Publié le 08 septembre 2014 à 20:08

Le dépistage de la trisomie 21 a été accepté par le Conseil des Etats

Le diagnostic préimplantatoire sera débattu prochainement aux Chambres.
Le dépistage de maladies chromosomiques comme la trisomie 21 pourrait être autorisé en Suisse. [ - Alain Jocard]
Le Conseil des Etats s'est rallié lundi au National dans la révision de la loi sur la procréation médicalement assistée. Le dépistage des maladies chromosomiques pourrait ainsi être autorisé.

La Suisse pourrait autoriser le dépistage de la trisomie 21 lors des fécondations in vitro. Par 27 voix contre 18, le Conseil des Etats s'est finalement rallié lundi au Conseil national dans la révision de la loi sur la procréation médicalement assistée.

Lors du premier examen de la loi, la Chambre des cantons avait refusé cette extension, invoquant le risque des dérives eugéniques. Cette fois, la forte conviction du National en faveur de la libéralisation a pesé dans la balance.

Maladies chromosomiques

Ainsi, le diagnostic préimplantatoire ne sera pas pratiqué seulement en cas de maladie génétique grave comme la mucoviscose. Cette technique permettant d'analyser un embryon conçu in vitro avant son implantation dans l'utérus pourra être utilisée pour dépister aussi des maladies chromosomiques comme le syndrome de Dawn.

Aujourd'hui, la Suisse autorise uniquement le diagnostic prénatal, en cours de grossesse, qui implique parfois des avortements.

ats/jvia

Publié le 08 septembre 2014 à 20:08

Pas de compromis

Il vaut mieux procéder à un examen préalable complet plutôt que de favoriser les "grossesses à l'essai" ou de pousser au tourisme de la fécondation in vitro vers des pays moins stricts, a signalé Felix Gutzwiller (PLR/ZH) au nom de la commission.

"On ne peut pas jouer avec les souffrances des gens; les couples qui ont recours à ce genre de techniques ont déjà traversé des situations épouvantables et parfois même des cauchemars", a ajouté Anne Seydoux (PDC/JU).

Forte de cet avis, la majorité a balayé aussi une tentative de compromis visant à limiter le dépistage chromosomique aux couples faisant appel au diagnostic préimplantatoire en raison de maladies génétiques graves.

Deux divergences

En revanche, le Conseil des Etats n'a pas voulu céder complètement au chapitre du nombre d'embryons pouvant être développés par cycle de traitement.

La majorité a fixé le plafond à douze embryons. Aujourd'hui, seuls trois embryons sont autorisés par tentative de FIV.

Enfin, le conseil a refusé à nouveau tacitement d'interdire l'utilisation des spermatozoïdes d'un donneur après sa mort.

Le National doit se prononcer à nouveau en raison de ces deux divergences.

Jusqu'à 1000 examens par an

En tout, avec le régime choisi, quelque 1000 examens pourraient lieu par an, alors que l'on dénombre environ 6000 tentatives de procréation assistée. La version plus restrictive initiale, qui avait les faveurs du ministre de la santé Alain Berset, aurait permis environ 50 à 100 diagnostics prénataux.