Modifié le 25 novembre 2017 à 20:52

Rassemblements en Suisse contre les violences envers les femmes

Journée mondiale-Dans la rue pour dénoncer les violences sexistes
Journée mondiale/Dans la rue pour dénoncer les violences sexistes 19h30 / 3 min. / le 25 novembre 2017
Des manifestations se sont tenues samedi dans une dizaine de villes de Suisse à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes. Une campagne mondiale est lancée sur le sujet.

A Genève, une centaine de personnes ont formé samedi après-midi une chaîne humaine au Jardin Anglais. Le Jet d'eau a ensuite été illuminé en orange, la couleur qui symbolise la lutte pour l'élimination de la violence envers les femmes:

Le Jet d'eau illuminé en orange à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes.
Le Jet d'eau illuminé en orange à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes. [Salvatore Di Nolfi - Keystone]

"Les hommes et les femmes de tous les milieux doivent manifester aujourd'hui, mais aussi tous les autres jours de l'année", a déclaré Anne Marie von Arx-Vernon, députée engagée contre la traite des êtres humains.

L'élue PDC a tenu à souligner la résilience dont font preuve les femmes. "Beaucoup se relèvent", a ajouté Evelyne Gosteli, directrice du foyer pour femmes Au coeur des Grottes.

Des dizaines de manifestants à Lausanne

A Lausanne, une septantaine de personnes ont participé à un rassemblement contre les violences faites aux femmes. Elles ont dit leur colère et leur ras-le-bol contre les agressions machistes.

"On en a marre de subir ces violences, marre qu'on considère les femmes comme des êtres inférieurs, comme des objets sexuels", a lancé au micro Gloria Casas Vila, membre de l'association Feminista.

Une dizaine de femmes ont pris la parole, brandissant des pancartes #MeToo, le hashtag que nombre d'internautes utilisent pour témoigner d'agressions sexuelles ou de harcèlement. Au sol, environ 25 paires de chaussures rouges symbolisaient des femmes tuées ou abusées, une action inspirée par le travail de l'artiste mexicaine Elina Chauvet:

Manifestation à Lausanne samedi contre la violence faite aux femmes.
Manifestation à Lausanne samedi contre la violence faite aux femmes. [Laurent Gillieron - Keystone]

Bouches scotchées à Berne

A Berne, des dizaines de femmes et d'hommes se sont rassemblés, pour la plupart vêtus de noir et la bouche scotchée, avant de former une chaîne humaine.

Hasard du calendrier, la ville de Neuchâtel a consacré son dernier samedi sans bus au harcèlement de rue. La ville a proposé des animations sur le sujet afin de "porter cette thématique dans l'espace public et briser un tabou".

Samedi marquait par ailleurs le début de la campagne internationale "16 jours d'activisme contre la violence faite aux femmes", à laquelle la Suisse participe pour la 10e fois. Des actions étaient prévues à Bienne, Berne, Bâle, Coire, Schaffhouse, St-Gall et Zurich, ainsi que dans plusieurs villes du Valais romand.

ats/kkub/tmun

Publié le 25 novembre 2017 à 20:52 - Modifié le 25 novembre 2017 à 20:52

Toutes les deux semaines, une femme meurt suite à des violences machistes

En Suisse, toutes les deux semaines une femme meurt suite à des violences machistes. Et une femme sur cinq subit des violences physiques ou sexuelles de son partenaire au cours de sa vie. Ces violences machistes doivent être reconnues comme spécifiques, plaide Feminista, qui souhaite élargir la notion de viol dans le code pénal.

L'association réclame en outre de la prévention à l'école, et que la formation des médecins, policiers et juges intervenant auprès des femmes soit améliorée. "Il faut que cela devienne une vraie priorité dans l'agenda de ce pays", selon Gloria Casas Vila.

En France, Emmanuel Macron fait de l'égalité femmes-hommes sa "grande cause"

Le président français Emmanuel Macron a déclaré samedi l'égalité entre les femmes et les hommes "grande cause du quinquennat". Il a fait observer une minute de silence en hommage aux 123 femmes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2016, lors d'un discours à l'Elysée.

"C'est notre société entière qui est malade du sexisme", a déclaré le chef de l'Etat devant 200 personnes représentant les associations, les institutions et la classe politique à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Parallèlement, des manifestations ont eu lieu dans toute la France, fortement secouée depuis plusieurs semaines par l'onde de choc du scandale Weinstein. Environ 2000 personnes ont notamment défilé à Paris.