Modifié

Quand la restauration des forêts est porteuse d'un énorme espoir

L'écologue Claude Garcia a étudié le potentiel mondial de la restauration des forêts [RTS]
L'écologue Claude Garcia a étudié le potentiel mondial de la restauration des forêts / 12h45 / 10 min. / le 18 décembre 2019
Face à l'urgence climatique, la reforestation a le vent en poupe. Alors qu'une étude sur la question parue cet été a eu un retentissement planétaire, gouvernements, entreprises et influenceurs mettent en avant cette solution. Mais jusqu'où peut-on reboiser la planète?

Sur Terre, pas moins de 900 millions d'hectares supplémentaires pourraient être recouverts d'arbres. Une surface à peine plus petite que les Etats-Unis qui permettrait de capturer 205 gigatonnes de carbone. C'est la conclusion d'une étude d'une équipe de l'EPFZ parue dans la revue Science.

>> LireL’EPFZ propose de reboiser la Terre pour limiter le réchauffement climatique

"Nous avons été surpris de découvrir qu'il y avait une grande marge de manoeuvre avec beaucoup d'espaces disponibles sur lesquels des arbres pourraient être présents", explique dans le 12h45 Claude Garcia, directeur du groupe de gestion et développement des forêts de l'EPFZ et co-auteur de l'étude. "Mais cela ne signifie pas qu'il faut pour autant en planter partout", prévient-il.

Publiée en juillet, l'étude de l'école polytechnique a fait le tour du monde, certains médias présentant la reforestation comme la solution au réchauffement climatique. "Il y a un effort pédagogique à faire", prévient toutefois Claude Garcia. "Dire qu'il peut y avoir autant d'arbres, cela ne signifie pas qu'on dit qu'il faut en mettre autant. Il ne faut pas confondre ce que nous avons mesuré avec un objectif."

"Planter des arbres et continuer à déforester, c'est un non-sens"

Car planter des arbres constitue une solution relativement simple et bon marché. Mais cela ne suffit pas si l'être humain continue à empêcher les espaces naturels de se développer et stocker du carbone, précise celui qui est aussi chercheur au Cirad, l'organisme français de recherche agronomique. En bref, planter des arbres ne doit pas être perçu comme un droit à polluer.

"Planter des arbres et continuer à déforester, c'est comme appuyer sur le frein et l'accélérateur en même temps, c'est un non-sens", clarifie Claude Garcia.

Par ailleurs, selon les espèces, un arbre ne séquestrera du carbone qu'au bout de 10 à 15 ans. Et le degré de réussite des plantations est difficile à évaluer. Les chercheurs estiment que les taux de pertes sont importants.

Un engouement qui touche aussi les influenceurs

Malgré ces mises en garde, la solution de la reforestation suscite l'engouement. Jusque chez les stars d'internet. Lancée fin octobre, une opération intitulée "Team Trees" a réuni 600 YouTubeurs avec pour objectif de récolter 20 millions de dollars d'ici janvier pour replanter 20 millions d'arbres. Initiée par l'influenceur américain Mr Beast, la campagne de financement participatif a été menée avec la Fondation Arbor Day, la plus grande organisation à but non lucratif dédiée à la plantation d'arbres.

Avec un résultat concluant, plus de 19 millions de dollars ayant déjà été récoltés. Parmi les plus gros donateurs, on retrouve des grands noms de la Silicon Valley, dont le patron de Tesla Elon Musk ou Tobias Lütke, le fondateur de Shopify, qui ont donné un million chacun.

Un espoir à la hauteur de l'angoisse

Un tel engouement en faveur de la restauration de forêts ne surprend pas les chercheurs. "Je pense que cela répond à l'angoisse que nous avons tous en nous face au changement climatique", analyse Claude Garcia. "Cela fait des années que nous sommes bombardés de mauvaises nouvelles sur l'environnement. Je pense tout simplement que cet espoir est à la hauteur de l'angoisse."

Mais l'écologue rappelle que la déforestation ne constitue pas une fatalité. "Certains pays ont opéré une transition", indique le scientifique. "En Suisse, en France, en Europe d'une manière générale, la forêt augmente même avec une population à la hausse."

En Suisse, la transition s'est faite au 19e siècle après des dégâts environnementaux importants dus à des pluies et des crues, rappelle Claude Garcia. "Les médias ont repris cela, l'opinion publique s'en est émue, puis les politiques ont pris des décisions. Je pense qu'on assiste au même processus aujourd'hui au niveau global", affirme-t-il.

>> Le sujet du 19h30:

Planter des arbres, un moyen qui a la cote pour lutter contre le réchauffement climatique. [RTS]
Planter des arbres, un moyen qui a la cote pour lutter contre le réchauffement climatique. / 19h30 / 2 min. / le 18 décembre 2019

Fanny Moille/tmun

Publié Modifié