Modifié

La France suspend "jusqu'à nouvel ordre" tous les vols avec le Brésil - Le suivi du Covid dans le monde

Le gouvernement français suspend jusqu'à nouvel ordre les liaisons aériennes entre le Brésil et la France, où le variant dit "brésilien" du coronavirus se propage, a annoncé mardi le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale. [ERIC PIERMONT  - AFP]
Le gouvernement français suspend jusqu'à nouvel ordre les liaisons aériennes entre le Brésil et la France, où le variant dit "brésilien" du coronavirus se propage, a annoncé mardi le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale. [ERIC PIERMONT - AFP]
Le gouvernement français suspend jusqu'à nouvel ordre les liaisons aériennes entre le Brésil et la France, où le variant dit "brésilien" du coronavirus se propage, a annoncé mardi le Premier ministre Jean Castex devant l'Assemblée nationale.

La pandémie de coronavirus a fait au moins 2'947'319 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles mardi à la mi-journée. Plus de 136'568'060 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 562'533 décès pour 31,2 millions de cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuite le Brésil avec 354'617 morts et 13,5 millions de cas, le Mexique avec 209'702 morts (2,3 millions de cas), l'Inde avec 171'058 morts (13,6 millions de cas) et le Royaume-Uni avec 127'100 morts (4,4 millions de cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Cas sur 14 jours pour 100'000 habitants (cliquez sur les régions pour afficher plus d'informations):

L'expérience est idéale sur ordinateur. Sur mobile, ouvrez ce lien pour consulter la carte en plein écran

Source des données: Bureau régional Europe de l'OMS

FRANCE - Les vols avec le Brésil suspendus

Paris a décidé de suspendre "jusqu'à nouvel ordre" tous les vols entre le Brésil et la France en raison des inquiétudes autour du variant brésilien du Covid-19, a annoncé mardi le Premier ministre Jean Castex.

>> Relire: Le Covid-19 flambe au Brésil, les experts craignent de nouvelles souches

"Nous constatons que la situation s'aggrave et nous avons donc décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France", a expliqué le chef du gouvernement lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

La situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver au Brésil depuis février en raison de l'émergence d'un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel, mais encore très minoritaire en France.

>> Lire aussi: La Suisse maintient ses liaisons aériennes avec le Brésil, malgré le variant

Jean Castex a également annoncé mardi devant les députés le maintien en juin des élections départementales et régionales, mais décalées aux 20 et 27 juin, avec des protocoles renforcés face à l'épidémie du Covid-19, espérant mettre fin à une polémique sur une consultation directe des maires.

Pas d'amélioration dans les hôpitaux

Plus de 5900 patients atteints par le Covid-19 étaient soignés en services de soins critiques lundi, un chiffre qui n'a pas été aussi haut depuis la mi-avril 2020, mais qui devrait encore augmenter dans les jours qui viennent, selon des projections de l'Institut Pasteur.

Plus d'une personne majeure sur cinq (21%) a reçu une première dose de vaccin et un peu plus de 7% a été vacciné avec deux doses. "Pour qu'une population soit protégée", c'est "80 à 85% de vaccinés dont elle a besoin", rappelle le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique.

UNION EUROPEENNE - Un passeport sanitaire prévu "fin juin"

La Commission européenne vise une entrée en vigueur à la fin juin du certificat sanitaire, a indiqué mardi le commissaire Didier Reynders devant les eurodéputés. Le document est destiné à faciliter la libre circulation dans l'UE dans la perspective des congés d'été.

Le Parlement compte sur une adoption du projet de règlement lors de sa plénière du 7-10 juin, à l'issue de négociations avec les Etats membres sur ce "certificat vert" proposé par la Commission, destiné à faciliter les déplacements des Européens pouvant ainsi attester qu'ils ont été vaccinés contre le Covid-19, ont passé un test PCR négatif ou sont immunisés après avoir été infectés. Et éviter en conséquence les mesures de restriction (quarantaine, test) dans le pays de destination.

ALLEMAGNE - Durcissement de la loi anti-Covid approuvé

Le gouvernement allemand a approuvé mardi un durcissement de sa loi sur la protection contre les infections lui permettant dorénavant d'imposer des restrictions harmonisées sur tout le territoire pour mieux combattre la pandémie de Covid-19.

Ce projet, qui doit encore être ratifié par le Bundestag, prévoit que si l'incidence, qui mesure les infections sur une semaine, est supérieure à 100 pendant trois jours, l'Etat fédéral imposera des couvre-feux nocturnes, la réduction des contacts entre personnes privées ou encore la fermeture de magasins jugés non essentiels, a indiqué la chancellerie. Au-dessus d'une incidence de 100, il est également prévu que les écoles n'accueillent que les élèves testés deux fois par semaine et ferment lorsque le taux d'incidence dépasse 200.

Mardi, l'incidence sur une semaine était de 140,9 pour tout le territoire allemand où 10'810 nouvelles infections ont été recensées en 24 heures et 294 décès, selon l'institut Robert Koch. En début de semaine, le pays a franchi la barre symbolique des 3 millions d'infections au Covid-19 depuis le début de la pandémie.

>> Les précisions du 12h30:

La chancelière allemande a rappelé les Länder à l'ordre. [Michael Kappeler - DPA]Michael Kappeler - DPA
Angela Merkel durcit le ton face à la pandémie en Allemagne / Le 12h30 / 2 min. / le 13 avril 2021

AUTRICHE - Démission du ministre de la Santé

Le ministre autrichien de la Santé Rudolf Anschober a annoncé sa démission, se disant "épuisé" par la gestion de la pandémie. Il sera remplacé par Wolfgang Mückstein, 46 ans, à compter de lundi.

Ce dernier, médecin de profession qui avait participé à l'équipe de négociation des Verts avant leur arrivée au pouvoir, s'est dit prêt à prendre "des mesures impopulaires".

L'Autriche, qui recense plus de 9700 décès pour une population de 8,9 millions d'habitants, peine à endiguer la propagation de l'épidémie malgré plusieurs confinements, qui suscitent un mécontentement grandissant. Le pays a par ailleurs beaucoup misé sur les tests: des millions sont réalisés chaque semaine.

ROYAUME-UNI - Tous les 50 ans et plus vaccinés

Alors qu'elle a rouvert lundi ses terrasses, commerces, salons de coiffure et salles de sport, la Grande-Bretagne a indiqué avoir proposé une première dose de vaccin à l'ensemble des personnes âgées de plus de 50 ans, atteignant son objectif de vacciner avant le 15 avril toutes les  catégories de la population considérées comme les plus fragiles.

>> Le reportage du 19h30:

Avec la réouverture des terrasses de pubs, les britanniques savourent à pleines gorgées leur liberté retrouvée [RTS]
Avec la réouverture des terrasses de pubs, les britanniques savourent à pleines gorgées leur liberté retrouvée / 19h30 / 2 min. / le 12 avril 2021

Premier pays occidental à avoir lancé sa campagne de vaccination, en décembre dernier, la Grande-Bretagne a aussi été l'un des plus efficaces dans le déploiement des vaccins.

Les services du Premier ministre Boris Johnson ont déclaré que le gouvernement était en bonne voie pour atteindre l'objectif de proposer une dose de vaccins à tous les adultes britanniques le 31 juillet au plus tard. Les quadragénaires devraient être les prochains sur la liste, même si aucune décision n'a été entérinée.

ETATS-UNIS - Washington recommande une pause avec le vaccin de Johnson & Johnson

Les autorités sanitaires américaines ont recommandé mardi "une pause" dans l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Johnson & Johnson, le temps pour l'Agence américaine des médicaments (FDA) d'enquêter sur six cas rapportés aux Etats-Unis de personnes ayant développé des cas graves de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin.

Les Centres américains de lutte et de prévention des maladies (CDC), principale agence fédérale de santé publique du pays, se réuniront mercredi afin d'évaluer ces cas. L'agence américaine des médicaments passera ensuite en revue leurs conclusions. "Tant que cette procédure est en cours, nous recommandons une pause", a ajouté la FDA.

>> En lire plus: Washington recommande "une pause" avec le vaccin de Johnson & Johnson

La cérémonie des Oscars en présentiel

Les fans de cinéma qui se languissaient des stars sur tapis rouge seront servis: la cérémonie des Oscars, prévue le 25 avril prochain, leur permettra d'admirer des idoles comme Harrison Ford, Brad Pitt et Reese Witherspoon, en personne et en tenue de soirée plutôt qu'en pyjama via Zoom, ont annoncé les organisateurs.

Ces derniers souhaitent en effet limiter au maximum les interventions via internet qui ont suscité critiques et déceptions lors d'autres cérémonies bouleversées par le coronavirus, notamment les Golden Globes fin février, où des vedettes étaient apparues en jogging ou pyjama pour recevoir leurs récompenses par visioconférence.

La tenue de la plus prestigieuse soirée d'Hollywood, qui se déroulera cette année dans une gare ferroviaire historique du centre de Los Angeles, Union Station, a été rendue possible grâce à une nette amélioration de la situation sanitaire en Californie, notamment permise par la montée en puissance des vaccinations.

ARABIE SAOUDITE - Le petit pèlerinage à La Mecque réservé aux vaccinés

Le jeûne du ramadan qui débute mardi est également synonyme de pèlerinage à La Mecque, en Arabie saoudite. Mais seules les personnes vaccinées contre le Covid-19 sont autorisées à s'y rendre pendant le mois de jeûne.

>> Lire aussi: Le petit pèlerinage à La Mecque est réservé aux personnes vaccinées

De cette manière, les autorités saoudiennes espèrent contrôler les flux de pèlerins au cœur de la Grande mosquée de La Mecque. Des mesures dissuasives ont par ailleurs été mises en place. Les potentiels contrevenants s'exposent à une amende de 10'000 riyals, soit un peu moins de 2500 francs.

Face à ces mesures, que les fidèles peuvent trouver discriminatoires, c'est la résignation qui domine une fois de plus en Arabie saoudite, alors que la Omra avait déjà été suspendue pendant sept mois l'année dernière.

>> Lire également: Le deuxième ramadan sous le Covid-19 commence mardi pour les musulmans

INDE - Record mondial battu

Alors que l'Inde a dépassé lundi le Brésil en tant que deuxième pays le plus touché par le Covid-19, le pays a enregistré mardi 161'736 nouveaux cas de coronavirus sur une journée, soit un nouveau record quotidien dans le monde depuis le début de la pandémie.

Le nombre total de contamination dans le pays approche désormais les 13,7 millions, tandis que 879 décès supplémentaires liés au Covid-19 ont été signalés, pour un bilan de 171'058 morts.

Le pic enregistré, après un recul spectaculaire à 9000 contaminations quotidiennes seulement au début du mois de février, a conduit de nombreux États et territoires gravement touchés à imposer des restrictions de déplacements et d'activités.

>> En lire plus: L'Inde est désormais le second pays le plus touché par le Covid-19

>> Le reportage du 19h30:

L'Inde subit une deuxième vague fulgurante de COVID-19 [RTS]
L'Inde subit une deuxième vague fulgurante de COVID-19 / 19h30 / 1 min. / le 12 avril 2021

Face à cette situation, le gouvernement a approuvé le vaccin russe Spoutnik V, a annoncé mardi un grand fabricant local de médicaments. Spoutnik V est le troisième vaccin à obtenir l'approbation des autorités indiennes, aux côtés de Covashield, version du vaccin Oxford-AstraZeneca produite localement et de Covaxin, un vaccin indien développé par la société nationale Bharat Biotech.

RTSinfo avec agences

Publié Modifié

La vente de mammifères vivants sur les marchés doit être suspendue, selon l'OMS

Plusieurs organisations, dont l'OMS, ont demandé mardi la suspension dans le monde entier de la vente de mammifères sauvages vivants sur les marchés alimentaires. Cela en raison des importants risques de transmissions à l'homme de nouvelles maladies infectieuses.

La transmission à l'homme du virus du Covid par ce biais est une des théories favorisées par les experts mandatés par l'OMS. Et dans leur récent rapport sur les origines de la maladie, ils ont souligné qu'un marché de Wuhan, la métropole chinoise où ont été signalés les premiers cas, semble avoir été l'un des plus importants points de diffusion de la pandémie à la fin de 2019.

Outre la suspension des ventes, les organisations internationales demandent une amélioration des règles d'hygiène et d'assainissement sur ces marchés traditionnels. Elles demandent aussi de former les inspecteurs vétérinaires pour appliquer ces nouvelles règles et de renforcer les systèmes de surveillance afin de détecter rapidement les nouveaux pathogènes et lancer des campagnes d'informations et de sensibilisation pour les marchands et les clients.

Le variant britannique pas aussi dangereux que craint, selon deux études

Deux études publiées mardi affirment que le variant "britannique" du coronavirus, désormais dominant dans une grande partie de l'Europe, n'entraîne pas plus de formes graves de Covid-19, à rebours des conclusions de précédents travaux. Elles confirment en revanche qu'il est bien plus contagieux que les souches précédentes.

En détail, la première étude montre que 36% des patients infectés par le variant "britannique" sont tombés gravement malades ou sont décédés, contre 38% infectés par d'autres souches. Ce qui suggère que le variant britannique n'est pas associé à une plus grande gravité.

La seconde étude a conclu que le variant "britannique" présentait un taux de reproduction 1,35 fois plus élevé, c'est-à-dire que chaque patient contaminé infectait en moyenne 35% de personnes en plus qu'avec les souches du virus qui circulaient auparavant. En revanche, elle a montré que le variant n'a pas entraîné de symptômes plus graves ou une plus grande probabilité d'avoir des symptômes prolongés ("Covid long").