Modifié le 08 juillet 2015 à 08:23

Un nouveau test de dépistage de la trisomie remboursé

Les nouveaux tests non invasifs coûtent 950 francs (image d'illustration).
Interview d'Ariane Giacobino médecin-adjoint au service de génétique des HUG Le Journal du matin / 3 min. / le 08 juillet 2015
Les tests non invasifs de dépistage de la trisomie par analyse sanguine seront pris en charge par l'assurance maladie dès le 15 juillet, a indiqué mardi l'Office fédéral de la santé publique.

Jusqu'à présent, pour disposer d'un diagnostic précis, la femme enceinte devait se soumettre à un test invasif, tel qu'un prélèvement des villosités choriales ou une amniocentèse, lorsque son foetus présentait un risque accru de trisomie 21, 18 ou 13. Or, ces examens occasionnent un risque de fausse-couche dans environ 1% des cas.

Désormais, de nouveaux tests non invasifs permettent de déceler ces trisomies dans le sang maternel à partir de la 12e semaine de grossesse.

Baisse du nombre d'amniocentèses

Ces examens, qui coûtent 950 francs, seront financés par l'assurance obligatoire des soins lorsque le test du premier trimestre - échographie de la clarté nucale et analyses sanguines - indique un risque de trisomie 21, 18 ou 13 supérieur à 1:1000.

Grâce à ces nouveaux moyens de dépistage, le nombre d'amniocentèse devrait reculer, passant de 3000 à quelques centaines par an, a précisé mardi l'Office fédéral de la santé publique.

ats/kg

Publié le 07 juillet 2015 à 11:09 - Modifié le 08 juillet 2015 à 08:23