Modifié

Dans la région du Sahel central, 10 millions d'enfants sont menacés par l'insécurité

Dans la région du Sahel central, près de dix millions d'enfants menacés par l'insécurité. [Keystone - Carley Petesch]
Dans la région du Sahel central, 10 millions d'enfants sont menacés par l'insécurité / Le Journal horaire / 31 sec. / le 17 mars 2023
Dix millions d'enfants vivant au Burkina Faso, au Mali et au Niger ont besoin de toute urgence d'aide humanitaire, deux fois plus qu'en 2020, face à l'intensification des conflits, a indiqué l'Unicef vendredi.

Le Burkina Faso, théâtre de deux coups d'Etat militaires en 2022, est pris depuis 2015 dans une spirale de violences djihadistes apparues au Mali et au Niger quelques années auparavant et qui s'est étendue au-delà de leurs frontières.

Près de quatre millions d'enfants sont menacés dans les pays voisins du Burkina Faso, du Mali et du Niger, estime l'Unicef dans un rapport.

Victimes de l'intensification des affrontements

"Les conflits armés touchent de plus en plus d'enfants, lesquels sont victimes de l'intensification des affrontements militaires ou pris pour cibles par des groupes armés non étatiques", observe la directrice régionale de l'Unicef pour l'Afrique de l'Ouest et centrale, Marie-Pierre Poirier, dans un communiqué.

"L'année 2022 a été particulièrement violente pour les enfants du Sahel central. L'ensemble des parties au conflit doivent de toute urgence cesser les attaques perpétrées contre ces derniers, mais également contre leurs établissements scolaires, leurs centres de santé et leurs foyers", poursuit-elle.

Les écoles de la région du Sahel central, ici au Burkina Faso, sont particulièrement visées par les groupes armés. [Keystone - Simeon Duchoud]

Selon l'agence onusienne, les groupes armés opposés au système éducatif géré par l'Etat brûlent et pillent les établissements scolaires, mais aussi menacent, enlèvent ou exécutent les enseignants.

Plus de 8300 écoles ont fermé leurs portes dans les trois pays (Burkina Faso, Mali et Niger), soit parce qu'elles ont été prises pour cible, soit parce que les parents ont été déplacés ou ont peur d'y envoyer leurs enfants.

Insécurité alimentaire "catastrophique"

Au Burkina Faso, des données recueillies par les Nations unies ont montré que le nombre d'enfants tués au cours des neuf premiers mois de 2022 avait triplé par rapport à la même période en 2021.

La plupart de ces enfants ont succombé à des blessures par balles durant des attaques menées contre leur village, ou ont été victimes d'engins explosifs improvisés ou des munitions.

Cette crise a lieu dans l'une des régions de la planète les plus touchées par les changements climatiques, avec une hausse des températures et des précipitations plus irrégulières à l'origine d'inondations.

Parallèlement, certains groupes armés recourent à des tactiques consistant à bloquer les villes et les villages et à saboter les réseaux d'approvisionnement en eau.

Autant d'éléments qui alimentent l'insécurité alimentaire. D'après l'Unicef, plus de 20'000 personnes vivant dans la zone frontalière entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger atteindront d'ici au mois de juin un niveau d'insécurité alimentaire qualifié de "catastrophique".

Aide sous-financée

Les hostilités s'étendent au-delà du Sahel central jusqu'aux régions frontalières situées dans le nord du Bénin, de la Côte d'Ivoire, du Ghana et du Togo, où vivent des communautés isolées manquant d'infrastructures et de ressources, et où l'accès des enfants aux services essentiels et à la protection est très limité.

Mais les interventions humanitaires sont sous-financées. En 2022, l'Unicef n'a reçu qu'un tiers des 391 millions de dollars demandés pour financer ses activités dans la région. Pour 2023, elle demande 473,8 millions de dollars.

ats/jfe

Publié Modifié

Les Etats-Unis ont plus à offrir que Moscou, selon Antony Blinken

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a estimé dans un entretien à l'AFP que son pays était un meilleur partenaire que la Russie pour aider la région du Sahel à lutter contre la pauvreté et la violence djihadiste qui la ravagent.

Dans cet entretien accordé jeudi soir à Niamey, Antony Blinken a reconnu que l'approche du tout militaire des Etats-Unis et de la France, ex-puissance coloniale dans cette région, n'était pas suffisante.

Selon lui, "il faut absolument avoir une approche holistique, globale, dans laquelle la sécurité est absolument nécessaire, mais ne suffit pas".