Modifié

Le G20 au Cachemire permet à New Delhi d'asseoir son autorité sur la région

Les délégués sont escortés par la police indienne à leur arrivée pour le G20 à Cachemire. [Ap Photo / Keystone - Mukhtar Khan]
L'Inde accueille une réunion du G20 sous haute sécurité au Cachemire / Le 12h30 / 2 min. / le 22 mai 2023
Une réunion du G20 s'est ouvert lundi sous haute sécurité dans le Cachemire indien. Il s'agit de la plus grande réunion organisée sur place depuis que New Delhi a abrogé le statut d’autonomie de la région et renforcé son contrôle. Le gouvernement entend souligner une normalisation de la situation.

Il y a près de quatre ans, le gouvernement indien a brutalement abrogé l’autonomie du Cachemire, converti la région en un territoire directement administré par New Delhi et renforcé le contrôle militaire pour essayer de résorber les attaques terroristes.

L'organisation du G20 s'apparente alors à une énorme opération de communication. Le gouvernement veut montrer que cette décision a payé et il a déployé d’énormes publicités dans les journaux nationaux pour vanter les travaux routiers ou d’infrastructures menés au Cachemire.

Cette réunion du G20, qui parlera du tourisme, doit servir de vitrine pour montrer au monde que la région a été pacifiée.

Réalité sombre

Mais derrière la vitrine se cache une réalité plus sombre. En quatre ans, le Cachemire est également devenu la plus grande prison de journalistes du pays. Quatre reporters cachemiris sont en ce moment derrière les barreaux, accusés d’activités terroristes à cause de leurs écrits ou travaux. Des journalistes contactés par la RTS expliquent être menacés d’arrestation s’ils n’arrêtent pas de poster des informations critiques sur les réseaux sociaux.

Les médias les plus importants sont contrôlés de l’intérieur avec des contrôleurs idéologiques pour censurer les papiers avant leur sortie. Cette répression touche aussi les défenseurs des droits de l’homme, comme le plus célèbre d’entre eux, Khurram Pervez, qui est en prison depuis deux ans, accusé de "financement de terrorisme".

Des dizaines de milliers de morts

Le Cachemire est divisé en deux entre l'Inde et le Pakistan qui, depuis leur indépendance en 1947, revendiquent la souveraineté sur la totalité de ce territoire himalayen majoritairement musulman. Il a été la cause de deux des trois guerres qui ont opposé les deux pays depuis lors.

La partie administrée par l'Inde a connu plus de trois décennies de troubles, qui ont fait des dizaines de milliers de morts.

Sébastien Farcis/asch avec ats

Publié Modifié