Modifié

Les Vert-e-s lancent leur initiative encourageant le solaire sur le bâti et le neuf

La Verte Lisa Mazzone a estimé mardi que l'initiative de son parti pour le solaire permettrait de sortir de la dépendance à l'énergie fossile importée et de garantir l'abandon du nucléaire (image d'illustration). [Keystone - Christian Beutler]
Les Vert-e-s suisses lancent leur initiative solaire / Le Journal horaire / 25 sec. / hier à 14:02
Les Vert-e-s ont lancé mardi à Berne leur "initiative sur le solaire". Le texte prévoit que toute nouvelle construction ou rénovation soit systématiquement accompagnée d'une installation solaire.

Cette solution permettra de sortir de la dépendance à l'énergie fossile importée, notamment de régimes autoritaires, et de garantir l'abandon du nucléaire, a affirmé la présidente du parti Lisa Mazzone.

Pour les écologistes, la Suisse dispose de suffisamment de toits, façades et autres infrastructures appropriées pour couvrir son besoin actuel en électricité, voire davantage, avec de l'énergie solaire. La conseillère nationale Nadine Masshardt (PS/BE), présidente de la Fondation suisse de l'énergie (SES), a jugé que la production actuelle (5 à 6 térawattheure) pourrait être quintuplée d'ici à 2035.

Débouchés économiques intéressants

Or, aujourd'hui, elle n'exploite qu'un dixième de ce potentiel. Ainsi, selon les Vert-e-s, ce projet contribue significativement à la protection du climat et à la sécurité de l'approvisionnement. Il crée aussi des emplois et fournit de l'électricité propre et bon marché, tandis que les installations solaires sont "économiquement intéressantes", ont insisté les initiants.

Les responsables ont enfin souligné que le contenu de l'initiative n'est pas nouveau. Lors de l'élaboration de la loi sur l'électricité, largement acceptée dimanche, le Conseil national s'était prononcé dans des termes similaires. Cette disposition avait toutefois été biffée lors de la procédure d'élimination des divergences entre les Chambres.

>> Relire : La loi sur l'électricité a conquis l'ensemble des cantons

Pas de soutien des Vert'libéraux

Aujourd'hui, la filière représente déjà 15'000 emplois et engendre un chiffre d'affaires de plus d'un milliard de francs. L'initiative renforcerait encore ce secteur, a souligné Thomas Tribelhorn, président du parti Vert'libéral de Bâle-Campagne et directeur de la coopérative d’énergie ADEV. Il a souligné la "chance" que l'initiative représente pour l'industrie, 80% des panneaux actuels provenant de Chine.

Au niveau fédéral, les vert'libéraux ne font pas encore partie de la coalition en faveur du texte, parmi lesquelles figurent entre autres le PS, Travail.Suisse ou encore les Aînées pour la protection du climat. Mais les discussions vont se poursuivre, car les avis sont partagés au sein de la formation, a précisé Thomas Tribelhorn.

La secrétaire générale du PVL Martina Bühler a précisé que, si le parti ne soutient pas l'initiative, ses membres pourront s'engager à titre personnel. Mais selon elle, la nouvelle loi sur l'électricité constitue déjà un progrès important. "Nous devons maintenant aller de l'avant au niveau cantonal et travailler plutôt avec des incitations qu'avec des obligations", estime-t-elle.

ats/juma

Publié Modifié

Exceptions possibles

Selon le texte, l'obligation de poser des panneaux solaires sur les nouvelles constructions ou les transformations importantes entrerait en vigueur une année après son acceptation par le peuple. Pour les constructions et installations existantes, des panneaux solaires seraient obligatoires dans un délai de 15 ans. La Confédération pourra soutenir ce processus financièrement.

Des exceptions seront possibles, par exemple pour les bâtiments classés, pour des cas de rigueur ou lorsque l'installation provoquerait des coûts "disproportionnés".

Les responsables ont souligné les avantages de cette source d'énergie "propre et bon marché" qui, selon les Vert-e-s, peut contribuer significativement à la protection du climat et à la sécurité de l'approvisionnement.