Modifié le 21 février 2019 à 13:55

Tous les domaines de l'Etat de Neuchâtel devront passer au bio

Initiative agriculture.
Les domaines agricoles appartenant au canton de Neuchâtel vont passer au bio Le 12h30 / 1 min. / le 21 février 2019
Tous les domaines viticoles et agricoles appartenant à l'Etat de Neuchâtel devront être convertis en culture biologique. Les députés du Grand Conseil ont approuvé mercredi une motion des Vert'Libéraux, malgré l'opposition de certains producteurs.

Le canton fait de plus en plus figure de pionnier de l'agriculture biologique. L'été passé, la ville de Neuchâtel avait déjà décidé de passer tous ses domaines en bio et, en janvier dernier, le Grand Conseil avait accepté un postulat pour interdire les pesticides de synthèse.

La motion approuvée mercredi demande au Conseil d'Etat de convertir dans les meilleurs délais ses mille hectares de terres cultivées à l'agriculture biologique ou biodynamique et de proposer des mesures favorables à la biodiversité et à l'environnement aux niveaux viticole et agricole.

"Il faut que le consommateur joue le jeu"

Le texte a été âprement discuté parmi les vignerons et agriculteurs présents au Grand Conseil. Le député PLR Alain Gerber, président des vignerons neuchâtelois et vice-président de la Chambre neuchâteloise d'agriculture et de viticulture, prévoit lui-même de reconvertir son exploitation, mais il a combattu la motion.

"Si je veux continuer à cultiver ces parcelles de l'Etat, je dois transformer tout mon domaine ou arrêter de les cultiver. Pour un agriculteur qui ne vend pas lui-même ses marchandises, s'il n'y a pas de preneur bio dans le secteur, il y aura une perte financière. La meilleure solution, c'est que la chose devienne nécessaire par un manque de produits. Il faut que le consommateur soit acteur et joue le jeu", déclare le vigneron jeudi dans le 12h30 de la RTS.

Alain Gerber regrette une tendance à pointer du doigt les producteurs et à vouloir leur dicter des règles. La reconversion ne se fera cependant pas du jour au lendemain. En effet, la motion donne deux ans au gouvernement neuchâtelois pour se prononcer sur la manière avec laquelle il entend forcer les quelque 130 fermiers de l'Etat à se reconvertir.

Etienne Kocher/gma

Publié le 21 février 2019 à 13:42 - Modifié le 21 février 2019 à 13:55