Modifié le 29 novembre 2012 à 20:50

Christophe Darbellay relance le débat sur l'EEE

Le parti veut renforcer sa position de leader du centre, a expliqué Christophe Darbellay.
Christophe Darbellay souhaite rendre l'idée d'une adhésion à l'EEE attractive. [Georgios Kefalas - ]
Vingt ans presque jour pour jour après le "non" des Suisses à l'entrée dans l'Espace économique européen (EEE), le président du PDC a jeté un pavé dans la mare mercredi en se prononçant en faveur d'un nouveau vote.

Christophe Darbellay veut que la Suisse adhère à l'Espace économique européen (EEE), et le révèle mercredi sur le site du Tages-Anzeiger, disant vouloir "briser un tabou".

Selon un autre article à paraître la semaine prochaine, que RTSinfo s'est procuré, le président du PDC explique qu'ils s'agirait là de "la ligne médiane entre la voie bilatérale et l'adhésion à l'Union européenne". "Le Conseil fédéral recherche laborieusement un chemin entre les bilatérales et l'EEE sans oser appeler un chat un chat", explique-t-il.

Régler les problèmes institutionnels

Le Valaisan estime que la voie bilatérale n'est "pas la panacée" et que "la voie royale s'est transformée en cul-de-sac". Il juge que rejoindre l'EEE permettrait de régler les problèmes institutionnels qui crispent les relations entre Berne et Bruxelles, notamment en ce qui concerne la reprise du droit européen.

Il estime en outre que sa solution comporte de nombreux avantages tels que l'accès non discriminatoire au marché européen, la sécurité du droit ou l'intégration à un ensemble.

Retirer définitivement la demande suisse d'adhésion à l'UE

Christophe Darbellay se dit conscient que l'EEE de 2012 n'est plus celui de 1992, de nombreux pays étant entretemps devenus membres à part entière de l'UE. Mais la Norvège, l'Islande, et le Liechtenstein profitent des avantages de l'EEE tout en préservant leur indépendance vis-à-vis de l'Union.

Pour le patron du PDC, l'adhésion à l'EEE présente donc des avantages majeurs par rapport à une adhésion à l'UE: pas de monnaie unique, pas de politique agricole ou de politique de sécurité communes...

Retirer la demande d'adhésion

A ce propos, Christophe Darbellay appelle dans son texte le Conseil fédéral à retirer définitivement sa demande d'adhésion à l'UE déposée à l'époque, une exigence qu'il partage avec l'UDC. Cette annonce intervient quelques jours seulement avant les célébrations prévues à Bienne par l'UDC pour les 20 ans du "non" à l'adhésion; une manière de couper l'herbe sous le pied des opposants à l'EEE.

Pour l'heure, il s'agit d'une initiative personnelle de Christophe Darbellay et non d'une position officielle du parti qu'il préside, le PDC. Parmi ses soutiens déclarés, on compte toutefois l'autre homme fort du PDC, Urs Schwaller. Une discussion de fond doit être menée mardi prochain au parti.

RTSinfo/ats

Publié le 28 novembre 2012 à 19:05 - Modifié le 29 novembre 2012 à 20:50

Le précédent Blankart

Christophe Darbellay n'est pas le premier à relancer l'idée d'une adhésion à l'EEE.

En octobre, l'ancien secrétaire d'Etat Franz Blankart avait affirmé que seul un EEE adapté à la situation actuelle sortira la Suisse de son impasse vis-à-vis de l'UE.

Le diplomate avait été le négociateur en chef pour la Suisse pour l'accord avec l'EEE, qui avait échoué en votation en décembre 1992.