Publié le 20 mars 2020 à 13:15

La Suisse est le troisième pays le plus heureux du monde selon l'ONU

La Suisse est troisième du classement 2020 du "World Happiness Report".
La Suisse, troisième pays le plus heureux du monde Le Journal horaire / 1 min. / le 20 mars 2020
En pleine crise sanitaire mondiale causée par le nouveau coronavirus, la Suisse a été désignée troisième pays le plus heureux du monde, selon un très officiel rapport de l'ONU publié vendredi. La Finlande remporte la palme.

Le pays nordique est le plus heureux du monde pour la troisième fois consécutive. La Finlande devance le Danemark et la Suisse selon le classement 2020 du "World Happiness Report", dont la publication coïncide avec la journée mondiale du bonheur, établie par l'ONU et célébrée le 20 mars.

Le Soudan du Sud et l'Afghanistan, deux pays en proie à la guerre, occupe respectivement l'avant-dernière et la dernière place du classement.

La méthodologie utilisée consiste à demander à un échantillon de personnes venant de 156 pays différents de répondre à une série de questions sur la perception de leur qualité de vie sur une échelle de 0 à 10.

Sont prises en compte des mesures telles que le PIB, les aides sociales, la liberté individuelle ou encore le niveau de corruption.

Sentiment d'appartenance

Comme lors des sept rapports précédents, les pays nordiques dominent le classement. Aux dix premières places, on retrouve également la Nouvelle-Zélande, 8ème et l'Autriche, 9ème. La France, 24e en 2019, pointe désormais à la 23e place.

Les pays les plus heureux sont ceux "où les personnes éprouvent un sentiment d'appartenance, où ils se font confiance et s'apprécient les uns les autres", explique John Helliwell, co-auteur du rapport.

"La confiance partagée réduit la charge des difficultés et, par conséquent, l'inégalité du bien-être", poursuit-il.

Le confinement favorise le bonheur

Le rapport 2020 se base sur des données recueillies en 2018 et en 2019, et ne prend ainsi pas en compte les mesures exceptionnelles mises en place par plusieurs pays afin d'endiguer la pandémie de nouveau coronavirus.

Les auteurs du rapport notent toutefois que les conditions de confinement dans lesquelles vivent actuellement de nombreuses personnes pourraient, paradoxalement, favoriser le bonheur à l'avenir.

"L'explication la plus fréquente semble être que les gens sont agréablement surpris par la volonté de leurs voisins et de leurs institutions de travailler ensemble afin de s'entraider", expliquent-ils.

Mais, avertissent-ils, lorsque le tissu social d'une nation n'est pas solide, "alors la peur, la déception et la colère", prennent le pas.

afp/gma

Publié le 20 mars 2020 à 13:15