Modifié le 11 janvier 2017

Le président chinois en Suisse dès le 15 janvier pour une visite officielle

Le président Xi Jinping, photographié en décembre 2016.
Le président Xi Jinping, photographié en décembre 2016. [Fred Dufour - Reuters]
Le Conseil fédéral accueillera le président chinois Xi Jinping pour une visite d'Etat. Après les discours officiels et un dîner de gala le dimanche 15 janvier, des discussions entre les délégations sont prévues le lundi.

Au programme figurent notamment des échanges de points de vue sur le commerce mondial, le système financier et la protection de l'environnement. Les délégations traiteront en outre des questions bilatérales, à commencer par la collaboration sur les plans économique et scientifique.

Ni le Département fédéral des affaires étrangères ni l'ambassade de Chine à Berne n'ont donné davantage d'informations quant au séjour du chef d'Etat. Selon plusieurs sources concordantes, Xi Jinping se rendra au World Economic Forum de Davos (GR). Il devrait aussi faire un passage le 18 janvier auprès de l'ONU à Genève.

Troisième partenaire commercial

Les liens entre la Suisse et la Chine se sont resserrés au cours des dernières années. En avril 2016, Johann Schneider-Ammann, alors président de la Confédération, s'était rendu dans l'Empire du Milieu pour un voyage officiel.

Depuis 2010, la Chine est le premier partenaire commercial de la Suisse en Asie et le troisième au niveau mondial, après les Etats-Unis et l'Union européenne.

kg

Publié le 06 janvier 2017 - Modifié le 11 janvier 2017

Une première réaction d'Amnesty International

L'annonce de la venue du président chinois en Suisse n'a pas manqué de faire réagir. Une pétition a été adressée à la présidente de la Confédération Doris Leuthard, signée par des juristes, des artistes, des défenseurs des droits de l’homme. La lettre demande que la présence de Xi Jinping soit l'occasion d'aborder les questions sensibles des droits de l'homme, de la liberté d'expression.

Les explications de Paolo Bernasconi, ancien procureur tessinois et signataire de la pétition:


L'organisation non gouvernementale Amnesty International s'interroge elle aussi: à quel moment les deux délégations aborderont-elles la question des droits de l'homme? Près de quatre ans après son accession au pouvoir, Xi Jinping est régulièrement visé par les associations pour son piètre bilan en la matière.