Modifié

L'EPFZ a développé un gel pour annuler les effets de l'alcool

Boire de l’alcool mais sans risquer l’ivresse, c’est la promesse d’un nouveau gel mis au point par l’EPFZ
Boire de l’alcool mais sans risquer l’ivresse, c’est la promesse d’un nouveau gel mis au point par l’EPFZ / 19h30 / 2 min. / vendredi à 19:30
Une équipe de recherche de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) a développé un gel qui supprime les effets de l'alcool en l'empêchant de passer dans le sang. Il a été testé sur des souris qui ont bu de l'alcool sans dommage. Des tests cliniques sont encore nécessaires avant que le produit ne soit autorisé pour les êtres humains.

Le gel développé par des scientifiques de Zurich dégrade l'alcool dans le tractus gastro-intestinal, soit le tube digestif, avant qu'il ne passe dans le sang, selon une étude publiée lundi dans la revue spécialisée Nature Nanotechnology.

A l'avenir, ce gel pourrait réduire les effets nocifs et enivrants de l'alcool chez les êtres humains, a indiqué Raffaelle Mezzenga, chercheur à l'EPFZ. "Notre technologie pourrait offrir une solution inédite dans la lutte contre le problème mondial de l'abus d'alcool."

Effets toxiques pour le foie

Lorsqu'il est consommé, l'alcool passe dans l'estomac et l'intestin, où il est absorbé dans la circulation sanguine, puis transporté vers le foie. C'est là que la plus grande partie de l'alcool est décomposée. Le foie contient des enzymes qui transforment l'alcool en différentes substances, notamment en acétaldéhyde, puis en acide acétique. L'acétaldéhyde est toxique et détruit le foie.

"Le gel transforme l'alcool en acide acétique sans produire d'acétaldéhyde", explique Raffaelle Mezzenga. S'il est ingéré avant ou pendant la consommation d'alcool, il le transforme avant qu'il ne pénètre dans la circulation sanguine. "Mais si l'alcool est déjà dans le sang, c'est trop tard", précise le chercheur.

Les scientifiques voient différents domaines d'application pour le gel. Selon Raffaelle Mezzenga, il serait intéressant "pour les gens qui ne veulent pas renoncer à l'alcool, mais qui ne veulent pas surcharger leur corps et qui ne sont pas intéressés par les effets enivrants de l'alcool. On pourrait boire quelques verres d'alcool et conduire sa voiture en toute sécurité".

Réduire les conséquences de l'alcool

Le gel doit surtout aider à réduire les décès liés à l'alcool: "Il ne doit en aucun cas inciter à une consommation excessive", souligne le chercheur. On estime que la consommation excessive d'alcool tue chaque année plus de trois millions de personnes.

"Nous avons des preuves évidentes que notre technologie réduit les effets négatifs de l'alcool dans les organes comme le foie et les intestins". Dans les essais avec des souris, les animaux présentaient une perte de poids moins importante, moins de lésions hépatiques, de meilleures valeurs sanguines et moins de dommages à la rate et aux intestins.

"Nous prévoyons de réaliser bientôt des essais cliniques" afin d'obtenir une autorisation d'utilisation pour les êtres humains, a déclaré Raffaelle Mezzenga. Les scientifiques ont déjà déposé une demande de brevet pour leur gel.

ats/juma

Publié Modifié

Lactosérum, sel, eau, fer, glucose et or

Le gel est composé de protéines de lactosérum, un sous-produit de la fabrication du fromage, cuites plusieurs heures afin qu'elles forment de longues et fines fibres.

Les scientifiques y additionnent ensuite du sel et de l'eau comme solvant et les fibres se réticulent en un gel. Sont finalement ajoutés du fer, du glucose et de l'or au gel. Le tout provoque une cascade de réactions qui transforme l'alcool en acide acétique.