Modifié le 27 avril 2012 à 15:49

Le quatrième tableau volé à Zurich en 2008 a été retrouvé

Le tableau d'Edgar Degas "Ludovic Lepic et ses filles" (1871).
Le tableau d'Edgar Degas, "Ludovic Lepic et ses filles" (1871), qui a refait surface est estimé à 10 millions de francs. [ - Collection E.G. Bührle]
Le quatrième tableau volé à Zurich à la collection E.G. Bührle en 2008 a aussi été retrouvé, a annoncé vendredi le Ministère public zurichois. Il s'agit d'une toile d'Edgar Degas, "Ludovic Lepic et ses filles" (1871).

Un tableau d'Edgar Degas, "Ludovic Lepic et ses filles" (1871), volé en 2008 avec trois autres oeuvres dans la collection E.G. Bührle à Zurich, a été retrouvé à son tour, a annoncé vendredi le Ministère public zurichois.


Le tableau, estimé à 10 millions de francs suisses (8 millions d'euros) a été rendu à son propriétaire, la Fondation Bührle, a ajouté la même source judiciaire. C'était le dernier à manquer à l'appel après le casse qui s'était produit le 10 février 2008.


Quatre suspects arrêtés

L'oeuvre avait été retrouvée en fait il y a quelques mois en Serbie, mais pour des raisons liées à l'enquête, l'information avait été gardée secrète le temps de retrouver une oeuvre de Paul Cézanne, "Garçon au gilet rouge", volée en même temps, et estimée elle 100 millions de francs suisses (80 millions d'euros).


Le tableau de Cézanne a été retrouvé le 11 avril dernier, lui aussi en Serbie, et la police a arrêté quatre suspects, tous serbes, dont l'un aurait directement participé au vol.


Les deux autres tableaux volés en 2008 avaient déjà été retrouvés une semaine après le casse dans le coffre d'une voiture abandonnée sur le parking d'une clinique psychiatrique, non loin du musée. Il s'agissait d'un tableau de Claude Monet, "Champs de coquelicots près de Vétheuil", et d'un tableau de Vincent Van Gogh, "Branches de marronnier en fleurs".


ats/olhor


Publié le 27 avril 2012 à 11:17 - Modifié le 27 avril 2012 à 15:49

Endommagées, les toiles peuvent être restaurées

Malgré un périple de quatre ans aux mains de voleurs, les toiles de Cézanne et de Degas rendues à la Fondation Bührle ne devraient pas avoir perdu de leur valeur. Les dommages subis peuvent être réparés, a assuré le directeur Lukas Gloor vendredi. Le plus grave dommage est une coupure sur le bord du tableau "Ludovic Lepic et ses filles".

Les voleurs ont apparemment voulu couper la toile du châssis sur lequel elle était tendue pour pouvoir l'enrouler. Mais après avoir coupé une partie du rebord, ils ont poursuivi en ôtant les clous du châssis. La déchirure pourra être recousue, a affirmé Lukas Gloor.

La pièce maîtresse de la Collection Bührle, le "Garçon au gilet rouge" (1888-90) de Paul Cézanne, a quant à lui perdu un petit morceau de peinture. Si les restaurateurs peuvent retoucher la partie concernée, la couleur originale est à tout jamais perdue.

Heureusement, le dommage est situé en bordure de l'oeuvre. "Nous pensons que la toile reste estimée à 100 millions de francs", selon Lukas Gloor. Les deux tableaux ont été confiés aux restaurateurs du Kunsthaus. Lukas Gloor n'a pas voulu avancer de délai pour la présentation au public.