Modifié

Les non vaccinés privés de restaurant et de cinéma en Italie – Le suivi du Covid-19 dans le monde

La porte des cafés restera fermée pour les non vaccinés, même avec un test négatif. [Yara Nardi - Reuters]
La porte des cafés restera fermée pour les non vaccinés, même avec un test négatif. [Yara Nardi - Reuters]
Pour lutter contre une situation "en légère mais constante détérioration" en Italie, le chef du gouvernement Mario Draghi a annoncé mardi qu'un test négatif ne suffirait plus pour aller dans les restaurants, bars, cinémas et autres théâtres. Les personnes non vaccinées devront en outre présenter un test négatif pour prendre les transports publics.

ITALIE - Restrictions supplémentaires pour les non-vaccinés

Face à la flambée de nouveaux cas de Covid-19 qui touche l'Europe, l'Italie a adopté mercredi de nouvelles mesures, notamment une accélération de la dose de rappel du vaccin et des restrictions supplémentaires pour les non-vaccinés.

Le gouvernement a ainsi décidé que les personnes non vaccinées ne pourront plus avoir accès aux restaurants, bars, cinémas, théâtres, discothèques et salles de musculation. Seules les personnes vaccinées et celles guéries depuis moins de six mois pourront y accéder, tandis que celles qui jusqu'à présent étaient autorisées à y entrer en montrant simplement le résultat négatif d'un test ne pourront plus le faire. En outre, toute personne utilisant les transports publics devra être vaccinée ou disposée d'un test négatif.

L'obligation de vaccination, jusqu'à présent valable pour le personnel sanitaire et enseignant, sera elle étendue au personnel administratif de ces deux secteurs, ainsi qu'à tous les membres des forces de l'ordre et les militaires.

Ces mesures entreront en vigueur à partir du 6 décembre et seront valables jusqu'au 15 janvier, sauf aggravation de la situation.

EUROPE - Appelée à réagir urgemment

Malgré les mouvements anti-restrictions, l'Europe doit prendre "urgemment" des mesures face à la nouvelle vague de Covid-19, a estimé une agence de l'UE mercredi, au lendemain d'un avertissement de l'OMS sur le risque d'une nouvelle hécatombe cet hiver.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l'agence sanitaire de l'UE chargée des épidémies, appelle notamment à combler les trous en matière de vaccination, mais aussi à prendre des "mesures non pharmaceutiques", terme générique désignant les restrictions anti-Covid.

Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30'000 morts enregistrés depuis une semaine, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l'AFP. Et la tendance reste à la hausse, notamment dans les pays où le taux de vaccination est le moins élevé.

Dans l'Union européenne, 67,7% de la population a reçu deux doses de vaccin mais les écarts sont vertigineux entre les pays. Selon les chiffres de mardi, seuls 24,2% des Bulgares sont vaccinés contre 86,7% des Portugais.

FRANCE - Renforcement prévu des mesures barrières face à la 5e vague

Le gouvernement a décidé de renforcer les mesures barrière et le pass sanitaire et d'accélérer la campagne vaccinale pour éviter la submersion des hôpitaux face à une cinquième vague d'épidémie de Covid-19, a annoncé mercredi Gabriel Attal.

Pour ne pas en revenir à des mesures de jauge, à des fermetures, voire à de nouvelles mesures de confinement, le conseil de défense sanitaire a fixé mercredi matin des orientations claires, a dit Gabriel Attal: "Renforcement des mesures barrière, dont le port du masque à l'intérieur et à l'extérieur et aération des locaux, renforcement du pass sanitaire pour mettre plus de contraintes sur les non-vaccinés et accélération de la campagne vaccinale". Ces annonces doivent être précisées jeudi lors d'une conférence de presse par le ministre de la Santé Olivier Véran.

A noter que le nombre de malades du Covid hospitalisés est remonté à 8525 mardi, soit 2200 de plus en un mois. Aux soins intensifs, véritable baromètre de la crise sanitaire, ils sont aujourd'hui 1455 contre un peu plus de 1000 mi-octobre.

Nouveaux incidents en Martinique malgré la levée de barrages

Les forces de l'ordre en Martinique ont été à nouveau la cible de tirs nocturnes durant des rassemblements de protestation, rapportent mercredi les médias locaux, après deux jours de grève générale contre l'obligation vaccinale pour les soignants. Et l'appel des syndicats à la levée des barrages routiers n'y aurait rien changé, selon les médias locaux qui ont constaté que la situation était toujours très tendue sur l'île pendant la nuit.

La contestation parfois violente contre le pass sanitaire et l'obligation vaccinale faite aux soignants a commencé la semaine dernière en Guadeloupe, après un appel à la "résistance" lancé le 15 novembre par un collectif de syndicats et d'organisations citoyennes, avant de s'étendre à la Martinique.

Le gouvernement a lancé un appel au calme tout en fixant le rétablissement de l'ordre comme préalable à toute discussion.

>> Lire aussi: Après la Guadeloupe, les violences dues à la crise sanitaire gagnent la Martinique

PORTUGAL - Campagne de rappel en route

Le Portugal prévoit de vacciner un quart de sa population avec une dose de rappel de vaccin anti-Covid d'ici janvier. Le pays veut ainsi faire face à la hausse des contaminations qui ont connu un nouveau pic mercredi, ont annoncé les autorités sanitaires.

Ce pays de 10 millions d'habitants va accélérer son plan de vaccination "afin d'atteindre les 2,5 millions de vaccinés en janvier avec la troisième dose", a indiqué Antonio Lacerda Sales, secrétaire d'Etat adjoint à la Santé, lors d'une conférence de presse.

Au cours des deux prochains mois, le pays ibérique souhaite vacciner les plus de 65 ans et ceux de plus de 50 ans ayant reçu le vaccin à dose unique Janssen. Quelque 800'000 personnes ont déjà été vaccinées avec une troisième dose.

AUTRICHE - Enquête classée après le scandale des stations de ski devenues clusters en mars 2020

L'enquête ouverte pour déterminer d'éventuelles responsabilités pénales dans la formation d'un foyer de contamination au Covid-19 dans les Alpes autrichiennes en mars 2020 a été classée.

"Il n'y aura pas d'inculpation" contre les cinq responsables mis en cause, a indiqué mercredi le procureur. "Il n'y a pas de preuve que quelqu'un ait fait ou omis de faire quelque chose ayant conduit à augmenter le risque de contagion", a précisé le parquet d'Innsbruck dans un communiqué.

Cinq responsables régionaux étaient visés par l'enquête dans le Tyrol, la justice cherchant à savoir s'ils auraient pu éviter la formation d'un cluster au tout début de la pandémie. Cette décision "n'a pas d'incidence" sur les plaintes au civil déposées par ailleurs par une association de consommateurs qui regroupe les procédures.

Le premier procès s'est ouvert en septembre. Une quinzaine de plaintes sont recensées. Plus de 6000 personnes originaires de 45 pays affirment qu'elles ou leurs proches ont été contaminées dans la station d'Ischgl ou dans les environs en raison de négligences et d'une gestion chaotique. Au total, 32 personnes sont mortes.

PAYS-BAS - Fermeture prochaine des écoles?

Le gouvernement néerlandais pourrait annoncer un renforcement des restrictions sanitaires vendredi, a annoncé mercredi le ministre de la Santé.

Le ministre de la Santé a refusé "d'anticiper" les nouvelles restrictions envisagées, qui pourraient selon les médias néerlandais inclure une fermeture des écoles, où l'on assiste actuellement à une explosion des infections.

Quoi qu'il en soit, un renforcement des mesures actuelles risque d'enflammer une situation déjà tendue aux Pays-Bas. Le pays sort tout juste de quatre nuits sous haute tension dans différentes villes du pays.

POLOGNE - Durcissement des mesures annoncé

La Pologne va devoir durcir ses mesures de lutte contre l'épidémie de Covid-19 si le nombre quotidien de contaminations ne baisse pas dans un avenir proche, a déclaré mercredi le ministre polonais de la Santé.

"Dans le cas où nous ne voyons pas de signaux indiquant que nous atteignons un pic et que les cas vont diminuer (...) nous allons devoir augmenter les restrictions", a dit Adam Niedzielski au cours d'une conférence de presse.

SLOVAQUIE - Confinement partiel de deux semaines

La Slovaquie a annoncé mercredi de nouvelles restrictions pour faire face au fort rebond de l'épidémie de Covid-19, avec la fermeture des restaurants et des magasins non essentiels à partir de jeudi, tandis que les écoles resteront ouvertes.

"Nous ferons une nouvelle évaluation dans dix jours", a déclaré le ministre de l'Economie Richard Sulik aux journalistes, alors que la Slovaquie affiche l'un des taux de contamination par le SRAS-CoV-2 les plus élevés au monde.

HONGRIE - Situation sanitaire préoccupante

Face à la nouvelle flambée de la pandémie de Covid-19, l’Autriche reconfine sa population et rend la vaccination obligatoire. Mais dans la Hongrie voisine, où l'on compte 140 morts par jour en moyenne contre 40 décès quotidiens en Autriche, le gouvernement de Viktor Orban, qui avait instauré le pass sanitaire au printemps dernier, refuse de le remettre en vigueur. Malgré la gravité de la situation, le premier ministre hongrois ne croit pas non plus aux vertus du confinement.

>> Ecouter le sujet de La Matinale:

Des gens attendent pour se faire vacciner devant un hôpital hongrois.  [Kriszan Csaba - afp]Kriszan Csaba - afp
En Hongrie, la situation sanitaire est préoccupante / La Matinale / 1 min. / le 24 novembre 2021

RUSSIE - Opposé à la vaccination obligatoire, Vladimir Poutine appelle à se faire immuniser

Le président russe Vladimir Poutine a renouvelé mercredi son appel aux Russes à se faire vacciner contre le Covid-19, tout en insistant sur une vaccination qui doit rester volontaire, malgré la flambée des décès depuis des semaines.

A noter que certaines régions russes ont déjà ordonné une immunisation obligatoire pour certaines catégories de citoyens, comme par exemple la ville de Moscou en juin pour les employés du secteur des services.

Célébrités anti-vaccins invitées dans les hôpitaux

Des médecins russes réputés ont invité mercredi des célébrités et politiques opposés aux vaccins à se rendre dans des hôpitaux soignant des malades du Covid-19, afin de voir de leurs propres yeux les effets de la maladie.

La Russie, qui compte plus de 9,4 millions de cas et 267'819 décès depuis le début de la pandémie selon les chiffres officiels, est le cinquième pays le plus meurtri au monde. Malgré de multiples appels du président Vladimir Poutine et l'existence de plusieurs sérums nationaux, seuls 37,2% des Russes sont immunisés à ce jour, selon le site spécialisé Gogov.

UKRAINE - Un millier de manifestants anti-vaccins protestent à Kiev

Un millier d'Ukrainiens ont manifesté mercredi à Kiev contre la vaccination contre le Covid-19 et les restrictions, alors que le pays, où le taux de vaccination est faible, fait face à sa pire vague épidémique.

Quatre vaccins sont actuellement disponibles en Ukraine - Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et le chinois Coronavac - mais beaucoup hésitent, craignant notamment des complications.

Malgré une accélération de la campagne ces dernières semaines, sous la pression des autorités qui ont introduit des restrictions pour les non-vaccinés, seul 26% des Ukrainiens ont reçu deux doses à ce jour.

NOUVELLE-ZÉLANDE - Ouverture des frontières aux étrangers prévue en avril

La Nouvelle-Zélande maintiendra ses frontières fermées à la plupart des voyageurs internationaux pendant encore cinq mois, a déclaré mercredi le gouvernement, soulignant qu'un assouplissement progressif des restrictions frontalières serait mis en place.

Les voyageurs internationaux entièrement vaccinés seront ainsi autorisés à entrer dans le pays à partir du 30 avril 2022, la réouverture étant échelonnée dans le temps, a déclaré le ministre chargé de la réponse à la crise sanitaire lors d'une conférence de presse.

Les Néo-Zélandais entièrement vaccinés se trouvant actuellement en Australie, de même que les étrangers disposant d'un droit de résidence et eux aussi bloqués en Australie, pourront rentrer en Nouvelle-Zélande à partir du 16 janvier, tandis que ceux qui se trouvent dans d’autres pays seront autorisés à rentrer à partir du 13 février.

RTSinfo

Publié Modifié

Le bilan de la pandémie dans le monde

La pandémie de Covid-19 a fait 5'165'289 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP mercredi à la mi-journée. Plus de 258'299'880 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l'épidémie.

Les États-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 773'857 décès pour 47'982'843 cas recensés, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Viennent ensuitele Brésil avec 613'066 morts et 22'030'182 cas, l'Inde avec 466'584 morts (34'535'763 cas), le Mexique avec 292'850 morts (3'867'976 cas), et la Russie avec 267'819 morts (9'434'393 cas).

>> La carte des contaminations dans le monde (depuis le début de la pandémie):

>> Le suivi de l'évolution de l'épidémie: Le coronavirus en chiffres et en cartes