Modifié le 22 novembre 2017 à 12:45

Les données de 57 millions d'utilisateurs d'Uber ont été piratées

La loi sur les taxis veut garantir une concurrence loyale entre les acteurs du transport en voiture avec chauffeur
Les données de 57 millions d'utilisateurs d'Uber ont été piratées La Matinale / 1 min. / le 22 novembre 2017
Le PDG d'Uber a révélé mardi que les données de 57 millions d'utilisateurs à travers le monde ont été piratées à la fin 2016. Parmi eux figurent 600'000 chauffeurs dont les noms et numéros de permis de conduire ont été piratés.

Les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés, a indiqué Dara Khosrowshahi.

Sur la base d'expertises externes, le patron affirme que l'historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n'auraient en revanche pas été piratés.

Il précise que deux individus ne faisant pas partie de l'entreprise seraient responsables de ce piratage.

"L'incident n'a pas atteint les systèmes de l'entreprise ni son infrastructure", ajoute-t-il par ailleurs.

Mesures

Selon Bloomberg, Uber aurait payé 100'000 dollars les hackers afin qu'ils ne divulguent pas l'existence de cet incident, une information qui n'a pas été confirmée par Uber.

Dara Khosrowshahi dit avoir pris des mesures pour améliorer les procédures, dont une protection renforcée des données des chauffeurs victimes de cet incident.

afp/pym

Publié le 22 novembre 2017 à 00:43 - Modifié le 22 novembre 2017 à 12:45

Incertitudes en Suisse

Contactée par la RTS, Uber refuse de dire si des usagers ou des chauffeurs sont concernés par ce vol de données en Suisse.

L'entreprise se borne à confirmer que le vol est global. Il pourrait donc avoir touché des utilisateurs suisses. Elle précise toutefois être en train de discuter avec les autorités des marchés dans lesquels elle opère.

De son côté, le Préposé fédéral à la protection des données indique à la RTS avoir pris connaissance du cas mercredi dans la presse. Il ne peut pas encore dire si des données suisses sont concernées.

S'il s'empare du dossier, il pourrait demander à l'entreprise américaine de fournir des informations plus précises et, potentiellement, ouvrir une enquête.

Les explications dans Le 12h30: