Modifié

Lent retour à la normale avec le reflux des lacs en Suisse

La vigilance reste de mise sur le lac de Neuchâtel. La décrue va durer plusieurs jours. Reportage à Yverdon-Les-Bains. [RTS]
La vigilance reste de mise sur le lac de Neuchâtel. La décrue va durer plusieurs jours. Reportage à Yverdon-Les-Bains. / 19h30 / 1 min. / le 19 juillet 2021
Les niveaux des lacs et cours d'eau ont poursuivi leur reflux lundi en Suisse, après les crues provoquées par de fortes pluies la semaine passée. Après des niveaux records, une lente décrue s'est également amorcée au lac de Neuchâtel lundi.

"Une cote exceptionnelle de 430,73 centimètres - 29 centimètres plus haute que le record de mai 2015 - a été mesurée sur le lac de Neuchâtel lundi à 9h à Grandson", a annoncé lundi en fin de matinée le syndic d'Yverdon-les-Bains Pierre Dessemontet. Puis "un premier centimètre de descente" a été amorcé vers 10h, a-t-il précisé à l'issue d'une séance de la cellule de crise.

La décrue devrait se poursuivre, mais de manière "extrêmement lente". Les eaux du lac resteront à des niveaux élevés jusqu'à la fin de la semaine, au moins. La situation est cependant globalement sous contrôle.

Aucun incident majeur n'a été signalé aux abords du plan d'eau, mais la situation reste toutefois délicate dans plusieurs secteurs. Certaines zones restent inondées, tant sur les rives vaudoises, neuchâteloises que fribourgeoises. Des campings ont dû être évacués et l'électricité a été coupée dans certains secteurs. Quelques routes communales ont aussi été fermées par précaution.

>> Le port d'Yvonand (VD) filmé par un drone (images Simon Wicht):

Plan drone port Yvonand immergé [RTS]
Le port d'Yvonand (VD) filmé par un drone (vidéo: Simon Wicht) / L'actu en vidéo / 1 min. / le 19 juillet 2021

Camping d'Yverdon évacué à 60%

A Yverdon-les-Bains, les inondations touchent essentiellement la zone du bord du lac, où se trouvent le camping des Iris, les installations sportives, ainsi que plusieurs restaurants. Des dizaines de caves ont également été inondées. Et la piscine en plein air a dû fermer ses portes dimanche.

D'une manière générale, les dégâts ont pu être limités, grâce aux enseignements tirés de la précédente crue en 2015. "Cela a été plutôt bien géré. La ville tient. Nous ne sommes pas dans une situation catastrophique malgré cette crue exceptionnelle", a ajouté le municipal yverdonnois Christian Weiler.

Depuis la semaine dernière, les secours ont posé 340 mètres de barrages de protection et plus de 3000 sacs de sable.

>> Point de la situation à Yverdon-les-Bains, lundi dans le 12h30:

Le camping d'Yverdon Plage les pieds dans l'eau. [Leandre Duggan - Keystone]Leandre Duggan - Keystone
La décrue du lac de Neuchâtel a débuté mais sera très lente / Le 12h30 / 1 min. / le 19 juillet 2021

Les inquiétudes concernent également certaines stations d'épuration en train de déborder. Des eaux usées sont ainsi susceptibles de se jeter directement dans le lac, a prévenu l'Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel. Des analyses d'eau seront prochainement effectuées.

Stagnation à Bienne

Après une forte décrue ce week-end, le niveau du lac de Bienne stagne, constate le canton de Berne. Comme le niveau du lac de Neuchâtel est désormais plus haut, d'importants volumes d'eau s'écoulent vers le lac de Bienne par le canal de la Thielle. Malgré l'augmentation du débit à la sortie au barrage de Port (BE), son niveau ne diminue plus aussi rapidement.

La décrue devrait reprendre mercredi, avec une baisse prévue de 10 centimètres environ par jour. A ce rythme, le lac de Bienne devrait passer en dessous de son niveau de crue vers la fin de la semaine. Comme pour le lac de Neuchâtel, le retour à un niveau normal sera plus long et pourrait dans ce cas prendre entre 2 et 3 semaines.

Classé au degré de danger 3, le lac de Morat (FR) est quant à lui resté stable autour de 430,71 mètres. A Thoune (BE), le niveau du lac a continué à reculer, mais se trouvait encore à une vingtaine de centimètres au-dessus du niveau de crue (558,45 m) lundi matin.

Le Lac des Quatre-Cantons se retire lentement

A Lucerne, la décrue s'est également poursuivie, le lac des Quatre-Cantons affichant 434,81 mètres vers 05h00 et 434,78 mètres vers 11h00 et 434,76 mètres vers 16h00, soit 18 centimètres de moins que le maximum atteint dans la nuit de samedi à dimanche. Le danger d'inondation n'est pas encore écarté.

Les cantons riverains du lac des Quatre-Cantons ont annoncé que l'interdiction temporaire de la navigation privée et des sports nautiques prend fin lundi soir à minuit et ne sera pas prolongée. Les autorités appellent toutefois à la prudence.

La situation s'est aussi détendue dans les communes nidwaldiennes riveraines du lac des Quatre-Cantons. A Stanstaad, le lac a submergé la place du village et des passerelles en bois ont été installées par les services de secours. Elles sont en cours de démantèlement, ont indiqué les autorités communales. La place du village et certaines rues devrait toutefois rester fermées jusqu'à mercredi au moins.

Le niveau du lac de Sarnen a atteint son niveau maximal vendredi soir. Lundi, il avait déjà baissé de 40 centimètres, ont annoncé les autorités cantonales obwaldiennes.

Le Léman baisse de 2 cm par jour

A Genève, le niveau du Léman descend d'environ deux centimètres par jour, a fait savoir lundi François Pasquini, directeur du service de l'écologie de l'eau à l'Office cantonal de l'eau. Il devrait atteindre 372,50 mètres samedi, soit 20 centimètres de moins qu'au plus haut de la crue, mais encore 20 centimètres au-delà de la cote maximale estivale habituelle.

Compte tenu du niveau élevé du lac, le débit du Rhône est de 600 m3 par seconde. Les vannes du barrage du Seujet sont entièrement ouvertes. Quant à l'Arve, elle a quasiment retrouvé son débit saisonnier, entre 120 et 150 m3 par seconde.

La prudence reste de mise

Malgré le retour du beau temps depuis samedi, les dangers et risques liés aux crues des lacs et cours d’eau sont toujours bien présents. Les cantons et les secouristes appellent à la prudence et déconseillent vivement toute activité dans les lacs et les cours d'eau, notamment à cause de la vitesse des courants et de la présence de bois flottant.

ats/oang

Publié Modifié

Encore deux communes fribourgeoises sans eau potable

Victimes d'une importante pollution durant tout le week-end, les habitants de neuf communes de l'agglomération fribourgeoise - dont Villars-sur-Glâne, Corminboeuf, Avry et Matran - peuvent à nouveau boire l'eau du robinet.

Mais deux communes, Belfaux et Gibloux, étaient encore privées d'eau potable lundi à la mi-journée, en attente des recommandations du chimiste cantonal. Les autorités recommandent aux habitants de purger les conduites des maisons et bâtiments durant plusieurs minutes, afin d'exclure toute recontamination du réseau d'eau.

Ce sont probablement les précipitations de la semaine dernière qui ont provoqué cette pollution. Il semblerait que les fortes pluies ont saturé le système de filtration naturelle d'un puits d'eau potable du Gibloux, ce qui a entraîné une contamination de l'eau par des germes fécaux. Des dizaines de milliers de personnes ont été touchées.

>> Les précisions de Fabrice Gaudiano dans le 12h30 lundi:

eau, robinet, prix de l'eau [AFP]AFP
Des milliers de personnes concernées par la pollution de l'eau potable à Fribourg / Le 12h30 / 1 min. / le 19 juillet 2021

Pas de troisième correction des eaux du Jura à l'ordre du jour

En 1868, les premiers grands travaux de correction des eaux du Jura ont permis d'éviter les inondations trop fréquentes dans la région des Trois-Lacs, avec notamment la déviation du cours de l'Aar pour que la rivière passe par le lac de Bienne.

Au milieu du 20e siècle, des montées des eaux records poussent les autorités à se lancer dans la seconde correction des eaux du Jura. Depuis, la plaine marécageuse a laissé place aux terrains agricoles et le niveau des trois lacs de Neuchâtel, Morat et Bienne s'est abaissé de 2,5 mètres.

Entre inondations et sécheresse

Les dernières crus remettent cette question à l'agenda: faut-il envisager une troisième correction des eaux du Jura? Ce n'est pas au programme, ont répondu à la RTS plusieurs acteurs impliqués. On mise plutôt sur la revitalisation des cours d'eau pour qu'ils puissent absorber des augmentations de débit, un travail progressif déjà entamé par les cantons.

Un bilan sera tiré une fois la crise passée. L'équilibre sera subtil à trouver, car les terres de la région souffrent aussi régulièrement de sécheresse des sols.

>> Ecouter le sujet de La Matinale mardi:

Suite à la correction des eaux du Jura, le niveau des trois lacs de Neuchâtel, Morat et Bienne s'était abaissé de 2,5 mètres. [Gaëtan Bally - Keystone]Gaëtan Bally - Keystone
Intempéries: faut-il une troisième correction des eaux du Jura? / La Matinale / 1 min. / le 20 juillet 2021