Modifié

Un nouveau minéral, un phosphate, découvert sur la Lune par la Chine

Une image prise au scanner du nouveau minéral nommé Changesite-(Y). [BRIUG - Xinhua via AFP]
Un nouveau minéral, un phosphate, découvert sur la Lune par la Chine / Le Journal horaire / 26 sec. / le 19 septembre 2022
La Chine annonce avoir découvert un cristal inconnu sur la surface lunaire. Les scientifiques l'ont nommé "Changesite-(Y)", du nom de la déesse chinoise de la Lune, Chang'e, et de la mission Chang'e-5, qui s'est posée sur le satellite de la Terre en 2020 et en a rapporté des échantillons.

"La Changesite-(Y) – 嫦娥石 –  est un minéral de phosphate dans un cristal colonnaire trouvé dans les particules de basalte lunaire", annonce le Global Times. Toujours selon cette publication gérée par l'Etat chinois, cette découverte a été confirmée comme étant un nouveau minéral par Commission sur les nouveaux minéraux, la nomenclature et la classification (CNMNC) de l'Association minéralogique internationale (IMA).

Ce cristal fait partie d'un lot d'échantillons lunaires collectés par la mission chinoise Chang'e-5, qui s'est posée sur la Lune le 1er décembre 2020. La sonde a ramené environ deux kilos de roches sur Terre quelques jours plus tard.

Après avoir soigneusement passé au crible les prélèvements – qui sont les premières roches lunaires ramenées sur Terre depuis 1976 – les scientifiques du BRIUG ont repéré une particule de cristal unique, dont le diamètre est inférieur à la largeur d'un cheveu humain.

Le Mons Rümker est un massif montagneux situé sur la face visible de la Lune, dans la région nord de l'Océan des Tempêtes. La sonde spatiale chinoise Chang'e 5 s'est posée au nord-est de cette région le 1er décembre 2020. [LROC WAC Nearside mosaic - NASA/Wikimedia]Le Mons Rümker est un massif montagneux situé sur la face visible de la Lune, dans la région nord de l'Océan des Tempêtes. La sonde spatiale chinoise Chang'e 5 s'est posée au nord-est de cette région le 1er décembre 2020. [LROC WAC Nearside mosaic - NASA/Wikimedia]Et c'est quoi, réellement, cette Changesite-(Y) identifiée par l'Institut de recherche de Pékin sur la géologie de l'uranium (BRIUG) dans ces gravats lunaires récoltés près du Mons Rümker?

Le chimiste Didier Perret, responsable de la communication du Chimiscope de l'Université de Genève, a regardé des images de CCTV, la télévision centrale chinoise, dévoilant le cristal inédit: "La structure chimique présentée montre qu'il est composé de fer, de magnésium, de sodium, de calcium, d'yttrium, de phosphore et d'oxygène".

Il s'agit du sixième nouveau minéral trouvé sur la Lune et du premier identifié par la Chine.

Une structure et une composition nouvelles

Par ailleurs, le scientifique précise par téléphone, joint par RTSinfo, que c'est un phosphate: "Une substance connue depuis très longtemps. Ici, ce qui en fait un minéral nouveau, c'est sa structure et sa composition: sur Terre, les phosphates ne comportent pas d'yttrium".

"Sur Terre, on trouve chaque année de nombreux nouveaux minéraux", temporise Didier Perret. "Là où cette nouvelle est intéressante, c'est que ce minéral a été ramené dans des échantillons de la Lune, des scientifiques les ont analysés et ont trouvé une nouvelle composition de cette phase cristalline qu'on ne trouve pas sous cette forme sur Terre".

Luca Caricchi, professeur de volcanologie et de pétrologie au Département des sciences de la Terre, à l'Université de Genève (UNIGE), voit dans cette découverte un aspect intéressant en termes de processus de formation et d'évolution de la Lune: "L'âge des roches du site où le minéral a été trouvé est un milliard d'années plus jeune que les roches recueillies sur les sites d'atterrissage des missions précédentes des États-Unis et de l'URSS", explique-t-il à RTSinfo.

L'importance de la tectonique des plaques

Le scientifique fait partie du Centre pour la Vie dans l'Univers, à Genève, et ses recherches à l'UNIGE portent notamment sur la compréhension des processus physiques responsables de l'ascension, du stockage, de l'évolution chimique et de l'éruption du magma. La découverte chinoise lui semble importante: "Elle signifie que le magmatisme sur la Lune a duré un milliard d'années de plus que ce que l'on pensait auparavant. Nous devrons donc revoir nos modèles pour les processus qui ont conduit à la composition chimique actuelle de la surface de la Lune".

Toutefois, selon lui, le minéral n'a pas encore été daté: "On n'en sait pas encore assez sur la Changesite pour déterminer quelles ont été les conditions de sa formation."

Notre satellite a également eu dans son histoire beaucoup moins d'activité tectonique: "La Lune en a eu pendant deux milliards d'années de moins que la Terre." Cela peut aussi expliquer la différence des minéraux trouvés sur ces deux corps célestes.

Stéphanie Jaquet

Publié Modifié