Modifié

La Suisse ne réduira pas drastiquement l'usage de pesticides dans l'agriculture

Initiative anti-pesticides : la stratégie du "2x non" a gagné [RTS]
Initiative anti-pesticides : la stratégie du "2x non" a gagné / Forum / 1 min. / le 13 juin 2021
L'usage des pesticides de synthèse ne sera pas drastiquement limité dans l'agriculture suisse. Le peuple a clairement rejeté dimanche les deux initiatives phytos lancées par des comités citoyens. Les villes ont voté plutôt pour, les campagnes contre.

Les deux initiatives réclamaient des mesures strictes pour réduire les pesticides dans l'environnement, soulignant les dangers qu'ils représentent pour la santé et la nature. L'une demandait l'interdiction pure et simple des pesticides de synthèse, tandis que l'autre intitulée "Pour une eau potable propre et une alimentation saine" voulait durcir les conditions donnant droit aux paiements directs.

Au final, ni l'une ni l'autre n'a obtenu l'aval du peuple. Tant l'initiative interdisant les pesticides de synthèse que celle "Pour une eau potable propre" ont été balayées par plus de 60% des voix. Bâle-Ville est le seul canton à avoir dit deux fois oui.

Au total, 1,9 million de citoyens ont glissé un non. Le oui n'a récolté que 1,2 million de voix. La participation s'est élevée à près de 60% des votants.

>> Ecouter les réactions dans Forum:

Initiatives anti-pesticides refusées au terme d’une campagne houleuse : interview d’Emilie Beuret, Edward Mitchell et Jean-François Chapuisat [RTS]
Initiatives anti-pesticides refusées au terme d’une campagne houleuse : interview d’Emilie Beuret, Edward Mitchell et Jean-François Chapuisat / Forum / 12 min. / le 13 juin 2021

>> Écouter également les interviews d’Adèle Thorens et de Jacques Bourgeois:

La majorité du corps électoral dit 2x non aux initiatives anti-pesticides : interview d’Adèle Thorens et de Jacques Bourgeois [RTS]
La majorité du corps électoral dit 2x non aux initiatives anti-pesticides : interview d’Adèle Thorens et de Jacques Bourgeois / Forum / 12 min. / le 13 juin 2021

Le record du non en Valais

Les cantons romands ont tous rejeté les deux textes, dans un vote groupé relativement similaire. Parmi les plus fervents opposants, le Valais figure en tête avec 78,2% de non sur l'initiative "Pour une eau potable propre", et 76,9% sur celle sur les pesticides de synthèse. C'est le record national.

Il est suivi par le Jura (69,2%/67,1%), Fribourg (68,7%/67%), Vaud (66%/62,7%) et Neuchâtel (61,4%/57,3%). Genève ferme la marche avec un petit non légèrement supérieur à la majorité (53,1%/50,6%).

En Suisse alémanique, Bâle-Ville sauve l'honneur des initiants avec un double oui de 58,7% et 57,1%. Tous les autres ont refusé les deux textes. Dans le canton de Zurich, le rejet l'a emporté par deux fois dans une proportion d'un peu plus de 50% et à Berne de 59%. En Suisse centrale (NW, OW, AI, UR, SZ), le front du non a varié entre 70 et 75%.

Fossé villes-campagnes

Seules les grandes villes se sont montrées favorables aux deux initiatives. En moyenne, le oui est d'environ 60% dans les communes de plus de 50'000 habitants. Il dépasse cette barre à Berne, Zurich et Bâle. Il est au-dessus de 50% à Lausanne et Genève.

Le non l'emporte en revanche dans les communes de plus petite taille et dépasse les 70% dans les communes de moins de 1000 habitants. A Bourg-Saint-Pierre (VS), qui compte environ 200 habitants, c'est presque un non à l'unanimité (95,8%). Les quelque 40 habitants de Berken (BE) ont eux tous glissé un non dans l'urne sur l'initiative contre les pesticides de synthèse.

>> Le reportage du 19h30 chez des opposants aux deux initiatives anti-pesticides dans le canton de Vaud :

Reportage dans le canton de Vaud, chez des opposants aux deux initiatives anti-pesticides. [RTS]
Reportage dans le canton de Vaud, chez des opposants aux deux initiatives anti-pesticides. / 19h30 / 2 min. / le 13 juin 2021

Pronostics confirmés

Les résultats confirment les pronostics des sondages qui donnaient d'abord les initiatives phytos légèrement en tête puis en recul constant au fil d'une campagne très polarisée, voire agressive. Le monde agricole a dans sa grande majorité martelé que ces deux textes menaçaient leurs exploitations.

Ils auraient été difficiles à mettre en œuvre pour certains secteurs comme l'élevage de volailles ou de porcs ou les producteurs de fruits. La production agricole indigène aurait chuté, les prix augmentés et l'objectif vers une production plus écologique n'aurait pas été garanti, selon les opposants. Le Conseil fédéral et le Parlement se sont aussi opposés aux deux initiatives.

Pour le gouvernement, des mesures ont été prises depuis plus de 20 ans pour réduire les pesticides dans l'environnement. Il a encore mis en consultation récemment un paquet d’ordonnances pour protéger les eaux. Objectif: réduire les risques liés aux produits phytosanitaires de moitié d’ici 2027 par rapport à la moyenne de 2012 à 2015.

ats/fgn

>> Le détail des votes par commune:

Publié Modifié