus, avec de stricts confinements et des fermetures des frontières. La Nouvelle-Zélande a enregistré un bilan de 31 décès dus au Covid-19 pour une population de cinq millions d'habitants.

Les habitants d'Auckland, plus grande ville du pays, sont confinés chez eux depuis la mi-août et ces restrictions seront maintenues jusqu'à fin novembre.

SINGAPOUR - Frais médicaux plus pris en charge pour les non-vaccinés

Singapour va cesser de prendre en charge les frais médicaux des malades atteints du coronavirus qui ont refusé de se faire vacciner, ont annoncé les autorités de la cité-Etat d'Asie du Sud-Est. Le système de santé est sous pression.

L'île fait face à sa pire vague de contaminations depuis le début de la pandémie avec quelque 2000 à 3000 nouveaux cas par jour et quelques décès. Mais elle affiche l'un des taux de vaccination les plus élevés au monde, avec 85% de sa population de 5,5 million vaccinée avec deux doses.

"Les personnes qui ne sont pas vaccinées représentent une majorité conséquente de ceux qui ont besoin de soins intensifs, et contribuent de façon disproportionnée à la pression sur nos infrastructures sanitaires", a souligné le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le gouvernement a assumé jusqu'ici les frais médicaux des Singapouriens et de certains résidents contaminés par le virus, sauf pour certains testés positifs juste après être rentrés d'un voyage à l'étranger.

RTSinfo/agences

Publié Modifié

Le bilan de la pandémie dans le monde

La pandémie du nouveau coronavirus a fait plus de 5'053'000 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à la mi-journée.

Plus de 250'231'000 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 755'643 décès pour 46'613'210 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuite le Brésil avec 609'573 morts et 21'886'077 cas, l'Inde avec 461'389 morts (34'377'113 cas), le Mexique avec 289'811 morts (3'827'596 cas), et la Russie avec 249'215 morts (8'873'655 cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes

L'antisémitisme amplifié par la pandémie

La pandémie de Covid-19 a "ravivé" les discours antisémites et donné lieu à "de nouveaux mythes et théories du complot blâmant les juifs" pour la crise sanitaire actuelle, selon un rapport européen paru mardi.

"L'antisémitisme, en particulier sur internet, s'est accentué pendant la pandémie", écrit l'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), dont le siège est à Vienne. Elle s'appuie sur les statistiques officielles et les éléments réunis par les organisations civiles.

En Allemagne notamment, le réseau d'associations RIAS a ainsi relevé que, dans les premiers mois de la pandémie, 44% des incidents antisémites enregistrés étaient "associés au coronavirus".

Mais dans de nombreux pays, "l'écrasante majorité des incidents ne sont pas signalés, que ce soit à la police ou à une autre institution", regrette le document.

Moderna demande l'autorisation de son vaccin pour les 6-11 ans auprès du régulateur européen

Moderna a déposé une demande d'autorisation de son vaccin contre le Covid-19 pour les enfants âgés de 6 à 11 ans auprès du régulateur européen, a annoncé mardi la société de biotechnologies américaine.

Le dosage des deux injections, administrées à quatre semaines d'écart, a été adapté à 50 microgrammes, contre 100 microgrammes pour les tranches d'âge plus âgées.

Le vaccin de Moderna est pour le moment autorisé à partir de 12 ans par l'EMA. Mais plusieurs pays, dont la France lundi, ont déconseillé le recours à Moderna en dessous d'un certain âge (30 ans en France), à cause d'inquiétudes autour de risques de myocardites.

L'EMA est également en train d'étudier les données de Pfizer, qui a déposé une demande d'autorisation pour son propre vaccin chez les 5 à 11 ans. Cet examen pourrait être conclu en décembre, a-t-elle fait savoir la semaine dernière.