Publié

"Le potager du Tessin" conquis par le cannabis légal malgré les restrictions

La culture du cannabis explose au Tessin, canton restrictif [RTS]
La culture du cannabis explose au Tessin, canton restrictif / 19h30 / 2 min. / le 24 juillet 2017
Au Tessin, les plans de tomates et de courgettes cèdent progressivement la place à la culture du cannabis légal. Un paradoxe, la législation du canton italophone étant la plus restrictive du pays.

Elle est surnommée "le potager du Tessin". Entre Bellinzone et Locarno, la plaine de Magadino offre d'excellentes conditions climatiques pour y faire pousser les fruits et les légumes. Mais dans cette région, les horticulteurs se tournent désormais vers un autre type de produit, le cannabis CBD (abréviaton de cannabinoïde ou cannabidiol), contenant moins de 1% de tétrahydrocannabinol (THC) et par conséquent légal.

"Le cannabis nous permet de gagner davantage que l'agriculture traditionnelle", explique au 19h30 de la RTS lundi Yvan Martelli, cultivateur de cannabis à Sementina. Sur ses 14 hectares de cultures, le Tessinois consacre les deux tiers au cannabis légal. Il vend toute sa production à une entreprise pharmaceutique basée à Saint-Gall au prix de 250 francs le kilo de cannabis séché.

Plus restrictif que le droit fédéral

Pour pouvoir produire du cannabis CBD, Yvan Martelli a dû notifier les autorités de son activité. "Une notification qui requiert beaucoup de certificats et de paperasse", témoigne l'horticulteur. "Tant qu'on ne vend qu'aux grossistes et à l'industrie pharmaceutique, il n'y a pas trop de problèmes... Mais pour la vente au détail, les choses se compliquent singulièrement au Tessin."

Car le canton impose des conditions qui vont bien au-delà du droit fédéral. Une situation que dénonce Stefano Caversazio, patron de Purexis, une PME qui fabrique et vend des produits dérivés du cannabis conformes au droit fédéral. L'homme a été visé par une descente de police, car ses autorisations étaient incomplètes.

"Je viens de recevoir une convocation devant le Tribunal pénal où je devrai me présenter pour avoir vendu un produit qui est pourtant légal en Suisse", s'indigne-t-il.

Une situation approuvée par des élus

Certains élus tessinois défendent ce régime rigoriste. "Pour moi, cette histoire de cannabis légal n'est rien d'autre qu'un alibi pour parvenir à la dépénalisation et à la libéralisation de tout ce trafic", estime Giorgio Galusero, député libéral-radical au Grand Conseil tessinois. "En ce qui me concerne, je me battrai toujours pour maintenir la pénalisation du cannabis!"

Le paradoxe du Tessin, ce paradis de la culture du cannabis légal qui poursuit - pour l'instant - sur la voie de l'hyper-régulation.

Nicole della Pietra/tmun

Publié

La plaine de Magadino (TI)