Modifié le 17 juillet 2019 à 22:31

L’entreprise litigieuse d’électricité quitte soudainement le chantier du dépôt des TPG

Départ soudain d'une entreprise soupçonnée de sous-payer ses employés du chantier des TPG: interview Alessandro Pelizzari
Départ soudain d'une entreprise soupçonnée de sous-payer ses employés du chantier des TPG: interview Alessandro Pelizzari Forum / 6 min. / le 17 juillet 2019
L'entreprise d'électricité soupçonnée de sous-payer des ouvriers italiens sur le chantier du futur dépôt des TPG a quitté les lieux il y a dix jours, a appris la RTS. Le départ de la société, actuellement sous enquête pénale, ralentit le chantier.

Les faits sont très soudains. La société Zaffaroni était au bénéfice d'une décision de justice depuis fin juin, qui lui permettait de continuer à travailler sur le chantier d'En Chardon. Et ce malgré le fait qu'elle soit accusée de fraudes salariales.

Lundi 8 juillet la société a toutefois soudainement quitté le chantier, laissant par là-même les autres ouvriers dans le vague. Sans électricien, les travaux n'avancent guère dans différents secteurs.

Le départ précipité et inattendu de la société incriminée a donc eu pour conséquence de ralentir considérablement un chantier dont la fin est prévue théoriquement à décembre prochain.

"Suspension" des activités

Il est difficile de savoir les raisons de ce départ. Dans ce dossier, personne ne veut parler. Mais l'avocat de la société Zaffaroni, lui, s'exprime. Me Vincent Solari précise déjà qu'il s'agit d'une suspension des activités de l'entreprise et non d'un départ définitif.

Il indique que la raison de cette suspension de travail est le non-paiement d'une partie de ses factures par les TPG. Ce que vient de finalement confirmer la régie publique autonome à la RTS. On se souvient que le conseiller d'Etat Serge Dal Busco avait prévenu qu'il n'y aurait plus de paiements le temps de la procédure pénale en cours.

L'avocat de Zaffaroni a confié que des discussions sont en cours avec les TPG, de sorte que ces problèmes pourraient se régler ces prochains jours. Mais les conséquences sont là: ce chantier, qui est l'un des plus massifs du canton de Genève, prend du retard. On l'estime à environ 18 mois et quelque 10 millions de francs de surcoût.

>> Voir le reportage du 19h30

Le chantier du dépôt des TPG tourne au ralenti après le départ de l'entreprise d'électricité soupçonnée de fraude fiscale.
19h30 - Publié le 17 juillet 2019

Raphaël Leroy

Publié le 17 juillet 2019 à 18:36 - Modifié le 17 juillet 2019 à 22:31