Modifié le 10 septembre 2018 à 08:08

Malgré la fin de l'été, la sécheresse en Suisse a de beaux jours devant elle

Le manque de pluie met en péril les cultures, comme dans ce champ à Bioley-Orjulaz (VD).
Le manque de pluie met en péril les cultures, comme dans ce champ à Bioley-Orjulaz (VD). [Jean-Christophe Bott - Keystone]
La sécheresse, bien installée en Suisse, ne semble pas toucher à sa fin. Les pluies éparses n'y changent rien, et les prévisions météo des deux prochaines semaines sont pessimistes.

La première semaine de septembre n'a connu qu'un jeudi pluvieux, qui n'aura pas suffi à soulager la sécheresse bien installée dans tout le pays. En Suisse romande, les quelque 10 mm qui sont tombés sur Genève n'ont fait qu'humecter le sol, explique un météorologue de MétéoSuisse.

Il faudra bien plus de précipitations pour rattraper le retard accumulé durant cet été particulièrement chaud et sec. Dans certaines régions à l'est du plateau, il manque jusqu'à l'équivalent de trois mois de pluie. Du jamais vu depuis le début des mesures en 1864.

Le déficit pluviométrique d’avril à août 2018. La carte montre le rapport à la norme 1981-2010 en pourcent (état au 19.08.2018).
Le déficit pluviométrique d’avril à août 2018. La carte montre le rapport à la norme 1981-2010 en pourcent (état au 19.08.2018). [MeteoSwiss]

Tout le territoire connaît un déficit en eau d'au moins 20% par rapport à la norme 1981-2010. La Suisse orientale, en marron foncé sur la carte, est la plus touchée avec un déficit de 60%.

En Suisse romande, moins impactée, il est tombé l’équivalent de 66% de la norme entre avril et août. Seule l’année 1893 avait connu une période similaire plus sèche.

>> Lire aussi: Plus de 120 demandes de ravitaillement en eau dans les alpages vaudois

Sixième été le moins pluvieux

L'été 2018 s’est montré extrêmement peu pluvieux, détaille sur son site MétéoSuisse. Au niveau national, c'est le sixième été le moins arrosé depuis le début des mesures. Il faut remonter aux années 1983 et 1984 pour trouver des périodes estivales aussi sèches.

Au mois de juin, il n'a plu que 20 à 40% des précipitations normales dans certaines régions. En juillet, c'est la Suisse orientale qui a connu le moins de précipitations, mais la Suisse romande a enregistré entre 100 à 140% de la norme 1981-2010.

Les précipitations du mois d'août ont elles été extrêmement faibles sur l’ouest et le nord-ouest de la Suisse, ainsi qu’en Valais. Entre le lac de Neuchâtel et le Léman, il n’a été mesuré que de 20 à 30% de la norme.

>> Lire aussi: La sécheresse affecte localement la production d’électricité en Suisse

Prévisions météo pessimistes

Pour un retour à la normale, il faudrait une période relativement longue de précipitations abondantes, ce qui n'est pas prévu dans les deux prochaines semaines. Au contraire, la poussée d'un anticyclone va réinstaller un temps sec et chaud, avertit le service météorologique.

"L'arrivée de l'automne n'est pas forcément gage de précipitations, souligne l'un des météorologues du service. En novembre 2011 par exemple, il y avait eu zéro pluie."

>> Lire aussi: Des températures estivales pour le huitième week-end d'affilée en Suisse

Mouna Hussain

Publié le 08 septembre 2018 à 14:01 - Modifié le 10 septembre 2018 à 08:08

Pas moins de pluie, mais plus d'évaporation

Le manque de pluie des derniers mois ne montre pas de tendance des précipitations estivales à la baisse, explique MétéoSuisse. En revanche, l'augmentation des températures ont intensifié l'évaporation, avec pour conséquence des sécheresses plus fréquentes.

Ainsi, même si les quantités de pluie restent stables, MétéoSuisse estime que les sécheresses s'accentueront dans les prochaines décennies. Dès 2050, les précipitations estivales devraient diminuer, ce qui aggravera encore le phénomène.

Pas de pénurie à large échelle

La Suisse ne devrait pour l'instant pas connaître de pénurie à large échelle, explique MeteoSuisse. En tant que château d'eau de l'Europe, le pays dispose de grandes réserves.

Environ 80 % de son eau potable provient des eaux souterraines, qui ne réagissent qu'après des semaines voire des mois à un épisode de sécheresse.