Modifié

La Nupes dans la tourmente après des cas de violences faites aux femmes

En France, certains politiques seraient auteurs de violences conjugales [RTS]
En France, certains politiques seraient auteurs de violences conjugales / Forum / 3 min. / le 20 septembre 2022
En France, la question des violences faites aux femmes sème le malaise au sein de deux partis de la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (Nupes). Adrien Quatennens, de la France Insoumise, et Julien Bayou, d'Europe Ecologie Les Verts, sont concernés.

Ces partis sont mis face à la question brûlante du traitement des cas signalés, à la question de la limite entre le respect de la vie privée et le devoir d'exemplarité lorsqu'on est engagé en politique.

>> Voir aussi le 19h30:

En France, des faits de violences envers les femmes sont reprochés à plusieurs élus de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale [RTS]
En France, des faits de violences envers les femmes sont reprochés à plusieurs élus de la Nouvelle union populaire, écologique et sociale / 19h30 / 2 min. / le 20 septembre 2022

L'affaire Quatennens

Adrien Quatennens, coordinateur de la France insoumise (LFI) [Christophe Ena - Keystone/AP Photo]Adrien Quatennens, coordinateur de la France insoumise (LFI) [Christophe Ena - Keystone/AP Photo]Une première affaire risque de provoquer la chute du successeur potentiel de Jean-Luc Mélenchon, Adrien Quatennens, qui vient de se mettre en retrait de son poste de coordinateur de la France insoumise (LFI), le parti de la gauche radicale.

C'était jusqu'ici un parcours sans faute pour le député du Nord qui possédait des atouts pour reprendre les rênes de LFI. Mais la semaine dernière, le Canard enchaîné a révélé l'existence d'une main courante déposée par son épouse, c'est-à-dire une déclaration auprès de la police sans dépôt de plainte.

Sous la pression médiatique, l'élu a publié un communiqué dans lequel il reconnaît avoir giflé sa femme avec qui il est en instance de divorce. Il ajoute tenir à son devoir d'exemplarité et en retirer les conséquences politiques. Il souligne que lui et son épouse souhaitent que les médias respectent dorénavant leur intimité.

Des réactions contrastées

Du côté de la France insoumise, plusieurs responsables ont estimé qu'Adrien Quatennens a fait comme il fallait, Jean-Luc Mélenchon allant jusqu'à saluer sa dignité et son courage tout en dénonçant "la malveillance policière et le voyeurisme médiatique" sur Twitter, allusion à la fuite dans la presse.

Mais le tweet de Jean-Luc Mélenchon, sans mot à l'égard de la victime, a choqué, notamment des militantes féministes. Faut-il féliciter un homme qui reconnaît une violence conjugale ? Un élu qui a levé la main sur sa compagne peut-il rester député de la Nation ? Une conférence de presse aujourd'hui au siège de la France insoumise a révélé l'ampleur du malaise: personne n'avait réellement envie de s'exprimer à ce sujet.

A l'interne, ces messages de soutien jugés univoques ont fortement divisé, comme le souligne Mathilde Panot, une députée du Sud: "En tant que militante féministe je ne peux pas rester silencieuse devant ces réactions. Elles sont insuffisantes et inacceptables à plus d'un titre". Jean-Luc Mélenchon s'est défendu dans un second tweet.

L'affaire Bayou

Lundi soir, dans un talk-show, la députée écologiste française Sandrine Rousseau a lâché un pavé dans la mare en confirmant que le secrétaire national de son propre parti Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou, est lui aussi mis en cause par une ex-compagne pour des cas de violences psychologiques. Une enquête interne est en cours.

Il a cependant été reproché à Sandrine Rousseau une ambiguïté, le fait ne pas avoir dénoncé à la justice des faits répréhensibles dont elle avait été tenue au courant.

Malaise à gauche

Les partis de gauche, en pointe sur ces combats, ont été les premiers à créer des cellules d'écoute pour recueillir la parole des victimes. Mais la question de l'articulation de ces instances internes avec l'action de la justice se fait de plus en plus insistante.

Ces affaires fragilisent les partis et favorisent les récupérations de toutes sortes, d'autant plus que la lutte contre les violences faites aux femmes est l'un des thèmes politiques les plus chers de la Nupes. Un jeu risqué car l'on sait désormais qu'aucun parti politique ne peut prétendre être un lieu totalement sûr pour les femmes.

Sujet radio: Alexandre Habay

Adaptation web: Julien Furrer

Publié Modifié