Modifié le 02 février 2015

Porter le voile à l'école en Suisse "n'est pas une expérience facile"

Amina Elaian Talibi a été la première élève de Suisse à faire parler d’elle à cause de son voile.
Rencontre avec la première élève de Suisse à porter le voile en 1998 Le Journal du matin / 2 min. / le 27 mars 2014
Amina, première écolière de Suisse à avoir porté le voile à l'école en 1998, raconte à la RTS son expérience "difficile".

Alors que le port du foulard à l’école est remis en question dans plusieurs cantons, notamment en Valais, Neuchâtel a joué un rôle pionnier, lorsqu’il a fallu trancher sur le premier cas d’une élève portant le foulard islamique. C'était en 1998, Amina, 11 ans, débarque à l'école couverte d'un foulard.

"Pas une expérience facile"

Amina Elaian-Talibi, aujourd'hui âgée de 28 ans, s'est souvenue lundi dans le Journal du matin de la RTS de ce rôle de pionnière, qui l'a plutôt traumatisée, parlant de "l'acharnement des médias".

"Droit à l'éducation"

A l'époque, les autorités scolaires de La Chaux-de-Fonds interdisent ce signe religieux. C'est le début d'un long bras de fer qui va attirer l'attention de la Suisse entière. Le radical Thierry Béguin, alors à la tête de l’Instruction publique neuchâteloise, autorise finalement le port du foulard islamique. Cette autorisation a ensuite été confirmée par le Tribunal administratif au nom de la primauté du droit à l'éducation.

"Ce n'est pas admissible d'exclure quelqu'un de l'enseignement", a répété Thierry Béguin lundi sur les ondes de la RTS (écouter ci-dessous).

Thierry Béguin.
Sandro Campardo - key
Le Journal du matin - Publié le 02 février 2015

Ludovic Rocchi/lan

Publié le 02 février 2015 - Modifié le 02 février 2015