Modifié

Les Suisses sont de plus en plus eurosceptiques

La Suisse prend conscience de la nécessité de s’aligner sur les pratiques bruxelloises. [Elisabeth Guenthard - Keystone]
La Suisse prend conscience de la nécessité de s’aligner sur les pratiques bruxelloises. [Elisabeth Guenthard - Keystone]
Un nouveau sondage sur la question européenne révèle que seuls un peu plus de 11% des citoyens suisses voteraient aujourd'hui pour une adhésion à l'Union européenne.

La confiance des Suisses dans l'Union européenne (UE) n'a jamais été aussi basse dans les sondages. Seulement 11,5% des citoyens se prononceraient en faveur d'une adhésion à l'UE, selon les chiffres publiés par la "SonntagsZeitung". Les partisans représentaient plus d'un tiers il y a 12 ans.

Depuis 1993, l'institut Isopublic a réalisé régulièrement des sondages sur la question européenne. Aujourd'hui, non seulement l'UE n'a jamais été aussi impopulaire, mais aussi l'Espace économique européen (EEE) refusé à une majorité de 50,3% il y a 20 ans. Si le peuple était amené à se prononcer aujourd'hui sur l'EEE, il ne récolterait que 32% des voix, rapporte le journal dominical alémanique.

Désamour en Romandie aussi

On observe les mêmes tendances en Suisse romande, traditionnellement plus pro-européenne. Une majorité de 60% des Romands était encore favorable à l'entrée dans l'EEE en 2008. Les partisans ont aujourd'hui fondu à 41,5%.

"La Suisse se trouve dans l'impasse en matière de politique européenne", a reconnu la conseillère nationale Christa Markwalder (PLR/BE). Elle plaide aujourd'hui pour un "EEE light". Pour sa part, l'ancienne conseillère fédérale socialiste Micheline Calmy-Rey ne voit actuellement pas d'alternative à la voie bilatérale.

De son côté, l'ex-conseiller fédéral UDC Christoph Blocher table sur une votation sur l'Europe ces prochaines années. Il promet de s'engager à nouveau dans une campagne contre l'intégration européenne.

ats/pym

Publié Modifié