Le suivi de la situation en Ukraine. [Reuters/Keystone]
Publié Modifié

La tour de télévision à Kiev visée par une frappe russe, signal interrompu

- Une frappe russe a visé mardi la tour de télévision à Kiev, entraînant l'interruption de la diffusion des chaînes, a annoncé le ministère ukrainien de l'Intérieur. Cinq personnes ont été tuées dans cette attaque.

- L'armée russe concentre une partie de ses forces autour de Kiev. Des images satellitaires montrent un immense convoi militaire russe qui s'étire sur plus de 60 kilomètres à environ 25 km de la capitale ukrainienne. Selon le Pentagone, l'avancée de l'armée russe vers Kiev est toutefois "au point mort".

-  Le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine non loin de la frontière russe, a été bombardé par l'armée russe mardi. Sur sa place centrale, le siège de l'administration régionale a été en partie détruit. Plusieurs civils ont perdu la vie.

- Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui réclame une intégration "sans délai" de son pays à l'UE à la suite de l'invasion russe, a demandé mardi aux Européens de "prouver qu'ils sont avec l'Ukraine" lors d'un discours vidéo devant les eurodéputés.

- Près de 670'000 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l'offensive russe, selon la dernière estimation du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) mardi matin.

- Face à l’ampleur de la crise humanitaire qui se profile, la Chaîne du Bonheur appelle à la solidarité envers les populations touchées et a lancé un appel aux dons.

Suivi assuré par la rédaction RTSinfo

15h00

Suite de la journée de mardi

>> Retrouvez en détails les événements depuis mardi 15h00 : L'offensive russe s'intensifie, la tour de télévision de Kiev touchée

14h40

La Russie s'apprêterait à frapper des infrastructures à Kiev

L'armée russe a averti qu'elle allait frapper incessamment des infrastructures des services de sécurité ukrainiens à Kiev. Elle a appelé en conséquence les civils se trouvant à proximité à fuir.

"Afin d'arrêter les attaques informatiques contre la Russie, des frappes avec des armes de haute précision vont être menées contre des infrastructures technologiques du SBU (service de sécurité) et du centre principal de l'Unité des opérations psychologiques à Kiev. Nous appelons (...) les habitants de Kiev vivant à proximité des noeuds de retransmissions à quitter leur domicile", a dit le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

14h30

Le Conseil de l'Europe appelle à mettre fin au "carnage"

Vigie de l'Etat de droit sur le Vieux continent, le Conseil de l'Europe appelle Moscou à mettre fin "immédiatement" au "carnage" en cours en Ukraine.

"En l'espace de quelques jours, la guerre a tué ou blessé des centaines de personnes, dont de nombreux enfants", s'est émue dans un communiqué sa Commissaire pour les droits de l'homme. Dunja Mijatovic a appelé à ce que ce "carnage" cesse "immédiatement avant que d'autres vies innocentes ne soient perdues".

Le Conseil de l'Europe réunit 47 Etats membres, dont la Russie et l'Ukraine. Vendredi, au lendemain du début de l'offensive russe sur son voisin ukrainien, l'organisation paneuropéenne a suspendu Moscou de toute participation à ses principales instances.

14h15

Jonction entre forces russes et séparatistes vers la mer d'Azov

Les troupes russes et les forces séparatistes prorusses de l'est de l'Ukraine ont fait la jonction mardi sur la côte de la mer d'Azov, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense.

Des forces du territoire séparatiste prorusse de Donetsk "ont rejoint des unités militaires des forces armées de la Fédération russe, qui ont pris le contrôle des zones ukrainiennes le long de la mer d'Azov", a déclaré Igor Konachenkov dans un communiqué.

14h05

Le pétrole toujours en forte hausse

Le prix du baril de Brent, référence de l'or noir en Europe, a bondi de plus de 5% mardi matin, galvanisé par la guerre en Ukraine. Les investisseurs redoutent des ruptures d'approvisionnement russe en énergie alors que les sanctions occidentales se multiplient contre Moscou.

13h50

Les forces prorusses gagnent du terrain dans le Donbass

Appuyés par Moscou, les séparatistes de l'est de l'Ukraine continuent de progresser sur le terrain dans le Donbass, en direction du sud. Leur drapeau flotte désormais sur le village de Pichevik, encore ukrainien il y a une semaine.

Au milieu de cette zone de guerre, les habitants se terrent dans des abris, alors que les combattants prorusses poursuivent les offensives face à l’armée ukrainienne.

>> Voir le reportage de France Télévisions dans le 12h45 :

Au Donbass, les séparatistes prorusses mènent l’offensive contre l’armée ukrainienne
Au Donbass, les séparatistes prorusses mènent l’offensive contre l’armée ukrainienne / 12h45 / 1 min. / le 1 mars 2022

13h30

Zelensky demande aux Européens de "prouver qu'ils sont avec l'Ukraine"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui réclame une intégration "sans délai" de son pays à l'UE à la suite de l'invasion russe, a demandé mardi aux Européens de "prouver qu'ils sont avec l'Ukraine".

"L'Europe sera beaucoup plus forte avec l'Ukraine en son sein (...) Sans vous, l'Ukraine sera seule", a-t-il déclaré dans un discours en visioconférence aux eurodéputés, réunis à Bruxelles en séance extraordinaire, suscitant une ovation et des applaudissements nourris dans l'hémicycle.

"Nous nous battons pour notre survie (...) mais nous nous battons aussi pour être des membres égaux en droits de l'Europe  (...) Donc, prouvez que vous êtes avec nous, prouvez-vous que vous ne nous abandonnez pas, et que vous êtes vraiment des Européens", a-t-il insisté.

"Nous prendrons nos responsabilités

"Nous prendrons nos responsabilités", lui a répondu quelques instants plus tard le président du Conseil européen Charles Michel.

"Nous allons vaincre, je suis sûr (...) le choix européen de l'Ukraine, c'est le chemin sur lequel nous nous engageons aujourd'hui. Et j'aimerais entendre de vous aujourd'hui que l'Europe choisit l'Ukraine", a lancé aux députés européens Volodymyr Zelensky.

"Nous nous battons pour nos droits, pour nos libertés, pour nos vies, pour notre survie (...) Personne ne va nous briser. Nous sommes forts, nous sommes des Ukraniens", a-t-il ajouté, apparaissant à l'écran vêtu d'un simple T-shirt sombre.

12h55

La situation en Ukraine à la mi-journée

Les dégâts sur un balcon d'un immeuble civil à Kharkiv. [DR - Elena Dolzhenko]

L'armée ukrainienne fait face mardi à une nouvelle offensive des forces russes sur Kiev, Kharkiv, le port de Marioupol et d'autres villes du pays, au lendemain de pourparlers infructueux sur fond de sanctions occidentales croissantes contre la Russie.

Au sixième jour de l'invasion russe, la place centrale de Kharkiv, deuxième ville du pays avec 1,4 million d'habitants, proche de la frontière russe, a été bombardée et la préfecture régionale touchée, a indiqué le gouverneur régional Oleg Sinegoubov, dans une vidéo sur Telegram montrant l'explosion. Au moins 20 personnes ont été blessées, selon les services d'urgence de la ville.

Des combats ont également eu lieu lundi à Okhtyrka, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Kharkiv, qui auraient tué "environ 70 combattants ukrainiens" mais aussi de nombreux Russes, selon les autorités locales. Interrogée, l'armée ukrainienne n'a pas confirmé ce bilan.

>> le point de la situation dans le 12h45 :

Plusieurs grandes villes d’Ukraine subissent des bombardements massifs. Kiev accuse Moscou de crimes de guerre
Plusieurs grandes villes d’Ukraine subissent des bombardements massifs. Kiev accuse Moscou de crimes de guerre / 12h45 / 2 min. / le 1 mars 2022

12h45

La Turquie bloque l'accès des navires de guerre à la mer Noire

Le conflit entre la Russie et l’Ukraine met la Turquie dans une position difficile. Le pays de Recep Tayyip Erdogan a fermement condamné l’attaque russe, mais refuse d’infliger la moindre sanction à Moscou.

Il vient néanmoins de prendre une première décision: empêcher l’accès des navires de guerre en mer Noire par les détroits des Dardanelles et du Bosphore, en vertu d’une convention signée à Montreux en 1936.

>> Les enjeux de cette décision analysés dans le 12h30 :

Vue aérienne du Bosphore. [EPA - Tolga Bozoglu - Keystone]EPA - Tolga Bozoglu - Keystone
La Turquie ferme le passage du Bosphore et du détroit des Dardanelles aux navires de guerre / Le 12h30 / 1 min. / le 1 mars 2022

12h35

Quelles perspectives pour l'économie russe face aux sanctions?

La Russie doit désormais faire face aux nombreuses sanctions économiques occidentales qui la propulsent au ban des échanges internationaux. Pour l'économiste Julien Vercueil, l'économie russe ne va cependant pas s'effondrer et ne deviendra pas totalement autarcique. Mais elle pourrait voir l'Etat reprendre un rôle d'acteur dominant.

Les sanctions et la guerre elle-même ont pour principale conséquence de créer un climat d'incertitude financière, explique Julien Vercueil dans l'émission Tout un monde. Or, cette incertitude sur les capacités de financement pourrait provoquer un ralentissement de certaines activités économiques et une accélération de l'inflation.

La Chine comme "porte de sortie"

"L'économie ne va pas s'effondrer comme un château de cartes, mais il va y avoir des temps très difficiles pour les entreprises et l'Etat russe", anticipe-t-il donc. Pour contourner ces sanctions occidentales, la Russie pourrait se tourner vers d'autres partenaires. La Chine, notamment, pourrait être "une porte de sortie", mais pas un substitut à l'UE, tempère l'économiste.

La Russie compte cependant "une assez grande diversité de partenaires économiques", rappelle le chercheur. La Chine constitue déjà son deuxième partenaire, et Moscou entretient aussi des échanges importants avec l'Inde et les pays africains. Dans ce contexte, elle ne "passera pas à une économie autarcique", prédit le chercheur. "Mais si la Russie reste au ban des nations occidentales, son économie pourrait devenir une économie de guerre, dans laquelle l'Etat prend l'essentiel des opérations économiques sous son aile."

>> Plus de détails : Isolée comme jamais, l'économie russe se prépare à des lendemains difficiles

12h25

Otan: Poutine a "brisé" la paix en Europe

Le secrétaire général de l'Otan a accusé mardi le président russe Vladimir Poutine d'avoir "brisé" la paix en Europe, lors d'une conférence de presse en Pologne.

"Le président Poutine a brisé la paix en Europe" et "l'Alliance condamne l'invasion brutale et injustifiée de l'Ukraine", a dit Jens Stoltenberg lors d'une visite à la base aérienne polonaise de Lask (centre) en compagnie du président polonais Andrzej Duda, accusant aussi le Bélarus de l'avoir permise.

12h15

Sergueï Lavrov: l'Occident a "perdu le contrôle de lui-même"

Le ministre russe des Affaires étrangères a accusé l'Occident d'avoir "perdu le contrôle de lui-même" avec ses sanctions, lors d'un discours vidéo préenregistré et diffusé au Conseil des droits de l'homme à Genève.

Sergueï Lavrov a dénoncé des violations de ses libertés fondamentales après qu'il a été contraint de renoncer à faire le déplacement. Il a répété les accusations de néo-nazisme contre les autorités ukrainiennes et de génocide contre la population russophone du Donbass. "La Russie ne pouvait rester indifférente" à la situation de millions d'habitants du Donbass, a-t-il lancé.

Le chef de la diplomatie russe a dénoncé également l'étendue des sanctions à de nombreuses composantes de la société russe. "L'Occident a clairement perdu le contrôle de lui-même" en étendant un dispositif que Moscou considère comme "illégal".

Discours largement boycotté

Avant même le lancement de la vidéo, des dizaines de délégations ont quitté la salle.

De nombreuses délégations, dont celles des pays occidentaux, ont également boycotté mardi matin une autre intervention de Sergueï Lavrov devant la Conférence du Désarmement. La Suisse, elle, n'a pas participé à ces deux actions.

>> Le compte-rendu de Nicolas Vultier dans le 12h30 :

Sous les applaudissements, de nombreuses délégations ont quitté la salle en signe de protestation lors du discours du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la Conférence du désarmement de l'ONU. [Keystone - Salvatore Di Nolfi]Keystone - Salvatore Di Nolfi
Boycott du discours du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à la Conférence du désarmement de l'ONU / Le 12h30 / 1 min. / le 1 mars 2022

12h10

Un isolement sans précédent qui touche la population

Malgré les sanctions occidentales qui placent l'économie russe en état de siège, la Russie n’est pas encore à genou car elle s’y est depuis longtemps préparée. Depuis 2014 et les premières sanctions liées à la crise de Crimée, Moscou a pris le temps de constituer de réserves de guerre, à hauteur d'environ 630 milliards de dollars.

Si environ 40% sont à présent gelés à l’étranger, l’essentiel se trouve donc en Russie et les différentes sanctions visent à empêcher la Banque centrale russe d’utiliser ces fonds. Jamais un pays de cette ampleur n'a été pareillement isolé dans l'histoire récente.

Et cet isolement aura un coût pour la population. Le doublement des taux d’intérêt aura un impact sur la classe moyenne, tout comme la dévaluation du rouble, qui fait perdre de la valeur à l'épargne des citoyens et des citoyennes. Selon le magazine Forbes, les principaux milliardaires russes, eux, ont perdu près de 100 milliards de dollars depuis le 16 février.

>> La chronique Alter Eco dans La Matinale :

Alter Eco - L’économie russe en état de siège
Alter Eco - L’économie russe en état de siège / Alter Eco / 2 min. / le 1 mars 2022

>> Lire aussi : Isolée comme jamais, l'économie russe se prépare à des lendemains difficiles

12h05

Au moins 136 victimes civiles depuis jeudi dernier

L'offensive russe en Ukraine a fait au moins 136 victimes civiles et plus de 400 depuis jeudi, selon l'ONU. Mais le chiffre est probablement bien plus élevé, a affirmé mardi à la presse une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme.

Au total, 26 enfants figurent parmi les victimes. La plupart des personnes affectées ont été la cible d'armes explosives à rayon d'impact large, notamment l'artillerie lourde et les bombardements.

11h55

La guerre en Ukraine est aussi une guerre de la (dés)information

La guerre, qui secoue l'Ukraine depuis jeudi dernier, fait aussi rage sur les réseaux sociaux et dans les médias avec des fausses informations diffusées intentionnellement.

Photojournaliste et lauréat du Swiss Press Photo en 2016, Niels Ackermann est un fin connaisseur de l'Ukraine qu'il a beaucoup photographié pour Le Monde, Le Temps ou encore le New York Times.

Selon Niels Ackermann, trois éléments "subtils" sont utilisés par la Russie pour manipuler l'opinion: des cartes de l'Ukraine qui peuvent être "amputées" de la Crimée; les mots (opération militaire ou guerre civile au lieu de guerre) et la narration de l'histoire ukrainienne.

"Les nations n'existent pas depuis extrêmement longtemps, mais il y a des éléments de l'histoire ukrainienne qui remonte à plus de 1000 ans", souligne Niels Ackermann. Mais il reconnaît que l'Ukraine a aussi commis des "erreurs" depuis l'annexion de la Crimée en 2014.

Niels Ackermann a été victime de la manipulation de ses clichés. En 2015, il a photographié des femmes ukrainiennes qui apprennent à tirer au fusil lors d'une formation organisée par un militaire dans une ville voisine de Tchernobyl.

"Quelques mois plus tard, les photos se sont retrouvées sur un site de propagande du Kremlin. Sur la première page, il y avait 'comment les femmes ukrainiennes se préparent à la guerre dans le Donbass'. Ce site a pris deux éléments qui sont vrais, mais qui ne sont pas liés, et les a associés pour créer une nouvelle information."

>> Le témoignage de Niels Ackermann dans Médialogues :

La guerre en Ukraine est aussi une guerre de la (dés)information [AFP - Nikolas Kokovlis / NurPhoto]AFP - Nikolas Kokovlis / NurPhoto
La guerre en Ukraine est aussi une guerre de la (dés)information / Médialogues / 21 min. / le 28 février 2022

11h50

"Une des plus grandes urgences humanitaires" à venir

La crise ukrainienne sera "l'une des plus grandes urgences humanitaires pendant les prochaines années", selon une responsable de la Croix-Rouge.

Des millions d'Ukrainiens ont besoin de nourriture et d'eau, a affirmé devant la presse la directrice pour l'Europe organisation, Birgitte Bischoff Ebbesen. "Nous regardons déjà sur le long terme", alors que les déplacements de populations sont déjà massifs et qu'ils devraient encore s'étendre.

Déjà près de 670'000 réfugiés

Près de 670'000 Ukrainiens ont quitté leur pays depuis le début de l'offensive russe, selon la dernière estimation du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) mardi matin. Cette crise devrait devenir la plus importante en Europe au moins depuis des décennies, a affirmé mardi à la presse une porte-parole de l'agence onusienne.

L'ONU estime par ailleurs à un million le nombre de personnes le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine.

11h35

Transport maritime: Maersk ne desservira plus les ports russes

Le géant danois du transport maritime Maersk a annoncé la suspension des nouvelles commandes depuis et à destination des ports russes, hors denrées alimentaires, médicales et humanitaires, du fait des sanctions prises après l'invasion russe de l'Ukraine.

Le groupe, un des leaders mondiaux du transport de containers, va toutefois honorer les commandes passées jusqu'ici, tout en respectant les sanctions visant Moscou, indique-t-il dans un communiqué.

11h25

Volodymyr Zelensky va s'adresser au Parlement européen

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui réclame une intégration "sans délai" de son pays à l'UE à la suite de l'invasion russe, va s'adresser mardi entre 12h30 et 13h00 (heure suisse) au Parlement européen par visioconférence, a annoncé sa présidente Roberta Metsola.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell, interviendront également lors de cette session extraordinaire consacrée à la guerre en Ukraine.

Les eurodéputés doivent voter une résolution soutenant la perspective d'une adhésion de Kiev à l'UE, un texte sans force contraignante. Une éventuelle décision d'adhésion relève des 27 Etats membres à l'unanimité.

11h10

Moscou déterminé à atteindre ses objectifs

La Russie poursuivra son offensive en Ukraine jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints, a annoncé le ministre de la Défense Sergueï Choïgou en accusant une fois encore l'armée ukrainienne d'utiliser les civils comme "boucliers humains".

"Les forces armées de la fédération de Russie continueront l'opération militaire spéciale jusqu'à ce que les objectifs fixés soient atteints", a-t-il dit, selon des propos retransmis à la télévision. Le ministre a invoqué la "démilitarisation" et la "dénazification" de l'Ukraine, affirmant que l'armée russe "n'occupe pas l'Ukraine" et que l'Occident "cherche à utiliser le peuple ukrainien" contre Moscou.

>> Des images satellite montrent convoi militaire russe de 60 km de long :

Des images satellitaires montrent un convoi militaire russe long de 60 kilomètres qui avance vers Kiev, où la population se prépare à l'asssaut
Des images satellitaires montrent un convoi militaire russe long de 60 kilomètres qui avance vers Kiev, où la population se prépare à l'asssaut / 12h45 / 1 min. / le 1 mars 2022

11h00

Londres sanctionne la première banque russe, Sberbank

Le gouvernement britannique a placé mardi la plus grande banque russe, le géant public Sberbank, sur la liste des entités soumises à des sanctions du Royaume-Uni.

Après avoir visé plusieurs institutions financières la semaine dernière puis lundi la banque centrale et le ministère des Finances russes, le Royaume-Uni avait annoncé déjà lundi de nouvelles mesures visant les banques russes ainsi que la fermeture de ses ports aux navires russes.

10h55

Marioupol sans électricité après un bombardement

La ville de Marioupol, dans l'est de l'Ukraine, était sans électricité mardi après une offensive russe, a déclaré sur Facebook Pavlo Kirilenko, gouverneur de la région de Donetsk.

"Marioupol et Volnovakha (…) subissent la pression de l'ennemi mais elles tiennent. A Marioupol, la ligne d'électricité a été coupée, la ville est sans électricité", a-t-il déclaré sur sa page Facebook.

Le maire, de son côté, a déclaré que Marioupol était soumise à des bombardements constants tuant des civils et détruisant ses infrastructures. Cette ville portuaire du sud-est de l'Ukraine se trouve sur la route des forces russes venant depuis la Crimée annexée par Moscou et les troupes dans le territoire séparatiste pro-russe de Donetsk.

10h45

Le Conseil des Etats condamne à son tour l'agression russe

Après le National lundi, le Conseil des Etats a fermement condamné mardi l'attaque russe en Ukraine. Il a largement adopté une déclaration qui demande à la Suisse de fournir une aide sur place et d'accueillir des réfugiés ukrainiens. Seule l'UDC s'y est opposée.

Bouleversée par les souffrances causées par l'agression russe contre l'Ukraine, la Chambre des cantons invite dans son texte toutes les parties à un cessez-le-feu. Elle appelle aussi au respect du droit international humanitaire.

10h30

Fuir l'Ukraine

Ils sont des dizaines de milliers à fuir chaque jour l’Ukraine en guerre. Vers la Pologne principalement, mais aussi vers la Roumanie, la Hongrie ou la Slovaquie. Les déplacés sont souvent face à un dilemme: aider le pays en restant sur place ou mettre leur famille à l’abri en fuyant? La RTS s'est rendue aux frontières roumaines et polonaises pour recueillir les témoignages des réfugiées et réfugiés et des nombreux bénévoles venus sur place pour les aider.

>> Notre grand format : Fuir l'Ukraine

Les déplacés doivent souvent faire un choix draconien: aider le pays ou mettre leur famille à l’abri. En raison de la mobilisation générale, les gardes-frontières ne laissent pas sortir d'Ukraine les hommes en âge de prendre les armes.

Pour celles qui partent, il faut parfois lutter contre un sentiment de culpabilité. "Mon mari est là-bas, en Ukraine, pour aider l'armée. Je ne connais personne ici, en Roumanie", explique Anastasia, une jeune Ukrainienne rencontrée à la frontière roumaine. Elle a dû fuir deux fois: Donetsk en 2014 et Tchernivtsi aujourd’hui. Elle perdu son oncle il y a deux jours, et s’est réfugiée en Roumanie, avec sa fille.

"Je me sens coupable d'avoir quitté ma maison, de ne pas être restée pour aider là-bas... Mais ici, à la frontière, je peux aider, notamment en traduisant de l'ukrainien vers l'anglais", précise-t-elle.

10h00

YouTube censure les médias russes RT et Sputnik en Europe

Les chaînes YouTube des médias russes RT et Sputnik ont été bloquées dans toute l'Europe par la plateforme de vidéos "compte tenu de la guerre en cours en Ukraine", a annoncé YouTube mardi dans un courriel transmis à l'AFP.

"Nous bloquons les chaînes YouTube de RT et Sputnik dans toute l'Europe, avec effet immédiat. Nos systèmes nécessitent un peu de temps avant d'être complètement opérationnels. Nos équipes continuent de surveiller la situation 24 heures sur 24 pour agir le plus rapidement possible", a indiqué YouTube.

09h45

Poutine sera "tenu responsable" d'éventuels crimes de guerre

Le vice-Premier ministre britannique, Dominic Raab, a prévenu mardi que Vladimir Poutine sera "tenu responsable" d'éventuels crimes de guerre commis en Ukraine.

"Il est clair à la fois pour Poutine mais aussi pour les commandants à Moscou, sur le terrain en Ukraine, qu'ils seront tenus responsables de toute violation des lois de la guerre", a déclaré Dominic Rabb, également ministre de la Justice, sur SkyNews. "Nous n'allons pas simplement détourner le regard", a-t-il ajouté.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan, avait annoncé lundi l'ouverture "aussi vite que possible" d'une enquête sur la situation en Ukraine.

09h20

Bombardements russes sur le centre de Kharkiv

Bâtiments de l'administration de la ville de Kharkiv après un bombardement, 01.03.2022. [Ukraine Emergency Ministry Press Service/AFP - HANDOUT]

Le centre de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine non-loin de la frontière russe, est bombardé par l'armée russe, a annoncé mardi sur Telegram le gouverneur de la région, Oleg Sinegoubov.

"L'occupant russe continue d'user d'armes lourdes contre la population civile", a-t-il écrit en publiant des images d'une énorme explosion sur la place centrale de la ville, où se trouve le siège de l'administration locale.

Kharkiv, ville largement russophone, a une population d'environ 1,4 million d'habitants. Elle est ciblée par les forces russes depuis le début de l'assaut lancé jeudi sur ordre du président russe Vladimir Poutine.

A la mi-journée, les secouristes ukrainiens ont fait état d'au moins dix morts et plus d'une vingtaine de blessés.

>> Images (vidéosurveillance) d'une explosion à Kharkiv :

Explosion a Kharkiv
Images (vidéosurveillance) d'une explosion à Kharkiv / L'actu en vidéo / 1 min. / le 1 mars 2022

>> Témoignage d'une habitante :

La ville de Kharkiv en Ukraine subit un bombardement intense de la part des forces armées russes. [AP Photo - Efrem Lukatsky - Keystone]AP Photo - Efrem Lukatsky - Keystone
Témoignage d'une habitante de Kharkiv sous les bombes russes / Le 12h30 / 48 sec. / le 1 mars 2022

09h15

La Chine évacue ses ressortissants bloqués en Ukraine

Pékin a commencé à évacuer ses ressortissants piégés par l'invasion russe en Ukraine, a rapporté mardi un quotidien chinois. Quelque 600 étudiants chinois ont été évacués lundi de Kiev et d'Odessa (sud) en direction de la Moldavie, a précisé le Global Times, citant l'ambassade de Chine dans la capitale ukrainienne.

Ces personnes ont voyagé à bord d'autocars escortés par du personnel de l'ambassade et des policiers ukrainiens, a ajouté le journal en qualifiant le trajet de six heures de "sûr et calme".

09h00

Micheline Calmy-Rey: "La neutralité s'arrime au droit international"

"La Suisse peut prendre des sanctions sans violer le principe de neutralité." Invitée mardi dans La Matinale, l'ancienne conseillère fédérale en charge des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey se dit "soulagée" par la décision du Conseil fédéral de s'aligner sur l'Union européenne (UE) pour infliger des sanctions à la Russie.

>> En lire plus : La Suisse prend les mêmes sanctions que l'UE contre la Russie

Elle explique que ce n'est pas nouveau. La Suisse avait en effet déjà repris une partie des sanctions de l'UE, lors de l'annexion de la Crimée en 2014. "Le droit de la neutralité nous interdit d'apporter notre soutien à l'un ou l'autre des Etats belligérants, c'est tout! A part ça, nous sommes libres de mener la politique étrangère comme nous le voulons et selon nos intérêts. Et la Suisse a intérêt à sanctionner un Etat qui viole le droit. La neutralité s'arrime au droit international."

>> Ecouter aussi les réactions politiques dans La Matinale :

Le Conseil national en séance, 30.11.2021. [Keystone - Alessandro della Valle]Keystone - Alessandro della Valle
La Suisse prend les mêmes sanctions que l'UE contre la Russie / Réactions politiques / La Matinale / 2 min. / le 1 mars 2022

"Une faillite du système multilatérale"

Micheline Calmy-Rey estime que si la Suisse ne l'avait pas fait, elle aurait perdu sa crédibilité. La situation actuelle est une "faillite du système multilatérale", selon l'ancienne conseillère fédéral. Elle qualifie l'ONU "d'impuissante et d'impotente".

"Le Conseil de sécurité est bloqué par un veto russe. C'est la panne du système, souligne-t-elle. Quant à l'Assemblée générale, elle va prendre des décisions, mais elles n'auront qu'une portée symbolique."

Les Nations unies, qui datent de la Deuxième Guerre mondiale, ne correspondent plus aux rapports de forces d'aujourd'hui, selon elle. Micheline Calmy-Rey craint désormais que Vladimir Poutine cherche à avoir des succès militaires sur le terrain pour être en position de force dans les discussions diplomatiques.

>> L'interview intégrale de Micheline Calmy-Rey dans La Matinale :

L'ancienne conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, photographiée en septembre 2021. [Keystone - Salvtore Di Nolfi]Keystone - Salvtore Di Nolfi
Les Nations unies condamnent la guerre en Ukraine: interview de Micheline Calmy-Rey / La Matinale / 9 min. / le 1 mars 2022

08h55

Plus de 520'000 réfugiés ukrainiens en six jours

Selon le dernier recensement de l'ONU publié lundi soir, près de 520'000 réfugiés ukrainiens fuyant l'invasion de leur pays par la Russie ont déjà afflué depuis jeudi dernier dans des pays frontaliers.

Le chiffre du Haut commissariat aux réfugiés (HCR) recense toutes les personnes ayant gagné d'autres pays depuis les territoires contrôlés par Kiev.

La Pologne, qui a déclaré son soutien indéfectible à l'Ukraine, accueille de très loin le plus grand nombre d'entre elles. Le HCR en avait décompté 281'300 lundi après-midi. La Hongrie, elle, en avait accueilli 93'938. Au total, 38'388 réfugiés étaient arrivés par ailleurs sur le territoire moldave et 34'361 en Roumanie.

08h45

Nouveau chapitre dans les relations UE-Etats-Unis

La guerre en Ukraine chamboule la géopolitique et ravive la relation transatlantique. L'Europe et les Etats-Unis affichent leur unité autour des sanctions et la riposte à l'invasion russe.

Le rôle actif de l'Union européenne dans cette crise et les nouveaux engagements en matière de dépenses militaires en Allemagne sont aussi vus d'un très bon oeil à Washington. Car les Etats-Unis encouragent depuis longtemps leurs partenaires européens à prendre un rôle plus important dans la défense du continent.

>> L'analyse du correspondant de la RTS aux Etats-Unis Jordan Davis :

Joe Biden a essayé de soigner ses relations avec les partenaires européens ces derniers mois. [Keystone - Evan Vucci]Keystone - Evan Vucci
Zoom: nouveau chapitre dans les relations UE-Etats-Unis / La Matinale / 2 min. / le 1 mars 2022

08h35

Troupes russes d'Extrême-Orient en "exercice"

Les troupes russes basées en Extrême-Orient vont effectuer des exercices dans la province d'Astrakhan, qui se trouve à la frontière entre l'Europe et la partie orientale de la Russie, a fait savoir mardi le district militaire de l'Est russe, cité par l'agence de presse Interfax.

08h20

La mission de l'OSCE va quitter Donetsk

Tous les membres de la mission d'observation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) vont quitter mardi la ville de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, tenue par des séparatistes pro-russes, a dit une source diplomatique à l'agence Reuters.

Cette mission était chargée de constater et de signaler d'éventuelles violations d'un cessez-le-feu conclu après 2014 entre les séparatistes soutenus par Moscou et les autorités ukrainiennes.

08h15

Les forces russes aux portes de Kherson (sud)

L'armée russe est arrivée aux portes de la ville ukrainienne de Kherson (sud) au nord de la Crimée, a déclaré le maire de la ville dans la nuit de lundi à mardi.

"Aux entrées de Kherson, l'armée russe a installé des barrages. Il est difficile de dire comment la situation va se développer", a écrit sur sa page Facebook Igor Kolikhaïev, maire de Kherson, ajoutant que "Kherson est et reste ukrainienne (...) Kherson résiste!"

"Je suis dans mon bureau pour coordonner les services municipaux afin que vous vous réveilliez dans une ville relativement pacifique", a-t-il ajouté, demandant aux habitants de rester "calmes et prudents" et de ne pas sortir pendant le couvre-feu.

Sur les réseaux sociaux, dont certains opérés par les médias locaux de Kherson, des vidéos montraient les forces russes entrant dans cette ville de 290'000 habitants.

>> Le point de la situation dans La Matinale :

Troupes russes aux portes de la ville de Kherson, 25.02.2022. [EyePress/AFP]EyePress/AFP
Guerre en Ukraine: le point de la situation mardi matin à 8h00 / La Matinale / 1 min. / le 1 mars 2022

07h50

Dizaines de soldats ukrainiens tués sur une base militaire

Plus de 70 soldats ukrainiens ont été tués lundi dans le bombardement par l'armée russe d'une base militaire de la ville d'Okhtyrka, dans la région de Soumy dans le nord-est de l'Ukraine, a rapporté le gouverneur régional Dmitro Jivitski sur Facebook.

07h35

Des athlètes ukrainiens de renom prêts à combattre

Parmi les soldats et volontaires ukrainiens figurent désormais des sportifs de haut niveau, des athlètes de renom, qui ont répondu à l'appel de leur patrie.

En tête d'affiche se retrouvent des stars mondiales de la boxe comme les emblématiques frères Klitschko: Vitali, maire de Kiev depuis 2014, et son cadet Wladimir, sont tous deux inscrits sur la liste des volontaires prêts à se battre.

Rentré la semaine dernière à Kiev, l'actuel champion du monde des poids lourds, le boxeur Oleksandr Usyk, est aussi apparu arme à la main.

Et des athlètes d'autres disciplines ont également décidé de s'engager dans le conflit armé, comme le tennisman Sergiy Stakhovsky.

>> Les précisions de Foued Boukari dans La Matinale :

L'ancien boxeur ukrainien Wladimir Klitschko est prêt à combattre aux côtés de son frère. [AFP - Daniel Leal]AFP - Daniel Leal
Des sportifs ukrainiens de haut niveau se battent contre l'armée russe / La Matinale / 1 min. / le 1 mars 2022

07h25

La population russe prise en otage de la situation

Les conséquences des sanctions occidentales envers la Russie ne se sont pas fait attendre, avec notamment la chute du rouble lundi dès l'ouverture des marchés.

Pour les Russes, les vrais effets des sanctions viendront ces prochains jours. Mais le quotidien est déjà difficilement vécu, entre un sentiment de honte et des craintes pour le futur.

>> Témoignages dans La Matinale :

Pour les Russes, les vrais effets des sanctions viendront ces prochains jours. [EPA/Keystone - Maxim Shipenkov]EPA/Keystone - Maxim Shipenkov
Guerre en Ukraine / Vie quotidienne des Russes après les sanctions / La Matinale / 1 min. / le 1 mars 2022

07h10

Quartiers d'habitation sous les bombes à Kharkiv

Des bombardements russes ont frappé lundi des quartiers résidentiels de Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine. Des responsables ukrainiens ont déclaré que ces attaques avaient fait des victimes civiles, notamment des enfants.

>> Voir le sujet du 19h30 sur les bombardements des villes ukrainiennes :

Les combats d'artillerie s'intensifient en Ukraine et frappent de plus en plus les populations civiles
Les combats d'artillerie s'intensifient en Ukraine et frappent de plus en plus les populations civiles / 19h30 / 1 min. / le 28 février 2022

L'armée russe est arrivée par ailleurs aux portes de la ville ukrainienne de Kherson, dans le sud du pays, au nord de la Crimée, a déclaré le maire de la ville dans la nuit de lundi à mardi.

"Aux entrées de Kherson, l'armée russe a installé des checkpoints. Il est difficile de dire comment la situation va se développer", a écrit sur sa page Facebook Igor Kolikhaïev, maire de Kherson, ajoutant que "Kherson est et reste ukrainienne (...) Kherson résiste!".

>> Témoignage d'une habitante de Kharkiv dans La Matinale :

Quartier résidentiel bombardé à Kharkiv, 28.02.2022. [Ukraine State Emergency Press Service/EPA/Keystone]Ukraine State Emergency Press Service/EPA/Keystone
De violents bombardements ont été entendus à Kharkiv / Interview d'une habitante, Elena Dolzhenko / La Matinale / 1 min. / le 1 mars 2022

05h30

Grand rassemblement de troupes russes à 25 km de Kiev

Des images satellitaires prises lundi en Ukraine montrent un immense convoi militaire russe qui s'étire sur plus de 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale Kiev, objectif militaire de première importance pour la Russie dans son offensive en Ukraine.

Le convoi "s'étend des abords de l'aéroport Antonov (à environ 25 km du centre de Kiev) au sud aux alentours de Prybirsk" au nord, a indiqué lundi soir la société américaine d'imagerie satellitaire Maxar dans un courriel.

Des images satellites montrant un énorme convoi de l'armée russe dans les environs de Kiev, le 28 février 2022. [Reuters - Société Maxar]

Cet aéroport est, depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, le théâtre de violents affrontements, l'armée de Vladimir Poutine tentant de s'emparer de cette infrastructure stratégique pour la prise de la capitale.

Déploiement aussi en Biélorussie

La société américaine a également diffusé des images montrant de nouveaux déploiements de troupes - hélicoptères d'attaque et véhicules au sol - au Bélarus, à moins d'une trentaine de kilomètres de la frontière avec l'Ukraine.

Les forces ukrainiennes sont parvenues jusqu'à présent à empêcher l'accès au centre de Kiev aux forces russes, dont l'avancée reste "ralentie" au cinquième jour de l'invasion et qui se rassemblent autour de la capitale.

La principale colonne russe avançant vers la capitale ukrainienne "a progressé d'environ cinq kilomètres" lundi et se trouvait à "quelque 25 km" de la ville, avait estimé un haut responsable de la défense américaine plus tôt dans la journée.

>> Point de la situation mardi matin à 6h00 :

Un long convoi de troupes russes s'étire sur des dizaines de kilomètres. [Maxar Technologies/AFP]Maxar Technologies/AFP
Guerre en Ukraine / Point sur la situation, mardi matin / La Matinale / 1 min. / le 1 mars 2022

05h00

Retour sur la nuit de lundi à mardi

Revivez en détails les événements de lundi soir et de la nuit de lundi à mardi: La Turquie interdit le passage des Dardanelles et du Bosphore aux navires de guerre