Modifié

"Pizzagate", ou quand une théorie complotiste tourne à l'attaque armée

Une vue de l'entrée du Comet Ping Pong à Washington. [Jonathan Ernst - Reuters]
Une vue de l'entrée du Comet Ping Pong à Washington. [Jonathan Ernst - Reuters]
Une théorie infondée liant Hillary Clinton à un réseau pédophile qui serait géré depuis une pizzeria de Washington est devenue virale ces dernières semaines. Dimanche, un homme a tiré dans le restaurant.

Un homme a ouvert le feu dimanche à l'intérieur du Comet Ping Pong, une pizzeria de Washington. Il n'y a eu aucun blessé et le tireur a pu être arrêté, mais le fait divers agite les médias américains. Pour le Washington Post, il "met en lumière les conséquences de la désinformation en ligne".

Le suspect aurait dit avoir parcouru des centaines de kilomètres pour enquêter lui-même sur le "Pizzagate", une rumeur virale présentant Hillary Clinton et son directeur de campagne John Podesta comme les dirigeants d’un réseau pédophile qui serait géré depuis ladite pizzeria.

"Aucun fondement factuel"

Plusieurs sites de fact-checking dont Snopes ont conclu au caractère infondé de cette théorie.

Le propriétaire du Comet Ping Pong a réagi dans la foulée sur la page Facebook de son établissement. "Ces histoires sont complètement fausses et n'ont aucun fondement factuel. Ce qui s'est passé aujourd'hui prouve que promouvoir à la légère des théories du complot peut avoir des conséquences."

ptur

Publié Modifié

Comment la théorie du "#Pizzagate" s'est propagée

Quelques jours avant la présidentielle américaine, le propriétaire du Comet Ping Pong s'étonne de la hausse soudaine du nombre d’abonnés à sa pizzeria sur les réseaux sociaux. En quelques jours, s'ensuivent des menaces de mort, relate le New York Times. John Alefantis, qui soutient à titre personnel le Parti démocrate, découvre alors une série d’articles publiés par des sites ultra conservateurs, qui présentent son restaurant comme un QG d'où Hillary Clinton kidnapperait, violerait et vendrait des enfants (tout en s'adonnant à des rituels satanistes).

A l'origine, explique Buzzfeed , la rumeur se serait propagée via des fils de discussion conservateurs sur les plateformes 4Chan et Reddit, en pleine révélation des e-mails de John Podesta par Wikileaks. Elle s'est ensuite propagée très rapidement dans des médias conspirationnistes puis sur les réseaux sociaux. Lundi encore, de nombreux #pizzagate se multipliaient sur Twitter pour dénoncer la "partialité" voire la "complicité" avec laquelle l'affaire avait été traitée par les médias traditionnels.