Modifié le 19 janvier 2014 à 22:36

Des élus américains suspectent la Russie d'avoir "aidé" Edward Snowden

"Tout, depuis la manière dont Edward Snowden a préparé sa fuite, son itinéraire, jusqu'à la façon dont il a abouti rapidement à Moscou conduit à s'interroger."
"Tout, depuis la manière dont Edward Snowden a préparé sa fuite, son itinéraire, jusqu'à la façon dont il a abouti rapidement à Moscou conduit à s'interroger." [LifeNews via Rossia 24 TV channel - AP/Keystone]
Pour des élus américains, il n'est pas possible que l'ancien agent de la NSA Edward Snowden ait agi seul. Ils ont fait part dimanche de leurs soupçons à l'encontre de la Russie.

Des élus américains ont exprimé dimanche leurs soupçons qu'Edward Snowden ait agi avec l'aide d'une puissance étrangère. Cet ancien analyste du renseignement avait dévoilé des pans entiers des programmes de surveillance par les Etats-Unis.

"Tout, depuis la manière dont il a préparé sa fuite, son itinéraire, jusqu'à la façon dont il a abouti rapidement à Moscou, où il est désormais réfugié, conduit à s'interroger", a déclaré Mike Rogers, président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants sur CBS. Le président de la commission sur la Sécurité intérieure de la Chambre, Michael McCaul, a abondé dans ce sens sur la chaîne ABC.

Les propos de Mike Rogers sur CBS:

L'ampleur des dégâts inconnue

Le président américain Barack Obama a déclaré vendredi qu'il faudrait peut-être "des années" avant de mesurer pleinement l'ampleur des dégâts provoqués par les révélations d'Edward Snowden.

Lire: Barack Obama prévient que la NSA continuera à espionner

agences/lgr

Publié le 19 janvier 2014 à 22:28 - Modifié le 19 janvier 2014 à 22:36

Quid du stockage des données de la NSA?

Le stockage des données, actuellement entre les mains de la NSA, sera le grand casse-tête du Congrès et du gouvernement américains dans les mois à venir, dans le cadre de la réforme des opérations de surveillance annoncée par Barack Obama.

En présentant vendredi son intention de rogner les pouvoirs de la NSA, le président américain a laissé de grandes zones d'ombre sur la manière dont les milliards de métadonnées téléphoniques collectées seraient désormais stockées et par qui. Les entreprises de télécommunications ont déjà fait part de leurs réticences.